Agrégateur de flux

Test du OnePlus 6T : la photo enfin à l’honneur

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 20:00

Il y a peu de constructeurs aussi peu prolifiques, mais aussi efficaces que OnePlus en termes de nombre de smartphones lancés par an. Avec ses deux appareils annuels, le constructeur chinois propose à chaque fois des nouveautés qui permettent d’améliorer sensiblement le précédent. Au menu de ce OnePlus 6T, un lecteur d’empreintes sous l’écran, une encoche en forme de goutte d’eau et un module photo revu et corrigé. De quoi faire de l’ombre aux cadors du secteur que sont Huawei et Samsung, ou même à Xiaomi, arrivé en France en début d’année ? C’est ce qu’on va voir dans notre test du OnePlus 6T.

Le OnePlus 6T

Fiche technique Modèle OnePlus 6T Version de l'OS Android 9.0 Interface OxygenOS Taille d'écran 6,41 pouces Définition 2340 x 1080 pixels Densité de pixels 402 ppp SoC Snapdragon 845 à 2,8GHz Processeur (CPU) ARMv8 Puce Graphique (GPU) Adreno 630 Mémoire vive (RAM) 6 Go Mémoire interne (flash) 128 Go, 256 Go MicroSD Non Appareil photo (dorsal) Capteur 1:16 Mégapixels, Capteur 2: 20 Mégapixels Appareil photo (frontal) 16 Mégapixels Enregistrement vidéo 4K Wi-Fi Oui Bluetooth 5.0 + ADP + aptX + LE Réseaux LTE, HSPA, GSM Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28) SIM 2x nano SIM NFC Oui Ports (entrées/sorties) USB Type-C Géolocalisation Oui Batterie 3700 mAh Dimensions 157,5 x 74,8 x 8,2 mm Poids 185 grammes Couleurs Noir, Gris Prix 559€ Fiche produit

Cet exemplaire nous a été prêté par la marque dans le cadre de ce test.

Notre test vidéo du OnePlus 6T

Lien YouTube

Un OnePlus 6 revu et corrigé

De prime abord, le design du OnePlus 6T rappelle très clairement celui du Oneplus 6 lancé en début d’année. On retrouve le même dos en verre brillant ou mat, avec un double module photo disposé au milieu, sur sa partie supérieure. On retrouve également les deux touches de volume sur la tranche gauche. La tranche droite accueille quant à elle, comme à son habitude, le slider permettant de passer d’un mode à un autre, pour passer en vibration ou en silencieux, ainsi que la touche de mise sous tension.

Cependant, à y regarder de plus près, on remarque quelques évolutions notables. D’abord le smartphone est très légèrement plus grand (157,5 mm de haut contre 155,7 pour le OnePlus 6), mais aussi plus épais (8,2 mm contre 7,75), avec un dos plus courbé. Surtout, contrairement au OnePlus 6, rien n’accompagne le module photo à l’arrière. On retrouve de haut en bas un premier appareil photo, puis un second, un flash, le logo de la marque et… c’est tout.

C’est logique, puisque pour son nouveau smartphone, OnePlus a décidé d’intégrer le lecteur d’empreintes derrière l’écran. Un positionnement similaire à celui du Mate 20 Pro de Huawei. Pour l’encoche, c’est plutôt du côté du Mate 20 classique que l’on peut retrouver des similitudes avec le OnePlus 6T. Ici, plus de large encoche en haut de l’écran comme c’était le cas sur le OnePlus 6. On se retrouve face à un simple notch en forme de goutte pour le moins discrète. Un avantage puisqu’on gagne ainsi de la surface d’écran pour afficher davantage de notifications dans la barre d’état.

L’encoche du OnePlus 6T

Une autre disparition, plus regrettable, est également à signaler : celle de la prise casque 3,5 mm. OnePlus avait beau nous avoir prévenus avant même la présentation du produit, la marque s’enorgueillait jusque là de conserver la fameuse connectique sur ses précédents modèles. Heureusement, les adeptes de casques et écouteurs filaires pourront toujours utiliser l’adaptateur fourni dans la boite. En lieu et place de la prise jack, on retrouve ainsi une deuxième grille de haut-parleur sur la tranche inférieure, dont nous reparlerons dans la partie audio. Entre les deux grilles se trouve la prise USB-C utilisée donc pour la recharge, mais également pour connecter un casque USB-C ou avec une connectique filaire grâce à l’adaptateur fourni.

Dans l’ensemble, le OnePlus 6T se veut donc une évolution plus qu’un grand chambardement pour le constructeur. La prise en main reste tout aussi plaisante malgré la plus grande hauteur du smartphone et son épaisseur accrue, mais OnePlus a su corriger quelques défauts ici (l’encoche), ajouter une fonctionnalité là (le lecteur d’empreintes) et dans l’ensemble, hormis pour la prise audio jack, le constructeur a pour le moins réussi son coup.

Le dos en verre poli du OnePlus 6T

Enfin, comme à l’accoutumée chez OnePlus, on notera que le OnePlus 6T ne bénéficie pas d’une certification d’étanchéité IP, officiellement en raison du prix de la certification. Reste que comme son prédécesseur, le smartphone devrait bien être étanche à en croire le constructeur. Ayant testé la version mate du smartphone, nous n’avons pas abordé ici la question de traces de doigt, a priori plus visibles sur la version brillante. Cependant, on peut noter que la version mate, avec un dos en verre poli, ne marque que très peu les empreintes digitales.

Un écran OLED performant

Pour l’affichage, OnePlus est passé d’une dalle OLED de 6,28 pouces sur le OnePlus 6 à un affichage de 6,41 pouces pour le OnePlus 6T. Un affichage plus grand, mais avec une définition également supérieure. On passe ainsi de 2280 pixels par 1080 (18,5:9) à 2340×1080 (19,5:9). On conserve une très bonne densité de pixels de 402 pixels par pouce, identique à celle du OnePlus 6.

L’écran du OnePlus 6T

Évidemment, on notera l’encoche, toujours présente en haut de l’écran, même si celle-ci s’est considérablement affinée par rapport au précédent modèle. On est là bien plus dans l’ordre de ce que propose le Huawei Mate 20 plutôt que celle du Mate 20 Pro. Elle ne mesure ainsi que 1,5 cm de large en hauteur et s’affine en descendant. Pour les plus réfractaires à l’encoche, on notera tout de même qu’elle peut être masquée grâce à une option dans les paramètres d’affichages. En cochant « affichage de l’encoche », on peut la cacher afin d’avoir les notifications qui s’affichent sur un fond noir, de part et d’autre de l’appareil photo frontal.

À l’utilisation, écran OLED oblige, le OnePlus 6T nous a surtout convaincus par sa très bonne lisibilité et son très bon contraste. Nous l’avons d’abord utilisé dans son mode de calibrage par défaut, avec un contraste infini, une température de l’affichage à 7 800 K et une luminosité maximale mesurée avec notre sonde à 450 cd/m². Nous n’avons eu aucun souci pour utiliser le smartphone ou lire l’écran même en plein soleil. On notera par ailleurs que l’écran du OnePlus 6T permet d’afficher l’intégralité des couleurs du diagramme CIE comme on peut le voir sur l’image ci-dessus.

Si la température des couleurs est plutôt froide, on notera qu’elle peut être réchauffée en passant par un calibrage « DCI-P3 ». Celui-ci vous permettra d’avoir des couleurs plus fidèles à celles de la lumière du jour avec une température des blancs mesurée à 6 600 K, au lieu de 6 500 K pour la lumière du soleil.

Un lecteur d’empreintes dans l’écran et les gestes d’Android 9.0 Pie

Sans surprise depuis la mise à jour du OnePlus 6 vers Android 9.0 pie, le nouveau OnePlus 6T est lui aussi doté de la dernière mouture d’Android, avec l’interface Oxygen OS en version 9.0.3 et le patch de sécurité du 5 septembre 2018. En somme, OnePlus est comme bien souvent parmi les meilleurs élèves à ce niveau-là.

Du côté de l’interface Oxygen OS, les habitués aux appareils de OnePlus ne seront pas dépaysés. On retrouve, comme à l’accoutumée, une interface et des menus très proches de ce que l’on peut trouver sur Android One avec un lanceur plutôt épuré et doté d’un tiroir d’application par défaut. De même, les paramètres sont calqués sur ceux d’Android en version stock, mais avec davantage de personnalisation possible. Il est ainsi possible de modifier le calibrage de l’écran, de modifier l’agencement de l’écran d’accueil, d’ajouter des applications cachées dans le tiroir ou d’ouvrir l’écran de notifications d’un simple balayage du haut vers le bas.

Un nouveau système de gestes

Android 9.0 Pie oblige, le OnePlus 6T offre également un système de navigation par gestes, le même que l’on retrouvait sur la mise à jour du OnePlus 6. Contrairement à ce que propose nativement Google, il n’y a cependant pas de barre de gestes en bas de l’écran. Il faut glisser son doigt du bas de l’écran vers le haut pour revenir à l’écran d’accueil, garder le doigt au milieu de l’écran après l’avoir fait glisser pour ouvrir les applications récentes ou balayer de l’angle inférieur droit ou gauche vers le haut pour revenir en arrière.

Ces gestes peuvent demander un temps d’adaptation si l’on n’est pas habitué, mais finissent par être pratiques après quelques heures d’utilisation. Surtout, l’absence de barre de gestes en bas de l’écran permet de gagner de la surface d’affichage pour profiter de la totalité de l’écran afin de visualiser des pages web ou des contenus. Cependant, pour les utilisateurs qui ne seraient pas convaincus par cette navigation par geste, on notera que OnePlus vous propose de passer par une barre de navigation classique, d’ailleurs proposée par défaut. On apprécie également la possibilité de modifier la barre de navigation en inversant les touches retour et dernières applications.

