Agrégateur de flux

15 applications indispensables pour vos vacances

FrAndroid - dim, 17/06/2018 - 14:00

En France, en Europe ou à l’international, pour un week-end ou pour un mois, le smartphone est désormais l’accessoire indispensable du voyageur. Voici notre sélection d’applications pour des vacances réussies.

Vous partez en vacances et vous n’êtes pas sûr de savoir comment vous y prendre ? Pourquoi ne pas vous reposer sur votre smartphones pour vous aider lors de toutes les étapes de votre voyage ? Voici notre liste des meilleures applications pour les voyageurs.

1 - Un gestionnaire de voyage tout-en-un

La première application à installer est un gestionnaire de voyage tout-en-un, qui regroupera vos billets d’avion, vos réservations d’hôtel et vous suggérera des activités (musées, restaurants…) en fonction de l’heure, de la météo et de votre localisation.

Les deux applications les plus réputées, Google Trips et TripIt (édité par Concur) ne sont disponibles qu’en anglais. Celle de Google offre un mode hors ligne qui télécharge le guide entier de la ville choisie.

Google Trips - Travel Planner

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

TripIt: Travel Organizer
TripIt, Inc.

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

2 - Un comparateur de billets multi-modal

Pour arriver à destination, on peut emprunter différents moyens de transport. Si vous traversez l’Europe, GoEuro est le seul service capable de comparer l’avion, le train et le bus, ce à l’échelle européenne.

GoEuro: trains, buses, flights

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

3 - S'y rendre en train

Pour réserver un billet de train, il y a naturellement Voyages-SNCF, l’agence de voyages de la SNCF, mais il y a aussi et surtout Trainline, anciennement Capitaine Train, qui commercialise les mêmes billets de train aux mêmes prix, mais avec une interface souvent citée comme un modèle d’ergonomie, tous secteurs confondus.

Trainline EU: Train Tickets

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

OUI.sncf - Train travel
OUI.sncf

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

4 - S'y rendre en avion

Pour aller plus loin, la seule option est l’avion. Mais c’est le moyen de transport le plus concurrentiel, donc le plus difficile à dompter : les tarifs fluctuent constamment. Dans ce contexte, l’application Hopper ne vous propose pas seulement d’acheter le billet le moins cher à l’instant T, mais prédit le meilleur moment pour l’acheter. Il lui manque malheureusement quelques compagnies aériennes.

Nous recommandons donc de consulter parallèlement d’autres comparateurs de prix, tels Hipmunk, puissant mais exclusivement disponible en anglais, ou bien Kayak, dont l’interface est soignée.

Et si Google Flights n’a pas encore été porté sur mobile, il vaut le détour sur ordinateur.

Hopper - Watch & Book Flights
Hopper Inc.

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Hipmunk Hotels & Flights
Hipmunk, Inc

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

5 - L'application de votre compagnie aérienne

Si vous prenez l’avion, il existe de jolies applications de suivi des vols, mais la valeur la plus sûre est l’application de votre compagnie aérienne. Elle vous permet de vous enregistrer (check-in), de présenter votre billet électronique et d’être alerté en cas de retard ou de changement de porte d’embarquement.

Lufthansa
Deutsche Lufthansa AG

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

easyJet: Travel App
easyJet Airline Company Limited

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

6 - S'y rendre en voiture

Pour circuler en voiture, il vous faut certainement une application de guidage (GPS). Waze est la référence, mais elle exige une connexion à internet. Si vous voyagez en France ou en Europe, ce n’est plus un problème, maintenant que l’itinérance (roaming) est incluse. Si vous voyagez à l’international ou si vous voulez économiser votre volume d’internet pour d’autres usages, vous pouvez utiliser le mode hors connexion de Google Maps, ou bien vous tourner vers une application de navigation 100 % hors ligne, telle que HERE WeGo. N’oubliez alors pas de désactiver vos données mobiles.

Waze - GPS, Maps, Traffic Alerts & Live Navigation
Waze

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Maps - Navigation & Transit

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

HERE WeGo - Offline Maps & GPS
HERE Apps LLC

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

7 - Se déplacer sur place

Pour vous déplacer sur place, si vous n’avez pas votre propre voiture, les deux solutions universelles sont les transports en commun, le taxi… ou le VTC. Uber est un service controversé, mais il présente l’avantage d’opérer dans plusieurs villes du monde. Pour naviguer par le métro, le bus ou encore le tramway, Citymapper et Google Maps permettent de trouver facilement la ligne à prendre.

Uber

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Citymapper - Transit Navigation

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Maps - Navigation & Transit

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

8 - Se loger

Pour se loger, il y a l’embarras du choix : vous pouvez trouver une chambre d’hôtel avec un service comme Booking.com, un appartement avec Abritel ou Airbnb, ou emplacement pour planter sa tente chez des particuliers avec Gamping.

Booking.com Travel Deals

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

HomeAway Vacation Rentals
HomeAway

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Airbnb
Airbnb, Inc

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Gamping - Camping with locals
Gamping

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

9 - Se restaurer

L’éditeur Lonely Planet décline ses célèbres guides touristiques sous forme d’une application aboutie. Il y a aussi TripAdvisor, dont la fiabilité des avis est parfois remise en cause, mais qui a le mérite de couvrir le monde entier gratuitement. Enfin, LaFourchette vous permet de trouver un restaurant aux alentours et de réserver à des tarifs avantageux. Le service n’est disponible qu’en France et dans une poignée de pays étranger.

Guides by Lonely Planet

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

TripAdvisor Hotels Flights Restaurants Attractions
TripAdvisor

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

10 - Traduire

À l’étranger encore, ou dans certaines régions de France (rires), vous aurez peut-être besoin d’un traducteur pour comprendre ou vous faire comprendre. C’est justement le but de Google Traduction, qui traduit le texte, la voix et même des panneaux en réalité augmentée. L’application peut fonctionner sans connexion à internet si vous avez téléchargé les packs de langues adéquats.

Pour traduire des affiches, des panneaux et autres menus au restaurant, Google Lens reconnait facilement les caractères de tous les systèmes linguistiques et propose de renvoyer directement vers Google Traduction pour en comprendre la signification. De plus Google Lens, peut reconnaître certains objets, bien que la fonctionnalité ne soit pas très précise pour le moment.

Google Translate

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Google Lens

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

11 - Convertir

En dehors de la zone euro, une application de conversion de devises vous aidera à ne pas dépenser sans compter. Et dans certains pays arriérés qui n’ont pas encore adopté le système international, aussi appelé système métrique, un convertisseur d’unités vous aidera aussi à convertir des distances, des poids, etc.

XE Currency
XE.com Inc.

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

12 - Payer

Convertir des devises est une chose, en payer en est une autre. En 2018, ne payez plus les commissions qu’appliquent les banques traditionnelles. Les FinTech vous permettent désormais de payer un minimum de frais : N26 vous propose d’ouvrir un véritable compte courant, Curve vous fournit une MasterCard débitant l’un de vos comptes existants, et Revolut vous fournit une carte bancaire à recharger.

En savoir plus : Nous avons testé N26 (Number26) et Revolut, les deux...

N26 – The Mobile Bank
N26

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Curve: One card for all your accounts
Curve 1 Ltd

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Revolut - Better than your bank
Revolut Technologies

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

13 - Faire ses comptes

N’attendez pas la fin des vacances pour faire les comptes, utilisez plutôt une application pour gérer vos dépenses en famille ou entre amis. Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter notre sélection complète d’applications pour gérer son budget.

Tricount - Split bills & manage group expenses
Tricount

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Split group expenses manager
Culpin

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Splitwise
Splitwise

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

[/list_part]

14 - Rembourser ses dettes

Maintenant que vous avez pu faire vos comptes avec vos amis ou votre famille, il est temps de payer votre dû. Pour cela, voici les meilleures applications pour transférer de l’argent à un proche simplement et en toute sécurité. Pour cela, le géant PayPal est parfaitement adapté, mais plusieurs alternatives existent, comme le français Lydia.

PayPal
PayPal Mobile

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Lydia - Mobile Payment

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Circle Pay — Send money free

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Catégories: Mobile

Une semaine avec un PC Windows 10 toujours connecté en 4G et équipé d’un Snapdragon 835

FrAndroid - dim, 17/06/2018 - 14:00

Pour couvrir le Computex 2018, j’ai utilisé pour la première fois un PC sous Windows 10 équipé d’une puce ARM Qualcomm Snapdragon 835 et d’une connexion 4G LTE.

Fiche technique CaractéristiquesHP Envy X2 Écran12,3 pouces IPS 2:3 1920 x 1280 pixels ProcesseurQualcomm Snapdragon 835 (2,6 GHz) Puce graphiqueQualcomm Adreno 540 RAM4 Go de LPDDR4 Stockage128 Go UFS 2.1 Connectique1 USB Type-C USB 3.1 (DisplayPort 1.3 et alimentation), 1 lecteur de micro SD, 1 jack BiométrieReconnaissance faciale Wi-FiQualcomm WCN3990 802.11 ac (2x2) Bluetooth5.0 4G LTEQualcomm Snapdragon X16 LTE Batterie45 Wh Dimensions293 x 210 x 7 mm (sans clavier), 294 x 217 x 15 mm (avec clavier) Poids0,7 kg (sans clavier), 1,21 kg (avec clavier) Prix1299 euros

Cet ordinateur a été prêté par Qualcomm avec un forfait 4G.

Une expérience d’une semaine

Peu de temps avant mon départ pour Taipei, où j’ai couvert pour FrAndroid et Numérama le salon du Computex 2018, Qualcomm m’a proposé de tester un PC HP Envy X2 sous Windows 10. Sa particularité ? Il s’agit de l’un des deux premiers ordinateurs sous Windows 10 à intégrer une puce Qualcomm Snapdragon 835, à la place du processeur Intel, associé à un modem 4G LTE de la marque.

Pour que l’expérience soit complète, sinon ça aurait peu d’intérêt pour le test, la marque a également fourni une carte SIM avec un forfait 4G fonctionnant à Taipei.

Rapide tour du propriétaire

Le HP Envy X2 est une machine 2-en-1, l’écran se détache du clavier un peu à la manière d’une Surface Pro, sauf que la tablette n’intègre pas de pied ajustable et c’est le clavier qui se plie pour donner une forme d’ordinateur portable à l’ensemble.

Si on fait exception de ses composants interne, le HP Envy X2 est un appareil somme tout assez classique sous Windows 10. L’ensemble est très bien fini avec un joli châssis, assez fin, en aluminium. Sur ce genre d’appareil, la connectique est souvent limitée et c’est bien le cas ici : un port USB Type-C jouant aussi le rôle de port d’alimentation, un port microSD et un port jack.

Mentionnons quand même la reconnaissance faciale Windows Hello, grâce à une double caméra RGB et infrarouge, et l’utilisation d’un écran au format 2:3, qui est selon moi le meilleur format pour des appareils sous Windows. Ce format permet aussi bien de travailler en mode portrait qu’au format paysage, avec aussi bien du texte plutôt vertical que des vidéos 16:9, le compromis idéal donc.

Sans ventilateur et sans bruits

Le Qualcomm Snapdragon 835 consomme beaucoup moins d’énergie et dégage également beaucoup moins de chaleur qu’un processeur Intel. Le HP Envy X2 n’intègre donc pas de ventilateur, ni aucune pièce mécanique, puisque le stockage est bien entendu assuré par de la mémoire flash. Le PC est donc complètement silencieux.

La promesse de Qualcomm

Mais le plus intéressant avec cette machine, c’est donc l’utilisation d’une puce Qualcomm Snapdragon et un modem 4G LTE. Voici les avantages que doit permettre cette configuration, comparée à une machine Intel classique :

  • une consommation et un dégagement thermique plus faibles
  • une sortie et une mise en veille instantanée
  • une connexion 4G permanente, même en veille
  • une autonomie en forte hausse

Voyons si ces promesses ont été tenues.

