Agrégateur de flux

OnePlus Bullets Wireless : de nouveaux écouteurs sans fil présentés en même temps que le OnePlus 8

FrAndroid - il y a 8 heures 38 min

Comme à son habitude, OnePlus distille quelques informations à l’approche de sa conférence. Aujourd’hui, le constructeur confirme le lancement de nouveaux Bullets Wireless, ses écouteurs sans fil, pour accompagner les OnePlus 8 et 8 Pro.

OnePlus Bullets Wireless 2 en vert kaki

Les OnePlus 8 et 8 Pro seront dévoilés le 14 avril prochain. En attendant, OnePlus perpétue la tradition en annonçant quelques nouveautés au compte goutte. Alors qu’il dévoilait hier un chargeur sans fil de 30 W – et donc la charge sans fil sur au moins l’un des nouveaux modèles – il confirme aujourd’hui sur Twitter le lancement de nouveaux Bullets Wireless. Le lien pointant vers le livestream indique que les écouteurs sans fil seront annoncés en même temps que les nouveaux smartphones.

An all-new 10/10 Bullets audio experience is coming your way soon.

— OnePlus (@oneplus) April 8, 2020

Recharge rapide, meilleure autonomie et nouveaux coloris

OnePlus confirme par ailleurs une fuite publiée par Ishan Agarwal faisant état d’une recharge rapide capable de fournir 10 heures d’écoute en 10 minutes de recharge. Les informations officielles s’arrêtent là, le constructeur préférant garder quelques surprises pour le jour-J.

Le leak d’Ishan Agarwal mentionnait également une latence réduite du Bluetooth (110 ms) et une certification d’étanchéité IP55. Evan Blass, lui, publiait des images des supposés Bullets Wireless disponibles en quatre couleurs : noir, blanc nacré, vert et bleu nuit. Ces coloris concorderaient avec ceux des OnePlus 8 et 8 Pro révélés eux aussi par plusieurs leaks.

Coloris des nouveaux Bullets Wireless dévoilés par Evan Blass

Selon les dernières rumeurs, les OnePlus 8 et 8 Pro devraient reprendre les ingrédients de leurs prédécesseurs et adopter quelques nouveautés indispensables pour des modèles haut de gamme. Outre le gain de puissance auquel nous sommes désormais habitués, au moins l’un des deux modèles pourrait embarquer la recharge sans fil et être certifié IP68.

Côté tarifs, OnePlus devrait probablement suivre la tendance du marché. Comme les derniers modèles de Xiaomi, les OnePlus 8 et 8 Pro pourraient coûter plus cher que leurs prédécesseurs à leur sortie. Mais Pete Lau, le CEO, a déjà annoncé qu’ils ne passeraient pas la barre symbolique des 1000 dollars. Rendez-vous le 14 avril 2020 pour découvrir les informations officielles.

Android Authority

Catégories: Mobile

La Xbox Game Bar va profiter d'une boutique de widgets sur Windows 10

Mon Windows Phone - il y a 10 heures 29 min

La Xbox Game Bar pour Windows 10 va s’enrichir en fonctionnalités dans les prochains mois. Au programme : de nouveaux widgets qui peuvent être directement créés par les développeurs de jeux vidéo et qui apparaîtront directement dans la barre de jeu.

Les widgets arrivent dans la Xbox Game Bar

La Xbox Game Bar est spécialement conçue pour les amateurs de jeux vidéo sur PC. Pour l’appeler, il suffit d’exécuter le raccourci Windows + G lorsque vous jouez. Un menu en



Continuez la lecture de l'article La Xbox Game Bar va profiter d'une boutique de widgets sur Windows 10
Catégories: Mobile

Le Microsoft Surface Duo montre un aperçu de ses capacités photo

FrAndroid - il y a 10 heures 58 min

Partagé sur Instagram par Panos Panay, un premier cliché capturé à l'aide d'un Surface Duo nous donne un petit aperçu de ses capacités en photo. De quoi susciter de l'espoir vis-à-vis d'un appareil que l'on attend pas vraiment pour ses facultés en la matière...

À défaut de capacités éblouissantes, le Surface Duo pourrait se défendre convenablement en photo

De quoi est capable le module photo du Surface Duo ? Panos Panay, chef de la division Hardware de Microsoft, nous donne un premier élément de réponse au travers d’un cliché capturé depuis son exemplaire de l’appareil, et publié sur son compte Instagram. Si la compression en place sur la plateforme diminue en partie la qualité du cliché, il semble que le Surface Duo soit capable de faire un travail plutôt honorable en photo… même s’il ne s’agira vraisemblablement pas, sur ce terrain de plus en plus huppé, de la prochaine star marché.

View this post on Instagram

Sharing a special moment captured on my Surface Duo. While I am working from home, Costas is learning from home. We're sharing my office today, he's studying for his CAL mid-term. It's great for him to have tools like #Windows and #Surface to help him study in this time. #workfromhome #learnfromhome

A post shared by Panos Panay (@panospanay) on Apr 7, 2020 at 1:09pm PDT

Microsoft mise avant tout sur la productivité

Avec le Surface Duo, Microsoft vise très clairement les fonctionnalités de productivité et de messagerie. Le cœur de cible de ce premier smartphone Android conçu par la firme de Redmond reste donc les actifs cherchant un appareil polyvalent pour booster leur réactivité dans un contexte professionnel, notamment. Dans ces conditions, les facultés en photo de ce nouveau produit seront probablement reléguées au second plan.

Comme le souligne Windows Central, il n’est toutefois pas impossible que Microsoft cherche, à l’avenir, à perfectionner la caméra ou la connectivité des potentielles prochaines moutures de son smartphone pliant.

Reste la question encore assez nébuleuse du lancement de ce fameux Surface Duo. L’appareil devait initialement être commercialisé à compter des vacances de fin d’année, au moins aux États-Unis.

Depuis, certaines rumeurs laissent entendre que Microsoft serait sur le point d’avancer son lancement pour éviter d’éventuelles critiques sur le retard technologique de son produit. Nous pourrions donc mettre la main plus tôt que prévu sur l’appareil, potentiellement durant l’été ou au plus tard cet automne. Des prédictions qu’il faut bien entendu prendre avec recul en ces temps de pandémie.

Windows Central

Catégories: Mobile

Surface Duo : Panos Panay partage la première photo capturée avec cet appareil

Mon Windows Phone - il y a 11 heures 10 min

Je vous parlais hier du succès potentiel du Surface Duo. Parlons aujourd’hui de son appareil photo auquel Microsoft souhaite accorder une haute importance. Panos Panay vient de publier la première photo capturée avec l’appareil pliable. Voilà de quoi vous donner une idée sur sa qualité… ou pas.

Le Surface Duo est attendu au tournant et pour plusieurs raisons : il embarque Android, il annonce le retour de Microsoft dans le mobile et il s’agit d’un appareil très spécial



Continuez la lecture de l'article Surface Duo : Panos Panay partage la première photo capturée avec cet appareil
Catégories: Mobile

Android 11 : pour des mises à jour plus rapides, Google sort les crocs

FrAndroid - il y a 11 heures 16 min

Google veut forcer la main aux constructeurs récalcitrants pour qu'ils adoptent un système de partitions A/B qui permettrait des mises à jour plus rapides et efficaces sur Android 11.

Vers des mises à jour Android 11 rapides et efficaces.

Faciliter les mises à jour d’Android est l’une des priorités de Google depuis un certain temps. Or, justement, le géant aux quatre couleurs semble avoir un nouveau plan pour rendre plus efficace et fluide l’installation des nouvelles moutures de son OS mobile et, pour le mettre en place, il doit forcer la main aux constructeurs de smartphones.

En effet, comme l’a remarqué XDA Developers, une modification a été apportée au code d’Android Open Source Project (AOSP). Le changement en question a été appelé « Require Virtual A/B on R launches » et met à jour le comportement du Vendor Test Suite. Dit comme cela, ce n’est peut-être pas très clair, mais nous allons essayer d’expliquer concrètement ce que cela apporte.

Tout d’abord, il faut savoir que le Vendor Test Suite est un protocole de test automatisé mis en place par Google. Chaque téléphone Android doit s’y soumettre et le passer avec succès pour profiter d’une compatibilité avec le projet Treble — un projet qui a transformé la structure d’Android pour permettre aux constructeurs d’implémenter plus facilement et rapidement les mises à jour de l’OS sur leurs téléphones.

Diviser Android pour mieux fonctionner

Le changement apporté par les développeurs de Google indique que, pour réussir ce test, les smartphones doivent prendre en charge la technique de partitions A/B sur Android R (Android 11). Qu’est-ce que cela veut dire ? Il s’agit, en quelque sorte, de diviser Android en deux faces d’une même pièce dans un téléphone : la partition A et la partition B.

Dans ce cas de figure, on navigue normalement sur la partition A active tandis que la mise à jour d’Android est téléchargée et installée sur la partition B inactive. Ce processus ne vient donc pas perturber l’utilisation. Une fois l’installation complète, le smartphone redémarre sur la partition B mise à jour et laisse la partition A inactive.

Aux yeux de l’utilisateur, le passage vers la nouvelle version d’Android ne nécessite donc qu’un simple redémarrage : plus besoin d’attendre de longues minutes sans toucher le smartphone. Le schéma de XDA Developers ci-dessous illustre bien le principe dans le cadre d’une mise à jour d’Android 8.0 à 8.1 Oreo.

Le système de partitions A/B facilite les mises à jour Android (Schéma de XDA Developers)

Samsung dans le viseur

À travers le changement apporté à Vendor Test Suite, Google souhaite rendre obligatoire ce système de partitions A/B à partir d’Android 11, car certains constructeurs comme Samsung ne l’ont toujours pas adopté. Cela permettrait à la firme de Mountain View de s’assurer que tous les utilisateurs Android puissent mettre à jour leurs téléphones fluidement, sans perdre de temps. D’où le nom de la fonctionnalité en anglais : « Seamless Update » introduite il y a quelques années déjà — mais restée optionnelle jusqu’ici.

Pour aller plus loin
Des mises à jour Android toujours plus rapides à installer

En outre, ce système apporte une couche de sécurité supplémentaire. En effet, si quelque chose se passe mal pendant la mise à jour, le système n’aura qu’à recharger la partition non mise à niveau pour retrouver un fonctionnement normal en attendant un correctif.

Le changement en question n’a pas encore été appliqué et il est donc encore possible qu’Android 11 ne l’intègre pas dans sa version finale. Néanmoins, l’intention de Google de forcer la main aux constructeurs récalcitrants est claire comme de l’eau de roche.


Android 11 : nouveautés et smartphones compatibles avec la mise à jour


Après avoir brièvement évoqué quelques nouveautés par erreur, Google a finalement lancé officiellement Android 11, ou tout du moins la version Developer Preview qui, comme son nom l’indique, est pensée pour les développeurs, avec un aperçu des nouveautés à venir d’ici…
Lire la suite

Tout savoir sur Android 11

XDA Developers

Catégories: Mobile

RED by SFR renouvelle son offre mobile à 60 Go pour la rendre moins chère

FrAndroid - il y a 11 heures 47 min

Vous avez besoin d’une enveloppe data plus conséquente tout en payant moins cher ? Mais changer de forfait mobile durant le confinement vous effraie ? Nul besoin de s’inquiéter, RED by SFR effectue le transfert d’opérateur sans aucune interruption des services. Et propose actuellement un forfait avec 60 Go de data à seulement 12 euros par mois.

Par les temps qui courent, changer de forfait mobile pour profiter d’une offre bien meilleure, tant au niveau du prix que des services proposés, peut sembler être une très mauvaise idée. Vais-je bien recevoir ma carte SIM ? Vais-je me retrouver bloqué sans forfait pendant plusieurs jours ? Autant de questions que RED by SFR balaie d’un revers de la main, grâce notamment à son forfait mobile 60 Go à 12 euros par mois.

En savoir plus sur le forfait mobile 60 Go de RED by SFR

Aucune interruption des services

L’opérateur s’est adapté à la crise sanitaire actuelle, afin de vous garantir un accès constant à Internet et à votre forfait mobile. RED by SFR assure ainsi que toutes les livraisons à domicile sont bel et bien maintenues durant la crise sanitaire. Ce qui signifie que si vous optez maintenant pour le forfait mobile 60 Go à 12 euros par mois de RED by SFR, vous recevrez votre carte SIM d’ici une à deux semaines.

Comme toujours avec RED by SFR, le changement d’opérateur se fait sans interruption des services. Ainsi, vous aurez toujours accès à vos services mobiles, même durant la période de transfert, et même si cette dernière ne survient que dans 15 jours.

En savoir plus sur le forfait mobile 60 Go de RED by SFR

N’oublions pas non plus que le changement de forfait mobile reste une tâche particulièrement aisée. RED by SFR prend en charge toutes les démarches de résiliation, vous épargnant l’envoi de courrier recommandé. Bien que RED by SFR puisse vous fournir un nouveau numéro, vous avez la possibilité de conserver votre numéro de téléphone actuel en fournissant votre code RIO lors de la souscription. Pour l’obtenir, il vous suffit de composer le 31 79 depuis votre smartphone.

