Agrégateur de flux

Xiaomi Mi 8 : nous connaissons déjà son prix officiel en France

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 12:30

La sortie du Xiaomi Mi 8 en France ne sera définitivement officialisée que le 8 août prochain, mais TopAchat a déjà sorti ses fiches produits nous permettant d’en connaître les prix définitifs.

L’ironie avec la plupart des constructeurs chinois, c’est que leurs annonces sont généralement faites en Chine avant que les disponibilités françaises ne soient révélés. C’est souvent le cas pour Huawei, Honor, mais aussi Xiaomi.

Nous connaissons par exemple très bien le Xiaomi Mi 8. Ceci étant, sa disponibilité en France ne sera annoncée que lors d’un événement prévu dans 2 jours… ou pas, puisqu’un revendeur a tiré un peu trop tôt.

En effet, Top Achat a déjà mis en ligne les fiches des Xiaomi Mi 8, et nous dévoile donc du même temps les prix français de l’appareil. Par chez nous, il faudra débourser 499,90 euros pour la version 6 Go / 64 Go de stockage, et 559,90 euros pour la version 6 Go / 128 Go de stockage.

On notera également que seuls les coloris noir et bleu sont listés par le revendeur. Il est cependant possible que d’autres coloris soient rendus disponibles sur d’autres boutiques.

Merci à Bastien de nous l’avoir pointé du doigt. 

Catégories: Mobile

Xiaomi Mi 8 : nous connaissons déjà son prix officiel en France

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 12:30

La sortie du Xiaomi Mi 8 en France ne sera définitivement officialisée que le 8 août prochain, mais TopAchat a déjà sorti ses fiches produits nous permettant d’en connaître les prix définitifs.

L’ironie avec la plupart des constructeurs chinois, c’est que leurs annonces sont généralement faites en Chine avant que les disponibilités françaises ne soient révélés. C’est souvent le cas pour Huawei, Honor, mais aussi Xiaomi.

Nous connaissons par exemple très bien le Xiaomi Mi 8. Ceci étant, sa disponibilité en France ne sera annoncée que lors d’un événement prévu dans 2 jours… ou pas, puisqu’un revendeur a tiré un peu trop tôt.

En effet, Top Achat a déjà mis en ligne les fiches des Xiaomi Mi 8, et nous dévoile donc du même temps les prix français de l’appareil. Par chez nous, il faudra débourser 499,90 euros pour la version 6 Go / 64 Go de stockage, et 559,90 euros pour la version 6 Go / 128 Go de stockage.

On notera également que seuls les coloris noir et bleu sont listés par le revendeur. Il est cependant possible que d’autres coloris soient rendus disponibles sur d’autres boutiques.

Merci à Bastien de nous l’avoir pointé du doigt. 

Catégories: Mobile

TSMC victime d’une attaque informatique : la production des processeurs de l’iPhone et du Huawei Mate 20 prend du retard

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 12:00

Les chaînes de fabrication de TSMC ont dû être arrêtées à cause d’un virus informatique. Apple et Huawei y font notamment fabriquer les puces de leurs prochains smartphones.

Si Apple est connu des technophiles pour concevoir ses processeurs ARM pour ses appareils (l’iPhone, l’Apple Watch, l’iPad, et même l’iMac), il faut savoir que la marque ne les fabrique pas. Contrairement à Samsung qui a la capacité de concevoir ses puces Exynos, mais aussi de les produire et de produire le Snapdragon 845 pour Qualcomm, Apple fait appel à un sous-traitant très connu du secteur, le Taïwanais TSMC. Ce dernier est l’un des plus gros acteurs de l’industrie des semi-conducteurs et compte Nvidia, AMD, Apple et Huawei parmi ses clients.

80 % des outils de fabrications infectés par un virus

TSMC a annoncé qu’une erreur lors d’une installation de logiciel avait permis l’accès au réseau de l’entreprise par un virus informatique. Résultat : vendredi soir c’était 80 % des outils de fabrications qui étaient impactés par le virus, ralentissant d’autant la production de puces. Se voulant rassurant, TSMC a promis une récupération complète des moyens de production d’ici lundi soir. D’après TSMC, cette chute de production momentanée devrait faire baisser le chiffre d’affaires attendu de 3 %, passant de 8,55 à 8,45 milliards de dollars.

Bien que de courte durée, cet incident devrait quand même avoir des répercussions sur les expéditions de puces vers les clients de TSMC. La firme s’est bien entendu refusée à préciser quels étaient les clients impactés. La production de SoC pour Apple devrait actuellement être en pleine croissance, la prochaine génération d’iPhone étant attendue pour le mois de septembre. L’analyste Mark Li, cité par Bloomberg, estime que l’usine de production qui concerne les produits Apple a été touchée par le virus.

