Agrégateur de flux

Android P : comment Google aurait amélioré la navigation par gestes de l’iPhone X

FrAndroid - lun, 16/04/2018 - 10:01

Google est parvenu à reprendre et améliorer le système de navigation sans boutons de l’iPhone X.

Quand on parle de l’iPhone X, nombreux sont ceux à avoir retenu l’intégration d’un écran OLED bord à bord avec une encoche, et l’utilisation d’un capteur en façade capable de reconnaître le visage de l’utilisateur. Pourtant, la nouveauté la plus importante est sans doute la disparition, pour la première fois en 10 ans, du fameux bouton « home » d’iOS.

Android a connu une histoire différente avec ses boutons physiques. En effet, depuis 2011, Google propose de se séparer des boutons physiques. Cependant, là où Apple a repensé la navigation de son système, avec notamment deux gestes permettant le retour à l’accueil et l’accès au multitâche, Google s’est contenté de remplacer les boutons physiques par des boutons virtuels.

Android P : Google travaille sur la navigation par geste

Bonne nouvelle, Google va reprendre le travail d’Apple sur la navigation par gestes, et va l’améliorer. Sur les trois boutons de navigation d’Android que sont « retour », « accueil » et « multitâche », Apple ne propose que de remplacer deux d’entre eux. Sous iOS, l’action « retour » change d’une application à l’autre et son comportement dépend également de la volonté du développeur, ce qui complexifie la prise en main du système.

Google a publié par mégarde une image d’une nouvelle version d’Android P intégrant une nouvelle barre de navigation. Cette image a été modifiée par la suite pour retirer la barre. D’après les sources de 9To5Google, il s’agit du nouveau système de navigation.

On voit que le bouton accueil change de forme pour adopter celle d’une barre horizontale, rappelant un peu la barre de navigation d’iOS 11. Un appui sur celle-ci permettrait de revenir à l’accueil, alors qu’un glissement vers le haut permettrait d’afficher le multitâche ; un changement qui devrait donner de bons souvenirs aux fans de WebOS.

Un bouton retour contextuel

Reste donc la question du bouton précédent, qui n’existe pas sur iOS mais qui est centrale dans la navigation sur Android. Avec Android P, ce bouton deviendrait contextuel. Il ne s’afficherait que lorsqu’il est possible de revenir en arrière dans une application. Par exemple, le bouton précédent ne serait pas affiché sur l’accueil.

Une présentation à Google I/O

La conférence Google I/O aura lieu du 8 au 10 mai, et sera probablement l’occasion de dévoiler officiellement ces nouveautés au grand public.

À lire sur FrAndroid : Android P : la DP1 disponible, voici toutes les nouveautés

RonAmadeo

Catégories: Mobile

À peine sorti, le Huawei P20 Pro a déjà droit à un sosie avec lecteur d’empreintes sous l’écran

FrAndroid - lun, 16/04/2018 - 10:00

Le Leagoo S10 est une copie du Huawei P20 Pro récemment sorti, mais qui se démarque par un lecteur d’empreintes placé sous l’écran.

Le Huawei P20 Pro épate par la qualité de ses photos. Le terminal est doté de trois capteurs, une première dans le monde du smartphone. Et une exclusivité ? Hmm, pas pour longtemps. La marque chinoise Leagoo est passée par là et prépare un Leagoo S10. Un responsable de l’entreprise nous a en effet envoyé une image de cet appareil.

L’occasion de voir que le Leagoo S10 ressemble énormément au P20 Pro. Sur le dos, l’intégration du triple module photo reproduit ce que l’on a déjà pu voir sur le dernier flagship de Huawei avec le troisième objectif séparé des deux autres — le flash est cependant positionné différemment. Même la manière dont le nom de la marque est inscrit en bas à gauche de la surface arrière, à la verticale, est identique. À l’avant, même si la ressemblance reste très frappante, on peut voir que le notch est beaucoup plus petit sur le Leagoo S10, faisant davantage penser à l’encoche de l’Essential Phone alors que le P20 Pro imite lui-même celui de l’iPhone X.

Le dos du Huawei P20 Pro

Lecteur d’empreintes sous l’écran

Par ailleurs, le Leagoo S10 a droit à un lecteur d’empreintes invisible à l’oeil de l’utilisateur, puisque placé en dessous de la dalle. À titre de comparaison, le scanner du P20 Pro est situé sur la bordure inférieure. Le Leagoo S10 aurait une diagonale de 6 pouces pour un écran Full HD+ et existerait en deux versions : 6+128 Go et 8+256 Go. Nous avons demandé au responsable de Leagoo s’il pouvait nous indiquer une date de lancement et un prix et nous mettrons ce papier à jour s’il nous répond.

La patte Leagoo

Leagoo est une marque très peu connue en Europe puisque l’essentiel de ses produits est vendu en Chine et que le constructeur ne semble pas encore faire le poids face à des géants comme Huawei ou Xiaomi. Néanmoins, ce constructeur revient régulièrement dans l’actualité avec des produits souvent très librement inspirés d’autres smartphones. L’iPhone X a eu le droit à son sosie et le Samsung Galaxy S8 a également été copié.

À noter que Huawei propose aussi un smartphone avec lecteur d’empreintes sous l’écran, mais le Mate RS Porsche Design coûte très cher.

À lire sur FrAndroid : Test du Huawei P20 Pro : un appareil photo pour les gouverner tous

Catégories: Mobile

Toutes les cartes mères X470 pour le lancement des Ryzen 2000

Actualité Tom's Hardware - lun, 16/04/2018 - 08:56
Un lancement bien chargé.
Catégories: Hardware

Test du Huawei P20 : mention très bien, ni plus ni moins

FrAndroid - dim, 15/04/2018 - 18:00

Sur FrAndroid, nous avons déjà eu l’occasion de tester le Huawei P20 Pro, à l’impressionnant triple capteur photo, mais aussi le P20 Lite, la version abordable de ce cru. Il ne restait plus qu’à voir ce que valait le modèle sans suffixe : le Huawei P20.

Modèle Huawei P20 Version de l'OS Android 8.1 Interface Emotion UI Taille d'écran 5,8 pouces Définition 2244 x 1080 pixels Densité de pixels 429 ppp SoC Kirin 970 à 2,36GHz Processeur (CPU) ARMv8 Puce Graphique (GPU) Mali-G72 MP12 Mémoire vive (RAM) 4 Go Mémoire interne (flash) 128 Go MicroSD Non Appareil photo (dorsal) Capteur 1:12 Mégapixels, Capteur 2: 20 Mégapixels Appareil photo (frontal) 24 Mégapixels Enregistrement vidéo 4K Wi-Fi Oui Bluetooth 4.2 + A2DP + LE Réseaux LTE, HSPA, GSM Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7) SIM 2x nano SIM NFC Oui Ports (entrées/sorties) USB Type-C Géolocalisation Oui Batterie 3400 mAh Dimensions 149,1 x 70,8 x 7,65 mm Poids 165 grammes Couleurs Bleu, Noir, Or Prix 570 euros Fiche produit

Ce smartphone nous a été fourni par Huawei.