Un forfait mobile qui regorge d’options pour le confinement

Le forfait mobile 60 Go à 12 euros par mois reste le meilleur forfait pour vous aider à passer un confinement serein, tant il déborde de services. Son principal atout est son enveloppe data qui s’élève à 60 Go mensuels. Vous disposez de suffisamment de data 4G pour compenser un réseau internet fixe éventuellement surchargé par vos proches. À cette couverture 4G s’ajoutent :

  • Les appels et sms illimités vers les fixes et les mobiles en France métropolitaine, vers les DOM et en Europe
  • Une enveloppe 4G de 8 Go en Europe

Qui plus est, si vous souscrivez au forfait mobile RED by SFR avant le 14 avril prochain, l’opérateur vous offre gratuitement l’accès à son bouquet de chaînes SFR TV, via l’application mobile du même nom. Un bouquet qui comprend notamment toutes les chaînes de la TNT.

 

Avantage non négligeable de ce forfait mobile : son prix. Habituellement facturée 15 euros par mois, l’offre de RED by SFR passe en ce moment à 12 euros mensuel. Le tout sans le moindre engagement, et sans qu’il y ait une évolution de prix programmée au bout d’un ou deux ans.

Un forfait entièrement modulable

Enfin, si les options énumérées au-dessus ne vous suffisent pas, vous avez la possibilité d’en ajouter de nouvelles à votre forfait mobile, mais pour une durée limitée. Vous pouvez ainsi bénéficier :

  • D’une enveloppe data gonflée à 100 Go pour 8 euros supplémentaires par mois.
  • D’un espace de stockage d’1 To sur le SFR Cloud pour 5 euros supplémentaires par mois (1 euro le premier mois).
  • Des appels illimités vers l’Amérique du Nord pour 2 euros supplémentaires par mois.

En savoir plus sur le forfait mobile 60 Go de RED by SFR

Changer de smartphone reste tout aussi simple

Passer chez un nouvel opérateur mobile est également le moment idéal pour changer de smartphone. De ce côté-là aussi, le confinement ne vous empêchera pas de profiter d’un appareil neuf puisque RED by SFR continue d’assurer les livraisons à domicile.

D’autant que l’opérateur est familier avec le fait de proposer des smartphones au très bon rapport qualité-prix sur sa boutique en ligne. On en veut pour preuve le Samsung Galaxy A51.

Proposé à 299 euros dans sa version 4 + 128 Go, le Samsung Galaxy A51 est un très bon smartphone milieu de gamme, que l’on vous conseille pour :

  • Son très bel écran AMOLED de 6,5 pouces à la définition 2 400 x 1 080 pixels
  • Sa grande polyvalence photo grâce à son quadruple capteur
  • Sa bonne autonomie

Découvrez le Samsung Galaxy A51 à 299 euros

Article sponsorisé par RED by SFR

Cet article a été réalisé en collaboration avec RED by SFR. Il s'agit d'un contenu créé par des rédacteurs indépendants au sein de l'entité Humanoid Content, l'équipe éditoriale de Frandroid n'a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Catégories: Mobile

StopCovid, tout ce qu’on sait sur l’application du gouvernement pour limiter la diffusion du coronavirus (Covid-19)

FrAndroid - il y a 14 heures 2 min

En plein confinement en France, le gouvernement travaille sur le déconfinement. Pour éviter un nouvel essor du coronavirus (Covid-19), le gouvernement français planche sur une application nommée StopCovid qui nous permettra d'identifier les chaînes de transmission. Plus concrètement, nous pourrons savoir si nous avons été potentiellement en contact avec une personne infectée par le Covid-19.

Le Bluetooth sera certainement utilisé pour tracer nos interactions

Dans un entretien accordé au Monde, Olivier Véran et Cédric O, ministre de la Santé et secrétaire d’État au numérique ont abordé les premières pistes de réflexion sur le développement actuel de l’application StopCovid. Cette application aura pour objectif de « limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission ».

Quels sont les objectifs de l’app StopCovid ?

Cédric O, secrétaire d’État au numérique, explique dans le long entretien que cette application ne sera pas imposée, elle est installée volontairement. Pour Olivier Véran, le développement de cette application a essentiellement pour objectif de limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission. Plus concrètement, StopCovid aura pour objectif de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif afin « de pouvoir se faire tester soi-même, et si besoin d’être pris en charge très tôt, ou bien de se confiner ».

Pour aller plus loin
Coronavirus : surveiller les déplacements des Français par smartphone, la solution pour freiner l’épidémie ?

Comment fonctionnera StopCovid ?

StopCovid n’utilisera pas la géolocalisation, ni le GPS ni la triangulation cellulaire. L’application, comme l’explique Olivier Véran, est basée sur ce qu’il appelle le « contact tracing » – cette technique consiste à rechercher le maximum d’informations sur les rencontres faites par une personne contaminée, pour retrouver des patients sources, identifier des chaînes de contamination et freiner la diffusion de l’épidémie.

Pour aller plus loin
La France et l’Europe utilisent nos téléphones pour vérifier « si les consignes de confinement sont appliquées »

Pour identifier les personnes croisées, StopCovid utilise le Bluetooth. L’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) est en charge de son développement, en collaboration avec le gouvernement français et une équipe de chercheurs.

Lorsqu’un téléphone entre en contact avec un autre appareil sur lequel l’application est installée et le Bluetooth activé, les deux contacts sont stockés (sous forme chiffrée) dans les deux téléphones via la connexion Bluetooth. Cela crée une liste de contacts sur le mobile d’un utilisateur – tous les détails sur les personnes croisées devraient être anonymisés. De votre point de vue, vous pourrez ainsi savoir si vous avez potentiellement croisé un cas positif au SARS-CoV-2 lors de vos déplacements.

Pour aller plus loin
Comment Google utilise notre géolocalisation pour encourager le confinement

Pourquoi le Bluetooth ?

La plupart d’entre nous, qui utilisons le Bluetooth, nous en servons pour envoyer des fichiers entre les appareils, connecter une souris sans fil ou écouter de la musique sans fil. Cependant, l’utilisation de Bluetooth pour le suivi de proximité est pratiquée d’un point de vue commercial depuis plus d’une décennie.

Le suivi Bluetooth est effectué en mesurant l’indicateur de force du signal reçu (« RSSI ») d’une connexion Bluetooth donnée pour estimer la distance entre les appareils. En termes simples : plus le signal est fort, plus les appareils sont proches les uns des autres. Les appareils Bluetooth LE (BLE) peuvent également modifier leur puissance de transmission, ce qui signifie qu’ils peuvent limiter davantage la portée du signal. Le Bluetooth 5.1, sorti fin 2019, prend en charge la radiogoniométrie (« RDF »), ce qui signifie qu’il peut obtenir une précision effective de ~1 cm.

Le Bluetooth est présent sur tous les smartphones

Une caractéristique clé du Bluetooth LE, qui est intéressante lorsque l’on pense à la localisation ou au suivi des interactions, est que, comme de nombreux aspects des smartphones, le Bluetooth LE est bruyant. C’est comme une personne dans un open space qui n’arrêterait pas de parler. Les appareils Bluetooth LE utilisent ce « brouha » pour annoncer leur présence à d’autres appareils Bluetooth LE – c’est comme si vous étiez au milieu d’une foule en criant régulièrement « Je suis là » à toute personne suffisamment proche pour l’entendre. De par leur conception, les messages sont diffusées à un intervalle de temps fixe, qui peut être défini entre 10 ms et 10,24 secondes en fonction de l’urgence de ces connexions.

Quand est-ce que StopCovid sera déployé ?

Cédric O évoque 3 à 6 semaines de développement, ce qui nous permet d’envisager le déploiement de l’application entre fin avril et fin mai. Cependant, le gouvernement n’a pas encore décidé si l’application sera bel et bien utilisée, des tests sont menés avec les premiers prototypes.

L’application TraceTogether utilisée à Singapour

Notez que c’est une technologie déjà utilisée dans de nombreux pays, dont Singapour avec l’application TraceTogether.

Quelles sont les limites de StopCovid ?

Le gouvernement français n’a pas répondu sur ce point, mais il est évident qu’il faudra de nombreuses installations pour que l’application soit efficace. Comme précisé plusieurs fois, l’installation de l’application sera un acte volontaire de la population.

Cette application nécessite également une politique massive de tests du Covid-19 pour qu’elle soit efficace. D’ailleurs, nous ne savons pas si on sera averti si une personne est déclarée infectée par le Covid-19 a posteriori, c’est-à-dire après nos interactions avec elle.

De plus, compte tenu du nombre d’utilisateurs de smartphones, du niveau de base de la maîtrise de l’informatique et de la prise de conscience du problème, le déploiement d’une telle technologie pourrait ne bénéficier qu’à ceux qui en ont le moins besoin.

Quid de nos données personnelles ?

Cédric O a plusieurs fois évoqué le sujet, le gouvernement chercherait une solution « respectueuse des libertés publiques et proportionnée ». Cette solution basée sur le Bluetooth semble être la solution la plus simple et la moins liberticide : les données sont stockées localement et anonymisées. De plus, la localisation des utilisateurs n’est pas récupérée. L’application utilise le Bluetooth pour signaler sa présence dans un champ proche et échanger des informations avec les smartphones qui l’entourent. Si vous croisez un utilisateur qui a été identifié comme valide au Covid-19, vous serez averti.

On peut ainsi dire que c’est la forme de suivi la moins intrusive étant donné qu’elle est basée sur la proximité d’autres téléphones utilisant l’application plutôt que sur votre emplacement réel. Dans ce contexte, cette application ressemble à un outil de suivi des interactions.

Pour aller plus loin
L’attestation numérique respecte-t-elle vos données personnelles ? Voici les éléments que nous avons


Covid-19 : un projet européen veut traquer les malades tout en respectant la vie privée


Il est particulièrement difficile de lutter contre une pandémie telle que celle du Covid-19. Pour rendre plus efficace l’endiguement du virus, des chercheurs européens comptent mettre en place des applications mobiles utilisables sur tout le continent pour traquer les déplacements…
Lire la suite

Le Monde

Catégories: Mobile

XPS 15 et XPS 17 2020 : Dell publie et supprime une image officielle montrant un design idéal

FrAndroid - il y a 14 heures 27 min

Le site officiel de Dell a publié pendant un bref instant des images de ce qui semble être des XPS 15 et XPS 17 arborant un nouveau design.

Après quelques années à réutiliser le même design pour sa gamme XPS. Dell semble s’être décidé à proposer quelque chose de beaucoup plus moderne en 2020. La marque a déjà lancé son nouveau XPS 13 avec un écran borderless 16:10 retravaillé qui nous a séduits lors de notre prise en main.

Avec un tel changement de design, on peut se demander ce que la firme prépare pour le reste de la gamme XPS, en particulier le XPS 15 qui trône au sommet des ultraportables performants.

Un Dell XPS 17 et un XPS 15

Une image publiée sur le site de Dell et retirée depuis nous met sur la piste.

Sur cette image on peut voir quatre ordinateurs. Grâce à leur design, on reconnait deux PC de la gamme XPS, au fond et à droite, et deux machines de la gamme Precision, à gauche et devant.

Aux proportions du clavier, on peut facilement voir que le XPS du fond est plus grand que le XPS 13. On suspecte donc qu’il s’agisse du nouveau XPS 15. Le XPS sur la droite de l’image est encore plus imposant, et pourrait donc être un nouveau XPS 17 qui fait déjà l’objet de rumeurs.

Haut-parleur, lecteur SD et écran borderless

L’image offre malheureusement une faible définition, mais on peut quand même discerner plusieurs éléments très intéressants concernant le design.

Premièrement, ils semblent tous les deux reprendre l’écran 16:10 complètement borderless du Dell XPS 13 2020, et donc rentabiliser au maximum leurs encombrements pour un confort d’affichage supplémentaire.

Lors de notre test du XPS 15, nous avions regretté la mauvaise intégration du clavier au châssis, qui laissait une marge énorme de chaque côté. Sans changer la taille de son clavier, Dell semble avoir fait le choix d’intégrer des haut-parleurs stéréo en façade, de part et d’autre.

Le clavier et touchpad du XPS 15 actuel

En dessous du clavier, le touchpad semble aussi avoir énormément gagné en taille, c’était un autre, plus léger, défaut de la gamme XPS.

Enfin on peut apercevoir la connectique de la machine. Les ports semblent tous avoir été remplacés par de l’USB-C, à l’exception d’un port SD et d’un port jack 3,5 mm sur le côté droit du PC.

Quel processeur pour ces machines ?

Dell est aujourd’hui l’un des plus importants partenaires d’Intel. La gamme XPS fait historiquement appelle aux processeurs de la marque californienne.