Il semble toutefois peu probable que ce petit retard de production entraîne un retard pour la commercialisation des nouveaux iPhone. Malgré le flux tendu que peut représenter la sortie d’un produit aussi important pour Apple, on pense que la marque a la marge nécessaire pour absorber ce contretemps.

Bloomberg

Catégories: Mobile

Tesla préparerait l’ordinateur le plus puissant au monde pour son Autopilot

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 11:45

Pour accompagner la troisième version de son Autopilot, Tesla et ses équipes travailleraient actuellement sur un nouvel ordinateur soi-disant le plus puissant du monde. Arrivée prévue dans le courant de 2019.

Tesla ne manque pas d’ambitions et de projets. Chaque semaine, son PDG Elon Musk et ses équipes nous prouvent à quel point l’entreprise spécialisée dans la construction de voitures électriques cherche à s’imposer comme un acteur majeur sur le marché de l’automobile de demain. Et une fois de plus, la société américaine fait l’objet d’une attention toute particulière après une énième annonce relayée par le site Electrek. Cette fois-ci, focus sur le dispositif hardware de ses engins électriques.

Une puissance de calcul multipliée par dix

C’est simple, Electrek croit savoir que la nouvelle version du pilote automatique (Tesla Autopilot) sera accompagnée de l’ordinateur le plus puissant du monde. Rien que ça. Intitulée « Hardware 3 », cette nouvelle puce fabriquée en interne viendrait remplacer l’actuelle (GPU Nvidia), offrant une puissance de calcul phénoménale : 2000 images traitées par seconde, au lieu de 200 aujourd’hui, assure la compagnie californienne. Le tout devrait être installé gratuitement sur l’ensemble des modèles Tesla tournant sous la version 2.0 et 2.5, au cours de l’année 2019.

La partie n’était pourtant pas gagnée — même si elle ne l’est toujours pas, en soi. Comme le rappelle Electrek, Tesla a dû se séparer de Jim Keller en avril dernier, ingénieur spécialisé dans la construction de microprocesseurs et tout droit venu d’Advanced Micro Devices (AMD) en 2016. Malgré ce départ, Pete Bannon, ancien employé d’Apple, reprenait le flambeau pour poursuivre les travaux du groupe et atteindre les objectifs fixés. À voir, désormais, si ce fameux ordinateur débarquera vraiment d’ici un an.

De beaux projets, mais des pertes financières importantes

Plus récemment, Elon Musk s’illustrait de nouveau en confirmant l’arrivée d’une intelligence artificielle à la K2000 – soit une IA ultra avancée encore peu envisageable aujourd’hui – ainsi que l’installation de jeux vidéo Atari sur la prochaine mise à jour (9.0) lancée d’ici trois semaines. Autant de beaux projets qui nécessitent des ressources financières importantes, alors même que le bilan trimestriel (Q2 2018) de l’entreprise US n’est pas vraiment au beau fixe en termes de bénéfices nets.

Electrek

Catégories: Mobile

Tesla préparerait l’ordinateur le plus puissant au monde pour son Autopilot

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 11:45

Pour accompagner la troisième version de son Autopilot, Tesla et ses équipes travailleraient actuellement sur un nouvel ordinateur soi-disant le plus puissant du monde. Arrivée prévue dans le courant de 2019.

Tesla ne manque pas d’ambitions et de projets. Chaque semaine, son PDG Elon Musk et ses équipes nous prouvent à quel point l’entreprise spécialisée dans la construction de voitures électriques cherche à s’imposer comme un acteur majeur sur le marché de l’automobile de demain. Et une fois de plus, la société américaine fait l’objet d’une attention toute particulière après une énième annonce relayée par le site Electrek. Cette fois-ci, focus sur le dispositif hardware de ses engins électriques.

Une puissance de calcul multipliée par dix

C’est simple, Electrek croit savoir que la nouvelle version du pilote automatique (Tesla Autopilot) sera accompagnée de l’ordinateur le plus puissant du monde. Rien que ça. Intitulée « Hardware 3 », cette nouvelle puce fabriquée en interne viendrait remplacer l’actuelle (GPU Nvidia), offrant une puissance de calcul phénoménale : 2000 images traitées par seconde, au lieu de 200 aujourd’hui, assure la compagnie californienne. Le tout devrait être installé gratuitement sur l’ensemble des modèles Tesla tournant sous la version 2.0 et 2.5, au cours de l’année 2019.

La partie n’était pourtant pas gagnée — même si elle ne l’est toujours pas, en soi. Comme le rappelle Electrek, Tesla a dû se séparer de Jim Keller en avril dernier, ingénieur spécialisé dans la construction de microprocesseurs et tout droit venu d’Advanced Micro Devices (AMD) en 2016. Malgré ce départ, Pete Bannon, ancien employé d’Apple, reprenait le flambeau pour poursuivre les travaux du groupe et atteindre les objectifs fixés. À voir, désormais, si ce fameux ordinateur débarquera vraiment d’ici un an.