Notre test en vidéo

Lien YouTube

Design

Le design du Huawei P20 est totalement différent du P20 Pro… FAUX ! Si on oublie le fait qu’il est plus petit que son illustre frère, ce smartphone adopte lui aussi une apparence très très très inspirée de l’iPhone X. L’encoche est évidemment présente en haut de l’écran et le lecteur d’empreintes se loge sur le bas de la façade avant, mais on notera également les belles finitions, le confort de la prise en main et les bords bien arrondis.

C’est sur la face arrière que l’on pourra différencier le Huawei P20 du P20 Pro. Le premier ne dispose en effet pas d’un troisième objectif. Le bougre se contente « seulement » d’un double appareil photo encastré dans un module dépassant légèrement en relief. Juste en dessous, on trouve l’autofocus laser et le capteur de luminosité ambiante surmontant le flash.

Il n’y a pas de prise jack et le smartphone se recharge via un port USB-C. Pour une description plus complète du design, n’hésitez pas à consulter notre test du Huawei P20 Pro qui, rappelons-le encore une fois, a une esthétique très proche du modèle dont nous traitons ici.

Écran

L’écran TFT LCD de 5,8 pouces profite d’un ratio de 18,7:9 pour une définition de 2 244 x  1 080 pixels très exactement. Huawei n’explique pas cet excédant de 4 pixels en longueur, mais c’est une anecdote sympa à sortir en soirée mondaine pizza-bières si l’opportunité se présente, sait-on jamais.

La qualité de l’écran est très bonne. Comme souvent avec Huawei, les couleurs semblent parfois manquer un peu de naturel, mais un rapide tour dans les paramètres d’affichage du téléphone (tonalités naturelles et température des couleurs) suffit systématiquement à solutionner une fois pour toutes ce détail.

Avec une luminosité maximale de 500 cd/m², les environnements les plus lumineux ne posent pas problème. Notez simplement qu’en mode automatique, l’écran met parfois un peu de temps à adapter sa luminosité aux environnements sombres. Pendant de courtes secondes, il brille un chouia trop fort.

Même si l’appareil n’a pas droit à l’OLED du P20 Pro et que le contraste ne tend donc pas vers l’infini, celui-ci reste excellent avec un rapport de 1582:1. Notre sonde indique par ailleurs une température des couleurs rôdant autour des 7 700K sur les paramètres par défaut. Quant aux angles de vision, ils sont très corrects.

Logiciel

Côté logiciel, on a affaire à exactement la même interface basée sur Android 8.1 Oreo que sur le P20 Pro : EMUI 8.1. Personnalisations, raccourcis et tiroir d’applications (dés)activable sont toujours de la partie.

Le lecteur d’empreintes peut servir de trackpad, effaçant ainsi les boutons de navigation tout en restant assez intuitif. Vous trouverez aussi une option permettant de camoufler l’encoche. Celle-ci réussit d’ailleurs à se faire oublier sur les vidéos en 18:9 — dont l’affichage est mieux géré que sur le P20 Lite —, mais un vrai visionnage en plein écran n’est pas possible, l’espace autour du notch reste vide et le rétroéclairage permet toujours de distinguer le noir de l’écran du noir des bordures du téléphone. Je chipote sur ce détail, car c’est ténu — sauf quand la luminosité est poussée à fond les ballons — et on peut assez facilement passer outre.

La reconnaissance faciale reste aussi efficace — mais toujours moins sécurisée que le lecteur d’empreintes. L’espace de stockage est de 128 Go et le patch de sécurité date de mars au moment où nous écrivons ces lignes.

Retrouvez plus de détails sur la partie logicielle en allant consulter la rubrique dédiée dans le test du Huawei P20 Pro.

Photo

Le Huawei P20 Pro est la nouvelle star incontestée de la photographie au moment où j’écris ces lignes. Le Huawei P20 quant à lui, même s’il n’a pas droit aux mêmes strass, paillettes, champagne et tapis rouge, débarque aussi avec son lot de promesses. L’intelligence artificielle en local pour reconnaître rapidement les scènes photographiées répond présente ici aussi. Celle-ci adapte les couleurs et la luminosité pour embellir l’image et mieux faire ressortir les éléments importants.

On compte deux objectifs photo : un RVB de 12 mégapixels dont le diaphragme ouvre à f/1,8 et un deuxième de 20 mégapixels en monochrome qui ouvre à f/1,6. Et ce que l’on remarque tout de suite, c’est une explosion de couleurs sur les photos en extérieur presque aussi intense que sur la palette d’un artiste farfelu.

C’est vraiment très beau à regarder. Le traitement logiciel et l’IA se font ressentir sur les rendus puisque sur un bon nombre de clichés, on pourrait croire que le HDR est activé alors que ce n’est pas le cas. Sur la photo ci-dessous par exemple, les maisonnettes préservent toutes leurs couleurs sans que le ciel ne devienne surexposé. La dynamique est souvent excellente.

Parfois, les photos sont même trop belles. « Qu’acoustiqué-je ? », me diriez-vous. « « Se plaindre d’une trop bonne qualité ? Il est timbré ce zigoto ! ». Blessé dans mon orgueil par vos paroles acerbes, je n’en laisserais rien transparaître et vous répondrais d’un insolent « Que nenni ! ».

Concrètement, à certaines reprises, le capteur voit la réalité bien plus belle qu’elle ne l’est réellement. Cela se ressent tout particulièrement sur des dominantes de bleu (le ciel) ou de vert (l’herbe). À titre d’exemple, le même bout de mur apparaît sur les deux photos qui suivent. Sur celle de gauche, il ne partage l’image qu’avec le ciel couvert. Sur celle de droite, j’ai abaissé mon angle de prise de vue pour capture également le sol. Cette introduction de vert un peu trop vert dans le cadre se ressent beaucoup, même sur les pierres du mur qui revêtent un aspect sensiblement différent. Le rendu est aux antipodes de la laideur, mais il s’éloigne un peu des réelles tonalités de cette scène.

Notons par ailleurs que le niveau de détail est, dans l’ensemble, très bon notamment sur les photos rapprochées. Sur cette fleur, l’effet de flou pourrait être un peu plus précis, mais le rendu est fort appréciable. En bref, on apprécie énormément la qualité photo du Huawei P20.

En intérieur, quand les conditions lumineuses sont clémentes, le double capteur photo réussit à s’en sortir de manière très convenable et les images sont généralement beaucoup plus proches de la réalité qu’en extérieur. La dynamique est un tantinet moins bien gérée, mais le résultat reste plus que satisfaisant.

Le mode Grande Ouverture est évidemment présent et permet de jouer avec l’effet flou/net d’une photo même après la prise de vue. Cette fonctionnalité s’est révélée vraiment plaisante à utiliser, notamment par sa finesse. L’algorithme a été amélioré et ça se voit. L’effet flou épouse parfaitement les contours de l’objet photographié.