On peut toutefois se demander si Dell va une nouvelle fois renouvelle sa confiance, au moment où les processeurs AMD sont à la fois plus performants et moins cher, et sont de plus en plus populaire.

Difficile de savoir avec la situation actuelle quand Dell pourrait dévoiler cette nouvelle gamme de machines. Le Computex de juin est en général un événement tout trouvé pour ce genre d’annonce, mais le salon a été repoussé.

Catégories: Mobile

Xbox Game Bar : l’overlay Windows 10 s’offre une boutique d’extension en commençant par XSplit, Intel et Razer

FrAndroid - il y a 15 heures 4 min

La Xbox Game Bar est l'overlay officiel de Windows 10 développé par Microsoft. La firme ouvre désormais la fonction aux développeurs tiers qui pourront proposer leurs propres widgets.

La Game Bar permet de gérer ses conversations et sa musiqueL’une des nouveautés les plus pratiques, et peut-être les moins connus, de Windows 10 est la Xbox Game Bar. Il s’agit d’une interface déclenchable avec le raccourci « Win + G », l’un des nouveaux raccourcis du système d’exploitation de Microsoft.

Un peu à la manière de ce que proposent Nvidia ou Steam, cette interface s’affiche en surimpression de votre jeu, c’est donc un « overlay ».

Cette interface permet notamment de prendre des captures d’écran ou enregistrer l’écran de son PC. Elle permet aussi depuis peu de contrôler la musique sur Spotify, gérer ses amis Xbox, ou encore surveiller les performances de la machine (CPU, GPU, RAM et FPS).

Touche Windows et G pour activer la Game Bar

Lors de son Inside Xbox d’avril 2020, Microsoft a annoncé une nouvelle étape pour rendre cet outil plus pratique aux joueurs.

Une boutique de widget à télécharger

La Xbox Game Bar va désormais avoir le droit à une boutique d’extension directement accessible depuis l’overlay. Il sera possible de supprimer ou d’ajouter de nouveaux widgets à placer dans son interface.

La Xbox Game Bar (avril 2020)

Pour la présentation, Microsoft s’est déjà associée à deux partenaires. Le premier c’est XSplit, bien connu des streamers.

Les widgets XSplit pour la Game Bar

Avec ce widget, l’overlay va tout simplement pouvoir permettre au streamer de gérer ses scènes, ou encore surveiller son chat et son statut sur les différents services comme Twitch.

Razer est également partenaire de Microsoft et y intègre toutes les fonctions de Cortex. Il s’agit d’un logiciel permettant de libérer les ressources du PC en supprimant certaines applications en tâche de fond.

Ce widget permet aussi de surveiller ses gains de Razer Gold, une monnaie virtuelle inventée par le fabricant qui fait en quelque sorte office de programme de fidélité et offre des avantages, en échange de temps de jeu.

Enfin, Intel devrait aussi proposer une intégration à la Xbox Game Bar dès ce printemps.

Un kit de développement pour ajouter des extensions

Un peu à la manière des navigateurs web, Microsoft veut que des développeurs de tout horizon proposent des extensions pour la Xbox Game Bar. Le but est ainsi d’étendre les possibilités de la fonction en faire un véritable incontournable pour les joueurs.

On espère que d’autres acteurs, et notamment Discord, sauteront sur l’occasion pour renforcer leur intégration avec Windows 10.

Le kit de développement est déjà disponible, en beta pour le moment, sur le site de Microsoft.

Catégories: Mobile

Disney+ débarque en France, chargeur sans fil du OnePlus 8 Pro et téléviseur Oled chez Huawei – Tech’spresso

FrAndroid - il y a 16 heures 48 min

Vous n’avez pas eu le temps de suivre l’actualité hier ? Voici ce qui a marqué le mardi 7 avril : Disney+ est disponible en France, une fuite présente le chargeur sans fil du OnePlus 8 Pro et Huawei pourrait s'attaquer aux TV Oled. Pour ne manquer aucune actualité, pensez à vous inscrire à la newsletter Frandroid.

Le OnePlus 8 Pro sera compatible avec la charge sans fil

Disney+ est disponible : où s’abonner et à quels prix ?

Après de longs mois d’attente, Disney+ est disponible depuis hier en France. Le service de VOD par abonnement de Disney a été lancé dans la nuit de lundi à mardi et la plupart des utilisateurs ont pu s’y inscrire dans la matinée. Pour rappel, Disney+ permet d’accéder à plusieurs centaines de films et séries des studios Disney, Marvel, Pixar, Lucasfilm ou Fox.

On notera également que le service est d’ores et déjà inclus pour certains abonnés aux offres de Canal+.

OnePlus 8 Pro : voici le prix supposé du chargeur sans fil en Europe

Alors que OnePlus doit présenter officiellement ses OnePlus 8 et 8 Pro dans un peu moins d’une semaine, le 14 avril, c’est le prix de l’un des accessoires qui a fait l’objet d’une fuite. En effet, la nouvelle gamme de smartphones sera la première de la marque à être compatible avec la charge sans fil. Dès lors, OnePlus compte en profiter pour présenter sa première base de charge sans fil. Celle-ci sera compatible avec le OnePlus 8 Pro et devrait être lancée au prix de 70 euros en Europe.

Huawei compte s’attaquer au marché des TV Oled grand format avec son X65

Alors que Huawei a déjà commencé à s’attaquer au marché des téléviseurs en fin d’année dernière avec le Huawei Vision, le constructeur chinois compte aller plus loin encore. Selon certaines fuites, le groupe pourrait présenter ce mercredi son tout premier téléviseur Oled, le Huawei X65. Celui-ci devrait, comme son nom l’indique, adopter une diagonale de 65 pouces. Outre l’Oled, il serait doté d’une caméra permettant le contrôle gestuel de l’interface.

Retrouvez l'actualité des jours précédents dans le Tech'spresso

Catégories: Mobile

PS5 : voici la manette DualSense, la remplaçante de la DualShock

FrAndroid - mar, 07/04/2020 - 22:21

Sony dévoile par surprise la nouvelle manette qui accompagnera la PlayStation 5. La célèbre DualShock tire sa révérence, voici la DualSense de la PS5.

La DualSense

On ne connait pas encore le design de la PS5, mais on connait désormais celui de sa manette officielle. Sony a dévoilé sur son blog les premières infos sur le contrôleur DualSense qui accompagnera officiellement sa console next gen.

Car oui, Sony dit au revoir à la DualShock pour la deuxième fois de son histoire. Le fabricant japonais avait déjà abandonné ce nom pour la manette Sixaxis de la PS3.

Rupture de design

Là où Microsoft a choisi de modifier en douceur la nouvelle manette de la Xbox Series X, Sony a fait le choix de radicalement changer les codes de design de sa manette.

La DualSense a beaucoup de points communs avec la DualShock 4

Même si le changement d’apparence est important, on retrouve beaucoup de codes du design de la DualShock 4 :

  • deux sticks analogiques symétriques ;
  • les 4 boutons emblématiques croix (oui c’est une croix), carré, rond et triangle ;
  • les flèches directionnelles ;
  • le bouton PlayStation devenu un logo cliquable ;
  • les boutons et gâchettes arrières L1/L2/R1/R2 ;
  • la grande zone tactile ;
  • la LED (qui consommera peut-être moins de batteries cette fois).

Pour autant, Sony intègre plusieurs nouveautés importantes sur cette manette.

Le bouton Share devient Create

Avec la manette de la PS4, Sony avait réussi à anticiper la montée en force du streaming sur Twitch et du partage sur les réseaux sociaux. Le bouton partage de la DualShock 4 a été en lui-même une petite révolution sur le rapport des joueurs avec le partage de leurs expériences. Au point d’être repris sur la Switch, et sur la manette de la Xbox Series X.

 

On peut donc être surpris de voir le bouton Share disparaître de la DualSense. Le bouton à droite du touchpad est toujours là, mais il s’agit désormais d’un bouton Create. Sony promet d’en dire plus très bientôt sur ce changement de nom assez mystérieux.

Une nouvelle dose d’immersion

Comme il l’avait déjà annoncé à Wired, la nouvelle manette de la PlayStation 5 veut miser sur une dose supplémentaire d’immersion dans les jeux. D’abord, la manette a désormais un meilleur moteur de vibration, capable d’après Sony de donner un véritable effet tactile sous le doigt.

La manette DualSense intègre aussi un retour de force au niveau des gâchettes L2 et R2, ce qui devrait permettre de nouvelles interactions. Par exemple, le joueur pourrait sentir la résistance de la corde d’un arc en train d’être bandé.

Un micro intégré et un bouton mute

Pour faciliter les communications dans les jeux en ligne, la DualSense intègre un micro en plus de son haut-parleur.

On peut voir un bouton « mute » permettant de désactiver le micro en dessous du bouton PlayStation. De quoi rassurer les joueurs en ce qui concerne la vie privée.

Quid de l’autonomie ?

La DualShock 4 avait beau intégrer directement une batterie rechargeable, elle était surtout connue pour son autonomie assez médiocre. Quand on voit le nombre de nouvelles technologies intégrées à la manette DualSense, on peut être craintif concernant l’autonomie. Malheureusement, Sony ne fait pas vraiment de promesse de ce côté.

Nous avons également réfléchi aux moyens de maintenir une forte autonomie de la batterie rechargeable de DualSense, et de réduire autant que possible le poids du contrôleur au fur et à mesure de l’ajout de nouvelles fonctionnalités.

On peut toutefois noter que la manette passe à une recharge USB-C. C’est aussi le cas de la Nintendo Switch, de la manette Switch Pro et des nouvelles manettes Xbox depuis la Elite Series 2. Le jeu vidéo semble donc enfin avoir totalement adopté cette nouvelle connectique.

Une première idée du design de la PlayStation 5 ?

Dernier détail concernant la DualSense. Alors que Sony nous avait habitués à des manettes noires par défaut sur ses consoles au lancement, cette nouvelle génération adopte un design bicolore blanc et noir.

On peut se demander si le design de la PS5 reprendra aussi cette nouvelle idée. Une console noire et blanche ? Réponse très bientôt sans doute.

Retrouvez toute l'actualité de Sony PlayStation 5

Catégories: Mobile

Test du Xiaomi Mi 10 Pro : première incursion dans la cour des grands

FrAndroid - mar, 07/04/2020 - 19:30
Introduction

Avec le Mi 10 Pro, Xiaomi souhaite s'attaquer au segment des smartphones premium autour de 1000 euros. Mais y arrive-t-il avec ce nouveau téléphone ? C'est ce qu'on va voir dans ce test complet du Xiaomi Mi 10 Pro.

Le Xiaomi Mi 10 Pro

Jusqu’à présent, Xiaomi était connu pour sa gamme de smartphone Mi avec de très bons rapports qualité-prix. La marque chinoise a cependant lancé en ce début d’année 2020 deux nouveaux appareils qui détonnent clairement dans le catalogue du constructeur. Le Mi 10 Pro est ainsi un téléphone lancé au prix de 1000 euros. Un tarif deux fois supérieur à ce que proposait Xiaomi l’an dernier pour son Mi 9. Mais le design, les caractéristiques, l’écran et surtout la photo permettent-ils vraiment de justifier ce tarif ? C’est ce qu’on va voir dans ce test complet du Xiaomi Mi 10 Pro.

Fiche technique du Xiaomi Mi 10 Pro Modèle Xiaomi Mi 10 Pro Version de l'OS Android 10 Q Interface constructeur MIUI Taille d'écran 6.67 pouces Définition 2340 x 1080 pixels Densité de pixels 386 ppp Technologie Super AMOLED SoC Snapdragon 865 Puce Graphique (GPU) Adreno 650 Mémoire vive (RAM) 8 Go Mémoire interne (flash) 256 Go Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 108 Mpx
Capteur 2 : 8 Mpx
Capteur 3 : 12 Mpx
Capteur 4 : 20 Mpx
Appareil photo (frontal) 20 Mpx Enregistrement vidéo 8K@30 fps Wi-Fi Wi-Fi 6 (ad) Bluetooth 5.1 Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28) NFC Oui Capteur d'empreintes Sous l\'écran Ports (entrées/sorties) USB Type-C Batterie 4500 mAh Dimensions 74.8 x 162.6 x 9mm Poids 208 grammes Couleurs Blanc, Bleu Prix 1500€ Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un exemplaire fourni par la marque.

Un design premium… avec quelques lacunes

Le Xiaomi Mi 10 Pro casse d’emblée la filiation avec son prédécesseur, le Xiaomi Mi 9, avec un design quelque peu différent. Exit le format relativement compact avec un écran de 6,39 pouces. Exit également les bordures sur les côtés de l’affichage et la petite encoche en haut de la dalle.