Un PC toujours connecté, ça change tout !

On commence par ma plus grande surprise à l’utilisation de cette machine. Lors des présentations de Microsoft et Qualcomm, je n’étais pas du tout convaincu par l’idée des PC « always connected » grâce à la 4G. Déjà parce qu’il y avait déjà eu des ordinateurs intégrant des modems mobiles par le passé sans que le succès commercial ne soit là, mais aussi et surtout parce que tous les clients potentiels de ces machines ont un smartphone dans leur poche prêt à déclencher le partage de connexion.

Bon bah j’avais tort, l’intégration d’un modem 4G pris en charge nativement par Windows 10 change radicalement l’expérience que j’avais de cette machine. Plus besoin de chercher un réseau Wi-Fi, plus besoin de déclencher le partage de connexion, le PC est réellement toujours connecté et prêt à fonctionner. Très concrètement cela m’a permis de peaufiner des articles dans le taxi ou dans les transports en commun taïwanais, et d’être toujours en contact avec ma rédaction en France.

Autre avantage auquel on est bien habitué sur smartphone : toutes les notifications sont prêtes dès que l’ordinateur sort de veille. En particulier, les mails ont été téléchargés alors que le PC était dans mon sac, et je n’ai plus qu’à les consulter et y répondre à la première pause. Tout est prêt à tout moment pour que je puisse travailler dans de bonnes conditions.

Une bonne gestion de la veille

La veille justement, parlons-en. L’avantage intrinsèque des puces ARM sur les processeurs AMD et Intel est leurs meilleures gestions des états de veille. C’est simple, une machine ARM (une tablette, une montre, un smartphone, peu importe), se réveille toujours instantanément, alors qu’un ordinateur plus classique peut mettre du temps à sortir de veilles, en particulier d’une veille profonde. Avec un processeur ARM, le HP Envy X2 est toujours prêt à l’emploi.

L’autonomie bonne, mais pas incroyable

L’autonomie de l’appareil est peut-être l’une de mes premières déceptions. Qualcomm promettait une autonomie record pouvant monter à 18, voir même 29 heures selon les usages. Dans les faits, avec mon usage, l’autonomie était bien plus proche d’une machine Intel classique, bien que tout de même plus élevée. J’ai été capable de façon constante de travailler toute la journée avec la machine.

Le plus gros changement c’est une nouvelle fois la gestion de la veille. Il n’est pas rare avec un ordinateur classique de se retrouver avec une batterie à plat après plusieurs jours passés en veille, dans un coin du salon. Dans le cas du HP Envy X2, la consommation en veille est très faible, et l’appareil tient donc très bien la durée sur cet usage particulier. On peut facilement balayer ce point d’un revers de main, mais une machine est très souvent en veille, entre chaque session d’utilisation, et c’est donc des bonus d’autonomie grappillé ici ou là.

Des performances à la ramasse

Attaquons maintenant le point qui fâche, la puissance du processeur. Windows 10 n’est pas un système aussi léger qu’Android, et ça se sent à l’utilisation. Le Snapdragon 835 n’est tout simplement pas à la hauteur pour faire tourner correctement l’OS de Microsoft. On ne parle pas ici de l’émulation des logiciels classiques, où une baisse des performances est à la fois logique et attendue, mais de l’utilisation du système lui-même. Ainsi, accéder aux paramètres de Windows 10 ou lancer l’explorateur de fichier, des tâches basiques donc, prends du temps, trop de temps. L’expérience globale manque de fluidité : le tactile accroche, les changements de fenêtre peuvent avoir de la latence, le lancement des applications demande une ou deux secondes de trop.

C’est vraiment le point noir de cet appareil qui le disqualifie automatiquement de toute recommandation et de tout guide d’achat.

L’émulation des applications win32 classiques qui permet de faire tourner des logiciels prévus pour les processeurs Intel est bien là. Une fois la limitation de Windows 10 S retirée, en passant gratuitement à Windows 10 Pro, on peut installer facilement tous les logiciels que l’on a l’habitude d’utiliser, du moment qu’ils sont en mode 32 bits. J’ai donc pu installer Chrome depuis le site de Google, alors que ce dernier n’a bien sûr pas développé son navigateur pour la version ARM de Windows 10. Les faibles performances du processeur sont une nouvelle fois une limite à l’utilisation confortable de la machine.

Galerie photo Un premier aperçue du futur, et un danger pour Intel

Après ce dernier paragraphe, et en sachant que cette machine est commercialisée à 1299 euros, vous comprenez aisément qu’il nous est impossible de recommander l’achat de cet appareil. En revanche, cette machine laisse entrevoir un futur très intéressant.

En effet, la connexion permanente et l’excellente gestion de la veille font partie de l’ADN des puces ARM, et ce sont des points qui ont changé radicalement mon utilisation de la machine. Intel ne devrait pas pouvoir concurrencer de si tôt les solutions ARM sur ces deux sujets. En revanche, au fil des générations, les processeurs de Qualcomm devraient gagner en performances et associés aux avantages cités précédemment, pourraient devenir une solution incontournable.

Avec au moins un niveau de performances permettant d’utiliser un navigateur de façon confortable, regarder des vidéos sur les services à la mode comme Netflix, et jouer à un ou deux jeux peu demandeurs, un ordinateur avec une puce ARM sera un produit de choix pour beaucoup de professionnels, en particulier ceux qui voyagent régulièrement.

Catégories: Mobile

3 actualités qui ont marqué la semaine : nouveautés de Google Maps, prix du smartphone pliable Samsung et offres Bouygues

FrAndroid - dim, 17/06/2018 - 12:00

Cette semaine, la Coupe du Monde 2018 est sans doute l’événement le plus médiatisé. Mais de son côté, l’actualité Tech a également connu une belle activité. On fait le point sur les nouveautés de Google Maps, le prix supposé du smartphone pliable de Samsung et les offres de Bouygues auxquelles il faut faire attention.

Google Maps lance (discrètement) une nouvelle refonte de son design

Google Maps semble se parer d’une nouvelle robe en Material Theming chez certains utilisateurs, un changement qui n’est pas (encore) activé pour tous. En attendant, l’application accueille le score d’affinité pour indiquer si telle ou telle adresse va vous plaire et teste une option pour afficher plus rapidement la durée du trajet qui mène à la maison ou au travail. Enfin, il n’est pas impossible que le service de cartographie imite Waze et permette de signaler les radars et les accidents.

Samsung : le premier smartphone pliable coûterait plus de 1 500 euros

Le smartphone pliable de Samsung coûterait plus de 1 500 euros hors taxes d’après certains analystes spécialisés. Selon eux, il faut s’attendre à une sortie du produit dans la première moitié de l’année 2019.

Clients Bouygues attention : « votre forfait évolue », mais son tarif aussi

Bouygues Telecom indique à certains de ses clients que leur forfait « évolue ». Cette amélioration cache en réalité une hausse tarifaire automatique qu’il est possible de décliner. Pensez-y avant qu’il ne soit trop tard.

Catégories: Mobile

Test du Nokia 1 : un OS de 2018 dans un corps de 2013

FrAndroid - dim, 17/06/2018 - 10:00

HMD, sous la marque Nokia, veut pénétrer le marché des smartphones d’entrée de gamme avec un produit à 100 euros. Une initiative louable mais, comme souvent sur ce segment, qui vient avec son lot de compromis. Quels sont-ils et empêchent-ils de faire du Nokia 1 un téléphone intéressant ? Continuez de lire pour quelques éléments de réponse.

Ce test est réalisé à partir d’un smartphone que nous avons acheté.

Une fiche technique qui défie le temps Modèle Nokia 1 Version de l'OS Android 8.0 Interface Android Go Taille d'écran 4,5 pouces Définition 854 x 480 pixels Densité de pixels 218 ppp SoC MT6737M à 1,1GHz Processeur (CPU) ARMv8 Puce Graphique (GPU) Mali-T720 Mémoire vive (RAM) 1 Go Mémoire interne (flash) 8 Go MicroSD Oui Appareil photo (dorsal) 5 Mégapixels Appareil photo (frontal) 2 Mégapixels Wi-Fi Oui Bluetooth 4.2 + A2DP Réseaux LTE, HSPA, GSM Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7) SIM 2x nano SIM NFC Non Ports (entrées/sorties) microUSB Géolocalisation Oui Batterie 2150 mAh Dimensions 133 x 68 x 9 mm Couleurs Rouge, Bleu Prix 59€ Fiche produit

Comme nous pouvons le voir, le Nokia 1 n’a pas vraiment l’ambition de briser des records sur des benchmarks ou éblouir par ses performances audiovisuelles. Nous laisserons à la discrétion du lecteur de juger si ces caractéristiques sont justifiables à ce prix. On se permettra en revanche de lui rappeler l’existence du Wiko Cink Five, sorti en juin 2013, qui proposait déjà une expérience utilisateur assez similaire.

Le plastique a ses limites

Quand on choisit un téléphone à moins d’une centaine d’euros, le design est un critère qui ne doit pas peser bien lourd dans le choix du modèle. Mais il n’empêche que le design est la première chose que l’on voit d’un appareil et surtout l’aspect avec lequel on interagit le plus. Au-delà des considérations esthétiques que je laisserai au lecteur, je vais tenter de parler de la prise en main du Nokia 1.

Comme l’on peut s’en douter, tout type de métal ou autre matériau dit « noble » sont aux abonnés absents. La robe est entièrement composée de plastique, d’une qualité qui ne fera pas l’unanimité. En revanche, Nokia a fait le bon choix de s’éloigner d’un aspect glossy et a opté pour un traitement poreux qui masquera les traces de graisses laissées par les doigts.

Cependant, en à peine moins d’une semaine d’utilisation que je qualifierais de normale, de nombreuses éraflures sont apparues. Ce défaut est contrebalancé par la possibilité de changer la coque arrière, mais on aurait aimé que ce défaut n’existe pas en premier lieu.

Le téléphone tient bien en main grâce à son format lilliputien, mais le chanfrein qui caractérise tout le pourtour de la surface avant n’est pas agréable. Il faut également composer avec des bordures qui défient la mode du borderless.

Le résultat est un téléphone qui n’a pas d’autre ambition que de ne pas jurer avec le langage esthétique de la gamme HMD/Nokia tout en gardant un budget serré. Nul doute que certains y trouveront leur compte et que d’autre s’enamoureront de son esthétique, mais je serais bien surpris d’apprendre que le Nokia 1 fasse l’unanimité sur la question de son aspect.

L’absence de détail est problématique

Ici, il n’est pas question de mesurer les capacités de l’écran avec une sonde, mais plutôt de parler de ce que cet écran est capable d’accomplir au quotidien.

Regarder Netflix dessus est possible, de même pour YouTube, mais pour ce dernier, certaines chaînes comme Digital Foundry ne font pas sens à cause d’une définition qui ne permet pas de profiter des détails. Avec seulement 480p, il faut renoncer à l’idée de binge watcher quoi que ce soit. Et il faut compter sur un rendu de l’image assez approximatif, probablement à cause d’un réglage du contraste trop imprécis.

La luminosité est réglée au maximum.

Au-delà de la qualité de l’écran, on peut reprocher sa remarquable latence, bien que cela ne soit pas rédhibitoire au quotidien. Quant à la luminosité, elle n’est pas suffisamment puissante pour une utilisation en plein soleil. Les couleurs changent rapidement en fonction de l’angle de vision, un problème qui nous fait revenir quelques années en arrière.

La version d’Android la plus dépouillée à ce jour

Si vous vous trouvez sur ce site, il y a une grande chance que vous soyez un tant soit peu familier avec Android, le système d’exploitation de Google. Sinon, vous êtes sur le site qu’il vous faut pour réparer cette erreur.

 

Le Nokia 1 est équipé d’Android 8.1 Oreo donc, mais pas une version classique. Il est équipé d’Android Go Edition, une version très allégée du système, à l’image des applications de Google estampillées « Go ».