Enfin, comme toujours, OnePlus propose de nombreux gestes. On peut par exemple dessiner un rond sur l’écran depuis n’importe quelle notification afin d’ouvrir l’appareil photo, dessiner un V pour ouvrir une application configurée ou appuyer deux fois sur l’écran pour sortir le OnePlus 6T de veille. Des options configurables et bien pratiques au quotidien.

Une encoche plus fine… qui n’apporte pas grand-chose

L’une des principales nouveautés du OnePlus 6T en termes de design n’est autre que son encoche, plus fine que celle du OnePlus 6. Non seulement celle-ci est plus étroite, grâce à sa forme de goutte d’eau, mais elle propose également une plus grande finesse à son sommet, avec une largeur de 1,7 cm, contre 2,1 cm pour le OnePlus 6.

Avec une encoche au format plus compact, on était en droit d’espérer une meilleure gestion des notifications, le nombre limité d’application et d’icônes de statut affichées dans la barre de notification étant souvent l’une des plus grosses contraintes de smartphones avec encoche. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Le OnePlus 6T devant le OnePlus 6

Le OnePlus 6T reprend exactement le même système d’affichage des icônes dans la barre de statut que le OnePlus 6. À gauche de l’encoche, on retrouve l’heure ainsi que les icônes de notifications, tandis qu’à droite se trouvent la batterie et les autres icônes de statut (Wi-Fi, data, heure, vibreur, Bluetooth, etc.). Il permet d’afficher quatre icônes de notification en plus de l’heure à gauche et cinq icônes de statut à droite, lorsque le pourcentage de batterie n’est pas affiché. C’est le même nombre d’icônes que sur le OnePlus 6 dans un cas comme dans l’autre.

Et c’est bien dommage, on aurait apprécié gagner une ou deux icônes supplémentaires, mais la largeur du haut de l’encoche semble encore empêcher OnePlus d’en afficher une en plus de chaque côté. Peut-être avec une future mise à jour logicielle, comme ce fut le cas sur le OnePlus 6…

Un lecteur d’empreintes bien pratique en complément

Outre l’encoche plus fine, l’autre innovation majeure du OnePlus 6T est son lecteur d’empreintes. Il est ainsi passé du dos sur le OnePlus 6 à l’intérieur de l’écran sur son successeur. Disons-le d’emblée, c’est pratique, mais loin d’être indispensable.

Comme ses prédécesseurs, le OnePlus 6T est en effet doté d’un système de reconnaissance faciale particulièrement efficace. Lorsque le smartphone est en veille, il suffit d’appuyer sur le bouton de mise sous tension pour activer la reconnaissance faciale et déverrouiller l’écran en une fraction de seconde. C’est la solution que l’on privilégiera dans la plupart des cas.

Le lecteur d’empreintes du OnePlus 6T, derrière l’écran

Cependant, le lecteur d’empreintes sous l’écran vient répondre à un autre usage : lorsque le smartphone est posé sur un bureau. Si vous avez activé les gestes, il vous suffit d’appuyer deux fois sur l’écran pour sortir le OnePlus 6T de veille et allumer la détection du lecteur d’empreintes. Pas besoin de se pencher de manière inconfortable sur son bureau pour avoir votre visage dans le champ de vision de l’appareil photo frontal.

À l’usage, le lecteur d’empreintes est plutôt efficace. On pourra regretter une plus grande lenteur que sur les lecteurs d’empreintes classiques à l’arrière ou en dessous de l’écran, sans que cela soit véritablement frustrant. Généralement, le smartphone se déverrouille en un peu moins d’une demi-seconde, comme pour le Huawei Mate 20 Pro, nécessitant cependant de garder son doigt posé sur la marque quelques instants afin que le lecteur optique ne puisse le détecter.

Enfin, toujours du côté du logiciel, on appréciera la certification L1 du système de gestion des DRM Widevine. Concrètement, cela signifie que le OnePlus 6T peut faire tourner des films et des séries en Full HD sur les principales plateformes de VOD, qu’il s’agisse de Netflix, d’Amazon Prime ou de myCanal.

« Je ne t’abandonnerai jamais Jack, je te le promets »

Comme Rose dans Titanic, il faut croire que OnePlus a du mal à tenir ses promesses. Le constructeur a beau avoir promis pendant des années que la prise jack était essentielle à l’expérience utilisateur sur un smartphone, il a manifestement changé d’avis, officiellement afin d’avoir suffisamment de place sous le capot pour intégrer le lecteur d’empreintes sous l’écran.

Un choix pour le moins regrettable. Même si j’utilise au quotidien un casque Bluetooth, difficile de nier le handicap qu’est l’abandon de la prise jack pour les possesseurs de casques filaires parfois onéreux. Certes, il est bien possible de branche un casque ou des écouteurs avec une prise jack sur l’adaptateur fourni, mais il est alors impossible de recharger son smartphone en même temps.

La tranche inférieure du OnePlus 6T, sans prise casque

Pour remplacer la prise jack, OnePlus a décidé d’intégrer une deuxième grille de haut-parleur sur la tranche inférieure du smartphone, à la manière du positionnement des appareils d’Apple depuis l’iPhone 5 ou, plus simplement, des smartphones de OnePlus jusqu’au OnePlus 3. Cependant, cette grille… n’est qu’une grille. Aucun son n’est émis du haut-parleur droit, seulement du gauche. Un fait plutôt dérangeant, notamment lorsque l’on joue en format paysage avec la tranche inférieure orientée vers la droite, puisque la paume de la main vient naturellement bloquer la sortie audio. C’est d’autant plus dérangeant que le OnePlus 6T ne propose qu’une sortie mono et que le haut-parleur utilisé pour les appels n’est absolument pas mis à contribution pour proposer une sortie stéréo en multimédia. Dans l’ensemble, si l’on peut regretter que le haut-parleur propose un son très directif, il reste de bonne qualité et ne sature pas même à volume élevé. Il faut cependant bien avouer que le OnePlus 6T est loin d’être un monstre de puissance en termes de volume sonore.

Les écouteurs Bullets Type C

En plus de l’adaptateur USB-C vers Jack, le constructeur propose également avec son smartphone des écouteurs OnePlus Bullets Type-C. Ceux-ci offrent un son de bonne qualité, un bon confort et une isolation convenable en raison de leur format intra-auriculaire. Une fois les écouteurs branchés, les paramètres de son du smartphone permettent également d’activer un égaliseur qui peut être réglé selon le type d’écouteur, mais aussi en fonction du type de musique. Un égaliseur manuel à sept bandes permet quant à lui d’affiner les réglages. Plutôt pratique, même si on regrette que l’égaliseur ne soit pas proposé lors de l’utilisation d’un casque Bluetooth.

Du côté du Bluetooth, on se consolera cependant avec la compatibilité du smartphone avec la version 5.0 et surtout l’intégration des codecs aptX et aptX HD. De quoi proposer un meilleur son, avec un débit allant jusqu’à 350 kbps pour l’aptX et 570 pour l’aptX HD. Attention cependant, pour en profiter, il faut nécessairement que votre casque, vos écouteurs ou votre enceinte soit compatible également avec ces codecs.

Enfin une qualité photo à la hauteur !

Jusqu’à présent, la photo n’a clairement pas été le point fort de OnePlus. On a ainsi pu reprocher au constructeur son ambition d’être le « flagship killer » sans toutefois s’approcher de ce qui fait encore un flagship en dehors de ses performances : la qualité photo.

Il semblerait que OnePlus ait entendu les critiques et le OnePlus 6T continue de rehausser le niveau de ses produits en photo, après plusieurs mises à jour qui avaient déjà considérablement améliorées les performances en basse lumière du OnePlus 6.

Le module photo arrière du OnePlus 6T

Le OnePlus 6T est équipé d’un double appareil photo au dos, avec un capteur de 16 mégapixels doté d’un objectif ouvrant à f/1,7 et un second appareil de 20 mégapixels ouvrant à f/1,7. On notera que la taille des photosites est supérieure sur le capteur principal, avec 1,22 µm contre 1,00 sur le second capteur. Le second appareil n’est cependant pas doté d’un objectif téléphoto. Il s’agit simplement d’un capteur permettant d’enregistrer davantage de lumière, notamment pour les modes nuit ou portrait. Attention donc, le zoom proposé par le OnePlus 6T n’est donc pas un zoom optique, mais bel et bien un zoom numérique qui vient découper l’image originellement capturée.

Les différents modes de l’application photo du OnePlus 6T

Du côté de l’application, on soulignera la simplicité d’utilisation du OnePlus 6T. De base, quatre modes sont proposés : vidéo, photo, portrait, et nuit. Il est possible d’accéder aux modes pro, accéléré, panorama et ralenti en glissant son doigt du haut vers le bas de l’écran, mais également d’ouvrir les paramètres, pour passer en HDR manuel, afficher une grille ou capturer automatiquement un sourire en selfie. Sauf mention contraire, nous avons pris tous nos clichés ici avec le mode automatique, y compris avec le HDR automatique.

Extérieur

En extérieur, l’appareil photo du OnePlus 6T s’en sort très bien, sans surprise. La plage dynamique est excellente, avec de nombreux détails capturés dans les nuages et le ciel, sans qu’ils ne soient surexposés, et des façades de bâtiments, pourtant ombragées, mais dont on peut distinguer les moulures.