L’écran légèrement incurvé sur le Xiaomi Mi 10 Pro

Pour son Mi 10 Pro — tout comme pour le Mi 10 avec lequel il partage nombre de similitudes — Xiaomi a voulu faire table rase, ou presque. On se retrouve en fait face à un smartphone plutôt imposant avec sa diagonale d’écran de 6,67 pouces. Xiaomi a également choisi d’intégrer des bords incurvés sur les côtés de l’écran, afin de réduire les bordures noires au minimum. Elles restent certes visibles, mais s’effacent tout de même sur les côtés. Néanmoins, on aurait préféré que Xiaomi aille jusqu’au bout de sa démarche et intègre l’écran jusqu’au cadre en métal autour du smartphone, sans laisser de petites bandes noires tout autour.

Ces contours sont malheureusement assez voyants et pourront manquer de symétrie à certains. En effet, le mi 10 Pro arbore une bordure supérieure de 3,5 mm et une bordure inférieure de 5 mm. C’est certes du détail, mais à ce niveau de prix, c’est un élément à noter et on aurait préféré des bords plus fins notamment au niveau du menton.

La face avant du Xiaomi Mi 10 Pro

Toujours concernant la face avant, un autre élément qui démarque le Mi 10 Pro du Mi 9 est l’intégration de la caméra selfie. Xiaomi avait essayé l’encoche sur les Mi 9 et Mi Note 10, ainsi que le système mécanique sur les Mi 9T et Mi 9T Pro. Le constructeur chinois a cette fois adopté le poinçon pour le Mi 10 Pro. Une intégration plutôt réussie avec un diamètre assez court de seulement 4 mm. Le constructeur a également choisi d’intégrer cette bulle dans l’angle supérieur gauche, à la manière de ce qu’a également proposé Honor sur ses Honor 20, 20 Pro et View 20. Ce positionnement a l’avantage de permettre de faire disparaître le poinçon sous le pouce lorsqu’on fait pivoter le smartphone à 90 degrés pour regarder des vidéos ou jouer à des jeux en format paysage. Malheureusement, dans cas c’est l’audio qui peut avoir quelques soucis.

En effet, le Xiaomi Mi 10 Pro profite de deux haut-parleurs sur lesquels on reviendra plus tard : un en haut et un en bas. Problème : ils sont tous les deux proches de la tranche gauche du smartphone et peuvent vite se trouver bouchés par la paume de la main lorsqu’on tient le smartphone en mode paysage. Toujours sur les tranches, Xiaomi a intégré les boutons de volume et de mise en veille sur la tranche droite, malheureusement un peu hauts pour être accessibles facilement à une main. Sur la tranche inférieure, on va également retrouver le tiroir pour simple carte nano-SIM ainsi que la prise jack pour la recharge. Le Xiaomi Mi 10 Pro ne profite en effet pas de connexion audio analogique filaire par prise jack 3,5 mm.

Le dos du Xiaomi Mi 10 Pro

Enfin, passons au dos du smartphone. C’est là que le Xiaomi Mi 10 Pro se distingue le plus du Mi 10 qu’on a déjà eu l’occasion de prendre en main. Il faut dire qu’en lieu et place de la surface en verre brillant, Xiaomi a choisi d’y intégrer du verre poli. Un matériau déjà vu notamment chez OnePlus, Apple ou Honor et qui a l’avantage de ne pas capturer les traces de doigt tout en donnant un aspect métallique au smartphone. Toujours au dos, on retrouve le module photo positionné en haut à gauche, à la verticale, avec trois objectifs intégrés ensemble et un quatrième un peu plus bas. Un positionnement assez esthétique qui a le mérite d’éviter les larges rectangles de la concurrence. Néanmoins, on regrettera que l’emplacement du module ultra grand-angle, tout en bas, ait tendance à capturer les doigts lors de la prise de vue et on aurait apprécié qu’il soit disposé un peu plus au centre.

On notera enfin que le Xiaomi Mi 10 Pro n’est pas certifié pour son étanchéité. Là aussi, c’est un élément que l’on aurait avoir pour un smartphone lancé à 1000 euros.

Un affichage très immersif

Comme on l’a mentionné plus tôt, le Xiaomi Mi 10 Pro est doté d’un large écran de 6,67 pouces de diagonale. Celui-ci permet d’afficher 2340 x 1080 pixels, soit un ratio d’image de 19,5:9. Néanmoins, l’écran étant incurvé sur les côtés, on retrouve en fait un format un peu plus allongé. Du côté de la densité d’affichage, le Mi 10 Pro permet ainsi d’afficher 386 pixels par pouce. Une résolution correcte, dans la moyenne de ce qu’on trouve sur Android et qui suffira dans l’immense majorité des cas. À moins que vous ne rapprochiez fortement l’écran de vos yeux — comme pour faire de la réalité virtuelle — vous ne devriez donc pas pouvoir distinguer deux pixels entre eux.

L’écran du Xiaomi Mi 10 Pro

Par défaut, le Xiaomi Mi 10 a son écran configuré avec un schéma de couleur par défaut et des couleurs en automatique. L’interface MIUI permet cependant de modifier la balance des blancs et d’ajuster l’intensité des couleurs. Elle propose par ailleurs l’une des configurations les plus complètes sur Android pour calibrer proprement l’écran de son smartphone. En sélectionnant « paramètres avancés », on peut ainsi choisir la vivacité des couleurs entre amélioré, original, P3 et sRGB, mais aussi augmenter l’intensité des sous-pixels rouge, vert ou bleu, régler le contraste, le gamut ou la saturation des couleurs. Bref, Xiaomi permet ici à chacun de configurer au mieux l’écran du Mi 10 Pro avec les réglages les plus appréciés de chacun.

À l’usage, on a droit à un écran Amoled, ce qui signifie qu’on a des contrastes proches de l’infini. Même dans le noir, les pixels affichés en noir resteront donc parfaitement sombres sans aucune luminosité grisâtre comme on peut avoir sur un écran LCD. Le smartphone permet également de monter à une forte luminosité extérieure, largement suffisante pour consulter le téléphone même en extérieur en plein soleil. Quant à la température de l’écran, elle tend légèrement vers le bleu.

L’écran du Xiaomi Mi 10 Pro est très lumineux

Malheureusement, en raison du confinement, je n’ai pas pu tester l’écran du smartphone avec notre sonde et nos logiciels habituels pour mesurer le delta E, la température, la luminosité maximale ou la couverture des différents espaces colorimétriques. Ces données seront ajoutées ultérieurement, lorsqu’on pourra à nouveau accéder normalement à notre matériel. Néanmoins, face à un Samsung Galaxy Note 10 Lite avec son écran extrêmement proche des 6500K de la lumière blanche du soleil, à 6486K, on voit bien que la calibration par défaut du Xiaomi Mi 10 Pro offre une balance des blancs un peu plus froide.

Outre le format incurvé de l’écran, qu’on a déjà abordé dans la partie design, on notera également que le Mi 10 Pro est le premier smartphone de Xiaomi à disposer d’un écran avec un taux de rafraîchissement de 90 Hz. Si on a déjà pu découvrir de tels écrans avec le OnePlus 7T ou le Google Pixel 4, force est de constater que la fluidité de l’affichage du Mi 10 Pro est encore plus appréciable. Sans atteindre celle d’écran à 120 Hz comme le Galaxy S20, j’ai pu nettement constater à quel point le rafraîchissement était plus élevé que sur une dalle 60 Hz classique. Il faut dire que Xiaomi semble avoir revu ses animations, que ce soit pour le changement de page sur l’écran d’accueil ou pour l’ouverture ou le changement d’applications. Il en résulte une expérience fluide particulièrement appréciable, même si, de fait, on aurait préféré une compatibilité 120 Hz.

MIUI 11, toujours sans tiroir d’applications

Le Xiaomi Mi 10 Pro est lancé avec l’interface MIUI 11 de Xiaomi basée sur Android 10. Au moment de ce test, il profite par ailleurs du patch de sécurité de mars 2020. Jusque là, que du bon.

Du côté de l’interface de Xiaomi, on ne retrouve que du classique pour qui est d’ores et déjà habitué à MIUI 11. On rappellera qu’il s’agit là d’une interface hautement personnalisable avec de nombreuses options pour s’adapter au plus près des besoins des utilisateurs. Il est ainsi possible d’inverser les touches de navigation ou d’activer une navigation gestuelle similaire à celle proposée nativement par Google. On retrouve également un mode nuit particulièrement adapté à l’affichage Oled du smartphone puisque les menus s’affichent tout en noir et qu’il permet également aux applications et aux sites Internet compatibles de s’adapter avec un thème sombre. On notera que Xiaomi a fait le choix de ne pas intégrer l’App Vault, qui s’affichait souvent à gauche de l’écran d’accueil, mais l’a remplacé par Google Discover, un service bien plus appréciable au quotidien tant les recommandations d’articles et les informations sont pertinentes.Toujours à noter du côté des améliorations, on apprécie que le Xiaomi Mi 10 Pro ne souffre pas du même souci de notifications que sur certains autres smartphones de la marque. Vous n’avez rien à configurer, par défaut les icônes s’affichent bien dans la barre d’état.

Enfin, toujours à noter parmi les fonctionnalités appréciables de MIUI 11 sur ce Mi 10 Pro, une personnalisation des bords incurvés. Je m’explique. Conscient que certains utilisateurs ont tendance à toucher les bords de l’écran avec la paume de leur main, Xiaomi a intégré un système logiciel pour que les bordures soient désactivées lorsqu’on tient le téléphone en main. Néanmoins, la marque ne s’est pas contenté de ça et permet non seulement de choisir parmi trois zones à désactiver (défaut, petite zone et grande zone), mais permet aussi de personnaliser la zone ignorée qui sera alors visible sur les côtés de l’écran. Toujours du côté des choses appréciables au quotidien, on notera que Xiaomi a particulièrement soigné le moteur haptique de son Mi 10 Pro.

Les vibrations sont agréables, que ce soit lorsque vous utilisez l’écran tactile ou simplement lorsque vous recevez une notification. Ça fait partie des éléments qui ont semble-t-il été soignés par le constructeur chinois.

Néanmoins, cela ne signifie pas que tout est rose du côté de MIUI 11. L’interface peut toujours rebuter par certains aspects et l’absence de tiroir d’applications n’est pas des moindres. En effet, par défaut, MIUI Launcher ne permet pas de ranger toutes ses applications dans un tiroir, mais impose qu’elles soient toutes accessibles sur l’écran d’accueil. On sait pourtant que Xiaomi travaille sur son propre tiroir d’applications, mais on aurait apprécié pouvoir en profiter sur le Mi 10 Pro. Las, il nous faudra finalement passer par un lanceur tiers pour bien tout ranger comme on en a l’habitude.

L’autre point négatif survient au moment de télécharger de nouvelles applications. Xiaomi n’a toujours pas renoncé à son système d’analyse virale aux allures de publicité. À chaque installation d’une application — y compris celles du Google Play Store — le système va venir effectuer une petite analyse du fichier sans oublier de vous afficher d’autres applications à télécharger. Des applications qui n’ont bien entendu aucun intérêt dans l’écrasante majorité des cas. Heureusement, cela peut cette fois se désactiver dans les paramètres.

Concernant le déverrouillage biométrique, le Xiaomi Mi 10 Pro propose les deux solutions traditionnelles : la reconnaissance faciale et le lecteur d’empreintes digitales. Pour la première, elle se fait à l’aide du simple appareil photo selfie. Il ne s’agit donc pas d’une reconnaissance 3D aussi sécurisée que sur le Huawei Mate 30 Pro ou le Google Pixel 4, mais elle est tout de même assez rapide. Pour le second, il est intégré directement dans l’écran et permet là aussi un déverrouillage assez rapide du smartphone. Point appréciable, le lecteur est accessible même lorsque le smartphone est en veille, écran éteint.

Notons enfin que le Xiaomi Mi 10 Pro profite du codec Widevine au niveau L1 pour les DRM. Cela signifie que le smartphone est certifié par Google pour permettre la lecture des vidéos en HD sur Netflix, Molotov ou myCanal. L’application du premier précise même un flux en Full HD dans ses spécifications de lecture.

Une véritable qualité audio stéréo

La qualité audio est l’une des principales originalités de ce Xiaomi Mi 10 Pro. Il faut dire qu’il ne profite pas que deux deux haut-parleurs, mais bel et bien de trois. On retrouve le haut-parleur pour les appels, au-dessus de l’écran, ainsi qu’un haut-parleur pour les médias sur la tranche inférieure. Mais là où Xiaomi a frappé fort, c’est que le constructeur a intégré un deuxième haut-parleur média sur la tranche supérieure.

Concrètement, ce système permet non seulement de profiter d’un son stéréo, avec un canal gauche et un canal droit, pratique pour les vidéos, la musique ou les jeux, mais surtout un son bien équilibré entre les deux haut-parleurs. Il faut dire que contrairement à Samsung par exemple, qui propose également de la stéréo sur son haut de gamme, il s’agit ici de deux haut-parleurs similaires. Ce n’est pas celui des appels, plus petit et moins grave, qui est utilisé pour la stéréo, mais bien un modèle similaire à celui du bas.