En faible luminosité, il est indéniable que le Huawei P20 réussit à voir plus que l’œil humain. Dans cette sombre allée, les inscriptions sur la camionnette et la voiture au bout étaient quasi invisibles. L’image a le mérite de les faire apparaître. Le bruit est toutefois bien présent, mais ce n’est pas catastrophique.

La tendance du double capteur à embellir la réalité se fait encore ressentir à certains moments. La photo donne d’ailleurs l’impression d’une scène assez éclairée malgré la nuit, alors qu’elle ne l’était pas tant que cela.

Enfin, les photos en monochrome sont toujours aussi bien soignées avec de belles nuances dans les tons de gris.

Pour les selfies, le capteur de 24 mégapixels est très correct. Il met toujours bien en avant votre visage, mais le décor peut facilement cramer.

Et surtout, on peut s’amuser avec une option gadget qui simule des conditions de prise de vue semblable à un studio. Les effets de lumière sur le visage changent et c’est rigolo. Complètement gadget et pas parfait, mais rigolo.

Performances

Le Huawei P20 partage le même Kirin 970 que le P20 Pro, il dispose cependant de 4 Go de RAM contre 6 pour la version supérieure. Est-ce que cela engendre de grosses différences au niveau de l’expérience utilisateur ? Pas vraiment, du moins pas tout de suite. Le Huawei P20 s’essoufflera probablement un peu plus rapidement que son grand frère sur le très long terme.

Mis à part ces considérations, le Huawei P20 réussit à atteindre des performances extrêmement similaires à celles du P20 Pro. Autrement dit, il est très à l’aise sur les jeux les plus gourmands pour assurer une excellente qualité d’affichage, avec une stabilité globalement très bonne. Par-ci, par-là, le nombre d’images affichées par seconde peut légèrement chuter, mais c’est toujours très brefs et sur des séquences particulièrement animées — je pense notamment aux combats très animés sur Lineage 2 Revolution.

 Huawei P20Huawei P20 ProHuawei P10Samsung Galaxy S9 (FHD+)Xperia XZ2 SoCKirin 970Kirin 970Kirin 960Exynos 9810S845 AnTuTu 7.x203 591209 894156 562242 627264 401 PCMark 2.06 9997 2336 2785 4188151 3DMark Slingshot Extreme3 0002 8741 7353 2444673 3DMark Slingshot Extreme Graphics3 0462 8651 6783 5325122 3DMark Slingshot Extreme Physics2 8502 9051 9702 5253576 GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)23 / 23 FPS23 / 23 FPS17 / 15 FPS26 / 28 FPS33 / 35 FPS GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)56 / 65 FPS55 / 62 FPS31 / 29 FPS57 / 73 FPS59 / 81 FPS Lecture / écriture séquentielle833 / 195 Mo/s826 / 196 Mo/s748 / 187 Mo/s820 / 204 Mo/s680 / 200 Mo/s Lecture / écriture aléatoire37,8k / 41k38k / 40k IOPS43,8k / 38k32,7k / 5,8k IOPS38,4k / 4,3k IOPS

Sur un jeu tel que PUBG, j’ai pu jouer une bonne demi-heure (et atteindre le lot des 20 derniers survivants malgré mon skill lamentable) sans jamais observer de problème si ce n’est que, sur les tâches les plus complexes, le smartphone chauffe extrêmement rapidement. Pendant quelques secondes, on en vient même à craindre des pics surélevés de température avant que la dissipation se mette en marche de manière efficace. Le dos de l’appareil reste chaud, mais ne brûle pas.

On retiendra donc un smartphone qui mérite amplement sa place dans le haut de gamme des smartphones les plus performants, mais les puristes des jeux mobiles 3D et gourmands seront sans doute plus intéressés par des appareils dotés d’un Snapdragon 845, une puce un peu plus alléchante sur ce point-là.

Autonomie

Avec une batterie de 3 400 mAh, le Huawei P20 semble avoir, sur le papier, les épaules assez solides pour promettre une belle autonomie. Sur la pratique, le constat n’est pas aussi enthousiasmant que l’on aurait pu le penser, mais le smartphone est tout de même vraiment satisfaisant.

S’il ne convient pas à ceux qui cherchent le terminal le plus endurant possible, il tient bien la route pour une utilisation classique. Notre protocole de test n’étant pas encore bien adapté à l’interface EMUI, il ne faut pas trop se fier aux petits 5 heures et 31 minutes obtenus par le P20 pendant cette épreuve.

Nous allons plutôt nous concentrer sur quelques usages qui permettront de vous faire une idée. Sur une vidéo YouTube d’une heure, consommée sur un réseau Wi-Fi, le smartphone chargé à bloc perd 11 % de sa batterie. Un résultat qui ne fera tomber personne de sa chaise, mais qui est très loin de décevoir.

Une partie de 20 minutes sur PUBG en 4G ponctionne 10 à 13 % de batterie. Une performance à saluer.

Plutôt que des mots, c’est une moue approbatrice qui décrirait le mieux l’autonomie du Huawei P20 — comme lorsque vous mangez une excellente tarte aux pommes au restaurant, mais que vous préférez quand même celle de votre grand-mère. La recharge rapide est par ailleurs efficace et permet de passer de 10 à 90 % de batterie en une heure — en passant notamment de 10 à 78 % pendant les 40 premières minutes de charge.

On apprécie aussi les options permettant de tenir plus longtemps sans charge en baissant la définition de l’écran ou de ne laisser qu’une petite poignée d’applications fonctionner dans les cas les plus extrêmes.

Réseau et communication

Le Huawei P20 est compatible avec toutes les bandes de fréquence 4G françaises et, je n’ai jamais eu de mal à capter le réseau d’Orange — d’ailleurs j’ai même remarqué que j’accrochais ce dernier plus facilement que d’habitude dans le métro parisien. Au-delà de ça, la qualité des appels est exemplaire et il a fallu la sirène d’une voiture de police à quelques pas de moi pour que mon interlocuteur perçoive autre chose que ma seule voix.

Par ailleurs, il n’y a rien à signaler sur le GPS et la boussole très souvent calibrée pile-poil comme il fallait.

Prix et disponibilité

Le Huawei P20 est disponible au prix de 649 euros.

Galerie photo
Catégories: Mobile

Quel smartphone Double-SIM choisir en 2018 ? Notre sélection complète

FrAndroid - dim, 15/04/2018 - 15:00

Longtemps réservés aux territoires asiatiques, les smartphones double SIM sont de plus en plus courants en Europe. Des appareils pratiques pour ceux qui habitent à proximité des frontières ou qui veulent avoir un smartphone qui leur permet de recevoir coups de fils professionnels et personnels. De plus, ils permettent aussi de profiter de deux couvertures de réseau, très utile dans les zones peu denses. Voici une sélection de smartphones de toutes gammes de prix capables d’embarquer deux cartes SIM et dont la qualité a été approuvée par la rédaction.