Qu’est-ce que cela implique pour l’utilisateur ? Pas grand-chose à vrai dire, les différences esthétiques entre les deux versions étant quasi inexistantes. Pour les applications, il y a une différence majeure : la mise en avant des versions Lite et des progressive web apps, bien moins gourmandes et capables de tourner, sur le papier, sur de très petites configurations. Pour en savoir plus, on ne peut que vous conseiller de lire notre article dédié aux PWA, afin de mieux comprendre pourquoi Google se repose dessus pour son OS dédié à l’entrée de gamme.

En savoir plus : Google réduit la frontière entre les Progressive Web Apps et...

À la fois légères et performantes pour la plupart des tâches, les PWA sont toutes indiquées pour fonctionner sur des appareils à la mémoire limitée. C’est pourquoi Maps Go et Google Go fonctionnent grâce à Chrome, le navigateur intégré à Android.

Et quand l’on se rend sur un site comme Twitter à plusieurs reprises, celui-ci va nous proposer de télécharger une WebAPK très légère appelée Twitter Lite. L’interface ne change pas de l’application Twitter, mais la gestion des ressources oui. Ainsi, les vidéos et les GIFs ne se lanceront pas automatiquement et il faudra accepter de pouvoir recevoir des notifications du site depuis Chrome.

Question sécurité, à l’heure d’écrire ces lignes, le 8 juin, le patch de sécurité date du 5 mai.

À part cela, Android Go Edition ne va pas dépayser les utilisateurs et utilisatrices réguliers d’Android. Nous verrons dans la partie suivante si l’initiative de proposer une version d’Android porte ses fruits au quotidien.

Le talon d’Achille du Nokia 1

Je ne vais pas tourner autour du pot : je ne sais pas comment il est envisageable d’utiliser ce téléphone au quotidien sans connaitre une frustration quasiment chronique. Entendons-nous bien, je ne cherche pas à comparer cet appareil à des concurrents qui coûtent deux ou trois fois plus cher pour le ridiculiser.

J’utilise le Nokia 1 depuis maintenant 2 semaines. En tout, j’aurai installé 4 applications à savoir Facebook Lite et Messenger Lite, Twitter Lite et Netflix, ce dernier étant la seule application n’étant pas optimisée pour Android édition Go.

Comme expliqué plus tôt, le téléphone provoque de la frustration trop souvent pour que je m’amuse à tout rapporter ici. Je vais me contenter de mentionner deux problèmes non seulement récurrents, mais également gênants.

J’écoutais de la musique en étant sur Facebook Lite dans les transports. La musique se coupe alors pour laisser la sonnerie m’avertir d’un appel. Le problème, c’est que le téléphone a été trop lent pour m’afficher la notification de l’appel avec la possibilité de répondre. J’ai donc manqué l’appel parce que Nokia 1 était trop lent.

Le second exemple se concentre sur la gestion de la mémoire vive. Sur une application normale, le téléphone arrive à se débrouiller pour suivre le rythme d’une utilisation modérée. Chaque fois que l’on retourne vers l’écran d’accueil, il faut attendre une à trois secondes pour que celui-ci s’affiche. Si l’on utilise une application qui gère de la vidéo, comme Netflix ou YouTube, alors le délai avant que la page d’accueil s’affiche peut atteindre neuf secondes.

En règle générale, le téléphone ne garde pas plus de deux ou trois applications en multitâche et toute manipulation est d’une lenteur repoussante.

Peut (largement) mieux faire

Avec 5 mégapixels à l’arrière et deux mégapixels à l’avant, le Nokia 1 n’est pas le photophone qui rivalisera avec HTC, Samsung, Huawei et consorts. Qu’il s’agisse de l’appareil avant ou arrière, le Nokia 1 n’est pas équipé pour produire des photos précises et riches en détails.

Il fera l’affaire pour montrer une scène bien éclairée, et encore, il y a de la place pour des améliorations au niveau de l’exposition et de la définition. On se retrouve souvent avec une grosse bouillie de pixels.

J’aimerais dire qu’il est suffisant pour un selfie, mais on n’arrive pas à distinguer mes cils par exemple. Et pour la vidéoconférence, ce n’est pas mieux, le Nokia 1 n’arrête pas de saccader sur Duo. On peut aussi ajouter que l‘absence de mise au point empêche les clichés de type Macro, n’espérez donc pas poster vos foodies sur Instagram.

Si vous êtes intéressé par le Nokia 1, il faut au préalable s’assurer que l’on prend le moins de photos avec, sous peine de se retrouver frustré par ses limites dans le domaine.

Internet ne répond plus trop

Les quelques appels que j’ai passés avec le Nokia 1 se sont révélés en majorité problématiques. J’ai souvent eu du mal à comprendre mon interlocuteur et ce dernier est en général équipé d’un iPhone ou d’un OnePlus.

Quant à l’accroche réseau, il n’y a ici encore rien d’époustouflant, même à ce prix. Si l’on pardonne l’absence de 4G+ de Free Mobile, il est plus difficile d’en faire autant avec la 4G rarissime, à Paris ou en banlieue. Et la 3G+ de Free est beaucoup trop lente pour regarder des vidéos ou bien assurer une navigation fluide sur internet.

Comme l’on pouvait s’en douter, le Nokia 1 n’est pas sauvé par ses capacités de communication. Peu adapté au réseau de Free Mobile et avec une qualité d’appel médiocre, cet appareil ne semble pas avoir vocation d’être un appareil fiable.

Autonomie

En voyant la fiche technique de l’appareil, il est plutôt légitime de penser qu’il soit assez économe en énergie. Il s’avère plutôt que le téléphone peine à atteindre les cinq heures d’écran allumé. Alors oui, cette mesure n’est pas très fiable, mais je rappelle encore une fois que mon utilisation se limitait aux vidéos, à Chrome et aux version Lite et Go des applications comme Facebook ou YouTube.

Et si comme moi, l’envie vous prend d’écouter de la musique avec cet appareil (ce que je déconseille à quiconque cherchant un minimum de qualité), alors apprêtez-vous à voir votre batterie fondre.

Prix et date de sortie

Le Nokia 1 a été présenté lors du MWC 2018 et a été commercialisé quelques semaines plus tard. Son prix de base est fixé à une centaine d’euros, mais il est possible de le trouver un peu moins cher lors de certaines promotions.

Catégories: Mobile

Sondage de la semaine : utilisez-vous une carte microSD dans votre smartphone ?

FrAndroid - sam, 16/06/2018 - 20:00

Les cartes microSD… Éléments du passé ou toujours d’actualité ? C’est sur cette fantastique introduction que nous vous soumettons le sondage hebdomadaire de la semaine qui arrive tous les sept jours (environ).

Le marché des smartphones évolue sans cesse et de plus en plus de smartphones se débarrassent progressivement du tiroir dédié à la carte microSD qui élargit l’espace de stockage. Sauf que, parallèlement à cela, les appareils reposent sur des stockages internes toujours plus imposants et les utilisateurs ont accès à une foultitude de services basés sur le cloud où ils peuvent ranger leurs fichiers — et nous pensons évidemment tous aux photos et musiques.

Voilà un bon moment que nous réfléchissons à ce sujet au sein de la rédaction de FrAndroid. Et pour savoir à quel point ces évolutions sont pertinentes, le mieux est encore de directement vous poser la question. Ainsi : utilisez-vous une carte microSD dans votre smartphone ?

Chargement Utilisez-vous une carte microSD dans votre smartphone ? Merci d'avoir voté. Vous avez déjà voté pour ce sondage. Sélectionnez une réponse s'il vous plait.
  • Oui, je mets toutes mes musiques en FLAC dessus
  • Non, je n'ai pas utilisé de carte microSD depuis 1982
  • Inutile, tout est stocké dans ma tête et sur des post-its
Voter AfficherCacher

Le module de sondage pouvant poser problème sur l’application FrAndroid, nous vous invitons à voter depuis un navigateur web.

Pas de mensonge, pas de problème

La semaine dernière, nous vous demandions ce qu’une marque de smartphones devait faire pour gagner votre confiance et plus de 1 320 d’entre vous ont accepté de répondre à notre question. La grande majorité (31,7 %), d’une lucidité implacable, a simplement répondu que le fabricant doit prouver qu’il ne ment pas.

Logique.

Sinon, vous êtes 29,9 % à estimer que la fiabilité d’une marque passe par un bon historique. Autrement dit, si cette dernière n’a pas connu (trop) de couac — ou a su s’en remettre avec aplomb –, elle gagne votre foi. Mais il ne faut jamais sous-estimer les bienfaits de l’appartenance à un groupe qui nous ressemble. C’est pourquoi 18,7 % des participants voient dans les communautés actives autour d’une marque un véritable vecteur de confiance.

Et n’oublions pas ceux à qui on ne la fera pas et qui soulignent le fait qu’aucune marque ne mérite leur confiance. 12,1 % des sondés sont dans ce cas. Enfin, 7,7 % des personnes ayant répondu l’ont joué philosophie de comptoir en répondant que de la confiance naît la trahison.

À méditer… Non je déconne. Profitez de votre weekend.

Catégories: Mobile

Quel smartphone LG choisir en 2018 ? Notre sélection

FrAndroid - sam, 16/06/2018 - 18:30

LG propose plusieurs gammes de smartphones, couvrant ainsi une large palette de prix. Si vous aimez le constructeur coréen, mais que vous ne savez pas trop comment vous y retrouver dans son catalogue, voici un guide pour vous aider.

Comme Samsung avec ses gammes J, A et S, LG crée différentes gammes de produits facilement repérables par une lettre et un numéro changeant à chaque génération. LG K, G, Q, V… Lequel choisir selon vos besoins ?

LG G7 ThinQ : des performances au top

Le LG G7 est le dernier smartphone en date de la gamme G qui succède au LG G6. Sorti quelques mois après le LG V30, il se positionne également sur le segment du haut de gamme, en concurrence avec des smartphones comme le Samsung Galaxy S9 et le Huawei P20 Pro.

Son design est classique, et ressemble à d’autres flagships, avec l’ajout d’une encoche, ce qui devient de plus en plus courant. Le LG G7 abandonne l’OLED dont bénéficiait le LG V30 pour une dalle IPS lCD de 6,1 pouces avec une définition de 3120 x 1440 pixels.

Haut de gamme oblige, il propose le dernier SoC de Qualcomm, le Snapdragon 845, couplé à 4 Go de mémoire vive, ce qui n’est pas le meilleur combo du marché, mais le LG G7 n’a pas du tout à rougir de ses performances.

En revanche sa partie photo et son autonomie restent un peu décevantes pour un smartphone de cette gamme de prix, ce qui ne l’empêche pas d’être un bon smartphone.

Pourquoi recommande-t-on le LG G7 ?
  • Pour ses excellentes finitions
  • Pour ses performances au top
  • Pour son bel écran

LG G7 ThinQ Fiche produit Forum Disponible sur Amazon à 639€ Voir le test 7/10

Comparatif de prix du LG G7 ThinQ

Amazon Découvrir l'offre 639€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 609€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 655€ Ebay Découvrir l'offre 674€ Boulanger Découvrir l'offre 849€

LG V30 : de bonnes performances photo

En 2017, c’est un véritable virage qu’a pris le constructeur en lançant que le V30, troisième génération de sa gamme V, dans l’Hexagone. L’affichage secondaire sous forme de fine barre au-dessus de l’écran tire cependant sa révérence pour laisser sa place à un écran bord à bord.

Bien qu’il reprend dans les grandes lignes le design du G6, le V30 s’en démarque sur de nombreux points, à commencer par son écran, non seulement plus grand, mais aussi délaissant le LCD au profit de l’OLED, une première pour le constructeur depuis le G Flex 2.