Dans l’ensemble, on profite donc non seulement d’un son de très bonne qualité, mais également avec une excellente spatialisation. C’est un plaisir de regarder YouTube, de jouer à des jeux, ou même d’écouter de la musique sur le Mi 10 Pro. Du moins, à condition de ne pas boucher les haut-parleurs avec la paume des mains, ce qui arrive malheureusement assez souvent. Assez malin, Xiaomi a même configuré les haut-parleurs de manière à ce qu’ils s’inversent si vous retournez le smartphone à l’horizontale dans le sens des aiguilles d’une montre, de manière à ce que l’orientation sonore corresponde à celle de la vidéo.

Comme on l’a vu plus tôt, le Xiaomi Mi 10 Pro n’est pas équipé d’une prise casque, mais d’une simple prise USB-C. Xiaomi annonce cependant fournir un adaptateur jack vers USB-C ainsi que des écouteurs filaires avec la boîte du smartphone. Malheureusement, nous n’avons pas pu les tester sur notre exemplaire de prêt. Une fois un casque connecté en filaire au smartphone, il est alors possible pour l’utilisateur de régler la qualité audio, que ce soit en précisant le type de contenus écoutés (musique, vidéo ou voix), en précisant le type de casque ou d’écouteur (à condition qu’ils soient de marque Xiaomi) ou en réglant un égaliseur sept bandes, avec dix presets proposés (rock, jazz, pop, métal, dance, classique, etc.) Malheureusement, l’égaliseur n’est pas disponible via le haut-parleur, pas plus qu’avec l’utilisation d’un casque Bluetooth.

À propos du Bluetooth, signalons que le Xiaomi Mi 10 Pro utilise la version 5.1 de la norme sans fil. Pour la transmission audio, il est compatible avec les codecs SBC, AAC, aptX, aptX HD, LDAC, aptX Adaptative, TWS+ audio et LHDC. De quoi vous permettre donc de tirer parti au maximum de vos casques ou de vos écouteurs sans fil.

Un monstre de performances

Comme le Mi 10 classique, le Xiaomi Mi 10 Pro embarque le dernier processeur haut de gamme de Qualcomm en 2020, le Snapdragon 865. Pour rappel, nous avons déjà eu l’occasion de tester les performances de ce SoC avec le Nubia Red Magic 5G. Les performances que nous avions mesurées étaient alors les meilleures actuellement disponible sur Android, au-dessus du Snapdragon 855+ du second semestre 2019 évidemment, mais aussi du Kirin 990 de Huawei et de l’Exynos 990 de Samsung.

Sur le Mi 10 Pro, Xiaomi a associé cette puce à 8 Go de RAM LPDDR5 et 256 Go de stockage UFS 3.0. Malheureusement, comme on l’a vu dans la partie design, il n’est pas possible d’étendre ce stockage en y ajoutant une carte microSD.

À l’usage, il va sans dire que le Xiaomi Mi 10 Pro se comporte de manière extrêmement fluide et ce que ce soit en mode 60 Hz ou en 90 Hz, comme on l’a vu. Pendant ma semaine de test, je n’ai connu aucun ralentissement gênant, aucune freeze et le smartphone a su répondre au doigt et à l’œil. C’est bien évidemment ce qu’on attend pour un smartphone commercialisé à 1000 euros. Dans la navigation Web, le changement d’application, la gestion du multitâche ou les jeux 2D ou 3D, le téléphone a su se comporter comme un charme avec un vrai plaisir à l’utilisation.

Concrètement, Fortnite s’est lancé automatiquement par défaut avec un rafraîchissement de 30 images par seconde, une qualité ultra et une résolution graphique à 75 %. J’ai pu monter la définition graphique à 100 %, mais malheureusement pas la fluidité, pour l’instant plafonnée à 30 images par seconde par Epic Games. On espère que le développeur permettra de passer à 60 images par seconde. Dans cette configuration, le jeu est resté fluide, oscillant à peine entre 28 et 30 images par seconde, sans que ça ne vienne gêner la partie.

Call fo Duty Mobile sur le Xiaomi Mi 10 Pro

De son côté, Call of Duty Mobile se lance par défaut avec une qualité graphique moyenne et une fréquence d’images par seconde moyenne elle aussi. J’ai pu passer la qualité en très élevée et la fréquence en élevée, tout en activant l’antialiasing. Malgré ces paramètres fixés au maximum, je n’ai eu aucun ralentissement durant ma partie et le smartphone a su tenir la charge sans aucun problème.

Enfin, pour comparer les performances du Xiaomi Mi 10 Pro à celles d’autres smartphones, on l’a soumis à une batterie de benchmarks puis confronté les résultats à son prédécesseur, le Xiaomi Mi 9, mais également à d’autres modèles haut de gamme, les Samsung Galaxy S20 et Huawei P40, ainsi qu’au Nubia Red Magic 5G, équipé de la même puce.

 Xiaomi Mi 10 ProXiaomi Mi 9Samsung Galaxy S20 5G (Full HD+)Huawei P40 Pro (perf on) Nubia Red Magic 5G SoCSnapdragon 865Snapdragon 855Exynos 990Kirin 990Snapdragon 865 AnTuTu 8.x590 027nc510 024495 465593 843 PCMark 2.010 6068 83810 11411 43214 147 3DMark Slingshot Extreme7 1265 4996 6166 0587 237 3DMark Slingshot Extreme Graphics8 2636 3558 3786 4568 274 3DMark Slingshot Extreme Physics4 8103 7373 8114 9835 030 GFXBench Aztec Vulkan high (onscreen / offscreen)30 / 20 FPS23 / 16 FPS16 / 20 FPS17 / 17 FPS29 / 20 FPS GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)45 / 50 FPS36 / 42 FPS45 / 41 FPS33 / 44 FPS44 / 51 FPS GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)88 / 122 FPS60 / 101 FPS60 / 111 FPS60 / 118 FPS109 / 124 FPS Lecture / écriture séquentielle1 652 / 738 Mo/s796 / 189 Mo/s1 512 / 679 Mo/s1 778 / 394 Mo/s1 511 / 202 Mo/s Lecture / écriture aléatoire57,3K / 53,8K IOPS37,1k / 37,1k IOPS51k / 57k IOPS57,8k / 66,8 K 46k / 48,2k IOPS

Notez que tous les benchmarks relevés pour le Xiaomi Mi 10 Pro ont été faits avec un rafraîchissement de l’écran configuré sur 90 Hz. Néanmoins, les résultats sont sensiblement similaires en passant en 60 Hz avec un score sur AnTuTu à 589 407 et sur 3DMark SSE à 7 087.

On le constate, le Xiaomi Mi 10 Pro est bel et bien parmi les smartphones les plus puissants actuellement sur le marché, devant le Samsung Galaxy S20 et le Huawei P40. Le gain en performances est ainsi de 30 % sur 3DMark par rapport au mi 9 de l’an dernier, et de 20 % sur PC Mark. Autant dire que vous n’aurez aucun mal à faire tourner n’importe quel jeu sur Android.

Une bonne polyvalence photo… en plein jour

L’an dernier, le Xiaomi Mi 9 était déjà doté d’un module photo arrière que l’on pourrait qualifier de complet. Il intégrait ainsi trois appareils au dos : un ultra grand-angle, un grand-angle et un téléobjectif permettant un zoom x2. Néanmoins, malgré les efforts déployés par Xiaomi, le smartphone était loin d’égaler les modèles haut de gamme concurrents en matière de photographie. C’est pourquoi, afin de justifier la hausse des prix sur le Mi 10 Pro, le constructeur a choisi d’aller encore plus loin cette année.

Au dos du Xiaomi Mi 10 Pro on retrouve ainsi quatre appareils photo avec, de haut en bas :

  • Appareil zoom optique x3,6 de 8 mégapixels, équivalent 90 mm (f/2,0), compatible zoom hybride jusqu’à x10
  • Appareil zoom optique x2 de 12 mégapixels, équivalent 50 mm (f/2,0)
  • Appareil principal grand-angle de 108 mégapixels, équivalent 25 mm (f/1,69)
  • Appareil ultra grand-angle de 20 mégapixels, équivalent 15 mm (f/2,2)

Le module photo du Xiaomi Mi 10 Pro

Sur cette configuration déjà, on peut noter plusieurs choses. D’abord, les plus attentifs noteront que le smartphone n’est pas équipé d’un objectif dédié à la macro comme son petit frère, le Xiaomi Mi 10. Logique puisqu’en fait l’objectif ultra grand-angle est également capable de prendre des photos en macro avec une mise au point à 2,5 cm. Dès lors, inutile de propose un objectif en plus.

Pour le zoom, ce sont bien deux appareils photo différents qui sont utilisés par l’appareil. En fait, pour les zooms de x2 à x3,6, c’est l’appareil de 12 mégapixels qui va être utilisé. Au-delà, l’appareil de 8 mégapixels va prendre le relais. Avantage de celui-ci, il est stabilisé optiquement. De quoi permettre de prendre des zooms hybrides jusqu’à x10 sans trop trembler.

Enfin, concernant le module photo principal, s’il utilise bien un capteur de 108 mégapixels, le mode automatique permet en fait de prendre des photos de 25,16 mégapixels. Pour passer en mode 108 mégapixels, Xiaomi propose néanmoins un mode dédié accessible simplement depuis l’interface de l’appareil photo. En fait, le capteur de 108 mégapixels utilisé par Xiaomi est un Samsung ISOCELL Bright HMX, le même que l’on trouvait déjà dans le Xiaomi Mi Note 10. Pour rappel, ce capteur propose certes un grand nombre de pixels, mais il a l’avantage d’avoir un grand format de 1/1,33 pouce et de permettre de regrouper les photosites par groupe de quatre pour qu’ils puissent capturer davantage de lumière ensemble. C’est pourquoi le mode 108 mégapixels est à privilégier dans les scènes lumineuses, tandis qu’on préférera passer par le mode automatique, à 25 mégapixels, dans la grande majorité des cas.

Notons néanmoins que le mode 108 mégapixels permet, logiquement, de capturer des clichés bien plus détaillés comme on peut le voir sur ces photos de bibliothèque, en 25 et en 108 mégapixels. En zoomant dans l’image, on constate logiquement que le mode 108 mégapixels permet de capturer un peu plus de détails comme les noms de livres ou des DVD. À gauche, j’ai zoomé dans le fichier de 25 mégapixels et, à droite, dans celui de 108 mégapixels.

Malgré la meilleure définition, les différences ne sont pas flagrantes entre les deux images. Et pour cause, le mode 108 mégapixels étant moins lumineux, il est plus propice au flou ou au bruit numérique pour compenser le manque de luminosité de l’image.

Pour évaluer la cohérence des clichés lorsqu’on passe d’un appareil photo à l’autre, j’ai pris plusieurs fois la même scène, à la même distance, en jouant avec les possibilités offertes par l’appareil photo du Xiaomi Mi 10 Pro. Sur les galeries suivantes, la première photo est toujours prise en ultra grand-angle, la seconde en grand-angle, la troisième à l’aide du zoom x2, la quatrième avec le zoom x5 et la dernière avec le zoom hybride x10. Notons néanmoins que si Xiaomi communique sur un zoom hybride x10, son application photo ne permet pas d’y accéder simplement d’une tape de doigt, mais il faudra nécessairement écarter les doigts sur l’écran pour y arriver manuellement.

Notons d’abord que les photos ont toutes été capturées avec le mode automatique et l’IA activée. Dans l’ensemble, on constate un grand manque de cohésion des couleurs, particulièrement sur les scènes d’extérieur. Sur la première série par exemple, si le ciel tend vers le bleu sur le cliché en ultra grand-angle, il devient jaune sur les suivants. De même, même si j’ai à chaque fois fait la mise au point — et donc le réglage d’exposition — sur l’immeuble au fond, il ne s’éclaire vraiment qu’à partir du zoom x5.

On appréciera néanmoins un mode assez polyvalent, y compris sur les scènes d’intérieur avec une lumière un peu moindre. En effet, même hybride, le zoom x10 reste de bon niveau et permet de profiter de détails que l’on ne verrait pas à l’œil nu.

Le Xiaomi Mi 10 Pro propose bien un mode nuit pour la capture de clichés en basse lumière. On notera cependant que celui-ci ne propose que deux focales différentes avec un mode x1 et un mode x2 lorsqu’on clique sur l’icône. Il reste cependant possible de zoomer davantage simplement en écartant les doigts sur l’écran.