Depuis Android 5.1, le double SIM est géré nativement. Google a été obligé de s’intéresser à cette fonction avec l’arrivée de smartphones Android One double SIM, en Inde par exemple. Auparavant, il revenait aux fabricants de smartphones d’intégrer ces fonctions, mais aussi aux différents concepteurs de puces (MediaTek, par exemple). L’arrivée des premiers produits double SIM vient de Chine, où leur usage est beaucoup plus répandu. Nous nous sommes donc fait submerger par ceux-ci, en premier lieu à travers des sites d’importation. Le marché de l’« open market » s’est ensuite intéressé à eux, les opérateurs ne voulant pas proposer (naturellement) d’appareils double SIM.

Les premiers produits étaient assez limités : seuls un des deux slots permettait de profiter de la data en 4G, quand le second slot était souvent limité à une connexion 2G. Heureusement, tout cela a bien évolué, et il existe désormais des produits très intéressants (et 4G évidemment) à tous les prix. Faisons un tour non exhaustif de ces smartphones.

A moins de 300 euros Huawei P Smart

Sorti il y a peu, le P Smart est destiné à s’imposer sur le segment d’entrée de gamme. Il mise sur l’efficacité avec un écran Full HD de 5,65 pouces d’un ratio 18:9, un Kirin 659 associé à 3 Go de mémoire vive pour une bonne fluidité au quotidien, une batterie de 3000 mAh qui procure une autonomie correcte à condition de ne pas être trop gourmand et un double capteur photo dorsal de 13 et 2 mégapixels assez bon.

Lien YouTube

On apprécie particulièrement le fait qu’il soit nativement sous Android 8.0 Oreo. Découvrez notre test.

Huawei P smart Fiche produit Forum Disponible sur Amazon à 196€ Voir le test 7/10 Amazon Découvrir l'offre 196€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 207€ TopAchat.com Découvrir l'offre 219€ Ebay Découvrir l'offre 222€ Cdiscount Découvrir l'offre 224€

Honor 9 Lite

Commercialisé il y a quelques semaines, le 9 Lite est un autre smartphone d’entrée de gamme. D’une prise en main plaisante, il embarque un bon écran de 5,65 pouces avec une bonne qualité d’affichage, un Kirin 659 couplé à 3 Go de mémoire vive qui procure des performances suffisantes pour des usages classiques, une batterie de 3000 mAh dans la moyenne, et un appareil photo assez satisfaisant.

Également sous Android 8.0 Oreo, il constitue une bonne alternative au P Smart. Pour davantage de détails, rendez-vous sur son test.

Honor 9 Lite Fiche produit Forum Disponible sur Amazon à 209€ Voir le test 8/10 Amazon Découvrir l'offre 209€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 195€ TopAchat.com Découvrir l'offre 225€ Cdiscount Découvrir l'offre 226€ Rue du Commerce Découvrir l'offre 226€

Entre 300 et 500 euros OnePlus 5T

Tout juste sorti, le OnePlus 5T est le nouveau flagship de OnePlus. Il est équipé d’un écran de 6,01 pouces, d’un SoC Snapdragon 835 cadencé à 2,45 GHz, de 6 Go de mémoire vive, 64 Go de stockage, un appareil photo avec un double capteur dorsal de 16 et 21 mégapixels et un capteur frontal de 16 mégapixels et une batterie de 3300 mAh.

Lien YouTube

Ce smartphone nous a plus que séduits lors de son test avec ses bonnes performances, ses excellentes finitions, son écran de très bonne facture et son autonomie qui reste meilleure que celle d’une grande majorité de concurrents.

OnePlus 5T Fiche produit Forum Disponible sur EGlobal Central France à 428€ Voir le test 9/10 eGlobal Central France Découvrir l'offre 428€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 429€ Ebay Découvrir l'offre 436€ OnePlus Store Découvrir l'offre 499€

Honor View 10

Le View 10 constitue une alternative intéressante au Mate 10 Pro, également présent dans ce guide. Il dispose d’un bel écran de 5,99 pouces Full HD+ avec un ratio 18:9, d’un Kirin 970 avec 6 Go de mémoire vive qui offre des performances très poussées, et d’un appareil photo très efficace, le tout avec une bonne autonomie grâce à sa batterie de 3750 mAh.

Lien YouTube

La qualité de sa reconnaissance faciale le pousse vers le haut du panier.

Honor View 10 Fiche produit Forum Disponible sur Cdiscount à 432€ Voir le test 8/10 Cdiscount Découvrir l'offre 432€ Amazon Découvrir l'offre 468€ Rue du Commerce Découvrir l'offre 484€ TopAchat.com Découvrir l'offre 489€ Boulanger Découvrir l'offre 499€

 

Samsung Galaxy A8 2018

Le Galaxy A8 2018, tout récemment sorti, offre un design novateur en comparaison des anciens modèles de la gamme Galaxy A et une prise en main confortable.

Lien YouTube

Il embarque un très bon écran de 5,6 pouces, un Exynos 7885 avec 4 Go de mémoire vive qui propose des performances très satisfaisantes, un appareil photo plutôt correct et une batterie de 3000 mAh très endurante. Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter son test.

Samsung Galaxy A8 (2018) Fiche produit Forum Disponible sur Amazon à 328€ Amazon Découvrir l'offre 328€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 328€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 332€ Ebay Découvrir l'offre 356€ Cdiscount Découvrir l'offre 379€

 

Sony Xperia XZ2 Compact

Le Sony Xperia XZ2 Compact dispose de deux slots SIM, preuve que les smartphones haut de gamme prennent de plus en plus en compte les demandes des utilisateurs quant à la présence d’une fonctionnalité double SIM.

Lien YouTube

Pour ce qui est de ses caractéristiques, ce smartphone haut de gamme dispose d’un écran de 5 pouces au format 18:9, d’un Snapdragon 845 qui assure de belles performances et d’un haut-parleur stéréo. Clairement un format compact qui reste malgré tout performant.

Sony Xperia XZ2 Compact Fiche produit Forum Disponible sur Amazon à 502€ Voir le test 8/10 Amazon Découvrir l'offre 502€ Ebay Découvrir l'offre 507€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 515€ Boulanger Découvrir l'offre 539€ Cdiscount Découvrir l'offre 539€

 

À plus de 500 euros

Au-delà de 500 euros, il devient compliqué de mettre la main sur un smartphone haut de gamme et double SIM. À vrai dire, seuls quelques constructeurs chinois le permettent, à l’instar de Huawei. Pour les autres, Samsung ou LG, par exemple, il est nécessaire de passer par l’importation pour mettre la main sur des versions double SIM de leurs flagships. Une importation qui rime très souvent avec inflation du prix.

Samsung Galaxy S9

Bonne nouvelle, le Samsung Galaxy S9 est désormais vendu en double SIM en France, même chez les opérateurs. Vous pouvez donc utiliser deux SIM en mode « Dual SIM », ou utiliser le mode « Single SIM » avec une carte microSD.

À sa sortie, ce n’était pas le smartphone Android le plus intéressant ; heureusement son prix a rapidement chuté. On le trouve autour de 700 euros en version de base, ce qui en fait une alternative à considérer si vous souhaitez renouveler votre smartphone Android.