De beaux projets, mais des pertes financières importantes

Plus récemment, Elon Musk s’illustrait de nouveau en confirmant l’arrivée d’une intelligence artificielle à la K2000 – soit une IA ultra avancée encore peu envisageable aujourd’hui – ainsi que l’installation de jeux vidéo Atari sur la prochaine mise à jour (9.0) lancée d’ici trois semaines. Autant de beaux projets qui nécessitent des ressources financières importantes, alors même que le bilan trimestriel (Q2 2018) de l’entreprise US n’est pas vraiment au beau fixe en termes de bénéfices nets.

Electrek

Catégories: Mobile

Le Razer Phone 2 sortira bien avant la fin de l’année… avec un Snapdragon 855 ?

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 11:17

Profitant de la tenue du festival China Joy 2018, le vice-président de Razer Chen Xiaoping a confirmé qu’un second Razer Phone verrait le jour en fin d’année. Il sera équipé de « la dernière puce Qualcomm », ce qui peut laisser entendre la venue d’un Snapdragon 855.

Le marché mobile est cyclique. Après avoir abandonné la spécialisation quelques années plus tôt, voilà qu’elle revient en force avec de nouveaux arguments sur un secteur particulier : celui du jeu vidéo.

Razer a été le premier à lancer cette mode avec le Razer Phone. S’en est suivi le Xiaomi Blackshark, le Nubia Red Magic, et plus récemment Asus et son ROG Phone. La concurrence s’organisant, il est temps pour la marque « For Gamers By Gamers » de se relancer dans la course.

Le Razer Phone 2 est confirmé

Lors du China Joy 2018, un grand événement high-tech et gaming en Chine, le vice-président de l’entreprise Chen Xiaoping a officialisé la venue d’un nouveau smartphone pour la fin de l’année 2018.

Du fait que le Razer Phone premier du nom ne soit pas sorti en Chine, il n’est pas étonnant que l’homme d’affaires ait confirmé l’information sur place : elle permettra aux consommateurs chinois de se préparer avant la sortie du téléphone.

Un Snapdragon 855 ?

Celui-ci ne sera bien sûr pas exclusif à la Chine : le premier modèle est après tout disponible en France sur le site de Razer. Une autre information a été donnée par le vice-président, à savoir que le Razer Phone 2 utiliserait la « dernière puce de Qualcomm ».

La formulation ici est intéressante, puisque la rumeur veut que le Snapdragon 845 ne soit pas la dernière puce de Qualcomm pour l’année 2018. Un Snapdragon 855 pourrait sortir d’ici là pour équiper les dernières phablettes à venir… et potentiellement, donc, le Razer Phone 2.

Affaire à suivre, mais il n’est pas interdit que nous en entendions parler lors de l’IFA 2018. Après l’avoir présenté au CES 2018, le projet Linda de Razer a gagné en traction et pourrait bien devenir un véritable appareil lors de l’événement berlinois.

Gizmodo

Catégories: Mobile

OnePlus 6T : petite encoche, capteur d’empreintes sous l’écran… l’Oppo R17 en dit long

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 10:45

L’Oppo R17 commence à se dévoiler et son design révèle quelques nouveautés agréables. Mais ne sèmerait-il pas des indices concernant le futur fleuron de OnePlus ?

Lorsque l’on interroge Oppo ou OnePlus, les deux firmes nous expliquent qu’elles n’ont rien à voir l’une avec l’autre et qu’elles sont totalement indépendantes. Pourtant, les deux font partie du groupe BBK Electronics et certains de leurs smartphones partagent de très nombreux traits en commun. Ainsi, en découvrant les nouveaux modèles de la gamme R d’Oppo, il est facile d’extrapoler et de prêter ses caractéristiques à un appareil de OnePlus.

Encoche réduite et capteur d’empreintes sous écran

Et justement, un certain Oppo R17 commence à faire parler de lui. Si son dos vous rappelle quelque chose, c’est normal : le OnePlus 6 possède le même, avec un capteur d’empreintes en plus. Ici, cette sécurité biométrique est de retour en façade, et plus particulièrement sous la dalle de l’écran, ce qui le rend invisible, comme sur certains produits de Vivo, autre marque du groupe BBK.

Autre élément marquant en façade : l’encoche. Alors que celles des Oppo R15 Pro et OnePlus 6 étaient quasi similaires, celle-ci est bien plus petite, rappelant celle de l’Essential Phone par exemple. Elle ne comprend cependant que l’appareil photo, ce qui soulève la question du haut-parleur et du capteur de luminosité. On sait que la conduction osseuse utilisée par exemple sur le Mi Mix était loin d’être parfaite et la luminosité automatique reste un élément important du smartphone.

Un aperçu du OnePlus 6T ?

Carl Pei avait annoncé qu’il y aurait bien un OnePlus 6T cette année et cette coque de R17 si proche du OnePlus 6 laisse penser que le successeur de ce dernier pourrait partager certaines des caractéristiques citées plus haut.