Néanmoins, lorsqu’on regarde plus en détail, on réalise qu’en fait, la photo prise en zoom x2 ne l’a pas été avec l’appareil photo de 12 mégapixels, mais avec celui de 108 mégapixels. Le Xiaomi Mi 10 Pro a en fait tout simplement effectué un zoom numérique dans l’objectif, en annulant le principe du regroupement de quatre pixels entre eux. Et on comprend rapidement pourquoi lorsqu’on s’essaie à la prise de photo en basse lumière avec le mode automatique. Sur les photos suivantes, vous pouvez découvrir de gauche à droite l’ultra grand-angle, le grand-angle, le zoom x2, le zoom x5 et le zoom hybride x10 :

Concrètement, on constate en fait que seuls le grand-angle classique et le zoom x2 (qui utilise cette fois encore le zoom numérique pour pallier l’absence de lumière) sont capables de capturer des clichés avec une bonne luminosité en mode automatique. Dommage, car, là encore, là concurrence fait bien souvent mieux, qu’il s’agisse de Huawei, de Samsung ou de Google, avec des photos nocturnes qui peuvent être bien plus lumineuses avec l’ultra grand-angle ou les téléobjectifs.

Enfin, on notera que le Mi 10 Pro propose un mode portrait directement dans l’interface de l’appareil photo. Celui-ci utilise nécessairement le zoom x2 de votre smartphone et ne permet donc pas de prendre des portraits en grand-angle ou avec un zoom hybride allant jusqu’à x10. Dommage. On apprécie cependant la possibilité de modifier le flou d’arrière-plan avant comme après la prise de vue.

Dans l’ensemble, l’effet est plutôt réussi tant au niveau du découpage que du traitement de la couleur de la peau ou des détails du visage. Néanmoins, comme on peut le voir sur les dernières, c’est dans des conditions avec une haute plage dynamique que le Mi 10 Pro va avoir le plus de mal, privilégiant les parties les plus lumineuses de l’image… quitte à laisse le visage complètement dans l’obscurité comme on le voit sur le dernier cliché, prix à ma fenêtre.

Pour les selfies, le Xiaomi Mi 10 Pro est équipé d’un capteur de 20 mégapixels logé dans la petite bulle en haut à gauche de l’écran. Ce capteur est associé à un objectif avec une ouverture de f/2,3. Sur les galeries suivantes, la première photo est prise en mode automatique (avec IA et HDR automatique), tandis que la seconde est capturée en mode portrait.

Dans l’ensemble, le smartphone parvient à de bons résultats avec une exposition correcte, même dans l’obscurité. Néanmoins, comme c’est souvent le cas, il ne parvient pas à cumuler les effets du mode portrait avec celui du HDR. Dommage.

Pour la vidéo, le Xiaomi Mi 10 Pro propose plusieurs options de prise de vue. Le smartphone peut ainsi capturer des images jusqu’en 8K à 30 FPS avec le mode dédié.

Lien YouTube

Il permet également de capturer des séquences en 4K à 60 FPS pour avoir des vidéos plus fluides. Néanmoins, on notera qu’avec ces deux modes, le téléphone ne permet pas de stabiliser l’image.

Lien YouTube

Pour ce faire, il faudra en effet appuyer sur le bouton de stabilisation. Malheureusement, avec ce mode, vous ne pouvez plus filmer qu’en 1080p à 30 images par seconde.

Lien YouTube

Pour les selfies enfin, le Xiaomi Mi 10 Pro ne permet encore une fois pas de profiter d’une image stabilisée. Par ailleurs, la vidéo est limitée au 1080p à 30 FPS ou au 720p à 30 FPS.

Lien YouTube

On notera également que si le Xiaomi Mi 10 Pro est très bon pour capturer les sons lors de la prise de vue vidéo, il peut s’avérer un peu trop sensible. Dans les scènes d’extérieur qu’on a pu prendre, le smartphone avait en effet du mal avec les bruits du vent, pourtant assez faible.

Une recharge extrêmement rapide en 43 minutes

Le Xiaomi Mi 10 Pro est équipé d’une batterie de 4 500 mAh. Il s’agit certes d’une moins grande capacité que les 4 780 mAh du Mi 10 classique. Néanmoins, pour la version Pro, Xiaomi a décidé d’ajouter une charge rapide plus puissante. Concrètement, cela signifie qu’à volume égal, la batterie du Mi 10 Pro a moins de capacité, puisqu’elle doit capable de gérer la puissance de la recharge et donc de retirer une partie des cellules.

Concrètement, la capacité de la batterie est cependant bien suffisante pour la plupart des cas. Malheureusement, pour cause de confinement, nous n’avons pas pu soumettre le smartphone à notre test d’autonomie ViSer. Néanmoins, on peut noter qu’en 60 Hz, il m’aura fallu 28 heures avant de passer de 100 à 20 % de batterie. Une période durant laquelle j’ai utilisé le smartphone avec l’écran allumé pendant 4 heures pour prendre des photos, jouer à des jeux mobiles, regarder des vidéos YouTube ou naviguer sur les réseaux sociaux.

Avec l’écran configuré en 90 Hz, j’ai pu tenir plus longtemps, avec 33 heures d’utilisation avant de tomber à 10 % de batterie. L’écran a cette fois été utilisé pendant 5h20, mais jamais pour de lourdes tâches intensives pour des jeux 3D, mais essentiellement pour de la messagerie instantanée ou des réseaux sociaux.

C’est surtout pour sa charge rapide que le Xiaomi Mi 10 Pro impressionne. Il faut dire qu’il permet de se charger en filaire jusqu’à une puissance de 50W. Pour ce faire, Xiaomi fournit le smartphone avec un bloc d’alimentation 65 W. Bien évidemment, il ne sera pas possible d’atteindre cette puissance avec le téléphone, mais c’est toujours appréciable si on souhaite utiliser le même chargeur pour le smartphone et pour un ordinateur portable par exemple.

La charge rapide du Xiaomi Mi 10 Pro

En partant d’une batterie chargée à 10 %, j’ai pu recharger le Mi 10 Pro jusqu’à 53 % en 15 minutes, 84 % en 30 minutes et 100 % en 43 minutes. Cette charge rapide est extrêmement pratique, puisqu’elle permet même de récupérer de 10 à 40 % de batterie en 10 minutes, très utile si on se rend compte le matin qu’on a oublié de mettre son smartphone à charger la nuit.

Du côté de la charge sans fil, le Xiaomi Mi 10 Pro est cette fois compatible jusqu’à une puissance de 30 W. Il propose également la charge sans fil inversée, disponible dans les paramètres du menu batterie, jusqu’à une puissance de 5W. Pratique pour recharger des écouteurs sans fil compatibles par exemple.

Réseau et communication du Xiaomi Mi 10 Pro

Le Xiaomi Mi 10 Pro est compatible avec l’intégralité des bandes de fréquences allouées à la 4G en France, qu’il s’agisse de la B1 (2100 MHz), de la B3 (1800 MHz), de la B7 (2600 MHz), de la B20 (800 MHz) et même de la B28 (700 MHz), parfois oubliée des constructeurs et qui est surtout utilisée sur le réseau de Free Mobile.

En sus, le téléphone de Xiaomi est également équipé pour la 5G avec les bandes n1, n3, n7, n28, n77 et n78. On retrouve donc des bandes de fréquences qui seront utilisées pour la 5G en France dès cette année. Le téléphone n’est cependant pas compatible avec les ondes millimétriques, au-dessus des 6 GHz. Néanmoins, ces fréquences ne devraient pas être déployées commercialement en France avant quelques années.

Pour aller plus loin
Réseau 5G : déploiement, fonctionnement, usages et smartphones compatibles

Pour les appels vocaux, confinement oblige, je n’ai pas pu tester la réduction de bruit sur un boulevard de grand passage comme d’habitude. J’ai cependant pu appeler mon collègue avec des sons de circulation diffusés en arrière-plan à un volume important. Il n’a pas entendu la pollution sonore qui a donc su être bien filtrée par le Xiaomi Mi 10 Pro. Néanmoins, pour compenser, le smartphone a dû compresser assez fortement ma voix.

Pour le Wi-Fi, le Xiaomi Mi 10 Pro est compatible avec la dernière norme en date, le Wi-Fi 6 (802.11 a/b/g/n/ac/ax). Il profite également du Bluetooth avec la norme 5.1, compatible avec les codecs audio SBC, AAC, aptX, aptX HD, LDAC, aptX Adaptative, TWS+ audio et LHDC, comme on l’a vu précédemment.On notera également que le Xiaomi Mi 10 Pro intègre bien une puce NFC, pratique pour l’appairage Bluetooth ou le paiement sans contact, mais également une géolocalisation compatible GPS, Galileo et Glonass.

Prix et disponibilité du Xiaomi Mi 10 Pro

Le Xiaomi Mi 10 Pro est disponible depuis le 7 avril en France. Il est proposé en une seule configuration, avec 8 Go de RAM et 256 Go de stockage, mais en deux coloris : blanc alpin et gris solstice. Le Xiaomi Mi 10 Pro sera proposé au prix de 999,90 euros.

Où acheter le
Xiaomi Mi 10 Pro au meilleur prix ?

En face, plusieurs smartphones concurrents peuvent être trouvés au même tarif. On pense par exemple au Samsung Galaxy S20 Plus en version 4G, mais également au Huawei P40 Pro ou au Samsung Galaxy Note 10 Plus.

8 /10 Samsung Galaxy S20 Plus Fiche produit Voir le test 1 009 € 7 /10 Huawei P40 Pro Fiche produit Voir le test Disponible à 899 € 9 /10 Samsung Galaxy Note 10 Plus Fiche produit Voir le test Disponible à 821 €
Catégories: Mobile

Classement DAS : quels sont les smartphones qui émettent le moins de rayonnement

FrAndroid - mar, 07/04/2020 - 18:35

Dans ce dossier, nous vous proposons de répondre aux questions les plus répandues concernant la problématique des ondes électromagnétiques, avec un classement des smartphones (et les valeurs DAS) régulièrement mis à jour.

Le Débit d’Absorption Spécifique ou DAS est un indicateur permettant d’évaluer la quantité d’ondes émises par nos smartphones et objets connectés. Si les scientifiques s’accordent en majorité à dire que ces dernières ne sont pas nocives pour la santé, certains doutes demeurent. Si vous cherchez à réduire votre exposition aux ondes électromagnétiques, nous avons listé les smartphones du moment en fonction de leur DAS afin que vous puissiez orientez votre en fonction de ce critère. Vous trouverez des informations complémentaires sur le DAS après nos classement.

Classement des meilleurs smartphones en fonction de leur DAS

Si vous lisez régulièrement Frandroid, vous savez sans doute que nous tenons régulièrement à jour notre sélection des meilleurs smartphones. Les voici classés par ordre de DAS croissant, ce qui vous permettra de choisir celui qui émet le moins d’ondes, mais avant ça, voici les trois meilleurs élèves, tous en provenance de Samsung. Tous les chiffres sont issus des données communiquées par les constructeurs.

9 /10 Samsung Galaxy Note 10 Plus Fiche produit Voir le test Disponible à 821 € 8 /10 Samsung Galaxy A51 Fiche produit Voir le test Disponible à 299 € ModèleDAS (tête) en W/kg Samsung Galaxy Note 10+0,187 Galaxy S200,279 Galaxy Z Flip0,369 Samsung Galaxy A510,369 Samsung Galaxy S10+0,516 Xiaomi Redmi Note 8T0,591 Huawei P30 Pro0,64 Galaxy S20 Ultra0,66 Xiaomi Mi 100,690 Realme 60,709 iPhone 110,95 iPhone 11 Pro0,95 Apple iPhone 11 Pro Max0,99 Xiaomi Redmi Note 8 Pro0,997 OnePlus 7T1,04 Xiaomi Mi 9T Pro1,302 Google Pixel 3a1,33 Classement des smartphones du moment en fonction de leur DAS

Dans le tableau ci-dessous, vous retrouverez les téléphones du moment populaires sur Frandroid. La liste est agrémentée de quelques produits importants, que nous jugions pertinents. Là encore, ils sont classés par ordre de DAS croissant. Tous les chiffres sont issus des données communiquées par les constructeurs.

ModèleDAS (W/kg) Samsung Galaxy Note 100,209 Galaxy S200,279 Samsung Galaxy A510,369 Samsung Galaxy A100,379 Samsung Galaxy S100,477 Huawei P40 Pro0,48 Samsung Galaxy A400,49 Xiaomi Mi 100,512 Samsung Galaxy S10+0,516 Samsung Galaxy S10e0,582 Huawei P30 Pro0,64 Galaxy S20 Ultra0,66 Xiaomi Mi 100,690 Xiaomi Mi 10 Pro0,69 Huawei P30 Lite0,7 Realme 60,709 Sony Xperia 10 Plus0,9 Apple iPhone 11 Pro0,95 Apple iPhone 110,95 Apple iPhone 11 Pro Max0,99 Xiaomi Redmi Note 8 Pro0,997 OnePlus 7T
1,04 OnePus 71,166 OnePlus 7 Pro1,199 Google Pixel 3a1,33 Xiaomi Mi 9T1,341 Xiaomi Mi 91,389 Xiaomi Mi 9 Lite1,42 Pour comprendre le DAS Qu’est-ce que le DAS ?