Basse lumière

C’est évidemment en basse lumière que le OnePlus 6T est particulièrement intéressant. D’abord parce que c’est traditionnellement là que les smartphones milieu de gamme pèchent le plus, mais aussi parce que le smartphone nous a mis une claque.

On ne s’attendait clairement pas à des photos aussi nettes, des images aussi bien détaillées, même en mode automatique, et à la capture d’autant de détails. On pourra regretter quelques distorsions dues au grand-angle, du bruit numérique un peu trop présent et un manque de détails sur les angles de certaines photos, mais l’appareil parvient cependant à capturer énormément de lumière avec des scènes bien détaillées même lorsqu’elles sont prises sur le vif. On n’est pas au niveau des Pixel 3 ou Mate 20 Pro, mais le bond en avant fait par OnePlus est indéniable.

Afin d’évaluer les performances du mode nuit, et de comprendre comment il fonctionnait, nous avons également capturé plusieurs clichés en mode automatique (à gauche) et en mode nuit (à droite) :

Au moment de la capture des photos en mode nuit, le smartphone va en fait prendre toute une série de clichés à différentes expositions, ce qui vous demandera de rester le plus fixe possible, si possible à l’aide d’un trépied. Une fois la capture terminée, le OnePlus 6T va alors récupérer toutes les données pour les agréger comme pour un mode HDR++++. On le constate, les lumières particulièrement vives sur le mode automatique sont particulièrement amoindries en mode nuit. Les zones obscurcies, comme le couloir du métro, sont quant à elles davantage éclairées.

En revanche, longue durée oblige, les clichés en mode nuit peuvent vite être flous si vous n’êtes pas parfaitement stabilisé. Le OnePlus 6T va automatiquement arrêter la prise de vue dès qu’il détecte un mouvement, mais il conserve cependant les images prises après le décalage. C’est dommage, parce que ça rend des photos complètement inexploitables comme celle-ci :

Photo ratée en mode nuit à cause d’un micro-mouvement.

Dans l’ensemble, si on se passera la plupart du temps du mode nuit, utile surtout avec un trépied et en cas de fortes sources lumineuses comme en ville, on ne peut que saluer les excellentes performances du OnePlus 6T sur les photos en basse lumière, généralement les plus complexes à exécuter pour un smartphone.

Portrait et selfies

Pour les portraits, le OnePlus 6T s’en sort là aussi plutôt bien, avec des visages qui ressortent bien, notamment en extérieur, avec une bonne luminosité. Les couleurs sont respectées, le grain de la peau est bien présent et le HDR s’assure de conserver une bonne plage dynamique.

Le mode portrait, qui vient flouter l’arrière-plan pour mettre en avant le sujet, a quant à lui du mal, notamment avec les cheveux fous, mais dans l’ensemble, le résultat reste correct, même s’il est loin de ce que l’on peut trouver chez Google ou Huawei par exemple.

Pour les selfies, le OnePlus 6T utilise un appareil de 16 mégapixels avec une ouverture de f/2,0. Le smartphone s’en sort là aussi très bien à condition d’avoir une bonne luminosité. Il parvient même à conserver une bonne exposition, même lorsque le visage est trop éclairé par le soleil, comme sur la première photo où j’avais du mal à garder les yeux ouverts.

Le mode portrait pour l’appareil à selfie est cependant assez moyen. Si le contour de la silhouette est fait de manière plutôt efficace, on notera quelques soucis dans la gestion des cheveux, décidément la bête noire du OnePlus 6T.

Mode vidéo

En vidéo, le OnePlus 6T propose plusieurs qualités possibles. Il est ainsi possible de tourner en 1080p à 60 FPS, en 4K ou en 4K à 60 FPS. Cependant, plus on gagne en qualité, moins la stabilisation est efficace. Ainsi, le 1080p à 60 FPS offre une stabilisation optique, la 4K une stabilisation électronique et la 4K à 60 FPS… aucune stabilisation.

En selfie, il est possible de filmer des vlogs en 1080p à 30 FPS, mais l’appareil de façade ne propose cependant qu’une stabilisation électronique.

Toujours parmi les appareils les plus puissants

Sans surprise, le OnePlus 6T est doté du processeur Snapdragon 845 de Qualcomm, épaulé par 6 ou 8 Go de RAM et 128 ou 256 Go de stockage (8 Go/128 Go dans notre cas). Une configuration qui en fait, comme son prédécesseur, l’un des smartphones les plus puissants de cette année.

Le OnePlus 6T

Sans surprise, à l’usage, le OnePlus 6T s’en sort parfaitement bien. Le smartphone est fluide aussi bien dans la navigation que dans les jeux. Nous avons pu jouer sans aucun ralentissement à PUBG Mobile dans la configuration recommandée (HD, fréquence d’images élevée sans anti-aliasing ni ajustement graphique automatique), mais également avec la configuration la plus élevée proposée par le jeu (HDR, Ultra, anti-aliasing activé et ajustement graphique automatique désactivé). Sur Fortnite, nous avons pu jouer sans aucun problème avec la configuration maximale proposée, à savoir épique à 30 images par seconde.

Afin d’évaluer les performances du OnePlus 6T, nous l’avons confronté à plusieurs smartphones concurrents, à commencer par son prédécesseur, le OnePlus 6, mais aussi au Galaxy S9, désormais disponible à moins de 600 euros, ainsi qu’à la référence absolue des smartphones Android actuels, le Huawei Mate 20 Pro.

 OnePlus 6TOnePlus 6Samsung Galaxy S9Huawei Mate 20 Pro (perf ON) SoCSnapdragon 845Snapdragon 845Exynos 9810Kirin 980 AnTuTu 7.x297 132267 316242 627300 614 PCMark 2.08 6418 2335 4189 337 3DMark Slingshot Extreme4 7384 6683 2444 220 3DMark Slingshot Extreme Graphics5 2575 2043 5324 252 3DMark Slingshot Extreme Physics3 5213 4302 5254 113 GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)32 / 35 FPS32 / 35 FPS26 / 28 FPS27 / 32 FPS GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)59 / 83 FPS58 / 71 FPS57 / 73 FPS59 / 78 FPS Lecture / écriture séquentielle736 / 202 Mo/s718 / 154 Mo/s820 / 204 Mo/s866 / 195 Mo/s Lecture / écriture aléatoire35,4k / 5,6k IOPS35,9k / 5,6k IOPS32,8k / 5,8k IOPS39,6k / 40k IOPS

Logiquement, le OnePlus 6T parvient à des résultats similaires à ceux du OnePlus 6 sorti en début d’année. Surtout, il fait mieux sur les performances 3D que les Galaxy S9 et Huawei Mate 20 Pro, malgré le mode performances activé sur ce dernier. C’est notamment le cas sur 3DMark ou GFXBench, des applications qui ne calculent que les performances graphiques des appareils.

Dans l’ensemble, le Snapdragon 845 du OnePlus 6T parvient donc toujours à tenir la dragée haute en performances pures face au nouveau Kirin 980 de Huawei. Logiquement, le OnePlus 6T réussit donc à se hisser parmi les smartphones les plus puissants du moment.

Autonomie

Le OnePlus 6T est équipé d’une batterie de 3 700 mAh. Une capacité en hausse par rapport aux 3 300 mAh de son prédécesseur.

Avec une utilisation mixte du smartphone, alternant entre les phases de veille, le jeu, la prise de photo, la consultation des réseaux sociaux ou le visionnage de vidéos, j’ai pu tenir pendant plus de 45 heures avec le OnePlus 6T allumé. Pendant ce temps, l’écran est resté allumé pendant six heures. Un résultat plus que convaincant, dans la droite ligne de ce que proposait déjà le OnePlus 6.

Sur notre test d’autonomie personnalisé ViSer, auquel nous soumettons tous les smartphones que l’on teste, le OnePlus 6T a cette fois tenu pendant 10h33. Là aussi, le smartphone fait partie des bons élèves. On remarquera néanmoins que le OnePlus 6, excellent en autonomie au moment de sa sortie, avait vu celle-ci largement diminuer au fur et à mesure des mises à jour proposées par le constructeur. On espère donc que ce ne sera pas le cas du OnePlus 6T et que le constructeur saura davantage l’optimiser.

Tests d'autonomie Benchmark
  • OnePlus 6T 633
  • Huawei Mate 20 Pro 583
  • Xiaomi Mi 8 536
  • Samsung Galaxy S9+ 641

La recharge rapide est traditionnellement l’un des points forts de OnePlus. Si le constructeur a abandonné sa marque Dash Charge pour Fast Charge, les résultats restent aussi bons, grâce au chargeur 20 W. Nous avons ainsi pu charger le smartphone de 8 à 100 % en une heure et vingt minutes. Dans le détail, il nous aura fallu 30 minutes pour passer de 8 à 58 % et 60 minutes pour aller de 8 à 91 %. Des scores loin des performances extraordinaires de son cousin, le Oppo Find X, mais qui restent là aussi dans le haut du panier de ce que l’on peut trouver sur un smartphone en 2018.

On notera cependant que comme ses prédécesseurs, le OnePlus 6T n’est toujours pas compatible avec la recharge par induction. Un choix qui devient de plus en plus difficile à justifier, à mesure que la marque augmente ses tarifs.

Réseau et communication

Du côté de la connectivité réseau, le OnePlus 6T se veut très complet. Il est compatible avec toutes les bandes de la 4G en France, avec les B1 (2 100 MHz), B3 (1 800 MHz), B7 (2 600 MHz), B20 (800 MHz) et B28 (700 MHz). Par ailleurs, le smartphone est également compatible avec les normes Wi-Fi 802,11 a/b/g/n/ac en 2,4 GHz comme en 5 GHz.