Pour l’heure, le prochain smartphone du trublion chinois n’a pas encore fait parler de lui, mais les premiers détails au sujet du R17 permettent de répondre à une question : qu’est-ce qui justifierait un OnePlus 6T ?

À lire sur FrAndroid : Prise en main de l’Oppo Find X : l’effet « wahou » jusque dans son prix

GizChina

Catégories: Mobile

OnePlus 6T : petite encoche, capteur d’empreintes sous l’écran… l’Oppo R17 en dit long

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 10:45

L’Oppo R17 commence à se dévoiler et son design révèle quelques nouveautés agréables. Mais ne sèmerait-il pas des indices concernant le futur fleuron de OnePlus ?

Lorsque l’on interroge Oppo ou OnePlus, les deux firmes nous expliquent qu’elles n’ont rien à voir l’une avec l’autre et qu’elles sont totalement indépendantes. Pourtant, les deux font partie du groupe BBK Electronics et certains de leurs smartphones partagent de très nombreux traits en commun. Ainsi, en découvrant les nouveaux modèles de la gamme R d’Oppo, il est facile d’extrapoler et de prêter ses caractéristiques à un appareil de OnePlus.

Encoche réduite et capteur d’empreintes sous écran

Et justement, un certain Oppo R17 commence à faire parler de lui. Si son dos vous rappelle quelque chose, c’est normal : le OnePlus 6 possède le même, avec un capteur d’empreintes en plus. Ici, cette sécurité biométrique est de retour en façade, et plus particulièrement sous la dalle de l’écran, ce qui le rend invisible, comme sur certains produits de Vivo, autre marque du groupe BBK.

Autre élément marquant en façade : l’encoche. Alors que celles des Oppo R15 Pro et OnePlus 6 étaient quasi similaires, celle-ci est bien plus petite, rappelant celle de l’Essential Phone par exemple. Elle ne comprend cependant que l’appareil photo, ce qui soulève la question du haut-parleur et du capteur de luminosité. On sait que la conduction osseuse utilisée par exemple sur le Mi Mix était loin d’être parfaite et la luminosité automatique reste un élément important du smartphone.

Un aperçu du OnePlus 6T ?

Carl Pei avait annoncé qu’il y aurait bien un OnePlus 6T cette année et cette coque de R17 si proche du OnePlus 6 laisse penser que le successeur de ce dernier pourrait partager certaines des caractéristiques citées plus haut.

Pour l’heure, le prochain smartphone du trublion chinois n’a pas encore fait parler de lui, mais les premiers détails au sujet du R17 permettent de répondre à une question : qu’est-ce qui justifierait un OnePlus 6T ?

À lire sur FrAndroid : Prise en main de l’Oppo Find X : l’effet « wahou » jusque dans son prix

GizChina

Catégories: Mobile

La Surface Go obtient la note de 1/10 pour sa (non-) réparabilité

Mon Windows Phone - lun, 06/08/2018 - 10:37

Alors que la Surface Go est disponible depuis quelques jours aux Etats-Unis, iFixit a déjà livré son verdict : la tablette « low cost » de Microsoft obtient la note de 1/10 concernant la réparabilité.

Les appareils de la gamme Surface, tout comme les appareils de la firme à la pomme d’ailleurs ont, jusqu’à présent toujours obtenu un mauvais score de réparabilité. Cette Surface Go ne change pas la donne puisqu’iFixit lui a décerné la note de 1/10. La réparer soi-même



Continuez la lecture de l'article La Surface Go obtient la note de 1/10 pour sa (non-) réparabilité
Catégories: Mobile

Fortnite sur Android : pas de Play Store, mais une disponibilité sur le Galaxy Apps de Samsung

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 10:30

Nous avons appris de source officielle que Fortnite sur Android ne serait pas disponible sur le Play Store, mais l’APK du jeu analysé par XDA Dev révèle qu’il n’est pas si allergique aux magasins d’applications : le Galaxy Apps de Samsung l’offrirait au téléchargement.

Fortnite est l’un des jeux les plus tendance du moment. Si PUBG a lancé le virus du mode Battle Royale, le titre d’Epic Games a très certainement été celui l’ayant transféré à la plus grande quantité de gens.

L’invasion n’est pas terminée : sa sortie sur Android est imminente. L’éditeur a toutefois prévenu les joueurs avant l’arrivée du titre : Fortnite ne sera pas disponible sur le Play Store. Fin de l’histoire ? Pas vraiment.

Fortnite sortirait sur le Galaxy Apps de Samsung

En effet, la communauté XDA Developers, qui a réussi à récupérer l’APK officiel du jeu, continue d’en analyser le code. Et celle-ci a découvert quelques lignes laissant penser que le jeu serait disponible sur le magasin Galaxy Apps exclusif aux appareils Samsung.