Le LG V30 possède un écran de OLED de 6 pouces borderless de définition 2880 x 1440 pixels et compatible HDR10. Il est par ailleurs équipé des dernières technologies de pointe avec un processeur Qualcomm Snapdragon 835 couplé à 4 Go de RAM, une batterie de 3300 mAh, un quad DAC conçu en partenariat avec B&O, 64 à 128 Go de stockage, un double capteur arrière de 16 et 13 Mégapixels surmontés d’objectifs f/1.6 et f/1.9 et une compatibilité avec les normes AR et VR.

Pourquoi choisir le LG V30 ?
  • Pour son design bien sous tous rapports
  • Pour la qualité de sa partie photo
  • Pour sa fluidité et ses performances

LG V30 Fiche produit Forum Disponible sur Amazon à 469€ Voir le test 8/10

Comparatif de prix du LG V30

Amazon Découvrir l'offre 469€ Ebay Découvrir l'offre 468€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 469€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 478€ TopAchat.com Découvrir l'offre 549€

LG Q6 (et Q8) : le milieu de gamme sexy

Après avoir lancé le LG G6, le fabricant coréen a souhaité rendre le borderless plus abordable en lançant une nouvelle gamme, initiée avec le Q6. Depuis, un nouveau représentant, le Q7 a fait son apparition.

Le Q6 se veut l’équivalent milieu de gamme du G6 tourné vers les Millenials. Il reprend l’écran 18:9 borderless du flagship de début d’année, mais avec des caractéristiques plus modestes afin de rendre son prix plus abordable.

Le LG Q6 possède un écran de 5,5 pouces en Full HD+, un processeur Qualcomm Snapdragon 435 couplé à 3 Go de RAM, des appareils photo de 13 et 5 Mégapixels (respectivement au dos et en façade), 32 Go de stockage interne et une batterie de 3000 mAh. LG a par ailleurs fait l’impasse sur le capteur d’empreintes, remplacé par un système de reconnaissance faciale qui n’est malheureusement pas encore parfaitement satisfaisant.

Aussi, si le design est mignon, on ne saurait que vous conseiller de vous tourner vers d’autres gammes de LG pour le moment si votre budget vous le permet.

Pourquoi prendre le LG Q6 ?
  • Pour son joli design
  • Pour son écran plutôt qualitatif pour cette gamme de prix
  • Pour ses performances photo honorables

LG Q6 Fiche produit Disponible sur Amazon à 209€ Voir le test 6/10

Comparatif de prix du LG Q6

Amazon Découvrir l'offre 209€ Ebay Découvrir l'offre 202€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 209€ Materiel.net Découvrir l'offre 249€ Cdiscount Découvrir l'offre 302€

LG K4, K8 et K10 : l’entrée de gamme

Enfin, parce qu’il en faut bien, LG propose des appareils d’entrée de gamme, les K4, K8 et K10, dont la lignée a été renouvelée en 2018 — mais les derniers que nous avons testés datent de 2017. Ils se placent sous la barre des 200 euros, mais peinent à réellement se démarquer sur ce secteur ultra concurrentiel. Il faut dire que mis à part leur prix, ils ne présentent aucune caractéristique leur permettant de réellement se démarquer.

Le LG K4 (2017) possède un écran de 5 pouces en qHD (854 x 480 pixels), une définition que l’on ne pensait pas revoir en 2017. Il embarque un processeur Snapdragon 210 couplé à 1 Go de RAM, une batterie de 2500 mAh, des appareils photo de 5 Mégapixels et 8 Go de stockage interne. Des caractéristiques qui rappellent les débuts du smartphone moderne.

Le LG K8 (2017) est légèrement plus intéressant avec son écran de 5 pouces en HD 720p, son processeur Qualcomm Snapdragon 425 couplé à 1,5 Go de RAM, ses appareils photo de 13 et 5 Mégapixels et sa batterie de 2800 mAh.

Le K10 (2017) est quant à lui une version évoluée du K8, avec un écran légèrement plus grand (5,3 pouces), un processeur MediaTek MT6750 couplé à 2 Go de RAM et une batterie de 2800 mAh.

Le segment étant déjà très occupé par des marques comme Wiko ou Honor, la gamme K peine à se démarquer et ne présente aucun élément différenciant. Encore une fois, ces smartphones sont difficiles à conseiller, à moins que vous vouliez absolument un smartphone LG dans cette gamme de prix…

Pourquoi choisir un smartphone de la gamme K ?
  • Pour leurs prix abordables
  • Pour leurs designs
  • Pour leur autonomie

LG K4 (2017) Fiche produit Forum

Comparatif de prix du LG K4 (2017)

Il n' y a pas d'offres pour le moment

LG K8 (2017) Fiche produit Forum Disponible sur Amazon à 110€

Comparatif de prix du LG K8 (2017)

Amazon Découvrir l'offre 110€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 102€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 109€ Ebay Découvrir l'offre 119€

LG K10 (2017) Fiche produit Forum Disponible sur Amazon à 107€ Voir le test 5/10

Comparatif de prix du LG K10 (2017)

Amazon Découvrir l'offre 107€ Ebay Découvrir l'offre 154€

Chargement Quel smartphone LG préférez-vous ? Merci pour votre vote ! Vous avez déjà voté à ce sondage Choisissez une option avant de voter
  • LG G7
  • LG V30
  • LG Q6
  • LG K4
  • LG K8
  • LG K10
Voter Montrer les résultatsCacher les résultats

À titre de comparaison, n’hésitez pas à consulter nos autres guides par marque.

À lire sur FrAndroid : Quel smartphone choisir, marque par marque ?

Tous les Guide par marque

Catégories: Mobile

Tout savoir sur les batteries : mythes, astuces et avenir

FrAndroid - sam, 16/06/2018 - 16:00

Les batteries au lithium-ion sont présentes dans la plupart de nos appareils électroniques. Ordinateur portable, smartphone en passant par la tablette, elles sont partout. Cette technologie relativement ancienne est malgré tout mal connue du grand public. Étudions donc avec ce dossier les mythes sur le lithium-ion, des astuces pour préserver au mieux sa batterie et enfin abordons l’avenir de cette technologie.

Dossier mis à jour en juin 2018 avec la technologie Li-Po et quelques projets futurs.

Une technologie pour tous : Lithium-ion

Tous les smartphones et tablettes utilisent actuellement la même technologie pour les batteries : le lithium-ion ou li-ion pour les intimes. Exit donc le NiCd et NiMH qu’on pouvait retrouver dans les tout premiers smartphones ainsi que dans les téléphones fixes DECT.

Ça ne vous dit rien ? Mais si, vous savez, ceux qui restent à la maison et qui ne peuvent pas aller sur Internet. On vous passe les détails de la réaction chimique qui a lieu à l’intérieur de l’accumulateur. C’est ce qui permet d’alimenter un appareil en électricité reliée à la batterie.

Le li-ion a plusieurs avantages par rapport aux anciennes technologies : une meilleure capacité, une décharge moins rapide et la suppression de l’effet mémoire. Le li-ion est toutefois plus cher à produire et les batteries sont davantage sujettes au vieillissement. Même si vous ne vous en servez pas pendant quelques années, la batterie aura tout de même perdu une bonne partie de sa capacité.

A lire sur le sujet : Les meilleurs smartphones à choisir pour leur autonomie en 2018...

Le fonctionnement du Li-Ion a beaucoup changé par rapport aux anciennes technologies. Des mythes comme « il ne faut jamais recharger sa batterie si elle n’est pas vide » ont la vie dure et nous allons les aborder afin de les confirmer ou les démonter pour la plupart. Mais tout d’abord, revenons sur les principes du li-ion.

Quelques rappels sur les batteries Lithium-Ion Les cycles de la batterie

Les batteries li-ion possèdent un nombre maximum de cycles avant lequel leur autonomie s’effondrera. Un cycle représente une décharge complète suivie d’une recharge complète de la batterie. L’avantage du li-ion est sa flexibilité : si vous déchargez votre batterie à 50 % puis la rechargez à 100 %, cela équivaudra à ½ cycle. Les accumulateurs li-ion actuels possèdent une durée de vie comprise entre 500 et 1000 cycles de recharge.

L’effet mémoire

L’effet mémoire des batteries li-ion a totalement été supprimé. Ce dernier pouvait intervenir sur les batteries NiCd et NiMH. Il fallait que ces dernières soient déchargées régulièrement jusqu’à un certain pourcentage (par exemple 25 %) avant d’être à nouveau rechargées.

La batterie pensait alors que le point à partir duquel la décharge avait l’habitude de s’arrêter (25 %) était le niveau zéro de sa capacité. Mais ce n’est plus le cas pour le li-ion.

Vous pouvez donc recharger votre batterie à n’importe quel moment, sans vous soucier de la capacité restante. Étant donné qu’un cycle est décompté uniquement lorsqu’une décharge/recharge complète est effectuée, la batterie ne sera pas affectée par des petits coups de recharge. Charger un téléphone de 50 à 100 % ne compte que pour un demi-cycle.

Décharge profonde

D’ailleurs, il vaut mieux recharger sa batterie avant qu’elle ne passe sous le seuil de 5 % de capacité. Lorsque la batterie atteint le seuil de décharge profonde à de nombreuses reprises, un processus d’inversion se passe au sein de la batterie et l’une des cellules peut devenir inopérante et ne plus se recharger.

Même si les constructeurs n’indiquent pas le nombre de cellules, il y a de fortes chances que les batteries de smartphone en comprennent 3. Une cellule manquante signifie donc une perte d’autonomie de 33 %. Évitez le plus possible de passer sous la barre des 5 % de charge, même si les constructeurs tentent toujours par le biais d’optimisations logicielles de conserver un peu de charge (le téléphone s’éteint avec que la batterie soit totalement vide).

Recalibrer la batterie

S’il vous arrive souvent de recharger brièvement votre appareil mobile sans lui faire subir une décharge/recharge complète, il faudra penser à recalibrer la batterie chaque mois. Pour calibrer le système interne de gestion de la batterie, il suffit de la décharger complètement (sans dépasser les 5 % de décharge) puis de la recharger complètement.

Pour plus de détails, vous pouvez également consulter notre tutoriel dédié à ce sujet.

En savoir plus : Comment recalibrer la batterie de son téléphone ? - Tutoriel

Quelques conseils concernant les batteries Li-Ion Faut-il laisser branchée au secteur une batterie chargée ?

Encore un ancien mythe qui date des anciennes technologies. On nous disait alors de laisser la batterie branchée au chargeur quelques heures après que celle-ci ait atteint les 100 %. Mais cela ne sert à rien et peut être néfaste dans certains cas.

Dans la plupart des cas, en utilisant le chargeur d’origine ou des produits conformes à la réglementation européenne, un mécanisme coupe le rechargement de la batterie une fois qu’elle est pleine.

L’énergie délivrée ensuite par le chargeur sert seulement à alimenter le smartphone pour qu’il n’ait pas à se servir de la batterie. Attention donc aux contrefaçons de chargeurs et d’accumulateurs qui viennent souvent d’Asie sans respecter les réglementations européennes. Ces produits intègrent rarement les composants censés protéger le matériel et les personnes en cas de problème. Dans le meilleur des cas, votre batterie verra sa capacité être réduite. Mais dans le pire des cas, la batterie pourra prendre feu et exploser.

Faut-il charger la batterie lors de la première utilisation ?

La réponse est courte : non. La batterie connaît sa capacité maximale et il ne sert à rien de la recharger dès la première utilisation. Vous pouvez donc déballer tranquillement votre nouveau smartphone et vous en servir directement sans avoir à patienter qu’il se recharge. Notez que si vous utilisez votre smartphone pendant qu’il se recharge, il dégage davantage de chaleur, ce qui peut l’endommager à long terme.

La chaleur, le pire ennemi des batteries

La chaleur est néfaste pour les batteries. Et ces dernières chauffent beaucoup lorsqu’elles sont en phase de recharge. Encore une fois, il est donc plus intéressant de réaliser de courtes recharges plutôt qu’une recharge complète.