Le OnePlus 6T propose un bon suivi GPS avec une géolocalisation rapide en une ou deux secondes. Il faut dire qu’en plus du GPS, l’appareil est compatible avec Galileo, mais aussi BeiDou et GLONASS. On notera par ailleurs que le smartphone propose le support du Bluetooth 5.0 pour une meilleure portée, et intègre une puce NFC.

La qualité des appels est excellente aussi de son côté. Les microphones du smartphone parviennent à restituer une voix claire tandis que le haut-parleur malgré sa finesse vous permet lui aussi d’entendre parfaitement votre interlocuteur. En conditions de pollution sonore, l’annulation de bruit est tout aussi performante, réussissant à masquer les bruits de trafic routier, même si elle peut mettre une fraction de seconde à s’adapter.

Prix & disponibilité

Le OnePlus 6T s’affiche au tarif de 559 euros. Deux coloris seront proposés : noir brillant ou noir mat. Par ailleurs, le smartphone est commercialisé en trois configurations : 6 Go/128 Go (559 euros), 8 Go/128 Go (589 euros) et 8 Go/256 Go (639 euros). Vous pouvez le retrouver auprès de différents commerçants tels que Amazon, Fnac et Darty, mais aussi directement chez OnePlus.com.

Où acheter le OnePlus 6T au meilleur prix ?

OnePlus Découvrir l'offre 559€ Rakuten Découvrir l'offre 507€ Gearbest Découvrir l'offre 555€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 558€ Amazon Découvrir l'offre 559€ Darty Découvrir l'offre 559€ Fnac Découvrir l'offre 559€ Ebay Découvrir l'offre 576€ Voir plus d'offres

À ce tarif, le OnePlus 6T fait face à peu de smartphones. Les appareils hauts de gamme ont désormais tendance à s’afficher à plus de 700 euros, tandis que le milieu de gamme est proposé à moins de 500 euros. On pourra tout de même signaler les Samsung Galaxy S9, dont le prix a bien baissé depuis sa sortie, le Pocophone F1, doté du même processeur, mais à un prix inférieur, ou le Xiaomi Mi 8, disponible autour de 400 euros.

8 Samsung Galaxy S9 Disponible à 500€ 9 Pocophone F1 Disponible à 319€ 8 Xiaomi Mi 8 Disponible à 415€

Si vous hésitez entre plusieurs smartphones, nous avons réalisé des comparatifs complets :

Galerie photo

 

Catégories: Mobile

Rencontrez-vous un problème d'activation avec votre PC Windows 10 ?

Mon Windows Phone - jeu, 08/11/2018 - 19:45

Depuis ce matin, de nombreux utilisateurs se plaignent d'un souci d'activation avec leur copie de Windows 10 Professionnel.

Un problème sur les serveurs d'activation de Microsoft est responsable d'un grand chaos chez beaucoup d'utilisateurs de Windows 10 Professionnel, y compris pour les membres du Programme Windows Insider. En effet, leur copie de Windows 10 Professionnel n'est tout bonnement plus activée. Pire encore, si vous tentez de résoudre les problèmes d'activation, vous pouvez



Continuez la lecture de l'article Rencontrez-vous un problème d'activation avec votre PC Windows 10 ?
Catégories: Mobile

Samsung présente un prototype de smartphone avec écran flexible

Mon Windows Phone - jeu, 08/11/2018 - 19:10

Microsoft n’est pas le seul à travailler sur un appareil avec écran flexible. D’autres constructeurs le font également, et Samsung est passé à la vitesse supérieure en dévoilant aujourd’hui un prototype de smartphone avec véritable écran pliable : le Samsung Infinity Flex.

Samsung a dévoilé lors d’une conférence dédiée aux développeurs le Samsung Infinity Flex, le premier smartphone avec un écran pliable, qui offre à l’appareil la possibilité de se transformer en



Continuez la lecture de l'article Samsung présente un prototype de smartphone avec écran flexible
Catégories: Mobile

Hearthstone : tout savoir sur les jeux de Rastakhan, la nouvelle extension du jeu Blizzard

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 17:30

Le 4 décembre prochain sortiront Les jeux de Rastakhan, la troisième extension de Hearthstone en 2018. Alors que Blizzard a déjà dévoilé certaines cartes du jeu, on fait le point sur tout ce qu’apportera cette dernière extension de l’année du corbeau.

Après Le Bois Maudit, puis le Projet Armageboum, Blizzard l’a annoncé, Les jeux de Rastakhan seront la troisième et dernière extension Hearhstone pour 2018, l’année du Corbeau. Mais que nous réserve-t-elle ? On fait le point sur toutes les nouveautés attendues dès le mois prochain.

Histoire de l’extension

Troisième et dernière extension Hearthstone de cette année, Les jeux de Rastakhan mettra en avant les différentes tribus trolls, la vallée de Strangleronce et le roi Rastakhan de l’empire zandalari. Comme chaque dernière extension annuelle, il s’agira également de celle ayant la plus courte durée de vie.

Les cartes proposées passeront en effet dans le mode libre lors de la sortie de la première extension de 2020, et ne resteront donc dans le mode standard que pendant 16 mois. Généralement, cette ultime extension annuelle est donc l’occasion pour Blizzard de proposer des cartes légèrement plus puissantes que les deux autres, puisqu’elles influeront moins sur le meta-game.

Le dirigeant du grand empire troll, le roi Rastakhan, appelle tous les Trolls d’Azeroth à participer au plus incroyable tournoi de gladiateurs que ce monde ait jamais connu. Vous allez devoir recourir à votre meilleur deck et à vos tactiques les plus audacieuses pour vous sortir de la mêlée. Le vainqueur rafle tout. Le perdant ? Il est fini.

Lien YouTube

L’extension a été dévoilée officiellement à l’ouverture de la Blizzcon 2018, le vendredi 2 novembre. Seule une poignée de cartes ont pour l’instant été dévoilées. Au cours des semaines jusqu’à la sortie, Blizzard devrait en annoncer davantage, jusqu’à ce que l’on connaisse les 135 cartes prévues.

À lire sur FrAndroid : Les meilleurs jeux gratuits sur Android en 2018

Nouveautés de l’extension

Comme chaque extension de Hearthstone, Les jeux de Rastakhan permettront d’introduire 135 nouvelles cartes dans le jeu de Blizzard. Ça sera également l’occasion pour les développeurs de proposer un nouveau terrain de jeu avec son lot d’interactions.

Le terrain de l’extension Les jeux de Rastakhan

Chacune des neuf classes de Hearthstone pourra bénéficier de deux nouvelles cartes légendaires. Contrairement à la précédente extension, il ne s’agira cependant que de serviteurs.

Loas et esprits

Ainsi, chaque classe aura droit à un serviteur troll et à un Loas, une divinité prenant la forme d’un animal. Le Loa paladin, Shirvallah, prendra ainsi l’apparence d’un tigre quand celui du démoniste, Hi’reek, aura une apparence de chauve-souris.

Par ailleurs, chaque classe profitera également d’un esprit rare, un serviteur 0 point d’attaque et 3 points de vie avec camouflage le tour où vous le jouez. Les esprits devraient fonctionner de manière à mettre en avant la puissance des Loas sur le terrain, en totale synergie. Puisqu’il s’agit de cartes rares, et non pas légendaires, les joueurs pourront en inclure deux dans leur deck.

Brutalité

Un seul mot-clé devrait être introduit avec l’extension Les jeux de Rastakhan : Brutalité. Lorsqu’il est intégré à un sort, une arme ou un serviteur, ce mot-clé permet de profiter d’un avantage si le joueur parvient à infliger davantage de dégâts que nécessaire pour éliminer une créature. Une bonne manière d’inciter les joueurs à effectuer des trade qui ne sembleraient de prime abord pas nécessairement favorables. Pour l’heure, seules deux cartes avec ce mot-clé ont été présentées : Flèche alléchante et Sul’thraze.

Nouvelle aventure : les Jeux trolls

Comme à chaque nouvelle extension, Blizzard profitera de l’arrivée des Jeux de Rasatakhan pour dévoiler une nouvelle aventure : les Jeux trolls. Il s’agira, comme d’habitude, d’un mode solo gratuit, accessible directement depuis l’option « aventures » dans le menu principal. Si le Projet Armageboum intégrait une série de défis avec des cartes et des decks préconstruits, les Jeux trolls devrait davantage ressembler à ce que les joueurs ont connu avec la Chasse aux monstres (Le Bois Maudit) et la Virée en donjon (Kobolds et catacombes).

Les joueurs choisiront donc une classe parmi les trois proposées, comme en arène, et devront enchaîner huit boss aléatoires, correspondant à chacune des autres classes. Régulièrement, il sera possible d’enrichir son deck avec de nouvelles cartes.

Particularité des Jeux troll, chaque classe commencera la partie avec un sanctuaire directement sur le plateau. Au début de l’aventure, les joueurs pourront choisir parmi trois sanctuaires proposés. Ce serviteur avec 0 point d’attaque ajoute un avantage différent en fonction de la classe. Par ailleurs, une fois le sanctuaire détruit par votre adversaire, il revient automatiquement à la vie après trois tours. Attention, les boss adverses ont eux aussi un sanctuaire à disposition, il faudra donc parvenir à le gérer régulièrement.

Lien YouTube

Le mode aventure des Jeux de Rastakhan ne sera pas disponible dès la sortie de l’extension, mais quelques jours plus tard, dès le 9 décembre.