Samsung Galaxy S9 Fiche produit Forum Disponible sur Rakuten-PriceMinister à 628€ Voir le test 7/10 Samsung Galaxy S9 Plus Fiche produit Forum Disponible sur Rakuten-PriceMinister à 728€ Voir le test 7/10

Lien YouTube

 

Huawei Mate 10 Pro

Sorti il y a peu, le Huawei Mate 10 Pro en a sous le capot. Il a un design très soigné, bien qu’un peu salissant, son écran a un contraste parfait et une luminosité maximale extrêmement élevée et son interface est très fluide, mais ce sont surtout des performances à toute épreuve et son appareil photo qui tend à la perfection qui nous ont séduits.

Lien YouTube

On regrette juste que sa batterie ne soit pas à la hauteur du reste : elle reste satisfaisante, mais on aurait pu s’attendre à mieux en comparaison avec les autres éléments de sa fiche technique. Toutefois, ce petit bijou n’est pas donné.

Huawei Mate 10 Pro Fiche produit Forum Disponible sur Amazon à 618€ Voir le test 9/10 Amazon Découvrir l'offre 618€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 575€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 616€ Ebay Découvrir l'offre 617€ Boulanger Découvrir l'offre 699€

 

Huawei P20 et P20 Pro

Le Huawei P20 Pro a surpris les passionnés d’Android grâce à ses excellentes performances en photographie mobile : c’est actuellement le meilleur smartphone de l’année. Il existe également la variante P20 classique, avec des caractéristiques bien plus modestes. Notez par contre que les P20 et P20 Pro ne sont pas compatibles microSD.

Lien YouTube

Lien YouTube

 

Importer des smartphones haut de gamme double SIM

On le disait un peu plus haut, la plupart des smartphones haut de gamme « traditionnels » vendus en France ne sont que simple SIM. Pourtant, il existe bien souvent des déclinaisons double SIM vendues en Asie. Il est possible d’acheter ces smartphones en France en passant par divers importateurs. Soyez toutefois prévenus, ces modèles sont souvent vendus plus chers que les versions traditionnelles et seront souvent sources de problèmes : les mises à jour ne sont pas forcément suivies par les constructeurs et les bandes de fréquences 4G françaises ne sont pas forcément supportées. Méfiance, donc, si vous décidez de craquer sur ce genre d’appareils.

À lire sur FrAndroid : Xiaomi : ce qu’il faut savoir avant d’importer un smartphone ou un autre produit de Chine

Plus de Guide smartphones

Catégories: Mobile

Test de Shadow : un bon gros PC dans le cloud pour jouer

Actualité Tom's Hardware - dim, 15/04/2018 - 13:00
Sans l'ombre d'un lag
Catégories: Hardware

Apple menace ses employés responsables des fuites… dans un mémo privé en fuite

FrAndroid - sam, 14/04/2018 - 21:12

Apple n’aime pas les fuites et le fait savoir à ses employés. Mais cela ne semble pas fonctionner puisque le mémo est arrivé jusque dans les mains de journalistes…

Tim Cook, CEO d’Apple

Bloomberg a publié ce vendredi 13 un document annoncé comme étant un mémo interne envoyé aux employés d’Apple. Ce papier en fuite concerne justement l’importance de la non-divulgation d’informations confidentielles vers l’extérieur. Raté.

Apple menace

Les fuites sont monnaie courante chez Apple, dont certaines qui resteront gravées dans les esprits, comme le prototype d’iPhone 4 oublié dans un bar. Pour les dirigeants de la firme, ce genre d’indiscrétion a un impact négatif sur un nouveau produit. « Nous voulons la chance de dire à nos clients pourquoi le produit est bien et que ce ne soit pas fait médiocrement par quelqu’un d’autre », avance dans ce mémo Greg Joswiak vice-président en charge du marketing des produits mobiles.

Plus que des simples recommandations, ce sont des menaces qui sont proférées dans ce mémo. Il est en effet précisé que 29 leakers ont été attrapés l’année dernière, dont 12 qui ont été « arrêtés ». « Ces personnes n’ont pas seulement perdu leur job, ils peuvent également faire face à d’extrêmes difficultés pour retrouver un emploi ailleurs ».

Attention aux « amis »

Le mémo prévient qu’une fuite est parfois involontaire et qu’il s’agit souvent d’amis qui approchent les employés d’Apple via les réseaux sociaux pour leur soutirer discrètement des informations. Ceux qui travaillent pour la firme de Cupertino sont donc invités à se méfier de leurs proches qui pourraient « trahir leur confiance ».

Le mémo complet peut être retrouvé (en anglais) sur Bloomberg.

À lire sur FrAndroid : Test Apple iPad (2018) : la prison au meilleur rapport qualité/prix

Bloomberg

Catégories: Mobile

Chromecast 2, Ultra et Audio : quel Google Chromecast choisir en 2018 ? Notre sélection

FrAndroid - ven, 13/04/2018 - 20:06

Conçu pour partager des vidéos ou de la musique avec des amis sans devoir mettre à jour des téléviseurs ne disposant pas de fonctions connectées, le Chromecast peut grandement faciliter la vie. La gamme s’étend de plus en plus, avec de nouveaux modèles et de nouvelles fonctionnalités. On compte en effet trois Chromecast actuellement proposés par Google : le Chromecast 2, le Chromecast Audio et le Chromecast Ultra. Lequel est fait pour vous ? Ce guide d’achat est là pour vous aider dans votre choix.

Le Chromecast, qu’est ce que c’est ?

Petit rappel sur le Chromecast. Il s’agit d’un dongle HDMI fabriqué par Google, qui est à brancher sur le port HDMI d’une télévision ou de n’importe quel moniteur. Présenté sous la forme d’une clé pour la première génération de Chromecast, il a adopté une nouvelle forme depuis la sortie d’une 2e génération à l’automne 2015. La solution de Google est compatible avec de nombreuses applications sur Android et iOS.

 

Une famille qui s’agrandit

Avec le renouvellement du Chromecast, Google en avait également profité pour introduire le Chromecast Audio. Celui-ci se plaçait ainsi en concurrent des solutions de sonorisation telles que le Gramofon, ou bien des adaptateurs Bluetooth pour enceintes chez Logitech par exemple. On peut également citer la gamme de Sonos, même si les 2 produits ne visent pas vraiment le même public. En 2016, Google avait profité de sa conférence Made By Google pour annoncer un nouveau membre dans la famille, le Chromecast Ultra, destiné à diffuser des contenus en ultra haute définition 4K.

 

Le Chromecast 2, la base

Si vous disposez d’un téléviseur qui a quelques années ou s’il s’agit d’un modèle d’entrée de gamme il est probable qu’il ne dispose pas des fonctionnalités d’un téléviseur connecté. Il n’y a alors pas les applications telles que YouTube, Netflix, ou Spotify, proposées aujourd’hui sur la plupart des modèles plus récents. Ce qui n’est pas forcément un mal, celles-ci n’étant pas forcément une réussite selon les constructeurs.