Ce fait en lui-même ne serait pas étonnant, puisque le jeu devrait être disponible exclusivement sur les smartphones et tablettes Samsung dans un premier temps. Le Galaxy Note 9 serait le premier de tous, évidemment, ce qui lui offrirait une visibilité exemplaire.

Revenus à zéro

Mais pourquoi ? Epic Games a bien signalé que s’il refusait d’être sur le Play Store, c’est à cause des 30 % que s’octroie Google sur les achats in-app. Un lieu commun sur les magasins d’applications mobiles, à ceci près que Galaxy Apps a une politique un peu différente :

Any revenue generated and recovered by us (including through our designee, being a Samsung affiliate or a third party) arising from distribution of your Application using our Services (“Sales Proceeds”) shall be shared by Samsung and you at the rate of 30 per cent for Samsung and 70 per cent for you, and at the rate of 20 percent for Samsung and 80 percent for you if you are a Galaxy Apps Partner (“Revenue Share Ratio”). An alternative revenue share rate may be established upon mutual written agreement during the certification process for an Application.

Samsung pratique la même chose, à savoir qu’il se réserve 30 % des revenus générés. Il baisse toutefois ce taux à 20 % dès lors que l’on est un « Galaxy Apps Partner ». Le plus intéressant dans tout ça est finalement la dernière ligne : « un ratio de partage différent peut être établi sur un accord mutuel durant la certification d’une application ».

Tout pour l’effet d’annonce

Qu’on se le dise : Fortnite est massif et son expansion n’est pas près de s’arrêter. Il ne serait donc pas étonnant que, connaissant l’attrait du grand public, Samsung ait tout simplement fait une fleur à Epic Games et décidé de ne pas toucher de commission sur les revenus dans le but de profiter d’un effet d’annonce colossal pour son Galaxy Note 9.

Notons que la Samsung Galaxy Tab S4 serait également concernée par la sortie de Fortnite selon l’analyse de XDA Developers. Sachant que le Samsung Galaxy Note 9 serait vendu plus de 1000 euros et que le jeu attire de nombreux jeunes, la tablette pourrait être déjà un peu plus accessible pécuniairement pour les familles.

À lire sur FrAndroid : Samsung Galaxy Note 9 : tout ce que l’on sait sur le prochain fleuron sud-coréen

Retrouvez tous nos Top des jeux

XDA Developers

Catégories: Mobile

iPhone 9, iPhone XS, iPhone XS Plus : la nouvelle gamme d’iPhone se confirme et devient complexe

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 09:53

Une fuite venant d’une source indiquée comme sûre confirme les rumeurs concernant la prochaine gamme d’iPhone. Les noms de produits deviennent compliqués chez Apple.

iPhone 3G, iPhone 3GS; iPhone 4, iPhone 4S; iPhone 5, iPhone 5S; jusqu’à il y a quelque année, la gamme d’iPhone était très simple à suivre avec un seul nouveau modèle par an, qui apportait soit un changement de génération  et de design (les modèles incrémentant le chiffre), soit des changements plus discrets (les modèles « S »). Depuis, on a connu les modèles « Plus » avec le double appareil photo et le grand écran, le modèle « SE » qui reprend le design de l’iPhone 5 avec des composants plus récents, et l’iPhone X qui apportait beaucoup de changements tout en étant commercialisé à côté de l’iPhone 8 et de l’iPhone 8 Plus, bref il y avait de quoi se perdre.

X devient le nom principal, le numéro l’entrée de gamme

Apple ne semble visiblement pas prêt à simplifier les choses si l’on en croit une fuite venant d’une source dite sûre du site Les Numériques. D’après cette fuite, les rumeurs insistantes seraient justes et la marque aurait bien prévu de commercialiser trois nouveaux iPhone. Le premier, l’iPhone 9, serait le successeur tout trouvé de l’iPhone 8 (qui n’aurait donc pas le droit à un modèle « 8S »). Il utiliserait un écran LCD de 6,1 pouces bord à bord avec un design proche de l’iPhone X. Il serait compatible avec la recharge sans fil et n’aurait qu’un seul capteur photo au dos.

Crédit : Les Numériques

Cet iPhone 9 serait accompagné par deux modèles, l’iPhone XS et l’iPhone XS Plus. Comprenez qu’il s’agit ici de versions améliorées de l’iPhone X sorti en 2017, et qu’ils portent donc le sigle « S ». Il ne faut surtout pas s’imaginer qu’il s’agit de téléphones petit format, ce que pourrait sous-entendre le « XS »,  puisque l’iPhone XS Plus aurait un écran OLED de 6,5 pouces. L’iPhone XS, lui, serait très proche de l’iPhone X, avec un écran OLED de même diagonale 5,8 pouces. Les deux modèles auraient le droit à la recharge sans fil et à une double caméra, ce qui était déjà le cas de l’iPhone X.