Date de sortie et prix des packs

La nouvelle extension Hearthstone Les jeux de Rastakhan sera disponible à partir du 4 décembre. D’ici là, les joueurs peuvent précommander l’extension avec deux offres disponibles :

  • 19,99 euros pour 17 paquets de cartes (au lieu de 15)
  • 49,99 euros pour 50 paquets de cartes (au lieu de 40)

Dans les deux cas, la précommande donne accès à un nouveau dos de carte : Ça va cogner ! Par ailleurs, la précommande de 50 paquets permet également de profiter d’un skin pour le héros chaman avec Rastakhan prenant la place de Thrall. Notez également que la précommande de la nouvelle extension d’Hearthstone est également disponible pour moins cher sur l’Amazon Appstore.

Comment précommander moins cher Hearthstone : Les jeux de Rastakhan avec Amazon ? : Comment précommander moins cher Hearthstone : Les jeux de...

Nouvelles cartes

Au total, 135 nouvelles cartes seront introduites par l’extension. Pour l’heure, Blizzard n’en a dévoilé que 17. Les 118 autres seront révélées au fur et à mesure durant les prochaines semaines, par Blizzard ou par des membres influents de la communauté (streameurs, sites spécialisés, joueurs pro) en partenariat avec l’éditeur.

Nous rajouterons les nouvelles cartes dévoilées au fur et à mesure jusqu’à la sortie.

Lien YouTube

Lien YouTube

Cartes neutres Cartes chaman Cartes chasseur Cartes démoniste Cartes druide Cartes guerrier Cartes mage Cartes paladin Cartes prêtre Cartes voleur

 

Retrouvez tous nos Top des jeux

Catégories: Mobile

SuperNEX : cette moto sportive électrique imite le bruit d’un moteur thermique

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 17:13

La société taïwanaise Kymco a levé le voile sur sa nouvelle moto sportive électrique, la SuperNEX, à l’occasion du salon EICMA organisé à Milan. Outre ses caractéristiques dignes des meilleures bécanes à moteur thermique, la SuperNEX propose une expérience faisant presque oublier son mode électrique.

Reproduire les sensations d’une moto à moteur thermique, mais avec le mode électrique : voilà l’objectif ambitieux que s’est fixée l’entreprise taïwanaise Kymco, à la base spécialisée dans les scooters. Son dernier projet en date, présenté à l’occasion du salon EICMA 2018 organisé du 6 au 11 novembre à Milan, a en tout cas de quoi séduire la communauté des motards, même les plus puristes.

Car pour les attirer dans ses filets, la firme asiatique s’est grandement focalisée sur les performances de son produit tout comme l’expérience utilisateur. La SuperNEX affiche en effet des statistiques pour le moins impressionnantes : de 0 à 100 km/h en 2,9 secondes, de 0 à 200 km/h en 7,5 secondes et de 0 à 250 km/h en 10,9 secondes. Avec, comme vitesse de pointe, l’allure dernièrement mentionnée.

Générateur acoustique

Mais surtout, cette moto sportive tente de reproduire au mieux la conduite et les sensations d’un modèle équipé d’un moteur thermique. Comment ? En embarquant, à titre d’exemple, un générateur acoustique capable d’imiter les sonorités d’une moto classique, lors du démarrage ou d’une puissante accélération. Un moyen de conserver l’une des sensations sonores grandement appréciées par les motards. A noter que le volume peut directement être géré à partir du tableau de bord.

Kymco a également mis au point un système développé en interne, le FEP (« Full Engagement Performance »), dont le principe est éclairci dans un communiqué de presse : « Avec le FEP, les motards pourront effectuer un démarrage parfait. Lors d’une forte accélération, le FEP veille à ce que la roue reste fixée au sol [empêche le wheeling, soit une roue arrière, ndlr] et ne glisse pas. Lors d’un freinage brusque, le FEP empêche le soulèvement de la roue arrière ».

La concurrence a de quoi s’inquiéter

En clair, le FEP s’assure de la sécurité du conducteur, également sur les routes humides, et s’ajuste selon le niveau de l’usager. La SuperNEX se dote aussi d’une transmission à six rapports et d’un levier d’embrayage. En somme, cette moto de course électrique a de quoi faire de l’ombre aux concurrents du secteur, tels que Curtiss Motorcycle et sa moto foudroyante baptisée Zeus ou encore l’ARC Vector et son interface homme-machine. Ni le prix, ni la date de lancement de la SuperNEX n’ont été communiqués.

À lire sur FrAndroid : LiveWire : admirez sous tous ses angles la nouvelle moto électrique de Harley-Davidson

Catégories: Mobile

Licence de Windows 10 désactivée ? Pas de panique…

Korben - jeu, 08/11/2018 - 17:00

Si vous êtes un utilisateur légitime de Windows 10 (avec une licence OEM ou une licence payée avec du vraie argent) et que soudainement depuis peu, votre OS vous annonce que celui-ci n’est plus activé : Pas de panique !

Ce bug est provoqué par les serveurs utilisés pour la validation continue des licences qui rencontrent actuellement des soucis.

Votre licence n’est pas réellement périmée ou invalidée. Il s’agit d’un bug côté Microsoft qui est en cours de résolution.

Tout ce que vous avez à faire, c’est patienter en attendant un correctif qui devrait arriver dans les jours qui viennent. Et si vraiment ça vous empêche de dormir, sachez que le support de Microsoft est capable en prenant la main sur votre machine à distance, de régler le souci, comme ce qu’explique l’internaute Luttappy sur ce fil Reddit.

En attendant, ce que vous pouvez faire, histoire de ne pas perdre votre clé de licence (on ne sait jamais), c’est de la sauvegarder avec un outil comme ProduKey de Nirsoft ou Product Key Reader.

Source


Catégories: Hardware

Le smartphone pliable de Samsung arrive 5 ans trop tard

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 13:47

Samsung vient tout juste de présenter son prototype de smartphone pliable, 7 ans après son premier concept public. Mais n’est-ce pas trop tard ? Est-ce vraiment la solution ? Sous cette forme, nous ne sommes pas convaincus.

En 2012, lors du CES, Samsung dévoilait « Youm », son premier écran flexible qui donnera quelques années plus tard naissance à la gamme « Edge » du constructeur, puis à l’Infinity Display incurvé sur les bords. Lors de cet événement, le constructeur donnait alors un aperçu (sexiste) de ce à quoi pourrait ressemble un appareil entièrement pliable, muni d’un écran central au format tablette et d’un écran plus petit au format smartphone.

Cette image, vous l’avez certainement vue et revue, elle sert à illustrer depuis lors un grand nombre d’articles sur les écrans flexibles ou le célèbre « Galaxy X » (devenu par la suite « Galaxy F »), premier smartphone flexible du constructeur coréen.

Lien YouTube

Sept ans plus tard, à deux mois du CES 2019, Samsung a profité de sa Developer Conference pour dévoiler son premier prototype viable de smartphone pliable, nourrissant ainsi un peu plus les rêves des geeks de tous horizons qui en rêvent depuis ce fameux CES. Mais n’est-ce pas un peu trop tard ?

Deux écrans pour deux utilisations

Le « Samsung Galaxy F » dispose donc de deux écrans : l’un de 4,5 pouces pour une définition de 1960 x 840 pixels, et un second, pliable — grâce à la technologie Infinity Flex Display — de 7,3 pouces pour une définition de 1536 x 2152 pixels. Des ratios un peu exotiques donc, mais surtout très différents afin de répondre à des besoins bien précis.

Le premier a plutôt vocation à servir pour les tâches rapides, répondre à des SMS, lire une notification… tandis que le second s’adresse plutôt à la consommation multimédia. Samsung semble pourtant avoir oublié l’usage quotidien.

Je n’évoquerai pas volontairement ici le design du smartphone, puisque celui-ci était sous coque lors de la présentation et que l’on ne sait pas exactement à quoi il ressemble, mais le premier aperçu laisse deviner des bordures et une épaisseur conséquentes. Plus en tout cas que sur nos smartphones actuels, et c’est relativement censé au vu du changement de paradigme que cela apporte.

2019 n’est pas 2012

Mais replaçons un peu la première annonce, celle de 2012, dans son contexte. Samsung venait tout juste de présenter son premier Galaxy Note avec son « énorme » diagonale d’écran de 5,3 pouces et s’apprêtait à lancer son Galaxy S III, flagship de 4,8 pouces. Android Ice Cream Sandwich commençait à arriver sur le marché, et avec cette mise à jour unifiant sous un même système les tablettes et les smartphones, se développait le marché des tablettes. Chaque constructeur voulait la sienne, et c’était le cadeau de Noël parfait.

Fin 2011, les tablettes ressemblaient à cela

Maintenant, revenons à aujourd’hui, ou plutôt à demain, lorsque le « Galaxy F » arrivera sur le marché. Les smartphones sont de plus en plus grands et le marché des tablettes est en berne, ces dernières s’étant davantage tournées vers la mode du convertible pour grignoter des parts aux ordinateurs portables.

Dans ce marché, peut-on réellement penser qu’un terminal pliable offrant le meilleur de 2012 (un petit smartphone ET une tablette) a encore un intérêt ?

Trop petit, au mauvais format

On a beau entendre régulièrement que « ce serait bien d’avoir de plus petits smartphones », les constructeurs n’imposent pas des tendances les yeux fermés et analysent à la fois leurs chiffres de ventes et leurs études de marché. Cet agrandissement des écrans des smartphones est « demandé » par la majorité. La preuve : même Apple s’y est mis !