Branché à un téléviseur ne disposant pas de fonctions avancées, le Chromecast permet d’ajouter simplement le support d’un grand nombre d’applications à un téléviseur sans prise de tête. En effet, à moins de 40 euros, avec un câble HDMI à brancher sur le téléviseur et un USB à brancher pour l’alimenter, sur la TV ou sur une box de FAI ou via un adaptateur secteur, le Chromecast ne demande pas un grand effort financier ou d’installation.

 

Avec son faible tarif, son installation très simple, et son important catalogue d’applications, le Chromecast nous avait séduits à sa sortie. À moins que vous ne disposiez déjà d’un Chromecast de première génération, il s’agit toujours d’un très bon choix. Face à ce dernier, le Chromecast 2 se distingue par un meilleur support des réseaux Wi-Fi et une meilleure réception.

Google Chromecast 2 Fiche produit Forum Disponible sur EGlobal Central France à 33€ Voir le test 9/10

Il est disponible pour 40 euros.

Test du Chromecast 2 : le même en mieux : Test du Chromecast 2, le même en mieux

 

Le Chromecast Ultra, pour la 4K

Dernier de la famille, le Chromecast Ultra s’adresse aux personnes qui disposent déjà d’un téléviseur 4K. Le Chromecast Ultra proposé à un tarif de 79 euros, est bien plus cher que le petit frère le Chromecast 2.

Il s’agit du seul Chromecast avec support pour les téléviseurs HDR, permettant ainsi d’afficher une image plus riche en couleur et en contraste pour les contenus compatibles qui commencent à être disponibles, notamment sur Netflix.

Google Chromecast Ultra Fiche produit Forum Disponible sur Cdiscount à 79€ Voir le test 8/10 Cdiscount Découvrir l'offre 79€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 74€ Boulanger Découvrir l'offre 79€

Test du Chromecast 2 Ultra : Test du Google Chromecast Ultra : la 4K HDR, mais pas...

 

Le Chromecast Audio

Le pendant audio du Chromecast de Google se relie à un ampli ou n’importe quelle chaîne audio via une entrée jack. Il est ensuite possible de diffuser de la musique en streaming depuis n’importe quel smartphone vers le Chromecast Audio et donc vers la chaîne hifi. Pratique pour une vieille chaîne qui ne supporte pas le Bluetooth ou le Wi-Fi. Le Chromecast Audio utilise une connexion Wi-Fi permettant de faire passer l’audio haute définition à 24 bits / 96 kHz.

Ainsi, si vous êtes abonnés à un service de streaming tel que Spotify/Deezer/Google Play Musique/Qobuz, il est possible d’équiper un appartement ou une maison avec des Chromecast Audio pour un prix bien inférieur à d’autres solutions. En effet, à 39 euros environ, il est clairement possible d’envisager une installation avec de multiples Chromecast. Et ce d’autant plus que, là encore, l’installation se fait avec une grande facilité.

Google Chromecast Audio Fiche produit Forum Disponible sur Boulanger à 39€ Voir le test 8/10 Boulanger Découvrir l'offre 39€

Test du Chromecast Audio : Test du Chromecast Audio, le parfait compagnon de vos oreilles

Si les Chromecast ne vous séduisent pas, vous pouvez également vous tourner vers d’autres types de box Android TV.

À lire sur FrAndroid : Quelles sont les meilleures box Android TV et boîtiers multimédias en 2018 ? Notre sélection

Catégories: Mobile

L’IA de Google peut maintenant isoler votre voix d’une foule

FrAndroid - ven, 13/04/2018 - 19:51

C’est par une série de vidéos publiée sur son Research Blog que Google a dévoilé une nouvelle fonctionnalité de son intelligence artificielle : la capacité à isoler les voix lorsque plusieurs personnes parlent en même temps.

Dans de plus en plus de domaines, l’intelligence artificielle surpasse l’Homme, comme pour le Jeu de GO où l’intelligence artificielle a battu le meilleur joueur du monde. C’est également le cas de la fonctionnalité qui nous intéresse aujourd’hui. Cette nouveauté de l’intelligence artificielle de Google, remarquée par AndroidPolice, lui permet en effet d’associer, sur une vidéo, une personne et ses paroles, et ce même si plusieurs personnes parlent en même temps.

Des démonstrations bluffantes

Pour démontrer sa nouvelle fonctionnalité, Google a publié une série de vidéo. La plus éloquente, qui est aussi celle qui est la plus mise en avant par Google, nous montre deux humoristes en train de parler fort en même temps, impossible de comprendre ce que chacun dit, à moins de vraiment se concentrer sur l’un des protagonistes. Impossible vous dites ? Pas pour l’IA de Google, capable de passer l’extrait vidéo en isolant les paroles de l’une ou l’autre personne. Bien que la qualité audio du résultat soit encore perfectible, force est de constater que le résultat est bluffant.

Lien YouTube

 

 

Dans les autres vidéos, Google montre l’efficacité du procédé au travers de situations différentes, comme au cours d’un débat ou encore d’une vidéoconférence où la personne qui donne la conférence est gênée par une autre personne au téléphone juste à côté.

Un danger pour l’intimité ?

Devant l’efficacité d’une telle fonctionnalité, on est en droit de se questionner sur l’éthique en cas de déploiement à grande échelle. Et si demain, nos propres conversations privées au milieu du brouhaha de la ville pouvaient être isolées et décortiquées par n’importe qui ? Bien qu’on semble encore loin d’un tel niveau de surveillance, chaque nouvelle invention allant dans ce sens nous rapproche un peu plus d’une éventuelle société à la Big Brother.

À lire sur FrAndroid : Facebook investit 10 millions d’euros en France pour l’intelligence artificielle

Google Research Blog

Catégories: Mobile

Mensonge sur les patchs de sécurité, faut-il réellement s’inquiéter ?

FrAndroid - ven, 13/04/2018 - 19:39

Selon une étude de sécurité, certains constructeurs mentiraient sur le patch de sécurité déployé sur leurs téléphones. Certains appareils ne seraient donc pas aussi sécurisés qu’ils l’annoncent.

Le déploiement des mises à jour majeures est un sujet sensible sur Android, mais l’important est que les terminaux sont tout de même sécurisés grâce aux Google Play Services et aux patchs mensuels. Tous les constructeurs ne sont cependant pas aussi assidus concernant le déploiement de ces derniers, certains allant apparemment jusqu’à mentir à leurs utilisateurs.

Des patchs manquants

Dans un nouveau rapport de Security Research Labs (SRL), rapporté par Wired, des experts en sécurité affirment que certains fabricants affichent un niveau de sécurité qui n’est en réalité pas atteint. SRL a ainsi vérifié le firmware de 1200 téléphones de plus d’une douzaine de constructeurs afin de vérifier que les patchs de sécurités annoncés étaient bien déployés dans leur totalité. Il apparaît que certains constructeurs peuvent oublier de combler une faille ou deux d’un patch de sécurité par accident, mais que d’autres terminaux affichent de nombreuses failles toujours présentes, normalement corrigées dans le patch de sécurité « installé ».