Utiliser son smartphone pendant qu’il est en charge est également une mauvaise idée, car la chaleur émise par les composants du téléphone s’ajoutera à celle émise par la batterie et fera donc augmenter la chaleur de l’accumulateur. De la même manière, les technologies de rechargement sans fil ne sont pas très bonnes pour les batteries.

Une partie de l’énergie utilisée pour recharger l’appareil est transformée en chaleur à cause des pertes énergétiques inhérentes à la technologie de rechargement sans fil comme le Qi. À titre d’exemple, une batterie entreposée pendant un an à 0 °C perdra 2 % de sa capacité alors qu’à 40 °C, elle aura perdu 15 %. Stocké à 60 °C, il manquera 25 % de capacité à l’accumulateur.

Comment conserver une batterie qui n’est pas utilisée ?

Si vous pensez ne pas utiliser une batterie pendant quelque temps, il faut la préparer. Une batterie conservera la majorité de sa capacité si elle est chargée à 40 % avant d’être conservée.

Il faut savoir que la batterie se décharge toute seule sans être utilisée. Si elle est conservée aux alentours de 0 %, elle risque de rentrer dans un état de décharge profonde et ainsi risquer de détruire les cellules. Si elle est conservée dans un état proche de 100 %, la tension au sein de la batterie est trop forte et sa capacité se dégradera avec le temps.

Il faut également conserver la batterie à la température la plus basse, 0 °C n’étant pas risqué, car les composants commencent à geler aux alentours de -30 °C. À titre d’exemple, une batterie conservée un an à 0 °C et chargée à 40 % n’aura perdu que 2 % de sa capacité alors que celle chargée à 100 % aura perdu 4 % de capacité. La même batterie stockée à 25 °C aura perdu 4 % de capacité en étant stockée à 40 %. Si elle est stockée alors qu’elle était chargée à 100 %, elle perdrait 20 % de sa quantité.

Si jamais votre smartphone ne veut plus du tout se charger, vous pouvez toujours consulter notre tutoriel dédié. Cela vous permettra peut-être d’y remédier.

En savoir plus : Comment réparer un téléphone qui ne se charge plus ? -...

Les technologies de charge rapide

Il existe des chargeurs ultra rapides qui proposent de charger la batterie en quelques dizaines de minutes. En effet, depuis quelques années, on assiste une flopée de nouvelles technologies. Qu’il s’agisse de Quick Charge, VOOC, Dash Charge, elles suivent toutes le même principe.

La charge rapide consiste donc à envoyer une très grande puissance sur la première moitié de la charge, puis à réguler finement cette puissance sur la seconde moitié. Ce dernier exercice est le plus délicat, afin de ne pas endommager la batterie. Afin de découvrir plus en détail les différentes technologies de charge rapide, nous vous invitons à lire notre dossier consacré à ces technologies.

À lire sur FrAndroid : Quick Charge, Fast Charge, Dash Charge, USB PD : le point sur les solutions de charge rapide

L’alternative Lithium Polymère (Li-Po)

Il arrive que certains smartphones utilisent la technologie Lithium Polymère (Li-Po) et non Li-ion. La principale différence est que le lithium n’est pas à l’état ionique, mais polymère, l’électrolyte est donc sous forme de gel et non liquide. Ses caractéristiques sont très proches de celles d’une batterie Li-ion, mais certaines différences sont à noter.

Pour ce qui est des avantages, les batteries Li-Po sont plus variées en forme et plus légères, ce qui les rend tout adaptées pour un format aussi compact qu’un smartphone. Par ailleurs, leur densité énergétique est plus élevée, ce qui signifie que pour un volume équivalent, la batterie Li-Po pourra fournir davantage d’énergie.

Malheureusement la technologie Li-Po n’est pas parfaite et représente un plus grand danger dans les cas où les règles de base de sécurité ne sont pas respectées par le constructeur et le fournisseur du chargeur utilisé. Enfin, les batterie Li-Po tiennent moins longtemps dans la durée puisque leur nombre de cycles de recharge est moins élevé.

Quoi qu’il en soit, les conseils prodigués pour les batteries Li-ion sont également valables pour les batteries Li-Po.

L’avenir des batteries L’avenir des batteries

D’année en année, les batteries parviennent à augmenter leur capacité malgré une taille de plus en plus réduite. Mais la puissance et les usages de nos appareils mobiles ne sont plus adaptés aux batteries actuelles. Je suis sûr que vous regrettez votre Nokia 3310 et son autonomie de pratiquement une semaine. Les scientifiques et ingénieurs se penchent depuis plusieurs années sur le successeur du li-ion. Plusieurs pistes sont envisagées.

Évolutions du lithium

Des chercheurs ont réussi à créer un micro batterie capable de se recharger 1000 fois plus rapidement que les actuelles.

De quoi par exemple en insérer une dans un smartphone pour avoir une réserve d’énergie capable de se recharger en quelques secondes en cas de besoin. Le lithium-air remplacerait à terme le lithium-ion. Ce qui permettrait une densité énergétique très élevée, mais une puissance inférieure.

BMW et Toyota ont déjà annoncé travailler sur cette technologie pour les prochaines voitures électriques. Des chercheurs du MIT ont réussi à la fin de l’année dernière à intégrer des virus qui permettent d’augmenter considérablement la puissance des batteries.

Mais il reste encore l’obstacle du filtrage de l’air entrant dans la batterie pour qu’il soit le plus pur possible. On parle également de lithium-phosphate qui serait plus sûr, moins toxique et moins cher que le li-ion.

Des chercheurs ont également mis au point des batteries qui seraient incombustibles.

D’autres technologies ?

Les chercheurs lorgnent également du côté d’autres métaux que le lithium, avec une densité énergétique supérieure. C’est le cas par exemple du zinc, très abondant et bon marché qui, mixé à l’air, donne de très bons résultats.

Le bois pourrait également faire son apparition au sein des batteries avec un mélange de sodium et de cellulose, la fibre naturelle qu’on retrouve dans les végétaux. Le sucre est également étudié par certains chercheurs. Ces derniers ont réussi à transformer du saccharose en fibre de carbone pour remplacer le lithium.

Enfin, depuis quelques années, le graphène est à la mode. Huawei avait d’ailleurs annoncé son intention d’en intégrer dans ses batteries. De plus en plus de chercheurs visent non plus la capacité des batteries Li-ion, mais leur temps de charge. Samsung par exemple a créé un moyen de produire des boules de graphène utilisées comme matériau de cathode et comme couche de protection pour l’anode. Cela permet notamment de recharger une batterie en 12 minutes.

La technologie qui s’imposera sera celle qui réussira à faire le moins de concessions possible sur la capacité et la puissance tout en ayant un coût minime. Il faudra de toute façon abandonner à l’avenir le lithium, qui est rare. Peut-être qu’une piste se dessine également vers les capteurs solaires.

Pour ce qui est de la feuille de route, Sony annonce une nouvelle technologie en 2020, utilisant du lithium pour l’anode et du soufre pour la cathode. Un changement qui permettrait de gagner 40 % d’autonomie.

Pensez à la planète, recyclez ! Que faire d’une batterie en fin de vie ?

Il ne faut surtout pas la jeter à la poubelle, les batteries au lithium-ion possèdent des métaux dangereux qui doivent être recyclés. En France, il existe deux organismes officiels qui ont pour mission de recycler les accumulateurs usagés. Il s’agit de Screlec et Corepile. N’hésitez pas à aller sur leur site pour savoir où se situe le point de collecte le plus proche de chez vous.

À lire sur FrAndroid : Comment économiser la batterie de votre terminal Android ?

Sources :

Batteryuniversity
Apple
Tom’s Guide
Wikipedia
Engadget
Macbidouille

Catégories: Mobile

Skyrim Very Special Edition : l’adaptation de The Elder Scrolls V sur … Amazon Alexa

FrAndroid - sam, 16/06/2018 - 14:00

À l’occasion de sa conférence à l’E3 2018, Bethesda a annoncé, dans un spot plein d’autodérision, une version Amazon Alexa de son jeu The Elder Scrolls Skyrim, connu pour avoir été porté sur beaucoup de supports différents. Malgré l’humour de la séquence, il s’agit bel et bien d’un véritable jeu.

Bien que les fans de la licence The Elder Scrolls retiendront probablement l’annonce tant attendue d’un sixième opus, un autre jeu de la série a également été présenté, sur un ton beaucoup plus léger : Skyrim Very Special Edition, sur Amazon Echo (Alexa).

Rempli d’humour et d’autodérision, ce spot publicitaire présente le Skill Skyrim Very Special Edition qui prend la forme d’une aventure interactive. Alexa décrit la situation au joueur qui répond par ce qu’il veut faire.

Lien YouTube

Par exemple, on comprend que le joueur est attaqué par un dragon et presque à court de points de vie et n’a plus de potions de soin. Il demande alors combien il lui reste de morceaux de fromage, 173, puis demande de tout manger. (tous ceux qui ont joué à Skyrim reconnaissent cette technique).

Enfin, après avoir été moqué pour ses nombreux portages de Skyrim (PC, PS4, Xbox One, Switch, …), Bethesda a décidé d’en jouer en annonçant, pour plaisanter, une version pour tablette de dessin à sable, pour podomètre ou encore pour frigo connecté.

7 Amazon Echo Disponible à 50€ Amazon Echo Dot Disponible à 56€ Amazon Echo Spot Disponible à 65€

Le Skill Skyrim Very Special Edition est d’ores et déjà disponible sur Amazon Echo aux États-Unis. Aucune compatibilité n’est annoncée pour le moment avec notre Alexa française qui vient de débarquer.

À lire sur FrAndroid : Alexa : que peut-on demander à l’IA d’Amazon Echo ?

 

Retrouvez tous nos Top des jeux

Bethesda E3 2018

Catégories: Mobile

Comment créer et supprimer des dossiers sur Android – Tutoriel pour débutants

FrAndroid - sam, 16/06/2018 - 14:00

Vous voulez libérer un peu d’espace sur le bureau de votre téléphone Android, mais vous ne savez pas comment créer des dossiers ? Voilà notre petit tutoriel pour maîtriser la création de dossiers sur Android.

Les téléphones Android disposent — pour la plupart — d’un tiroir d’applications où sont rangés les différents logiciels téléchargés et d’un ou plusieurs bureaux. Ces derniers servent à placer nos applications préférées, nos raccourcis, mais aussi nos widgets.

Sachez qu’il est possible de regrouper plusieurs applications dans un seul et unique espace sur le bureau, c’est ce qu’on appelle un dossier. Contrairement aux dossiers de votre ordinateur, il n’est pas possible d’y placer des documents comme des PDF, MP3, photos et widgets à l’intérieur, mais uniquement des raccourcis d’applications.

Vous pouvez ainsi créer un dossier pour différentes catégories : les jeux, les paiements mobiles, les outils de production…

Comment faire ?

Pour créer un dossier, il suffit dans un premier temps de placer les applications souhaitées sur l’un des bureaux. Pour ce faire, il faut se rendre dans le tiroir d’applications et laisser son doigt appuyé sur l’icône de l’application avant de la faire glisser sur le bureau.

Il ne vous restera plus qu’à glisser à nouveau une application sur une autre : voilà, vous avez créé votre dossier. Il ne contient pour l’instant que deux applications, mais vous pouvez en rajouter autant que vous voulez avec la même manipulation.

Notez que certains téléphones proposent plus de personnalisation pour les dossiers comme choisir la couleur de fond par exemple.

Une fois le dossier créé, vous pouvez le renommer. Il suffit de cliquer sur le dossier puis sur le nom de ce dernier. Il est aussi possible de supprimer un dossier ou certaines applications qui sont à l’intérieur : maintenez une pression longue sur l’élément à supprimer et glissez votre doigt vers la poubelle.

Les applications ne sont pas désinstallées pour autant, seulement leurs raccourcis sur le bureau !