Alors à quoi bon retrouver un écran de 4,5 pouces en petite définition, surtout si le gabarit même du téléphone n’est pas aussi réduit ? Quant au grand écran, il pourrait se montrer intéressant pour du contenu multimédia, que l’on trouve généralement aux formats 16:9, 18:9, voire 21:9. Alors pourquoi adopter du 5:7 si ce n’est pour profiter de bandes noires monstrueuses à l’écran ?

Pour prendre mon utilisation propre, une grande partie de la consommation de mon smartphone tourne autour de la navigation web des réseaux sociaux et des applications de messageries. Dans les deux premiers cas, le confort que me procure mon grand écran de 6 pouces en Full HD m’est indispensable et je ne me vois pas retourner sur un écran de 4,5 pouces, perdant ainsi beaucoup d’informations affichées sur un seul écran. Et même pour les messageries, beaucoup d’images et de contenus multimédias sont aujourd’hui partagés, et je ne me vois plus utiliser un écran plus petit que 5,2 ou 5,5 pouces.

Oui, c’est un téléphone dans sa main – Crédit image : Zoolander (film)

À l’inverse, je me vois mal afficher mes pages web ou ma timeline Twitter, désormais pensées à la verticale pour nos smartphones, sur un écran au format 5:7.

Aucun des deux écrans ne correspond donc à mon usage, et je ne pense pas être particulièrement différent des usages habituels de la population à ce que je peux constater en jetant un œil curieux par-dessus l’épaule de mes concitoyens dans le métro.

5 ans trop tard

Ce prototype est donc époustouflant d’un point de vue technique, et il en sortira certainement quelque chose d’appréciable (comme l’écran incurvé du Galaxy Note Edge que l’on trouvait inutile à l’époque et que l’on apprécie aujourd’hui sur le Galaxy S9), mais cela semble aujourd’hui plus un « proof of concept » qu’un véritable smartphone pensé pour le quotidien.

En 2012, on rêvait devant les vidéos du CES. En 2014, alors que le Galaxy S5 — avec son écran de 5,1 pouces — était annoncé et que les tablettes étaient encore en vogue, cet hybride aurait certainement rencontré un grand succès. Mais à la veille de 2019, il est difficile de voir un réel intérêt à cet appareil.

Le logiciel avant tout

À voir si l’optimisation logicielle permettra de créer un nouvel usage et de nouvelles tendances. Après tout, Google a travaillé dessus également.

Mais ne suffisait-il pas déjà d’optimiser le logiciel actuel ? Samsung vient de le comprendre avec Samsung One UI, il est possible de faire un smartphone avec un grand écran qui peut être utilisable à une main. En commençant par améliorer l’UX du système pour concentrer l’essentiel des interactions sur une zone accessible facilement, et en réduisant encore un peu plus les bordures, on pourrait conserver le même format qu’actuellement, agrandir la zone d’affichage jusqu’à peut-être atteindre les 7,3 pouces, et faciliter l’expérience utilisateur.

Toujours est-il que le moi de 2012 qui loge encore quelque part dans un coin de ma tête crie encore d’excitation depuis hier à l’idée d’impressionner des gens dans un bar grâce à mon téléphone pliable, rabaissant dans un même temps le caquet à ces flambeurs mettant en avant leurs oreillettes Bluetooth et leurs tablettes à LED.

Notre vidéo

Lien YouTube

Catégories: Mobile

Désormais, vous aurez besoin d’un permis pour utiliser votre drone

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 13:00

Les télépilotes sont désormais dans l’obligation de passer une formation gratuite sur la plateforme d’AlphaTango, entretenu par la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), afin de pouvoir utiliser leurs drones. Les aéronefs de plus de 800 grammes devront aussi être immatriculés, comme le Mavic 2 Pro, le Phantom 3 et le Phantom 4 de DJI.

Depuis le 7 novembre 2018, les télépilotes de plus de 14 ans sont dans l’obligation de passer une formation de pilotage afin de pouvoir utiliser leurs drones de loisirs. Elle est accessible gratuitement sur la plateforme d’AlphaTango et délivre une attestation valable pendant 5 ans à toujours posséder sur soi, sous peine d’être sanctionné par une contravention dès le 26 décembre 2018.

En plus de la formation obligatoire, les drones de plus de plus de 800 grammes devront être enregistrés sur la plateforme citée plus haut ainsi qu’immatriculés de manière visible. Cette précision concerne quelques produits connus du grand public comme le Mavic 2 Pro, le Phantom 3 ou le Phantom 4 de DJI (qui pèsent respectivement 907, 1200 et 1380 grammes). D’ici quelques mois, l’ensemble des aéronefs de loisirs devront être immatriculés à leurs tours, mais numériquement cette fois-ci.

Le sans-faute sinon rien

La formation se déroule en ligne, ou depuis l’application d’AlphaTango dirigée par la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC). Elle se présente sous la forme d’un QCM de vingt questions. Les utilisateurs devront regarder des modules obligatoires et réaliser un sans-faute afin d’obtenir le précieux permis drone. Des tests sont disponibles directement sur la plateforme, afin de permettre aux utilisateurs de s’entraîner. On pourra retrouver des questions comme : « à quelle hauteur maximale puis-je faire voler mon drone ? Ou puis-je le faire voler ? », par exemple.

L’objectif de ce permis est de sensibiliser les utilisateurs à la législation en vigueur et de les responsabiliser face au danger que peuvent représenter les drones. Ils pourront repasser le test autant de fois que nécessaire avant de l’obtenir, et ce, sans débourser un seul euro. A noter que les télépilotes de moins de 14 ans peuvent passer la formation, mais ne recevrons pas d’attestation car seuls, ils ne peuvent pas piloter de drones de plus de 800 grammes. Ils pourront cependant piloter au sein d’une association affiliée à la Fédération Française Aéro Modélisme, ou sous la supervision d’un adulte.

Cette formation obligatoire rentre en vigueur deux ans après la loi sur le renforcement de la sécurité de l’usage des drones civils. Sachez aussi que Géoportail Drone est une carte interactive pouvant vous indiquer où vous avez le droit d’utiliser votre drone de loisir.

À lire sur FrAndroid : Quels sont les meilleurs drones avec caméra en 2018 ? Notre sélection

Mac4ever

Catégories: Mobile

Facebook Messenger va vous permettre d’annuler l’envoi d’un message

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 12:30

Déjà présente sur Whatsapp, la fonction de suppression de message va arriver prochainement sur Facebook Messenger comme l’ont indiqué les développeurs sur les notes de version de l’application.

Facebook Messenger vous permet déjà de supprimer un message dans une conversation, c’est vrai. Mais gare à vous si vous tentez d’utiliser cette fonctionnalité pour effacer un message gênant. La suppression n’est pas synchrone et ne concerne en fait que votre fil de discussion. Votre interlocuteur, lui, verra toujours le message. En tout cas jusqu’à présent.

Une arrivée plus que probable sur Android

Sur les notes de la version 191.0 de l’application iOS, Facebook Messenger a en effet indiqué une mise à jour prochaine de ses conditions de suppression, comme l’ont remarqué nos confrères de Next INpact :

Supprimer un message envoyé d’un fil de discussion. Si vous envoyez accidentellement la mauvaise photo ou une information incorrecte ou si vous écrivez dans la mauvaise conversation, vous pouvez corriger facilement votre message en le supprimant dans les 10 minutes après l’avoir envoyé.

Le laps de temps de 10 minutes peut sembler court, mais il devrait vous permettre d’annuler un message que vous avez envoyé au mauvais destinataire ou dont vous savez instantanément que vous le regretterez.

Messenger
Facebook

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Pour l’heure, seul l’App Store d’Apple fait mention de cette nouveauté à venir. Facebook n’a pas mentionné l’arrivée de la suppression sur Android. Cependant, puisqu’il s’agit d’un effacement pour tous les interlocuteurs, il serait logique que la version Android de Facebook Messenger permette également de supprimer des messages.

À lire sur FrAndroid : Comment supprimer un message sur WhatsApp après l’avoir envoyé

Next INpact

Catégories: Mobile

Nouvelle mise à jour Firmware pour la Surface Pro 3

Mon Windows Phone - jeu, 08/11/2018 - 11:33

Microsoft a libéré une nouvelle mise à jour Firmware pour sa Surface Pro 3. Elle est disponible dès à présent sur Windows Update et améliore un peu plus la stabilité et la sécurité de votre appareil.

Cette nouvelle mise à jour Firmware pour la Surface Pro 3 est uniquement disponible pour ceux ayant installé Windows 10. Rappelons que la tablette de Microsoft était livrée de base avec Windows 8.1. Elle comporte en réalité 3 mises à niveau dont l’un qui corrige l’état



Continuez la lecture de l'article Nouvelle mise à jour Firmware pour la Surface Pro 3
Catégories: Mobile

Android Slices : la meilleure fonction d’iOS arrive enfin (en early access)

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 11:30

Les Android Slices arrivent enfin, six mois après leur présentation. Les développeurs vont ainsi pouvoir intégrer des snippets à la recherche de Google, à l’instar de ce que propose Apple sur iOS (Spotlight).

En mai dernier, à la Google I/O 2018, Google dévoilait les Android Slices, des « tranches » du système qui apparaissent directement dans le moteur de recherche d’Android. Ainsi, si les développeurs intègrent cette API à leur création, il est possible d’obtenir des informations rapidement sans avoir à lancer l’application, directement depuis le moteur de recherche.

iOS l’a déjà fait

Lors de notre test de l’iPhone XS, nous soulevions le fait que malgré tous ses défauts, iOS se veut particulièrement intuitif, notamment grâce à Spotlight, son moteur de recherche central. Depuis cet élément, il est possible de convertir une devise, rechercher une vidéo sur YouTube, un paramètre du téléphone, un tweet et bien d’autres éléments encore. Une prouesse que Google n’a pas encore réussie, même au sein de son propre écosystème.