Nous avons trouvé plusieurs fournisseurs qui n’ont pas installé un seul correctif, mais qui ont modifié la date du patch du correctif de sécurité de plusieurs mois.

Parmi les mauvais élèves, ce sont surtout des constructeurs qui sont pointés du doigt avec plus de 4 patchs manquants pour TCL ou ZTE, et entre 3 et 4 pour HTC, Huawei, LG et Motorola. Samsung, pourtant dans les bons élèves à ce niveau, est cependant accusé également pour son Galaxy J3 2016 :

Le J5 2016 était parfaitement honnête sur les patchs qu’il avait d’installés et ceux qui manquaient, tandis que le J3 2016 prétendait avoir chaque patch Android publié en 2017, alors que 12 d’entre eux étaient absents, deux étant considérés comme « critiques » pour le téléphone.

Nous attendons actuellement les réactions officielles des différents concernés. Pour l’heure, seul Motorola a répondu à ces accusations en indiquant « inclure tous les correctifs applicables aux terminaux ». La marque s’est par ailleurs rapprochée de SRL afin de comprendre ce qui a mené à de telles conclusions.

Android reste sécurisé

De son côté, Google a également réagi en remettant en cause l’échantillon analysé. En effet, certains des smartphones en question ne seraient pas des terminaux certifiés et n’auraient donc pas pour obligation de correspondre aux standards de sécurité imposés par Google. On pense ici notamment à certains terminaux vendus en Chine avec un firmware bien différent de ce que l’on connait sur nos smartphones préférés.

Par ailleurs, la firme de Mountain View rappelle que son système d’exploitation possède différentes couches de protection et qu’exploiter des patchs manquants reste très difficile. Ces failles, même si elles sont mentionnées comme « critiques », peuvent donc ne représenter qu’un risque minime pour les données du téléphone concerné.

Un app pour vérifier

SRL a mis à disposition une application baptisée SnoopSnitch afin de vérifier que les patchs de sécurité installés correspondent bien à ce qui est annoncé par le constructeur.

SnoopSnitch
Security Research Labs

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Nous avons essayé plusieurs smartphones à la rédaction, de différentes marques (Samsung, Huawei, OnePlus, Honor…). Tous avaient bien les patchs annoncés, à l’exception peut-être du Honor 9 à qui il en manquait 6, certainement évités volontairement car ne concernant pas directement le smartphone ou peu critiques, mais en ayant 59 de plus que ce que le téléphone prétend (il faut dire que juillet 2017, ce n’est pas tout jeune).

Notons qu’on nous a signalé que le Honor 9 est censé avoir le patch de 1er janvier, ce qui supprime définitivement les patchs manquants (2e screenshot).

Il ne fait aucun doute que les différents constructeurs pointés du doigt par cette étude répondront rapidement à ces accusations et devraient rapidement éclaircir cette situation très inconfortable.

Wired

Catégories: Mobile

Xiaomi Black Shark officialisé : Snapdragon 845, 8 Go de RAM et refroidissement liquide

FrAndroid - ven, 13/04/2018 - 18:50

Le Xiaomi Black Shark, téléphone destiné aux gamers, est désormais officiel. Celui-ci met en avant une conception faite pour des hautes performances longue durée prisées des joueurs.

Les smartphones dédiés aux joueurs deviennent une véritable tendance sur le marché. Lancée par le Razer Phone, cette mode atteint désormais les constructeurs Nubia et Xiaomi.

Ce dernier a créé la marque Black Shark dédiée à ce type de solution, et nous avons pu entrapercevoir son smartphone plusieurs fois sur les derniers jours. Aujourd’hui, il est temps de nous le présenter officiellement.

Xiaomi Black Shark : fiche technique

Qui dit smartphone pour gamer dit évidemment performances au top. Pour cela, le Xiaomi Black Shark s’équipe des tout derniers composants haut de gamme disponibles sur le marché. Voici sa fiche technique complète :

  • Écran : 5,99 pouces OLED en définition FullHD+ et ratio 18:9, luminosité max 550 nits
  • SoC: Snapdragon 845 à 2,8 GHz, GPU Adreno 630
  • RAM : 6 ou 8 Go de RAM LPDDR4
  • Capteur photo arrière : 12 + 20 mégapixels, objectif ouvrant en f/1.75
  • Capteur photo avant : 20 mégapixels, objectif ouvrant en f/2.2
  • Stockage : 64 ou 128 Go
  • Batterie : 4000 mAh, QuickCharge 3.0
  • Connectivité : USB type C, Dual SIM
  • OS : Android 8.0 Oreo + interface Joy UI
  • Autres : puce PixelWorks, refroidissement liquide, haut-parleurs stéréo frontaux
  • Dimensions : 161,62 x 75,4 x 9,25 mm
  • Poids : 190 grammes

Contrairement au Razer Phone, le Xiaomi Black Shark n’a pas fait le choix de rester au LCD pour profiter d’un taux de rafraîchissement de 120 Hz. Malgré tout, il a quelques surprises en plus pour son écran.

Puce Pixelworks dédiée à l’affichage

L’une des plus grandes particularités de ce Xiaomi Black Shark est d’embarquer une puce Pixelworks. Cette puce indépendante est totalement dédiée à l’affichage,et promet d’offrir toutes sortes de traitements pour améliorer la qualité du rendu.

On pourra par exemple citer un traitement actif de compensation de mouvements et plusieurs processus d’amélioration de la précision de la qualité de l’image. Attention toutefois : ces traitements sont souvent évités sur les écrans classiques (de PC ou de TV) pour joueurs, du fait qu’ils aient tendance à introduire de l’input lag (la latence entre l’appui sur un bouton et l’enregistrement de l’action en jeu).

Nul doute toutefois que Xiaomi a pris en compte cela en créant son smartphone gamer. Cette puce sera également chargée de vous sauvegarder de la fatigue oculaire.

Snapdragon 845 et refroidissement liquide custom

Le Snapdragon 845 nous a déjà montré ses capacités en jeu dans notre test du Sony Xperia XZ2. On ne doute pas qu’il saura nous ravir sur ce nouveau smartphone.

La particularité du Black Shark est cependant d’intégrer un nouveau système de refroidissement liquide par caloduc. Il s’agit, comme avec le Razer Phone, d’un design custom à contact direct. On peut voir que le constructeur n’a pas lésiné sur la taille de son caloduc ni même de ses dissipateurs.

Le constructeur promet ici que le téléphone peut tenir la cadence maximale du Snapdragon 845, soit 2,8 GHz, 70% plus longtemps que sur un design classique. De même, sa température resterait inférieure de 8°C en moyenne comparativement aux autres smartphones.

Résolument pour joueurs

En prime de ces améliorations matérielles, plusieurs petits détails sont faits pour plaire aux joueurs. Le smartphone dispose par exemple de deux haut-parleurs localisés sur le haut et le bas du téléphone pour offrir un meilleur son, ainsi que d’une antenne au design en forme de X avec de garantir une captation parfaite du signal qu’importe la prise en main.