Catégories: Mobile

Le grand test des Arc Touch Mouse (Surface) Bluetooth & USB

Mon Windows Phone - sam, 16/06/2018 - 12:37

Étant fan de la première heure des Arc Touch Mouse de Microsoft, j'ai décidé de vous faire une petite review de ces différentes versions et révisions au cours de ces 8 dernières années.

1. L'ancêtre - Arc mouse

Avant le développement de l'Arc Touch Mouse, Microsoft a lancé en 2008 la Microsoft Arc Mouse avec pour particularité, un bouton qui tombe sous le pouce et la queue pliable pour faciliter son rangement.

Cette dernière étant tombée en panne après un peu plus d'un an



Continuez la lecture de l'article Le grand test des Arc Touch Mouse (Surface) Bluetooth & USB
Catégories: Mobile

8 jeux et applications qui ont marqué la semaine

FrAndroid - sam, 16/06/2018 - 12:00

Avez-vous suivi tout ce qu’il s’est passé en matière de jeux et d’applications cette semaine ? Voici un condensé des actualités sur les nouveautés concernant les applications et jeux mobiles.

N26 vous fait aimer le métal

La banque mobile N26 a annoncé que sa carte Metal allait très prochainement disponible pour tous, il suffit juste de s’inscrire.

N26 – The Mobile Bank
N26

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

 

Netflix se met aux jeux vidéo

Netflix s’associe à Telltale Games et proposera ainsi bientôt le jeu vidéo Minecraft : Story Mode dans son catalogue. On peut espérer d’autres annonces. À noter que le géant américain voit l’arrivée d’un nouveau service français, Salto, bien décidé à marcher sur ses plates-bandes.

Netflix
Netflix, Inc.

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

 

Le jeu ARK sur votre smartphone

ARK, le jeu qui vous invite à survivre au milieu des dinosaures débarque enfin sur Android et iOS.

ARK: Survival Evolved
Studio Wildcard

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

 

FIFA arbore les couleurs de la Coupe du Monde

FIFA Mobile a accueilli une grosse mise à jour vous permettant d’incarner votre équipe favorite dans la plus grande des compétitions de football : la Coupe du Monde 2018. Vous pouvez profiter de cette version spéciale jusqu’au 1er août. Le tournoi, lui, a déjà commencé dans la vraie vie.

FIFA Soccer: FIFA World Cup

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

 

Les nouveautés de Google Maps

Google Maps accueille enfin le taux d’affinité qui permet d’indiquer à l’utilisateur si tel ou tel lieu va lui plaire avant même qu’il n’y aille. Par ailleurs, l’application se met tout doucement au Material Theming. N’oublions pas non plus que certains éléments dans son code laissent entendre qu’il sera bientôt possible de signaler les accidents et les radars aux autres conducteurs, comme c’est le cas sur Waze. Enfin, l’app teste un léger changement d’interface permettant de savoir plus rapidement la durée du trajet pour aller à la maison ou au travail.

Maps - Navigation & Transit

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

 

Uber se met au Lite

Uber a annoncé le lancement d’un nouveau service : Uber Lite. Il s’agit quasi de la même application, sauf qu’elle pèse moins lourd, fonctionne hors connexion et n’affiche pas automatiquement la carte pour économiser de précieuses données mobiles. Hélas, pour l’instant, ce service allégé n’est disponible qu’en Inde.

Uber

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Ninja Masters, le ridicule ne tue pas

Avec un ami ou une amie, ce jeu est aussi drôle qu’absurde. Ninja Masters propose de vous adonner à un duel d’épéistes totalement ridicules. Pour se dérider après une dure journée, c’est parfait.

Ninja Masters
Increditastic

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Google Traduction

Grâce à un système d’intelligence artificielle, Google Traduction devient encore plus pertinent en mode hors connexion et offre des transcriptions plus fluides et naturelles.

Google Translate

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger
Catégories: Mobile

Samsung s’engage à utiliser 100 % d’énergie verte dans ses usines d’ici 2020

FrAndroid - sam, 16/06/2018 - 11:00

Critiqué, notamment par Greenpeace, au sujet de la consommation énergétique de ses usines, Samsung a décidé de réagir en promettant une utilisation exclusive d’énergie renouvelable dans ses infrastructures de Chine, d’Europe et des États-Unis.

Quand il s’agit de parler d’énergies renouvelables, Samsung n’est pas le pire des élèves. L’entreprise coréenne a en effet déjà équipé certains de ses bâtiments en panneaux solaires, entre autres.

Mais selon plusieurs associations comme Greenpeace, ce n’est pas assez, d’autant que certains autres géants de la technologie se sont déjà engagés pour un avenir plus vert. C’est notamment le cas de Google qui développe depuis plusieurs années une intelligence artificielle capable d’optimiser les consommations énergétiques, pour ses propres locaux comme pour le grand public. Apple et Facebook font également partie des bons élèves.

Un engagement fort : 100 % d’énergies renouvelables

Ce retard est sûrement, avouons-le, un désavantage marketing par rapport à ses concurrents pour Samsung plus qu’une réelle culpabilité du constructeur face à la planète, qui s’intéresse probablement plus à ses affaires qu’à la fonte des glaces.

C’est pourquoi l’entreprise coréenne a décidé de réagir en promettant que tous ses locaux et usines utiliseront 100 % d’énergie renouvelables d’ici 2020. Pour cela, Samsung compte une fois de plus sur l’énergie solaire, en commençant par implanter 42 000 mètres carrés de panneaux solaires à son siège social. Par la suite, d’autres parcs de panneaux, ainsi que des stations géothermiques, devraient être installés dans les campus de la marque en Corée du Sud.

Enfin, Samsung proposera d’accompagner ses 100 principales entreprises partenaires pour qu’elles puissent, elles aussi, effectuer leur transition énergétique.

Ces initiatives ont été saluées par Greenpeace, qui a applaudi « un grand pas en avant vers un avenir alimenté par les énergies renouvelables ». Reste à savoir si la firme coréenne tiendra ses promesses et surtout ses dates butoirs.

À lire sur FrAndroid : Nos smartphones en passe de devenir les champions du dérèglement climatique

Android Authority

Catégories: Mobile

Les meilleurs smartphones avec 8 Go de RAM : la sélection de FrAndroid

FrAndroid - ven, 15/06/2018 - 21:29

Vous cherchez un smartphone puissant doté de 8 Go de RAM, histoire de vous assurer une certaine marge de confort ? Voici notre sélection des meilleurs produits disponibles sur le marché parmi des constructeurs tels que OnePlus, Xiaomi et Razer.

Si 8 Go de RAM peuvent paraître inutiles à nombre d’utilisateurs de smartphones, d’autres préfèrent des modèles aussi bien équipés, généralement de bon augure pour qui souhaite conserver son appareil pendant plusieurs années et s’assurer de bonnes performances au quotidien.

Nous vous proposons donc un tour d’horizon des meilleurs smartphones dotés d’une mémoire vive conséquente… qu’il faut d’ordre général plutôt aller chercher auprès des constructeurs moins connus que les géants comme Samsung, loin de faire figure de référence en la matière.

OnePlus 6, les performances

Dernier coup de cœur de la rédaction, le OnePlus 6, dont la fiche technique est disponible ici, succède au OnePlus 5T en conservant la même formule qui avait fait son succès en 2018.

La puissance est au rendez-vous avec le meilleur combo disponible actuellement : 8 Go de mémoire vive associées au tout dernier Snapdragon 845. On peut toujours compter sur un écran de qualité, avec une dalle de 6,8 pouces très lumineuse et sur une autonomie à toute épreuve qui ne vous fera jamais défaut.

Le OnePlus 6 en version 8 Go est disponible aux alentours des 570 euros.

Pourquoi nous vous recommandons le OnePlus 6 ?
  • Son écran sublime
  • Il est très autonome
  • Ses performances sont excellentes

OnePlus 5T Fiche produit Forum Disponible sur EGlobal Central France à 442€ Voir le test 9/10

Comparatif de prix du OnePlus 5T

Ebay Découvrir l'offre 435€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 442€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 443€ Gearbest Découvrir l'offre 495€ OnePlus Store Découvrir l'offre 499€

Xiaomi Mi Mix 2S, l’effet « wahou »

Le Xiaomi Mi Mix 2S se positionne comme une version améliorée du Mi Mix 2. Son design peu courant saute immédiatement aux yeux et il fait partie des rares smartphones à ne pas avoir d’encoche en 2018.

Comme le OnePlus 6, il intègre un SoC Snapdragon 845 et 8 Go de RAM. Avec une partie logicielle très légère, il compte parmi les plus smartphones les plus puissants du marché à l’heure de l’écriture de ces lignes.

En dehors de ses excellentes performances, il propose également un écran de qualité et l’autonomie qui va avec afin d’utiliser le smartphone sans se priver. La version avec 8 Go de mémoire vive n’est à ce jour pas encore disponible en France, mais peut être importée.

Pourquoi choisir le Xiaomi Mi Mix 2S ?
  • Pour son design peu courant
  • Il propose une excellente autonomie
  • Il s’appuie sur de bons capteurs photo

Xiaomi Mi Mix 2s Fiche produit Forum Disponible sur Gearbest à 452€ Voir le test 9/10

Comparatif de prix du Xiaomi Mi Mix 2s

Gearbest Découvrir l'offre 452€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 479€ Ebay Découvrir l'offre 481€ Boulanger Découvrir l'offre 499€ Cdiscount Découvrir l'offre 499€

Razer Phone, l’écran 120 Hz

Vendu comme un smartphone pour les joueurs, le Razer Phone ne pouvait pas faire l’impasse sur 8 Go de RAM. Mais au-delà de ses prouesses techniques (et de son Snapdragon 835), le smartphone mérite aussi qu’on s’y intéresse pour ses autres atouts, qu’il s’agisse de son écran IGZO QHD (1440 x 2560) de 5,7 pouces au format 16:9. Il est surtout le premier smartphone à écran 120 Hz du marché !

Si ses capteurs photo ne comptent pas forcément parmi ses plus grandes qualités, le Razor Phone s’adresse autant aux gamers qu’aux technophiles à la recherche d’un produit robuste et de qualité. Les amateurs de vidéo apprécieront particulièrement ses grands haut-parleurs frontaux particulièrement puissants.

Pourquoi opter pour le Razer Phone ?
  • Son écran de 120 Hz …
  • … et l’autonomie qui va avec
  • Son interface légère

Razer Phone Fiche produit Forum Disponible sur EGlobal Central France à 621€ Voir le test 8/10

Comparatif de prix du Razer Phone

eGlobal Central France Découvrir l'offre 621€ Ebay Découvrir l'offre 626€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 629€ Amazon Découvrir l'offre 699€ Materiel.net Découvrir l'offre 749€

Chargement Quel smartphone choisiriez-vous ? Merci pour votre vote ! Vous avez déjà voté à ce sondage Choisissez une option avant de voter
  • OnePlus 6
  • Xiaomi Mi Mix 2S
  • Razer Phone
Voter Montrer les résultatsCacher les résultats

En complément à ce guide, nous vous invitons à jeter un œil à notre guide des smartphones haut de gamme.

À lire sur FrAndroid : Quels sont les meilleurs smartphones haut de gamme Android en 2018 ?

Tous les Guide par usages

Catégories: Mobile

Test de l’Amazon Echo (2e gen) en français : entre l’enceinte et l’assistant

FrAndroid - ven, 15/06/2018 - 20:18

Après le Google Home, c’est au tour de l’Amazon Echo de tenter d’envahir les foyers français. C’est donc la voix suave d’Alexa que l’on peut avoir aujourd’hui dans son salon pour nous donner la météo ou des informations simples et basiques. Est-ce le véritable assistant que l’on attendait ?