Lien YouTube

Avec les Slices, ce retard devrait être rattrapé puisque le moteur de recherche sera désormais capable de fournir directement des informations pertinentes. Cherchez « Hawaï » dans votre moteur de recherche et vous aurez directement sous les yeux les photos que vous avez prises lors de votre dernier voyage sans avoir à ouvrir Google Photos. Cherchez une autre destination et Kayak vous donnera des recommandations de vol sans même que vous ayez à lancer l’application.

Intégrées au système, ces « Slices » devraient également permettre de gérer certains paramètres, et activer ou désactiver rapidement un point, comme le WiFi ou encore les données mobiles.

Une expérimentation

Google a annoncé lors de son Android Developers Summit (la même conférence que celle où il a été question des écrans pliables) que les Slices arriveraient ce mois-ci en Early Access Program, avec des partenaires tels que Doist ou Kayak.

Seuls certains utilisateurs pourront donc en profiter dans un premier temps, mais espérons que cela arrivera dans les mois à venir à plus grande échelle.

Android Authority

Catégories: Mobile

OnePlus Switch : le transfert de données d’iOS vers Android est disponible

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 11:10

L’application OnePlus Switch se met à jour. Elle permet désormais de faire migrer ses données d’un appareil sous iOS vers un appareil sous Android facilement. Pratique.

Passer d’un appareil Android à un autre appareil Android est plutôt simple, mais quand il vient de passer de la pomme au petit robot, les choses sont plus délicates. Désormais, la tâche devrait être plus aisée pour les utilisateurs migrants d’un iPhone vers un OnePlus grâce à une prochaine mise à jour de OnePlus Switch.

Auparavant limitée aux appareils Android, l’application du constructeur chinois sortie au début d’année 2018 prendra en compte le transfert des données (contacts, SMS, photos, vidéos) depuis un iPhone vers un smartphone OnePlus. Une fonctionnalité bienvenue car pour le moment, il n’existe pas d’applications facilitant ce type de transfert entre les deux plateformes.

Pour les plus pressés, l’APK de la bêta comprenant donc cette nouvelle fonctionnalité est disponible à l’adresse suivante. Une fois installée manuellement, il faudra aussi installer ceci sur votre appareil iOS afin de pouvoir effectuer un transfert de données sans fil entre les deux systèmes d’exploitation. La démarche a entièrement été expliquée sur le forum de OnePlus.

OnePlus Switch est une solution simple pour transférer ses données. Mais pour des raisons évidentes, vous ne pourrez transférer que vos contacts, vos messages, vos photos et vos vidéos, ce qui reste le plus important en soi. Il faudra télécharger (et acheter) à nouveau les applications que vous utilisiez sur votre iPhone. Une alternative pour récupérer ses données les plus essentielles serait de tout enregistrer sur le cloud afin de se passer d’un switch, comme nous l’avions expliqué ici.

OnePlus Switch

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Gsmarena

Catégories: Mobile

OnePlus Switch : le transfert de données d’iOS vers Android est disponible

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 11:10

L’application OnePlus Switch se met à jour. Elle permet désormais de faire migrer ses données d’un appareil sous iOS vers un appareil sous Android facilement. Pratique.

Passer d’un appareil Android à un autre appareil Android est plutôt simple, mais quand il vient de passer de la pomme au petit robot, les choses sont plus délicates. Désormais, la tâche devrait être plus aisée pour les utilisateurs migrants d’un iPhone vers un OnePlus grâce à une prochaine mise à jour de OnePlus Switch.

Auparavant limitée aux appareils Android, l’application du constructeur chinois sortie au début d’année 2018 prendra en compte le transfert des données (contacts, SMS, photos, vidéos) depuis un iPhone vers un smartphone OnePlus. Une fonctionnalité bienvenue car pour le moment, il n’existe pas d’applications facilitant ce type de transfert entre les deux plateformes.

Pour les plus pressés, l’APK de la bêta comprenant donc cette nouvelle fonctionnalité est disponible à l’adresse suivante. Une fois installée manuellement, il faudra aussi installer ceci sur votre appareil iOS afin de pouvoir effectuer un transfert de données sans fil entre les deux systèmes d’exploitation. La démarche a entièrement été expliquée sur le forum de OnePlus.

OnePlus Switch est une solution simple pour transférer ses données. Mais pour des raisons évidentes, vous ne pourrez transférer que vos contacts, vos messages, vos photos et vos vidéos, ce qui reste le plus important en soi. Il faudra télécharger (et acheter) à nouveau les applications que vous utilisiez sur votre iPhone. Une alternative pour récupérer ses données les plus essentielles serait de tout enregistrer sur le cloud afin de se passer d’un switch, comme nous l’avions expliqué ici.

OnePlus Switch

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Gsmarena

Catégories: Mobile

Microsoft Launcher passe en version 5.0 et intègre la Timeline Windows

Mon Windows Phone - jeu, 08/11/2018 - 10:06

Microsoft Launcher pour Android vient de recevoir une très grosse mise à jour. L’application, désormais dans sa cinquième version, intègre désormais le support de la Timeline Windows 10 mais pas que…

Je vous en parlais le mois dernier, Microsoft prévoyait l’intégration de la Timeline Windows 10 dans son lanceur alternatif Microsoft Launcher. Disponible dans un premier temps pour les utilisateurs enregistrés à la version beta, elle est désormais accessible à tous. Microsoft



Continuez la lecture de l'article Microsoft Launcher passe en version 5.0 et intègre la Timeline Windows
Catégories: Mobile

Samsung Infinity Flex : les caractéristiques de l’écran dévoilent une petite diagonale

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 09:59

Samsung a donné des détails supplémentaires sur les caractéristiques de son appareil à écran pliable, Infinity Flex Display.

Après des mois, non des années, de teasing, Samsung a enfin dévoilé son projet de smartphone à écran pliable, capable de se transformer en tablette. La marque est accompagnée de Google pour assurer la bonne gestion logicielle de ce nouvel appareil par Android.

Malgré une présentation générale assez intéressante, on manque encore de détails concernant les caractéristiques de l’appareil. Concernant l’écran, Samsung a divulgué des informations supplémentaires sur place.

Un écran de 4,5 pouces et 7,3 pouces

Qui dit écran pliable, dit deux diagonales possibles : celle avec l’écran replié, en mode smartphone, et celle avec l’écran déplié, en mode tablette. À ce sujet, Android Authority a pu obtenir de nouvelles informations.

En mode smartphone, l’écran a une diagonale de 4,5 pouces avec une définition de 1960 x 840 pixels, soit un ratio 21:9 avec une densité de 475 pixels par pouce.

Une fois l’écran déplié, on atteint une diagonale de 7,3 pouces pour une définition de 1536 x 2152 pixels. Cela donne un ratio un peu étrange de 5:7 avec une densité de 360 pixels par pouce.

Dans les deux cas, on aurait affaire à de petites diagonales comparées aux normes du marché en 2018. Cela est peut-être dû à une difficulté d’assurer un rendement élevé de production des écrans avec cette technologie sur de grandes diagonales.

Reste à découvrir si ces caractéristiques évolueront ou non d’ici à l’annonce d’un produit commercialisable. Le Samsung Infinity Flex Display reste pour le moment un projet, qui devrait se concrétiser en 2019.

Notre vidéo

Lien YouTube

Android Authority

Catégories: Mobile

Samsung Infinity Flex : les caractéristiques de l’écran dévoilent une petite diagonale

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 09:59

Samsung a donné des détails supplémentaires sur les caractéristiques de son appareil à écran pliable, Infinity Flex Display.

Après des mois, non des années, de teasing, Samsung a enfin dévoilé son projet de smartphone à écran pliable, capable de se transformer en tablette. La marque est accompagnée de Google pour assurer la bonne gestion logicielle de ce nouvel appareil par Android.

Malgré une présentation générale assez intéressante, on manque encore de détails concernant les caractéristiques de l’appareil. Concernant l’écran, Samsung a divulgué des informations supplémentaires sur place.

Un écran de 4,5 pouces et 7,3 pouces

Qui dit écran pliable, dit deux diagonales possibles : celle avec l’écran replié, en mode smartphone, et celle avec l’écran déplié, en mode tablette. À ce sujet, Android Authority a pu obtenir de nouvelles informations.

En mode smartphone, l’écran a une diagonale de 4,5 pouces avec une définition de 1960 x 840 pixels, soit un ratio 21:9 avec une densité de 475 pixels par pouce.

Une fois l’écran déplié, on atteint une diagonale de 7,3 pouces pour une définition de 1536 x 2152 pixels. Cela donne un ratio un peu étrange de 5:7 avec une densité de 360 pixels par pouce.

Dans les deux cas, on aurait affaire à de petites diagonales comparées aux normes du marché en 2018. Cela est peut-être dû à une difficulté d’assurer un rendement élevé de production des écrans avec cette technologie sur de grandes diagonales.

Reste à découvrir si ces caractéristiques évolueront ou non d’ici à l’annonce d’un produit commercialisable. Le Samsung Infinity Flex Display reste pour le moment un projet, qui devrait se concrétiser en 2019.

Notre vidéo

Lien YouTube

Android Authority

Catégories: Mobile

Comment tester Samsung One UI en avant-première : la nouvelle interface des smartphones Galaxy

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 08:59

Samsung a annoncé sa toute nouvelle interface One UI. Elle sera déployée massivement dès janvier 2019, mais vous aurez la possibilité de la tester avant.