Si ces informations se confirment, Apple n’aurait pas prévu de sortir un nouvel iPhone SE alors que ce téléphone fait l’objet de rumeurs depuis plusieurs mois. S’il s’agit d’une simple révision des caractéristiques, sans changement majeur, la marque pourrait très bien se contenter de mettre à jour sa boutique, sans en dire un mot lors de sa conférence de rentrée.

Ce n’est pas cette année qu’Apple abandonnerait l’idée de nommer ses différentes générations d’iPhone comme la marque le fait déjà pour ses MacBook ou ses iPad (que l’on différencie par l’année de sortie). Si ces noms se confirment, la question se posera en 2019, où on imagine que l’iPhone 9 n’aura pas de successeur, mais qu’il faudra en trouver un à l’iPhone XS. Les iPhone XI et XI Plus ?

Les Numériques

Catégories: Mobile

Pixel 3 : Google semble avoir dévoilé la date de lancement par erreur

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 09:20

En organisant une publicité pour ses futurs smartphones, Google a dévoilé par erreur la date de lancement des Pixel 3 et Pixel 3 XL.

Quand les Google Pixel 3 et Pixel 3 XL seront-ils dévoilés et lancés ? Voici une grande question que l’on se pose alors que diverses informations et quelques images commencent déjà à circuler sur les appareils. Une grande question ? Peut-être pas tant que cela finalement. La filiale d’Alphabet a pris l’habitude de présenter ses smartphones le 4 octobre et il semblerait que, pour cette génération, l’entreprise reste fidèle à cette tradition.

Brandon Lee, le YouTubeur qui anime This is Tech Today, a en effet posté une vidéo où il révèle avoir eu accès à une campagne publicitaire postée par Google sur Famebit indiquant explicitement que les Google Pixel 3 seront lancés le 4 octobre 2018.

Lien YouTube

Petite précision : Famebit est une plateforme de YouTube qui permet aux marques d’entrer en contact avec de célèbres créateurs de contenus — ceux que l’on appelle souvent des « influenceurs » — afin de créer des campagnes de publicité avec eux. Ici, la page révélée concerne une opération visant des YouTubeurs canadiens. Dans la description, il est clairement écrit : « Le Pixel 3 est lancé le 4 octobre 2018. Nous cherchons des créateurs canadiens UNIQUEMENT ».

Android Police a pu également trouver ladite page Famebit et confirme ainsi son existence. Le média a d’ailleurs réalisé quelques captures d’écran.

Captures d’écran d’Android Police

La source parait tout à fait crédible et on peut imaginer qu’un employé de Google au Canada a fait une erreur d’inattention en dévoilant ces informations trop tôt.

À lire sur FrAndroid : Les Google Pixel 3 pourraient se transformer en Google Home grâce à une station de recharge

Android Police

Catégories: Mobile

Pixel 3 : Google semble avoir dévoilé la date de lancement par erreur

FrAndroid - lun, 06/08/2018 - 09:20

En organisant une publicité pour ses futurs smartphones, Google a dévoilé par erreur la date de lancement des Pixel 3 et Pixel 3 XL.

Quand les Google Pixel 3 et Pixel 3 XL seront-ils dévoilés et lancés ? Voici une grande question que l’on se pose alors que diverses informations et quelques images commencent déjà à circuler sur les appareils. Une grande question ? Peut-être pas tant que cela finalement. La filiale d’Alphabet a pris l’habitude de présenter ses smartphones le 4 octobre et il semblerait que, pour cette génération, l’entreprise reste fidèle à cette tradition.

Brandon Lee, le YouTubeur qui anime This is Tech Today, a en effet posté une vidéo où il révèle avoir eu accès à une campagne publicitaire postée par Google sur Famebit indiquant explicitement que les Google Pixel 3 seront lancés le 4 octobre 2018.

Lien YouTube

Petite précision : Famebit est une plateforme de YouTube qui permet aux marques d’entrer en contact avec de célèbres créateurs de contenus — ceux que l’on appelle souvent des « influenceurs » — afin de créer des campagnes de publicité avec eux. Ici, la page révélée concerne une opération visant des YouTubeurs canadiens. Dans la description, il est clairement écrit : « Le Pixel 3 est lancé le 4 octobre 2018. Nous cherchons des créateurs canadiens UNIQUEMENT ».

Android Police a pu également trouver ladite page Famebit et confirme ainsi son existence. Le média a d’ailleurs réalisé quelques captures d’écran.

Captures d’écran d’Android Police

La source parait tout à fait crédible et on peut imaginer qu’un employé de Google au Canada a fait une erreur d’inattention en dévoilant ces informations trop tôt.

À lire sur FrAndroid : Les Google Pixel 3 pourraient se transformer en Google Home grâce à une station de recharge

Android Police

Catégories: Mobile

Recycler un Kindle pour en faire une horloge littéraire

Korben - lun, 06/08/2018 - 08:16

Si vous avez un peu de temps et un vieux Kindle à recycler, voici une bonne idée imaginée par le journaliste Jaap Meijers.