Surtout, l’interface Joy UI dispose d’un mode spécial : le mode Shark Space. Disposant de sa propre touche dédiée, le mode Shark permet de retrouver un espace semblable à une interface de console de jeu, où des fonctionnalités spéciales permettent de retrouver sa librairie complète et s’immerger au maximum dans son jeu sans être dérangé.

Comme prévu, le Black Shark s’équipe également d’un accessoire physique. La manette permet de rajouter un stick et des gâchettes au téléphone.

Prix et disponibilité du Xiaomi Black Shark

Le Xiaomi Black Shark est disponible en deux coloris : noir et gris. La configuration à 6 Go de RAM et 64 Go de stockage est vendue 2 999 yuans (387 euros HT), quand la version 8 Go / 128 Go est vendue 3 499 yuans (452 euros HT). La manette est elle vendue 179 yuans (23 euros HT).

Si le téléphone est bien disponible dès aujourd’hui, il ne l’est pour le moment… qu’en Chine, comme on pouvait s’y attendre. Il rejoint le Mi Gaming Laptop au rang des efforts centrés sur les joueurs que le constructeur fait ces derniers temps.

Nous attendons désormais la réponse de Nubia pour établir les forces et faiblesses des trois compétiteurs de cette nouvelle catégorie qu’est le smartphone gamer.

À lire sur FrAndroid : Xiaomi Black Shark : des photos du smartphone gamer sous tous ses angles

Xiaomi

Catégories: Mobile

Notre sélection des meilleures applications pour courir

FrAndroid - ven, 13/04/2018 - 18:10

Nous vous proposons une sélection de nos applications préférées pour courir avec son smartphone.

Crédit : Andrew Tanglao

Avec la possibilité de suivre nos parcours et lire de la musique ou des podcasts, le smartphone est souvent le compagnon idéal du coureur. Voici notre sélection des meilleures applications pour vous accompagner pendant vos sessions.

Suivre sa course Runtastic Course à pied

Le bien connu Runtastic propose dans son catalogue une application dédiée à la course à pied. Il s’agit d’une application gratuite tout-en-un qui intègre des guides, un suivi de jour en jour de l’activité, un suivi GPS de chaque course et même un lecteur de musique.

Le tout sera synchronisé avec le compte obligatoire à créer chez Runstatic. L’application peut également se connecter avec aux appareils Android Wear. Notez qu’une version payante existe : elle permet de retirer la publicité et d’ajouter des fonctionnalités. Un abonnement premium permet également de débloquer des fonctions supplémentaires dans toutes les applications du développeur.

Runtastic Running & Fitness Tracker

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Runkeeper

Cette application téléchargée quelques millions de fois sur le Play Store a le mérite d’être particulièrement complète. C’est une concurrente directe de Runtastic. Elle s’appuie sur le GPS du téléphone pour des données précises lorsqu’il s’agit de sports en extérieur, propose des programmes sportifs complets, fournit un tableau de bord des performances et permet de les partager (mais heureusement ce n’est pas obligatoire). Si vous possédez un appareil Fitbit, Runkeeper est l’une des meilleures applications compatibles.

Runkeeper - GPS Track Run Walk
ASICS Digital, Inc.

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Nike+ Run Club

Vous courez sur tapis ou en extérieur ? L’app Nike+ Run Club se charge de mesurer les distances parcourues, le nombre de foulées ou encore l’allure moyenne. Elle offre des fonctionnalités sociales permettant notamment de comparer ses points NikeFuel à ses amis, de quoi rester motivé.

Nike+ Run Club

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Faire du sport un jeu

La gamification d’une activité utilise des mécanismes de jeu, avec des récompenses pour augmenter la motivation et transformer ce qui peut être une corvée en plaisir.

Running Heroes

Running Heroes se connecte avec votre application de course (Runtastic, Runkeeper et Nika+ Run Club sont compatibles !) pour vous permettre de relever des défis, cumuler des points et gagner des récompenses. La firme a signé des partenariats avec plusieurs enseignes comme Bio C’Bon, Audible ou encore Adidas qui offriront des bons de réductions de l’ordre de 20 à 30% sur leurs sites.

Une bonne méthode pour lier l’utile à l’agréable donc.

Running Heroes
Sport Heroes Group

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger Zombies, Run !

Cette application va jusqu’au bout de la démarche et transforme réellement la course à pied en jeu de rôle. Comme son nom l’indique, cette application simule un monde envahi par les zombies et vous demandera de courir pour survivre. Pour cela, l’application intègre un lecteur audio avec un récit à suivre et propose de collecter des objets tout au long du parcours à l’aide du GPS.

Malheureusement, l’histoire sera racontée en anglais, il faudra donc maîtriser la langue de Shakespeare pour en profiter au mieux.

Zombies, Run! (Free)

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger
Catégories: Mobile

Noctua NF-A12x25 : sortie prochaine de la Rolls-Royce du ventilateur

Actualité Tom's Hardware - ven, 13/04/2018 - 18:00
Après 4 ans de developpement
Catégories: Hardware

[Sponso] Windows 10 Pro, Office 2016 Pro : -15% sur des prix déjà très bas

Actualité Tom's Hardware - ven, 13/04/2018 - 17:40
Sur le site SCDkey, vous pouvez actuellement vous procurer - à très bon prix - des clés d'activation pour Microsoft Windows 10 Pro, le pack Office 2016 Pro, voir même les deux en même temps.
Catégories: Hardware

Xiaomi Black Shark : des photos du smartphone gamer sous tous ses angles

FrAndroid - ven, 13/04/2018 - 17:37

Quelques heures après son officialisation, le smartphone gamer Xiaomi Black Shark se dévoile au travers d’une série de photos permettant de se faire une idée précise du design de la bête.

Nous vous l’annoncions plus tôt dans la journée, le Black Shark, smartphone gamer de chez Xiaomi, a été officiellement lancé par la marque chinoise. Pensé pour les longues sessions, il intègre notamment un système de refroidissement liquide très perfectionné pour un smartphone.

Le Black Shark se montre en photo

La face avant de l’appareil ne révèle rien de très original. L’écran de 5,99 pouces en 18/9 est entouré d’un bouton physique en bas, permettant la lecture d’empreintes, et du capteur photo ainsi que d’un haut parleur au dessus. Du très classique, donc.

Le dos de l’appareil se révèle plus original. La partie métallique centrale, avec le logo Black Shark en son centre, est entouré d’une partie plastique. L’ensemble est essentiellement noir avec quelques nuances vertes rappelant le logo. Ces couleurs ne sont pas sans rappeler l’identité graphique de Razer, bien que le design du Black Shark soit assez éloigné de celui du Razer Phone.

Comme prévu, Xiaomi proposera également à la vente une manette nommée Shark GamePad permettant d’ajouter un joystick au Black Shark, ce qui peut se révéler très utile sur certains jeux.

Le téléphone n’étant annoncé qu’uniquement en Chine pour le moment, on ne sait toujours pas si on aura droit à une sortie officielle en Occident.

Gizmochina

Catégories: Mobile

Pages

S'abonner à Sleepy SME agrégateur