Les champs électromagnétiques sont partout : la lumière visible, les rayons X, mais aussi les ondes émises par nos smartphones, les antennes relais ou encore les lignes électriques. Ils se propagent sous la forme d’onde, définie par sa fréquence. Plus elle est haute, plus elle est énergétique. Comme toutes les ondes, elles se déplacent à la vitesse de la lumière.

Pour les smartphones, les autorités sanitaires ont établi des normes portant sur le DAS (débit d’absorption spécifique), exprimé en watt par kilo. Cet indice indique la quantité d’énergie électromagnétique absorbée par le corps lors de l’utilisation d’un appareil sans fil, il permet de mieux comprendre les spécificités du corps humain, surtout au niveau de la tête (quand on place le téléphone près de l’oreille).

Là où ça se complique, c’est que cet indice est calculé d’une façon différente dans les régions du monde entier. Si l’on compare les données, il faut donc se fier aux chiffres indiqué dans zone géographique donnée. Dans le cas de la France, c’est la norme de l’Union européenne qui fait foi. Le chiffre indiqué correspond aux émissions maximales émises par le terminal, elles sont en pratique très souvent sensiblement inférieures.

Au sein de l’Union européenne, la limite de DAS est de 2 watts par kilogramme (W/kg) (la moyenne se rapporte à 10 grammes de tissu), aux États-Unis la FCC exige que les téléphones commercialisés affichent un niveau de DAS inférieur à 1,6 watt par kilogramme (W/kg) (pour 1 gramme de tissu).

Évidemment, le calcul du DAS reste une opération complexe, l’absorption est différente en fonction des morphologies et des parties du corps que l’on cible.

Est-ce dangereux pour la santé ?

Il faut différencier deux types de rayonnements : ceux ionisants et ceux non ionisants. Les premiers se trouvent dans les très hautes fréquences, il s’agit des rayons X (utilisés principalement en médecine), mais aussi les rayons gamma (lors d’une explosion nucléaire, ces ondes sont émises par un produit radioactif). Ces rayonnements sont dits ionisants, car ils sont suffisamment énergétiques pour arracher des électrons aux atomes, ce qui a des effets cancérogènes avérés. Cela peut même entraîner la mort à court terme lors d’une exposition très importante comme lors de catastrophes nucléaires. Pas besoin d’annuler votre prochaine radio toutefois, tout est question de quantité bien évidemment. Aux doses courantes, il n’y a aucun danger.

Les ondes émises par nos téléphones sont bien moins énergétiques, elles sont non ionisantes. Les fréquences utilisées pour la téléphonie mobile se situent en France entre 700 MHz et 2,6 GHz, très très loin des Rayons X dont la fréquence est de l’ordre de 30 pétahertz (soit 30 millions de GHz). Il est donc impossible que l’ADN soit touché. Si le sujet vous intéresse, nous vous recommandons de lire le numéro 13 de Canard PC Hardware, avec son dossier dédié aux ondes. C’est un article de référence sur la question.

Que disent les agences de santé publique, aujourd’hui, sur le risque sanitaire ? Qu’en l’état actuel des connaissances, il n’existe aucune preuve définitive de la nocivité du téléphone portable. Toutefois si des milliers d’études validées ne font apparaître aucun effet cancérigène, quelques-unes mettent en avant un risque potentiel pour certaines tumeurs du cerveau, invitant à plus d’études.

Pour résumer : le consensus scientifique tend à démontrer l’absence d’effet cancérigène, mais certains doutes subsistent dans des cas particuliers.

Quelles précautions prendre pour limiter l’exposition aux ondes ?

Puisque certains doute subsistent, par principe, l’OMS recommande « de prendre des mesures pratiques afin de réduire l’exposition, comme l’utilisation de kits mains libres ou des textos« , plutôt que de passer des heures le mobile rivé à l’oreille. Évitez également de dormir près de votre smartphone, ou encore de le laisser constamment dans la poche de votre jean, près de vos organes génitaux. Pour les femmes enceintes, il est également nécessaire d’être prudent, les fœtus étant plus sensibles. Il faut enfin ajouter que le maillage d’antenne-relais bien plus important de nos jours, permet de diminuer la puissance émise par nos smartphones.

Plus de Guide smartphones

Catégories: Mobile

Hyundai Prophecy : deux manettes en guise de volant pour ce concept car électrique ultra épuré

FrAndroid - mar, 07/04/2020 - 18:23

Après avoir présenté les grandes lignes esthétiques de son concept car Prophecy début mars, le constructeur Hyundai dévoile cette fois-ci l’habitacle de sa sportive électrique, laquelle se dote de manettes latérales en guise de mécanismes de direction.

Le concept car électrique Hyundai Prophecy

« Il préfigure différentes idées et caractéristiques que Hyundai développera à l’avenir » : « Il », c’est le concept car Prophecy, introduit le 3 mars dernier par Hyundai dans un communiqué de presse. À l’époque, aucune photo de l’intérieur n’avait fuité. Seules ses lignes esthétiques extérieures marquées par un design aérodynamique, des lignes fluides, une silhouette sportive, des feux pixelisés et des jantes en forme d’hélice demeuraient à l’ordre du jour.

Atmosphère sombre et épurée

Un mois plus tard, le constructeur sud-coréen revient à la charge par la voie d’un nouveau communiqué de presse présentant plus en détail son engin. Non sans en rajouter une couche sur son look : « Son design repose sur le langage stylistique Sensous Sportiness de Hyundai, alliant sensualité et sportivité », peut-on lire.

L’arrière du concept car électrique Hyundai Prophecy

Surtout, le document nous plonge enfin dans l’habitacle du véhicule, dont l’atmosphère sombre et épurée se fond dans un univers numérique composé d’un premier écran réservé au conducteur, surplombé par une immense dalle numérique épousant l’ensemble de la surface avant.

Manettes directionnelles

Mais le clou du spectacle réside bien évidemment dans le mécanisme de direction, matérialisé par deux manettes distinctes, l’une fixée sur la console centrale, l’autre sur le garnissage de la porte. Outre leur fonction première — diriger le bolide — , ces manettes arborent plusieurs boutons à partir desquels « 90 % des fonctions du véhicule peuvent être commandées ».

Les manettes directionnelles du Hyundai Prophecy, l’une située sur la portière interne, l’autre sur la console centrale

« Cette configuration ergonomique est baptisée Interface Humaine Intuitive. Elle présente l’avantage d’accroître la sécurité des occupants et de leur offrir une plus grande liberté visuelle », assure la marque asiatique, qui n’hésite pas non plus à mettre en exergue son nouveau système intelligent d’adaptation à la posture, aussi appelée « Smart Posture Caring ».

Relax, take it easy

L’idée : optimiser la position de conduite selon les caractéristiques physiques du pilote. « En mode « intelligent », le conducteur indique sa stature, sa taille en position assise et son poids, et le véhicule s’adapte automatiquement à ses caractéristiques physiques. Le système SPCS règle le siège, le volant, les rétroviseurs et l’affichage tête haute, et se fonde sur des informations médicalement validées », distille le groupe.

S’ajoute aussi un mode relax, qui incline les sièges et fait pivoter la planche de bord vers le haut pour visionner des contenus avec un niveau de confort maximal.

Hyundai

Catégories: Mobile

Rétrofit : vous pouvez légalement convertir votre véhicule thermique en électrique

FrAndroid - mar, 07/04/2020 - 18:00

Un arrêté ministériel publié au Journal officiel le 3 avril 2020 a rendu légal la conversion des véhicules thermiques à l’électrique. À condition de respecter certains critères précis.

La Peugeot e-208, déjà en électrique

C’est officiel. Transformer son automobile thermique en un « véhicule électrique à batterie ou à pile combustible » est désormais légal, depuis la publication au Journal officiel d’un arrêté ministériel datant du 3 avril 2020. Cette pratique que l’on nomme « rétrofit » concerne ainsi les véhicules de catégories M et N équipés d’une immatriculation vieille de cinq ans, à partir de la date de conversion.

Rétrofit : quels véhicules concernés ?

Le délai susmentionné s’abaisse à trois ans pour les modèles appartenant à la catégorie L. Pour rappel, la catégorie M correspond aux « véhicules à moteur conçus et construits pour le transport de personnes et ayant au moins quatre roues », soit les particuliers, utilitaires, minibus, autobus et camions, lorsque la catégorie N concerne les « véhicules à moteur conçus et construits pour le transport de marchandises et ayant au moins quatre roues ».

Quant à la troisième et dernière catégorie, la L, il s’agit ici des « véhicules à moteur à deux ou trois roues et quadricycles à moteur », si l’on se réfère au Code la route publié sur Legifrance. Les engins agricoles, eux, ne pourront bénéficier de cette conversion. Autre règle à respecter à la lettre : « la puissance du moteur électrique doit être comprise dans la plage fermée 65 % – 100 % de la puissance maximale du moteur d’origine ».

Plaque de transformation

Pour profiter du « rétrofit », les utilisateurs devront par ailleurs se rendre chez un « professionnel de l’entretien et de la réparation automobile habilité par le fabricant ». Ce dernier délivre au professionnel une habilitation d’une durée de deux ans maximum. Les usagers recevront également une plaque de transformation fixée à côté de la plaque du constructeur, sur laquelle apparaîtront le nom du fabricant, le code VIN du véhicule, le numéro de réception de l’agrément de prototype et le motif de conversion.

Pour suivre au mieux l’impact de ce nouveau dispositif, mais aussi pour proposer des modifications ou des suppressions de prescriptions, le directeur général de l’énergie et du climat recevra un rapport d’activité des fabricants de dispositifs de conversion électrique, au 31 décembre 2021 au plus tard, puis tous les ans.

Journal officiel

Catégories: Mobile

L’interface Xbox évolue et se simplifie à l’approche de la Series X

FrAndroid - mar, 07/04/2020 - 17:23

Microsoft continue d'améliorer l'interface de la Xbox de mois en mois. La nouvelle version propose un nouveau Guide permettant de passer rapidement d'un compte à l'autre.

Depuis le lancement de la Xbox 360, Microsoft a pris l’habitude de faire évoluer l’interface de ses consoles beaucoup plus régulièrement que ses concurrents Nintendo et Sony.

D’abord vivement critiquée, l’interface de la Xbox One s’est amélioré au fil du temps jusqu’à recevoir une nouvelle mise à jour majeure début 2020 qui a grandement amélioré ses performances. Microsoft prépare la suite, et dévoile aujourd’hui l’interface qui accompagnera le passage de la Xbox One à Windows 10 2004, la prochaine mise à jour du système.

Cette nouvelle version est d’abord proposée aux membres du programme Xbox Insider, il faudra attendre plusieurs semaines avant que les autres joueurs y aient accès.

Un nouveau guide Xbox repensé

Le premier changement important apporté par Microsoft est une refonte du « Guide ». C’est le nom donné par la firme au menu principal qui apparait en appuyant sur le bouton Xbox de la manette.

L’ancienne version

Le nouveau guide Xbox

Microsoft a axé ses changements sur deux points. Le premier est d’offrir le choix de l’ordre des menus aux joueurs, qui vont donc pouvoir rendre rapidement accessibles leurs fonctions préférées.

L’autre est d’avoir réuni plusieurs menus pour simplifier l’ensemble. Les options d’équipe, de chat et d’invitation ont été réunies dans un seul onglet. Les paramètres, gestion du son et d’alimentation ont été regroupés avec l’onglet de gestion du profil.

L’ancien menu système

Les profils et le menu système sont réunis

Cette nouvelle version du guide semble bien mieux agencée et devrait être bien plus simple à aborder pour les nouveaux joueurs. On espère que Microsoft va continuer ce travail de rationalisation pour proposer une interface plus intuitive et fluide.

Un nouveau bouton pour découvrir des jeux

Le menu de gestion des applications et jeux installés sur la Xbox a également été revu. En plus des modifications de la récente refonte, Microsoft a ajouté un nouveau bouton « surprenez-moi ! »

Ce bouton permet tout simplement de proposer au hasard un jeu parmi ceux installés qui correspondent aux filtres configurés. Pratique lorsque l’on ne sait plus trop à quoi jouer.

En attendant la Xbox Series X

Microsoft compte évidemment sur les retours des insiders pour parfaire encore ce menu. La firme n’a pas encore confirmé l’interface de la Xbox Series X, mais tout porte à croire que la nouvelle console héritera de la même interface que la Xbox One.

Toutes les améliorations mises en place par Microsoft au cours des derniers mois permettent de préparer au mieux le lancement de la prochaine Xbox.

Les actualités et rumeurs sur la Microsoft Xbox Series X

Catégories: Mobile

Comment regarder Disney+ ? Puis-je partager mon mot de passe ? On répond aux questions fréquentes

FrAndroid - mar, 07/04/2020 - 16:35

Disney+ est disponible, nous répondons à vos questions les plus fréquentes : où regarder Disney Plus ? Combien ça coûte ? Combien de profils puis-je créer ? Est-ce que je peux partager mon mot de passe ? Etc.