Il a jailbreaké une liseuse Kindle, et a compilé une liste de 1 440 citations littéraires (pour couvrir les 1 440 minutes dans une journée de 24h) dans lesquelles il a intégré l’heure. Puis il a développé un petit script qui balance une citation par minute.

Et voici ce que ça donne :

Plutôt cool non ? Dans son tuto, en plus du code et des fichiers CSV contenant les citations, il explique aussi comment il a réalisé un support en béton pour y loger le Kindle à l’année.

Bref, un bon petit projet pour donner un second souffle à un vieux Kindle, que vous pouvez découvrir ici.

Xiaomi Mi MIX2S

100 € offert avec le code 6BGMIX2S

Appareil photo IA ultra-sensible à la lumière

Le Mi MIX 2S offre une qualité photographique exceptionnelle grâce à son appareil photo arrière à double capteur.
Cet appareil photo double capteur dispose de pixels massifs de 1,4 μm et d’un autofocus à double pixel,
améliorant la clarté et la qualité de la photo tout en améliorant considérablement la vitesse de mise au point,
en particulier dans des conditions de faible luminosité.

CPU avec une vitesse d’horloge maximale de 2,8 GHz et 30% plus rapide que la génération précédente.

Recharge sans fil

Voir la promo

Catégories: Hardware

Notepadqq – Un clone natif de Notepad++ pour Linux

Korben - lun, 06/08/2018 - 07:48

Tout développeur qui se respecte connait Notepad++ qui permet d’écrire du texte et du code et d’avoir tout un tas d’options et de plugins très pratiques pour coder peinard.

Mais Notepad++ a un défaut : Il fonctionne uniquement sous Windows.

Les codeurs Linuxiens qui y sont attachés le font tourner avec Wine mais bon, c’est moins cool.

C’est pourquoi d’autres développeurs ont créé Notepadqq. Il s’agit d’un projet libre qui se présente comme un clone (en devenir) de Notepad++ mais uniquement pour Linux.

Même si on est encore loin des fonctionnalités et des plugins de Notepad++, Notepadqq permet tout de même de faire quelques trucs cool comme de l’édition multiple, de la duplication de code, de la transposition de lignes, de la mise en forme syntaxique, de l’indentation automatique…etc

Pour installer Notepadqq sous linux, utilisez Snap ou rendez-vous ici :

sudo snap install --classic notepadqq

Pour toute information complémentaire, rendez-vous sur le site de Notepadqq.

Xiaomi Mi MIX2S

100 € offert avec le code 6BGMIX2S

Appareil photo IA ultra-sensible à la lumière

Le Mi MIX 2S offre une qualité photographique exceptionnelle grâce à son appareil photo arrière à double capteur.
Cet appareil photo double capteur dispose de pixels massifs de 1,4 μm et d’un autofocus à double pixel,
améliorant la clarté et la qualité de la photo tout en améliorant considérablement la vitesse de mise au point,
en particulier dans des conditions de faible luminosité.

CPU avec une vitesse d’horloge maximale de 2,8 GHz et 30% plus rapide que la génération précédente.

Recharge sans fil

Voir la promo

Catégories: Hardware

Mettre en place un backup de Github

Korben - lun, 06/08/2018 - 07:27

C’est cool de faire confiance à des sites pour conserver nos données, mais il peut arriver à un moment que celles-ci disparaissent. Soit parce que vous ne respectez plus les CGU du site, soit parce que le site a subi une panne vraiment importante et que leur processus de sauvegarde a été négligé, soit parce que vous avez vous-même supprimé vos données par erreur tel un gros boulet (ça arrive souvent aussi, même aux meilleurs).

Si on prend Github, il peut être intéressant de faire un backup régulier de tout ce que vous y stockez et des repos auxquels vous avez accès. Vous n’en aurez surement jamais besoin, mais c’est le principe même de la sauvegarde : Prévoir le « au cas où… ».

Pour sauvegarder vos données Github régulièrement, il existe le script python github-backup qui nécessite la création d’un token et qui ensuite s’installe comme ceci :

pip install github-backup

Puis pour lancer la sauvegarde, voici la commande (vous pouvez aussi la placer dans une crontab pour déclencher un backup programmé)

github-backup USERNAME -t VOTRE_TOKEN -o /chemin/stockage/backup --all

Ça c’est la commande de base, mais il y a des tas de paramètres pour faire de l’incrémental ou inclure dans votre backup uniquement les dépôts mis en favoris (starred), ceux que vous surveillez (watched), les pull requests, les issues…etc. Bref, il y a de quoi faire. Et avec le paramètre –all, tout est sauvegardé donc vous êtes peinard.

Toutes les infos sont ici.