Je me revois encore en 2013, alors que je réalisais le test d’une Samsung Galaxy Gear, dire à mes amis que « les montres connectées sont l’avenir, dans 5 ans, tout le monde en aura une au poignet, même si la solution de Samsung doit clairement évoluer pour être au point ». Cinq ans plus tard, les constructeurs semblent avoir plus ou moins abandonné l’idée de s’inviter sur tous les bras et préfèrent s’intéresser à nos salons. Ainsi naquirent les assistants personnels et les enceintes intelligentes.

Déjà disponibles depuis longtemps aux États-Unis, ils tardent à réellement envahir le marché français et seul le Google Home s’est frayé un chemin jusqu’au domicile de certains. Mais voilà qu’arrive un nouveau concurrent de taille : l’Amazon Echo et son assistante Alexa. Va-t-elle remplacer votre agenda aimanté au frigo et son crayon ? Réfléchissons-y ensemble.

Un assistant d’intérieur

L’un des principaux reproches que l’on adresse généralement au Google Home, c’est son design bien trop ressemblant à un désodorisant d’intérieur. L’Amazon Echo de son côté est plus sobre. Un peu plus grand qu’une canette, il est parfaitement tubulaire et revêt un habillage à la texture unie sur la totalité de son corps, avec effet denim. Il est légèrement plus grand (148 mm contre 143), mais moins large (88 mm contre 96,4), plus sobre et s’intègre assez discrètement à un intérieur. La personnalisation est pour le moment moins grande que pour l’engin de Mountain View, mais on peut choisir la robe de l’Echo selon trois possibilités : gris anthracite (foncé proche du noir), gris chiné ou sable (gris clair proche du blanc). Sans aller jusqu’aux 50 nuances, il semblerait qu’Amazon aime cette couleur et porte moins d’attention aux finitions boisées disponibles uniquement outre-Atlantique.

La partie basse est en caoutchouc antidérapant pour éviter tout accident, notamment si vous avez des enfants en bas âge ou des animaux qui auraient tendance à tirer sur les câbles qui pendent ci et là. Et puisque l’on parle du câble, celui-ci vient se loger dans un discret renfoncement dans le bas du dos de l’enceinte, juste à côté d’une sortie auxiliaire. Cette dernière est très pratique (j’y reviendrai), mais retirer le cache de protection lorsque l’enceinte est branchée est un exploit de force et il est dommage de devoir la débrancher pour ensuite la connecter à un système audio tiers. Dernière chose concernant l’alimentation : le bloc cubique est un peu large et ne s’adapte pas parfaitement dans une multiprise avec d’autres blocs un peu larges.

Enfin, pour en terminer avec le tour du propriétaire, le haut est cerclé d’une diode colorée élégante et de 4 boutons. La lumière permet de connaitre l’état d’Alexa (coupée, en attente…) ou de l’enceinte (volume), tandis que les boutons permettent de rendre Alexa totalement sourde et ainsi parler d’elle sans qu’elle ne réagisse, de régler la puissance du son ou encore de paramétrer le tout.

Notons également la présence de 7 petits orifices répartis sur le haut pour les micros. Leur nombre permet notamment d’activer Alexa depuis n’importe où dans la pièce. Alexa arrive d’ailleurs plutôt bien à nous entendre, mais cela devient difficile lorsque plusieurs sources vocales arrivent en même temps, et j’ai eu beaucoup de mal à me faire comprendre alors que mes collègues débattaient autour du résultat d’un match de la Coupe du Monde.

Un Echo qui va faire du bruit

Dès lors que l’on déshabille l’Echo (en poussant délicatement le doigt dans son fondement), on découvre un tweeter de 16 mm, tandis qu’un woofer de 63 mm se cache dans son caisson en plastique pour assurer les basses.

Dans l’ensemble, le son produit est bien meilleur que celui d’un Google Home, à la fois plus puissant et plus clair. Tout du moins lorsque l’on reste dans des niveaux de volume acceptables, et on est encore très loin de la qualité que peut proposer un Apple HomePod.

En effet, malgré les petites basses plutôt appréciables, l’Echo sature assez vite dès lors que l’on pousse un poil le volume, écrasant les basses et étouffant les mediums. Lors de ma preview, Amazon m’a fait la démonstration du multiroom pour ceux qui ont plusieurs enceintes, ce qui était plutôt convaincant à fort volume, mais je n’avais malheureusement qu’une seule enceinte pour essayer lors de mon test. Seul, l’Echo peine à sonoriser une pièce correctement.

On notera également qu’il est obligatoire de posséder un compte Amazon Music Unlimited pour écouter de la musique sans rien préciser, ou de mentionner son service de streaming préféré dans sa requête. Enfin, si vous préférez Spotify ou Deezer puisque Google Play Musique et Apple Music ne sont pas disponibles.

Fort heureusement, le principal avantage de l’Echo sur ses concurrents est la présence de la sortie auxiliaire qui lui permet d’être branché sur n’importe quel système plus qualitatif pour allier contrôle vocal et qualité audio.

Alexa à portée de voix

Et c’est bien sur le contrôle vocal que l’on attend l’Amazon Echo, puisqu’avant d’être une enceinte, il s’agit d’un assistant vocal. Assistant à qui l’on peut poser un grand nombre de questions ou demander certaines actions. Faut-il parler ici uniquement de l’enceinte et tester Alexa à part ? Bien que cette dernière soit évolutive, il est difficile de réellement séparer les deux tant l’intérêt du produit se réduit à peau de chagrin dès lors qu’on lui enlève son « intelligence ».

Converser avec Alexa est étonnant, parfois en bien et parfois en mal. Amazon a beaucoup travaillé pour lui donner une personnalité propre et créer des dialogues agréables, ce qui se ressent au quotidien, notamment sur les requêtes les plus courantes comme la météo. Sur les échanges un peu moins habituels, la voix de notre chère assistante reprend un rythme plus robotique, assez saccadée.

Il en va de même pour la reconnaissance vocale. Celle-ci souffle le chaud et le froid. Autant elle impressionne en comprenant certains mots mâchés, balbutiés, des noms anglais prononcés à la française et bien d’autres pièges encore. Mais dès lors que l’on sort un peu de son catalogue, il lui arrive régulièrement de répondre totalement à côté de la plaque à notre question, ou de lâcher tout simplement un « je ne comprends pas ». Lancer son Daily Mix ou certains artistes sur Spotify nécessite bien trop souvent de passer par une autre interface pour que cela fonctionne.

Essayer d’acheter un produit sur Amazon, pourtant le point fort de l’enceinte, devient rapidement un calvaire et il est finalement plus rapide de passer par une interface visuelle comme un ordinateur ou un smartphone. Sur les dizaines d’essais que j’ai réalisés, je n’ai jamais réussi à commander le produit que je cherchais. Mention spéciale pour les jeux vidéo qu’elle rajoute au panier sans vérifier la plateforme concernée. Espérons que ce jeu PS4 que vous allez commander rentrera dans votre Nintendo Switch…

Je lui ai demandé un Samsung Galaxy S9 et une canette de Coca. Si proche…

Sur ce point, on ne doute pas qu’Amazon va profiter de son lancement pour s’améliorer et que chaque requête effectuée par un utilisateur sera une pierre de plus pour consolider des fondations déjà correctes. Toujours est-il que les premiers acheteurs joueront le rôle de « bêta testeurs » pendant encore quelques mois.

Toute la partie vocale est donc à améliorer, mais l’avantage sur ce point est que la mise à jour va se faire de manière invisible pour les utilisateurs. Alexa va s’améliorer petit à petit côté serveur au fil du temps et des requêtes, et Amazon compte investir beaucoup pour rendre son usage en français bien plus agréable. Il faudra donc rester à l’écoute.

Un assistant compétent ?

En dehors de la qualité de sa reconnaissance vocale, il est intéressant de se pencher sur l’intérêt d’un tel produit au quotidien et ses capacités qui permettront de nous aider au quotidien.

L’Amazon Echo est capable de nombreuses choses, à commencer par raconter des blagues, donner la météo ou servir de dictionnaire. On peut également accéder à certains services comme Google Agenda, mais pas encore à tous. Oubliez toute connexion avec un Chromecast ou avec YouTube par exemple.

Mais l’Amazon Echo n’est pas figé, et c’est peut-être là sa plus grande force ! Si ses fonctionnalités de base n’ont rien d’époustouflant par rapport à la concurrence, l’application (disponible sur Android et iOS) permet d’activer des « Skills », des commandes supplémentaires développées par des services tiers, ce qui lui permet d’étendre grandement ses possibilités.

Dès le lancement, un grand nombre de Skills sont disponibles, divisés en 18 catégories différentes, allant des actualités à la productivité en passant par le lifestyle, la musique, le shopping, l’humour ou encore la maison connectée. Grâce à cela, n’importe quel développeur tiers peut ainsi proposer simplement des ajouts qui s’avèrent plus ou moins utiles.

Parmi ceux que je trouve personnellement les plus intéressants, je pourrais citer AlloCiné pour avoir un résumé de tous les films à l’affiche à proximité (plus complet que celui proposé de base par Alexa), Marmiton pour avoir des idées de recettes, Philips Hue pour gérer ses lumières, RATP pour connaître la fluidité du trafic ferré en région parisienne, Pages Jaunes pour trouver un type de professionnel bien précis (ou un restaurant aux environs), Domino’s pour commander une pizza ou encore Uber pour trouver une course rapidement.

Un certain nombre de médias proposent également leur flash info. En sélectionnant une liste de Skills, on peut ainsi se créer son propre journal radio à lancer à la demande d’un simple « Alexa, quel est mon flash quotidien ». La qualité du son est au rendez-vous et passer d’un média à l’autre se fait très simplement d’une simple commande vocale. Idéal pour se réveiller.

Et plus encore

D’autres éléments sont notables, comme le nombre de Skills dédiés aux enfants. Les parents qui souhaitent occuper leurs enfants avec des jeux et apprentissages ludiques pourront trouver leur bonheur avec Quelle Histoire, les jeux de culture générale, d’orthographe ou de mémoire ou encore les services plus légers comme Akinator ou Papa Pourquoi.

Alexa permet également d’envoyer des messages vocaux ou de passer des appels, mais cette fonctionnalité reste pour le moment restreinte aux contacts disposant de l’application Alexa… c’est-à-dire pas grand monde pour le moment. Un bon moyen pour pousser les utilisateurs à offrir un assistant à son entourage pour communiquer plus facilement avec eux. Malin.

Moins efficace que Google Assistant pour le moment, ce dernier reposant sur un écosystème plus vaste, Alexa promet donc une évolution plus variée dans les mois et années à venir.

En attendant, le plus efficace reste les routines. Pouvant s’apparenter à des commandes IFTTT, les routines permettent de réaliser plusieurs actions sur un mot clé défini à l’avance. Imaginez-vous dire « Alexa au revoir » et la laisser s’occuper de couper les lumières, d’arrêter la musique, de baisser le thermostat et de vous renseigner sur le trafic entre chez vous et votre lieu de travail.

Prix et disponibilité

L’Amazon Echo est disponible depuis le mois de juin en France, directement sur Amazon.

Comparatif de prix du Amazon Echo

Amazon Découvrir l'offre 49€ Boulanger Découvrir l'offre 49€ Ebay Découvrir l'offre 110€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 114€
Catégories: Mobile

Sony développe un nouveau launcher pour ses smartphones

FrAndroid - ven, 15/06/2018 - 18:05

Sony a arrêté de mettre à jour de son lanceur d’applications maison, mais les smartphones de la marque ne passeront pas sur le Pixel Launcher. Un nouveau launcher est en cours de développement.

Il y a quelques jours, Sony a annoncé le passage de son Xperia Home en phase de maintenance. Cela signifie qu’aucune mise à jour majeure ne sera plus apportée et que seuls les bugs et failles de sécurité seront corrigés par le biais de patchs. Cela a créé la polémique, et surtout un certain questionnement au sein de la communauté. Sony pourrait-il passer au Pixel Launcher ?