Après l’annonce de la nouvelle interface One UI, Samsung a également annoncé le programme bêta One UI. Si l’utilisation excessive de coins arrondis ne vous dérange pas, vous pouvez vous inscrire au programme bêta One UI très facilement.

Deux applications à télécharger

Vous devez d’abord télécharger l’application Samsung Members depuis le Play Store. Une fois que vous vous êtes connecté avec votre compte Samsung, vous devez sélectionner Enregistrement au programme bêta de One UI pour soumettre votre candidature. Si vous êtes sélectionné, allez dans Paramètres, puis sur Mettre à jour le logiciel pour sélectionner l’option Télécharger les mises à jour manuellement. À partir de là, attendez que la version bêta de One UI soit téléchargée et installée sur votre appareil.

Samsung Members

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Si vous avez une version américaine, il faudra télécharger Samsung+. C’est un programme très semblable à Samsung Members, mais pour l’Amérique du Nord.

Samsung+

Télécharger pour Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Cette version bêta de One UI sera d’abord proposée aux utilisateurs de Galaxy S9, Galaxy S9 Plus et Galaxy Note 9 aux États-Unis, en Allemagne, en Corée, en Chine, en France, en Inde, en Pologne, au Royaume-Uni et en Espagne.

Annoncée lors d’une conférence de développeurs organisée par Samsung à San Francisco, One UI se concentre sur trois aspects : la simplification, la convivialité et l’amélioration de l’aspect visuel. Nous aurons certainement l’occasion de vous proposer très vite une présentation plus précise des nouveautés de One UI sur un de nos appareils Galaxy. Pour rappel, Samsung prévoit de déployer One UI en version finale début 2019.

À lire sur FrAndroid : Samsung One UI : découvrez la nouvelle interface des smartphones Galaxy

Catégories: Mobile

Rome: Total War prévu sur Android après deux ans exclusivement sur iOS

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 08:37

Rome: Total va enfin être porté sur Android. C’est ce que vient d’annoncer son éditeur.

Le portage de jeux classiques sur smartphone nous rappelle malheureusement que certains jeux ont beaucoup vieilli. Ce n’est pas que du graphisme ou des bandes sonores, mais aussi la mécanique et l’accessibilité. Heureusement… ce n’est pas le cas de la série Total War. Depuis la sortie de Rome, les mécanismes à la base de Total War n’ont pas connu de changements significatifs. Ce qui était un système brillant en 2004 l’est toujours, quelle que soit la plate-forme sur laquelle vous choisissez de jouer. Et nous allons avoir la chance de profiter de Rome: Total War sur Android.

Lien YouTube

Le jeu était déjà disponible sur iOS depuis deux ans, et il ne faudra pas s’attendre à de grandes nouveautés sur Android. Bien que les batailles soient de grande ampleur, où des dizaines d’unités peuvent s’affronter en même temps, les personnages individuels manquent de détails. Par contre, les cartes de bataille sont assez claires. L’esthétique n’est cependant pas la raison pour laquelle les gens jouent à ces jeux. Ce qui est important, c’est que le jeu a gardé son mécanisme qui a fait son succès et c’est parfait pour tester vos capacités stratégiques.

Par contre, Rome: Total War ne fonctionnera pas sur tous les smartphones Android du marché. Il sera progressivement compatible avec un large catalogue, mais l’éditeur a préféré nous prévenir qu’il préfère garantir que les performances des appareils soient suffisantes. En d’autres mots, il va tester le jeu sur un maximum d’appareils.

Rappelons que Rome: Total War coûte actuellement 10,99 euros pour iPad et iPhone. Nous verrons quel prix sera fixé pour le passage à Android. On espère surtout qu’il ne devienne pas un pay-to-win. Pour le moment, pas de date pour la disponibilité sur le Play Store, mais il devrait arriver très vite, en 2019.

À lire sur FrAndroid : Les meilleurs jeux gratuits sur Android en 2018

Retrouvez tous nos Top des jeux

Catégories: Mobile

Le smartphone pliable de Samsung, une date pour la Freebox V7 et les radars sur Google Maps – Tech’spresso

FrAndroid - jeu, 08/11/2018 - 07:00

Vous n’avez pas eu le temps de suivre l’actualité hier ? Voici ce qui a marqué le mercredi 7 novembre : Samsung montre son premier smartphone pliable, une date se profile pour la Freebox V7 et Google Maps intègre une fonctionnalité très attendue. Pour ne manquer aucune actualité, pensez à vous inscrire à la newsletter FrAndroid.

Le smartphone pliable de Samsung est enfin là !

Après des années de teasing, Samsung a finalement présenté ce mercredi soir pour la toute première fois son smartphone pliable. Et bonne nouvelle, Google a annoncé en parallèle intégrer nativement cette fonctionnalité pour éviter la fragmentation.

 

La Freebox V7 dans 2 semaines ?

On l’attendait avec impatience, la Freebox V7 devrait être présentée très prochainement. Selon les informations de BFM, la date serait fixée au 21 novembre.

 

Google Maps absorbe un peu plus Waze

Depuis qu’il a racheté Waze, Google ne cesse de multiplier les ponts entre celui-ci et son application GPS Google Maps. La fonctionnalité de signalement d’accidents et de radars de la première ne va pas tarder à arriver sur la seconde.

À lire sur FrAndroid : Huawei travaille bel et bien sur une batterie au graphène

Catégories: Mobile

Samsung One UI : découvrez la nouvelle interface des smartphones Galaxy

FrAndroid - mer, 07/11/2018 - 21:11

Samsung a présenté, One UI, la nouvelle interface qui habillera ses Galaxy S9, Galaxy S9+ et Galaxy Note 9. Au programme, plus de couleurs, un thème sombre et une utilisation plus facile.

Samsung renouvelle une énième fois son interface pour smartphone en annonçant One UI. Celle-ci apporte plusieurs modifications esthétiques et pratiques. Cette dernière a été présentée lors de la conférence de l’entreprise dédiée aux développeurs. Le mot d’ordre est d’offrir plus de simplicité et une expérience plus agréable.

Dans un premier temps, ce sont les Samsung Galaxy S9, Galaxy S9+ et Galaxy Note 9 qui y auront droit.

Thème sombre

L’une des premières choses que l’on retient, c’est l’arrivée d’un thème sombre applicable sur l’ensemble de l’interface. Samsung explique avoir testé cette nouveauté sur son navigateur web et qu’elle avait rencontré beaucoup de succès.

Le géant sud-coréen met surtout en avant le fait que cela permet un meilleur confort visuel notamment la nuit lorsque nous sommes plongés dans des environnements obscurs.

Plus facile à utiliser

Nos smartphones n’arrêtent pas de s’agrandir — le Galaxy Note 9 en est l’un des meilleurs exemples. C’est bien pratique pour les vidéos et les jeux vidéo. Cependant, sur certaines applications, les boutons ne sont pas accessibles facilement avec le pouce puisqu’ils sont situés trop haut.

Samsung en a (enfin) pris conscience et One UI propose ainsi des interactions plus simples d’accès. Pour avoir une idée plus claire de cette nouveauté, le constructeur a donné quelques exemples concrets. La plus parlante concerne l’application SMS on tous les onglets de discussions — et donc la zone d’action principale — ont été descendus pour être facilement atteignable avec le pouce.

Sur l’app Horloge, les boutons d’options (chronomètre, minuterie…) — situés en haut auparavant — sont maintenant placés en bas. Dans la Galerie, les options de partage sont désormais également sur la partie inférieure de l’écran.

Les couleurs s’adaptent au téléphone

Samsung met notamment l’emphase sur le fait que One UI apporte plus de couleurs (notamment sur les icônes d’applications ou les raccourcis). La marque affirme notamment qu’il sera possible de profiter d’une option qui adapte la couleur du thème au coloris du smartphone. Une idée assez originale sur laquelle mise le constructeur pour faire en sorte que l’interface reflète encore mieux les préférences de l’utilisateur.

Cinq couleurs différentes, cinq thèmes différents.

Refonte du panneau de raccourcis et des paramètres

Le panneau des raccourcis sur One UI apporte un nouveau design sur les icônes. Quand une tuile est activée, un cercle bleu apparaît tout autour pour montrer qu’elle a été sélectionnée. L’idée est de mettre encore plus en avant le fait que le NFC, le Bluetooth ou le Wi-Fi est activé. L’esthétique fait d’ailleurs penser à celle du panneau de raccourcis sur les versions épurées d’Android.

Le menu des paramètres a également été revu pour que les options soient présentées de manière plus cohérente et plus compacte. Ainsi, les fonctionnalités ont été regroupées en blocs. Samsung affirme aussi que celles qui sont le plus utilisées sont placées plus haut (la logique de ramener plus de boutons sur le bas de l’écran n’a donc pas été respectée ici).

Déploiement en 2019

La nouvelle interface One UI sera déployée à partir de janvier 2019 sur les Samsung Galaxy S9, Galaxy S9+ et Galaxy Note 9. Dans un premier temps, seuls les États-Unis, l’Allemagne et la Corée du Sud en profiteront. Cette mise à jour devrait s’accompagner d’Android 9.0 Pie.

Lors de la même conférence, Samsung a présenté son concept de smartphone pliable avec sa technologie Infinity Flex Display. La marque a également promis que son assistant intelligent Bixby parlerait bientôt le français.

À lire sur FrAndroid : Samsung Infinity Flex Display : le smartphone pliable enfin dévoilé

Catégories: Mobile

Pages

S'abonner à Sleepy SME agrégateur