Quelques films disponibles sur Disney+

Le service de streaming Disney+ était très attendu, il va se montrer probablement aussi essentiel que Netflix pour de nombreux consommateurs. Comme vous le savez, Disney+ combine les contenus de Disney, Marvel, Star Wars et National Geographic dans une seule application de streaming. Pour quelques euros par mois, vous pouvez creuser dans le coffre-fort de Disney+ avec les classiques dessins animés, les superproductions de super-héros, et quelques contenus originaux, comme la série The Mandalorian. Il y a un essai gratuit de sept jours pour les nouveaux clients, vous aurez donc une semaine pour décider si vous souhaitez ajouter un autre abonnement à votre vie numérique.

Combien coûte Disney+ ?

Nous avons déjà traité cette question, néanmoins voici une réponse rapide.

Comme nous l’indiquons dans notre article bon plan, vous pouvez profiter de 7 jours offerts. C’est assez simple : il suffit de se créer un compte sur le site officiel et saisir ses informations de carte bancaire pour simple validation. Notez que vous ne serez prélevé qu’au bout des 7 jours d’essai et que l’abonnement est sans engagement.

S'abonner à l'offre d'essai de Disney+

Le prix de l’abonnement Disney+ est de 6,99 euros par mois, vous pouvez également opter pour l’abonnement annuel : 69,99 euros pour un an (soit 5,83 euros/mois).

Vous pouvez également opter pour une offre Canal qui permet de faire des économies si vous êtes un gros consommateur de sVOD. Nous vous conseillons le pack Cine Series+ qui intègre OCS, Canal+, Disney+ et Netflix, cette offre est le meilleur rapport qualité-prix. De plus, c’est un abonnement sans engagement. Tous ces forfaits seront disponibles sur le site de Canal+.

Où regarder Disney+ ?

Disney+ est disponible sur un grande variété d’appareils, des box, des appareils mobiles mais aussi des TV. Voici les plateformes pris en charge par Disney :

Vous trouverez la liste également sur cet article.

Disney+

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Combien de profils et d’utilisateurs par compte ?

Chaque compte Disney+ prend en charge jusqu’à sept profils avec des recommandations personnalisées et des listes d’alertes distinctes. On vous explique ici comment créer un nouveau profil.

Les avatars disponibles pour vos profils

Concernant le nombre d’utilisateurs, vous pouvez utiliser votre compte Disney+ depuis 4 écrans simultanément. Contrairement à Netflix, Disney+ possède une offre unique pour toute la famille.

Que regarder sur Disney+ ?

Plus de 300 films, plus de 140 séries, des reportages… Voici la liste de tous les films et séries disponibles en France sur Disney+.

Pour aller plus loin
Disney+ : voici tous les films, séries et dessins animés au catalogue en France

Existe-t-il un contrôle parental ?

Il suffit de créer un nouveau profil en tant qu’enfant. Ce profil n’aura accès qu’à un portail spécial de Disney+ qui inclut du contenu adapté à l’âge des enfants.

Le portail pour les enfants sur Disney+

Peut-on partager son compte Disney+ ?

Probablement, tant que vous le gardez dans les limites du raisonnable. Disney reconnaît le partage de mot de passe et ne semble pas trop soucieux de contrôler strictement cette pratique. Mais si les choses deviennent incontrôlables ou si le partage de mot de passe affecte considérablement la croissance du service, Disney pourrait devenir moins flexible.

Comment télécharger des séries et films hors-ligne sur Disney+ ?

Depuis les applications iPhone, iPad et Android, vous pouvez choisir de sélectionner des épisodes de séries ou des films à stocker localement sur votre appareil mobile.

Vous pouvez télécharger vos épisodes en Wi-Fi ou en 4G

Dans le menu des paramètres de Disney+, vous pouvez choisir entre une qualité élevée, moyenne et standard pour les téléchargements, et l’application vous montre combien de films et d’épisodes vous pouvez stocker hors-ligne.

Gestion du stockage sur Disney+

Vous pouvez télécharger des films et des émissions télévisées de Disney Plus sur un maximum de 10 appareils mobiles.

Quelle qualité de vidéo sur Disney+ ?

Si vous cherchez le film animé La Petite Sirène, vous pourrez le regarder en définition 4K avec audio Dolby Atmos et traitement HDR. Tous les films et séries du service ne bénéficient pas du traitement 4K, mais des classiques tels que « Toy Story » de 1995 et « Qui veut la peau de Roger Rabbit » de 1988 ont été remastérisés.

Disney a néanmoins décidé de diminuer la qualité de diffusion maximale proposée pour le lancement afin de « ménager le réseau internet ». La mesure est en place pour quelques semaines sans précision des délais.

Nous mettons en place de manière proactive des mesures pour réduire l'utilisation globale de la bande passante d'au moins 25% (à l’instar de ce que nous avons fait dans les autres pays européens). pic.twitter.com/LaXs2a1AG8

— Disney+ FR (@DisneyPlusFR) April 6, 2020

Monaco, Belgique, territoires d’outre-mer français.. quand est-ce que Disney+ sera disponible ?

Disney+ sera disponible fin avril à Monaco et dans les territoires d’outre-mer français (Antilles, Guyane, Nouvelle Calédonie, Wallis & Futuna). Pour la Réunion, Mayotte et Maurice, il faudra patienter jusqu’à cet automne 2020. Enfin, pour la Belgique, Disney a prévu un lancement pour l’été 2020.

Bonjour, Disney+ sera lancé fin avril à Monaco et dans les territoires d’outre-mer (Antilles, Guyane, Nouvelle Calédonie, Wallis & Futuna) et dès l’automne pour la Réunion, Mayotte et Maurice. Excellente journée !

— Disney+ FR (@DisneyPlusFR) April 7, 2020

Vous trouverez toutes les informations sur Disney+ dans notre dossier dédié.

Pour aller plus loin
Disney+ en France : le prix, les offres, le catalogue de séries et de films… tout savoir sur le service de streaming

Disney+

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Tout savoir sur Disney Plus

Catégories: Mobile

OnePlus confirme et détaille son premier chargeur sans fil

FrAndroid - mar, 07/04/2020 - 16:17

Le chargeur sans fil OnePlus Warp Charge 30 Wireless, le premier de la marque, sera présenté en même temps que les OnePlus 8 et OnePlus 8 Pro. Cela a été confirmée par la marque qui livre aussi quelques détails techniques.

 

Le OnePlus Warp Charge 30 Wireless sera bel et bien présenté avec le OnePlus 8 Pro

Il s’agissait d’un secret de polichinelle, mais il est toujours bon de pouvoir confirmer ce genre d’informations. Le Warp Charge 30 Wireless, le premier chargeur sans fil de OnePlus sera bel et bien présenté en même temps que les OnePlus 8 et OnePlus 8 Pro. Pour rappel, la date de cet événement est prévu pour le 14 avril prochain.

Mais revenons-en au OnePlus Warp Charge 30 Wireless. Ce socle de recharge sans fil a fait l’objet d’un communiqué de presse de la marque qui confirme ainsi le lancement de cet accessoire, « et ce sur son nouveau flagship ultra-premium de la série OnePlus 8 ». *On imagine donc que c’est uniquement le OnePlus 8 Pro qui devrait en profiter.

30 W et un convertisseur à pompe de charge isolé

OnePlus explique ainsi que sa Warp Charge 30 Wireless, avec sa puissance de 30 W, permettra au smartphone de passer de 1 à 50 % de batterie en seulement 30 minutes.

Ce n’est pas tout, le communiqué de OnePlus évoque l’utilisation d’un convertisseur à pompe de charge isolé. Sur le forum de la marque, on trouve quelques informations intéressantes à ce sujet.

Le convertisseur à pompe de charge garantit une efficacité de charge de 97 % et minimise la quantité d’énergie convertie en chaleur. Conçue avec des fonctionnalités similaires à celles d’un coupe-circuit, le convertisseur à pompe de charge isolé désactive la charge lorsque des courants et des tensions anormaux sont détectés. Cette fonction aide à maintenir une charge stable et protège votre téléphone pendant la mise sous tension.

À cela s’ajoute une « une communication en temps réel entre le chargeur sans fil et le téléphone via une puce personnalisée. La puce aide à contrôler le courant et la tension du chargeur pour maximiser l’efficacité globale. En combinant ces deux technologies pionnières, nous avons pu garantir une charge sans fil puissante de 30 W à la fois rapide et stable ».

Le chargeur sans fil coûterait 70 euros

Rappelons que pendant longtemps, la charge sans fil a été boudée par OnePlus qui jugeait la technologie encore trop inefficace et imparfaite. Les temps ont changé et l’entreprise semble avoir enfin trouvé satisfaction avec cette solution.

À cet égard, Pete Lau, le cofondateur de la firme, explique que « les nouvelles technologies ne sont implémentées sur nos produits qu’après avoir été méticuleusement testées afin d’atteindre une expérience utilisateur supérieure. Après 3 ans de R&D, nous sommes fiers d’enfin apporter à nos utilisateurs l’une des technologies de recharge sans fil parmi les plus rapides du monde. »

Concernant le Warp Charge 30 Wireless, des informations plus tôt ce matin évoquaient déjà certains éléments confirmés ici. Il y était surtout question d’un prix d’environ 70 euros pour le chargeur sans fil de OnePlus.

OnePlus

Catégories: Mobile

Coronavirus : plus aucune conférence physique pour Microsoft jusqu'à l'été 2021

Mon Windows Phone - mar, 07/04/2020 - 15:33

Ces deux derniers mois, nous avons assisté à l’annulation de pratiquement tous les événements physiques à cause du coronavirus. Microsoft a, de son côté, choisi de diffuser en ligne plusieurs événements à venir. Dans une déclaration, la firme a confirmé que tous les événements jusqu’à juillet 2021 seront tenus de cette façon.

Le tout-numérique pour remplacer les événements physiques

Les rumeurs enflaient depuis quelques jours et se confirment aujourd’hui : Microsoft



Continuez la lecture de l'article Coronavirus : plus aucune conférence physique pour Microsoft jusqu'à l'été 2021
Catégories: Mobile

Disney+ : pourquoi les programmes ne sont pas encore en 4K

FrAndroid - mar, 07/04/2020 - 13:40

Disney limite pour le moment son flux en Full HD. Si vous voulez de la 4K, il va falloir attendre, la faute au Coronavirus.

Disney+ est disponible ! Après un report de deux semaines, le service de streaming de Disney est finalement accessible depuis la France sans contourner ses conditions d’utilisation. Mais ne vous attendez pas à la meilleure des qualités d’image, le service est pour l’instant bridé.

Pas de format 4K Ultra HD

Bien que la description des programmes indique la présence de 4K Ultra HD dans les formats disponibles, ce n’est pas vraiment le cas pour le moment. En effet, Disney prévient sur son site que :

Dans le but d’anticiper la forte demande pour Disney+, nous mettons en place de manière proactive des mesures pour réduire l’utilisation globale de la bande passante d’au moins 25 % (à l’instar de ce que nous avons fait dans les autres pays européens). C’est pourquoi les formats 4K et Ultra-HD ne seront pas disponibles avant quelques semaines. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour cette limitation temporaire.

Ainsi, en raison de l’épidémie de coronavirus, Disney+ a opté pour un déploiement progressif afin de limiter l’impact de l’engouement de départ et éviter que cela ne pèse de trop sur les architectures réseaux.

Pour aller plus loin
Pourquoi le lancement de Disney+ est-il retardé en France

Disney n’a pas précisé de date de retour à la normale pour le moment. Cela dépendra très certainement de la durée du confinement ainsi que de la charge serveur engendrée par le lancement de Disney+.

Une mesure préventive

Pour le moment, rien n’indique que les infrastructures réseaux ne seraient pas à même de supporter une telle charge, mais cela permet tout de même d’éviter la création de goulots d’étranglement localisés et éviter que les personnes ayant besoin d’Internet pour des besoins nécessaires s’en voient privées.

Rappelons que d’autres acteurs de la SVOD ont déjà pris des mesures similaires, à l’instar de YouTube qui propose une définition standard par défaut ou de Netflix qui a réduit son bitrate.

Pour aller plus loin
Netflix, Disney+, OCS, myCanal… quel service de SVoD choisir en 2020

Si vous n’avez pas encore sauté le pas, sachez que la première semaine d’abonnement est gratuite sur Disney+.

Profitez de la semaine gratuite Disney+


Vous êtes majoritairement favorable au bridage de Netflix et YouTube


Ces deux dernières semaines ont été profondément marquées par la crise sanitaire en cours et les restrictions de sortie du gouvernement. Il faut dire que depuis une semaine et demi, il n’est plus possible de se déplacer que dans des…
Lire la suite

Tout savoir sur Disney Plus

Catégories: Mobile

Pages

S'abonner à Sleepy SME agrégateur