La question était légitime sachant qu’Android P Beta est disponible sur Xperia XZ2, mais Erika Prymus, membre de l’équipe Xperia Home, a confirmé que ce choix était motivé par le développement d’une nouvelle application de launcher.

Pour l’heure, aucune information officielle n’est partagée sur le sujet, mais Xperia Blog suppute qu’il pourrait y avoir un lien avec le passage à Android P et la nouvelle navigation gestuelle. Il faut dire que l’interface de Sony, bien que très fluide, accusait une esthétique un peu vieillissante sur certains points et c’est une bonne nouvelle qu’une toute nouvelle home soit d’actualité. Reste à savoir si elle sera réservée aux nouveaux smartphones de la marque ou si on peut attendre à ce qu’elle soit déployée sur les anciens modèles également.

Sur ce point le fait qu’il s’agisse d’une toute nouvelle application réduit un peu les espoirs. À quoi bon repartir de 0 plutôt que de mettre à jour ce launcher si ce n’est pour laisser les deux survivre en parallèle ?

À lire sur FrAndroid : Test du Sony Xperia XZ2 : le Snapdragon 845 lui va si bien

XperiaBlog

Catégories: Mobile

5G : la norme « standalone » est là, une étape importante

FrAndroid - ven, 15/06/2018 - 15:17

La 3GPP en charge des normes de téléphonie mobile a annoncé la validation des spécifications de la 5G en release 15.

La 5G approche et tous les acteurs de l’industrie mobile (constructeurs, opérateurs, etc.) s’y préparent. En décembre 2017, la 3GPP annonçait la définition d’un premier standard 5G dit « Non Standalone », c’est à dire utilisant un cœur de réseau 4G.

Cette première norme permettait aux acteurs de commencer leurs tests, grâce au spectre des fréquences utilisé par la 5G qui en fait partie.

Selon le calendrier, il fallait attendre juin 2018 pour la version finale de la 5G « standalone », et c’est désormais chose faite.

La « vraie » 5G

La 3GPP a en effet annoncé la fin des travaux sur la norme 5G avec la « Release 15 » qui englobe toutes les spécifications de la 5G « standalone ». Cette dernière va permettre aux opérateurs de commencer les travaux de déploiement à grande échelle de la 5G, pour commencer sa commercialisation à l’horizon 2020-2021.

Cette nouvelle norme doit pour rappel permettre une nouvelle augmentation des débits, mais surtout une réduction drastique de la latence ce qui débloquera de nouveaux usages, aussi bien professionnels (comme l’automatisation des infrastructures) que grand public avec le streaming de jeu vidéo par exemple.

À lire sur FrAndroid : Réseau 5G : tout ce qui va changer, quels usages et pourquoi la technologie est importante

Retrouvez l'actualité de 5G

3GPP

Catégories: Mobile

Huawei pourrait nous laisser utiliser Windows 10 avec nos téléphones

FrAndroid - ven, 15/06/2018 - 13:45

Grâce au service Huawei Cloud PC, nous pourrions bientôt utiliser Windows 10 sur notre téléphone.

Crédit image : Notebook Italia

Qui n’a jamais eu envie de faire tourner Windows sur son téléphone ? Huawei semble nous avoir entendu et va prochainement proposer de streamer Windows 10 sur un téléphone. Lors du récent CES Asia 2018, le site Notebook Italia y était et nous propose des informations, des images et vidéos du service Huawei Cloud PC.

Lien YouTube

Comment ça marche ?

En fait, on ne peut pas réellement dire que ces téléphones font tourner Windows 10, puisqu’il s’agit d’un système de cloud computing (infonuagique pour les canadiens ou informatique en nuage pour l’élite). En clair, des serveurs Huawei s’occupent d’exécuter Windows 10 et diffusent le contenu sur le téléphone.

Le but est de profiter, grâce à un réseau, de la puissance de calcul et de stockage offerts par des serveurs distants. Ainsi, aucune installation n’est requise, hormis une seule petite application à télécharger sur le téléphone. Justement, les terminaux compatibles sont les Huawei P20 Pro et P20, le Huawei Mate 10, le Huawei Mate RS et le Huawei MediaPad M5.

Crédit image : Notebook Italia

J’entends déjà les « Eh mais c’est nul c’est trop petit sur un téléphone en plus les gros doigts ça sert à rien ». Oui, mais non. Comme la solution Dex de Samsung ou celle de feu le HP Elite X3, le service proposé par Huawei peut être utilisé avec une espèce de socle pour offrir une bien meilleure expérience. Il suffit de brancher le téléphone en USB-C pour afficher l’interface sur un grand écran. Des claviers et des souris pourront aussi être branchés, de quoi se rapprocher au maximum de l’utilisation d’un ordinateur classique.

Crédit image : Notebook Italia

Notez cependant qu’à la différence du Huawei Cloud PC, le système Dex de Samsung est propulsé par le processeur du téléphone.

Enfin, il sera possible d’accéder directement aux fichiers du smartphone, via l’interface Windows 10. Pratique pour ajouter des photos stockées dans notre téléphone à un présentation PowerPoint par exemple. Voici une autre vidéo du service de Huawei, cette fois connecté à un écran :

Lien YouTube

Prix et disponibilité

Aucun prix n’a été communiqué, mais on sait que ce service sera dans un premier temps proposé en Chine — pour éviter des gros temps de latences.

Le marché européen sera visé dans un deuxième temps par le fabricant chinois. D’ailleurs, on imagine forcément la première cible de ce dernier : les entreprises. Permettre à des cadres d’utiliser Windows 10 lors de leurs déplacements, le tout sans trop de matériel est en effet un certain avantage de l’offre.

À lire sur FrAndroid : Windows 10 sur le Pixelbook : Google travaille à officialiser le support

Notebook Italia

Catégories: Mobile

GrayKey : Apple va bloquer l’accès aux données de l’iPhone, mais pas pour tout le monde

FrAndroid - ven, 15/06/2018 - 12:15

Apple va renforcer la sécurité de l’iPhone, mais pas pour tout le monde.

Depuis mars 2018, la société Grayshift fait parler d’elle en commercialisant auprès des autorités son boitier GrayKey, permettant d’accès aux données stockées sur un iPhone sans le consentement de son propriétaire.

La force de cet appareil vient de son coût relativement faible — 30 000 dollars pour un nombre de déverrouillages illimité — et sa compatibilité avec tous les modèles d’iPhone sous n’importe quelle version d’iOS.

Apple corrige le problème

Avec iOS 11.3, Apple avait développé une première contre-mesure pour limiter la possibilité de déverrouiller l’iPhone à 7 jours, entre le dernier déverrouillage et la connexion avec un port lightning.

Apple a déclaré à Reuters qu’une prochaine mise à jour allait renforcer cette mesure. En pratique, le port lightning sera tout simplement désactivé si l’iPhone n’a pas été déverrouillé depuis plus d’une heure.

Dans certains pays seulement

La marque a précisé que ce nouveau changement ne sera appliqué que dans certains pays, où les forces de l’ordre ont moins de restrictions qu’aux États-Unis pour saisir les biens d’une personne. Apple explique « avoir le plus grand respect pour les forces de l’ordre » et « ne pas concevoir ses systèmes de sécurité pour entraver leur travail ». On a pourtant connu la marque plus batailleuse.

Ce changement est déjà proposé avec les dernières versions bêta d’iOS 11.4.1 et iOS 12 et devrait arriver dans une prochaine mise à jour stable.

GSMArena

Catégories: Mobile

Free Mobile veut proposer un débit aussi rapide à l’étranger qu’en France (en 4G)

FrAndroid - ven, 15/06/2018 - 11:33

Limitée jusqu’à présent à la 3G, le roaming à l’international de Free Mobile va passer à la vitesse supérieure.

Après les prix et la rapidité du débit, les opérateurs ont longtemps mené une bataille sur les coûts d’utilisation des forfaits à l’étranger. L’Europe a tranché pour imposer certains minimas, mais la plupart des opérateurs proposent plus encore. Le plus développé en la matière est certainement Free Mobile qui propose une enveloppe de 25 Go par mois non seulement dans l’Union, mais également dans de nombreux autres pays du monde.

Seul bémol à cela, Free Mobile propose uniquement des connexions 3G alors que certains de ses concurrents proposent déjà de la 4G à l’étranger. Selon les informations d’UniversFreebox, ce retard serait bientôt révolu.

Lors d’une rencontre avec les communautés, Xavier Niel aurait annoncé que Free Mobile travaille actuellement sur du roaming international en 4G, avec en premier lieu l’Italie, un marché sur lequel Iliad (maison-mère de Free) est désormais physiquement présent. Il aurait également précisé que d’autres destinations sont également prévues.

Nous avons contacté Iliad afin d’avoir plus d’informations sur le sujet et attendons davantage de détails, en espérant que nous pourrons avoir une première liste de pays concernés très rapidement.

Rappelons que Free a prévu un calendrier très rempli pour l’année 2018 avec son lancement en Italie, un troisième forfait mobile ou encore le lancement de la Freebox v7. L’amélioration du réseau international est donc dans la suite logique des choses en attendant le passage à la 5G.

À lire sur FrAndroid : Free Mobile : les forfaits, les fréquences, la couverture… tout savoir sur l’opérateur

UniversFreebox

Catégories: Mobile

Le Samsung Galaxy Note 9 intégrerait un cinquième bouton physique

FrAndroid - ven, 15/06/2018 - 11:29

Un média sud-coréen prétend que le Samsung Galaxy Note 9, dont l’annonce est prévue en août prochain, intégrera un cinquième bouton dédié à la capture photo et vidéo. Cependant, cette information va à l’encontre de fuites précédentes.

Samsung Galaxy Note 8

À deux mois de son lancement officiel, le Samsung Galaxy Note 9 est encore voilé de mystères. Quelques rumeurs circulent cependant, à propos de son écran, de sa batterie ou encore de son design.

La dernière fuite en date, qui nous vient directement de Corée du Sud via le média Herald (traduit par Android Authority) qui rapporte que le Galaxy Note 9 intégrerait un cinquième bouton physique, nommé « Technologie de capture parfaite ». Pour rappel, le quatrième bouton est celui dédié à Bixby.

Des fuites divergentes

Herald nous apprend donc que ce nouveau bouton serait dédié soit aux captures d’écran soit à la capture photo et vidéo. Néanmoins, le média coréen ne précise pas si cette capture fait référence à une capture d’écran ou à la prise d’une photo ou d’une vidéo avec le capteur photo du smartphone.

La présence d’un cinquième bouton avait déjà été abordée il y a quelques jours par le leaker Ice Universe sur Twitter, qui avait dévoilé rendus et photo d’une coque de protection du Galaxy Note 9 qui montrait un emplacement pour un nouveau bouton en bas de la tranche gauche de l’appareil (à droite sur l’image ci-dessous).

Depuis, celui-ci est revenu sur ce point en précisant que cet espace était en fait destiné à un simple petit cordon où accrocher des porte-clés par exemple. L’une et l’autre de ses affirmations sont, de toute manière, à prendre avec de grosses pincettes, la source n’étant pas toujours très fiable.

Note9 There is no button in this position. There are two holes in this position on the protective case for the lanyard. Many mobile phone cases have such holes. It may be that Samsung is too lacking in change to make people think that it has A button exists, hahaha. pic.twitter.com/NPAUBcBFuu

— Ice universe (@UniverseIce) June 15, 2018

De son côté, le rendu vidéo du Galaxy Note 9 qui a été publié par OnLeaks il y a quelques jours ne montre ni cinquième bouton, ni cordon. Alors, laquelle de ces fuites est vraie ? Et si ce n’était, finalement, rien de tout cela ? Réponse officielle lors de l’annonce prévue le 9 août.

 

À lire sur FrAndroid : Le Samsung Galaxy Note 9 se montre dans un rendu vidéo à 360 degrés

Android Authority

Catégories: Mobile

Pages

S'abonner à Sleepy SME agrégateur