Xiaomi Mi MIX2S

100 € offert avec le code 6BGMIX2S

Appareil photo IA ultra-sensible à la lumière

Le Mi MIX 2S offre une qualité photographique exceptionnelle grâce à son appareil photo arrière à double capteur.
Cet appareil photo double capteur dispose de pixels massifs de 1,4 μm et d’un autofocus à double pixel,
améliorant la clarté et la qualité de la photo tout en améliorant considérablement la vitesse de mise au point,
en particulier dans des conditions de faible luminosité.

CPU avec une vitesse d’horloge maximale de 2,8 GHz et 30% plus rapide que la génération précédente.

Recharge sans fil

Voir la promo

Catégories: Hardware

Test du Samsung Galaxy J6 : l’autonomie ne fait pas tout

FrAndroid - dim, 05/08/2018 - 18:00

Samsung lance sur l’entrée de gamme le Galaxy J6 (2018). Mais est-ce vraiment une proposition intéressant sur un segment de prix toujours plus concurrentiel ?

Fiche technique Modèle Samsung Galaxy J6 Version de l'OS Android 8.0 Interface Samsung Experience Taille d'écran 5,6 pouces Définition 1480 x 720 pixels Densité de pixels 293 ppp SoC Exynos 7870 à 1,6GHz Processeur (CPU) ARMv8 Puce Graphique (GPU) Mali T830 MP2 Mémoire vive (RAM) 3 Go Mémoire interne (flash) 32 Go MicroSD Oui Appareil photo (dorsal) 13 Mégapixels Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels Enregistrement vidéo 1080p Wi-Fi Oui Bluetooth 4.2 + LE + EDR Réseaux LTE, HSPA, GSM Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7) SIM 2x nano SIM NFC Oui Ports (entrées/sorties) microUSB Batterie 3000 mAh Dimensions 149,3 x 70,2 x 8,2 mm Poids 154 grammes Couleurs Bleu, Noir, Or Prix 151€ Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design

En termes de design, le Galaxy J6 suit les grandes lignes des modèles d’entrée de gamme de Samsung que l’on connaît déjà, avec un passage au ratio 18,5:9 du même temps bien sûr. Sans vouloir vous faire voyager dans le temps, la structure de son dos et sa coque en plastique font qu’on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi il n’est pas possible de retirer la batterie sur ce modèle.

En dehors de cette observation, nous avons tout de même le droit à un téléphone bien construit malgré ses modestes matériaux. La face avant sait par exemple ne pas abuser des bordures et reste relativement bien optimisée sur le ratio corps/écran, bien que les bordures latérales auraient gagné à être un peu plus maigres encore.

Au dos, les éléments sont placés à la manière du haut de gamme Samsung, à savoir le capteur photo centré sur le haut de l’appareil avec le flash déporté sur la droite et le petit scanner d’empreintes très fin et longiligne placé en dessous de celui-ci. Comme pour le haut de gamme, l’index vient souvent effleurer (et donc salir) le capteur photo, ce qui est un brin ironique, mais on s’y habituera vite.

Le côté droit accueille le bouton de verrouillage et une fente servant de haut-parleur. À gauche, on retrouve les boutons de volume ainsi que deux trappes : la SIM 1 et une seconde accueillant la SIM 2 et la carte micro SD. En bas du téléphone ne se logent que le port de charge en micro USB et la prise jack à sa droite.

Aussi arrondi que ses frères, le Galaxy J6 ne dénote pas dans la gamme de Samsung et est agréable à l’œil. Il paraît cependant un peu léger et frêle, sa coque en plastique ne donnant pas une impression de solidité rassurante. Au moins, nous n’avons pas la moindre peur de le faire tomber.

Écran

Samsung continue de faire profiter de son savoir-faire en matière de dalles OLED à toutes ses gammes, Galaxy J compris. Le Galaxy J6 s’équipe d’une dalle Super AMOLED de 5,6 pouces au ratio 18,5 : 9. Tristement, celle-ci ne supporte qu’une définition maximale HD+ en 720p, alors que tout le monde est enfin passé au 1080p sur ces tarifs. C’est fort dommage.

Celle-ci n’est pas mauvaise pour autant. À l’œil, on remarque à quel point les couleurs sont vibrantes et très marquées. Peut-être même un peu trop : le réglage initial est très surcontrasté, ce qui a toujours été une tendance chez Samsung. De fait, les rouges particulièrement sont un peu trop agressifs et manquent de sobriété, ce que l’on peut rattraper dans les réglages très complets de l’interface Samsung Experience. On vous conseillera plutôt le mode Cinema.

La dalle est qui plus est très lumineuse et a de très bons angles de vision. On est bien en présence d’une dalle Samsung, il n’y a pas photo sur ce point.

Logiciel

Le Samsung Galaxy J6 profite d’Android 8.0 Oreo et de Samsung Experience en version 9.0. Il est également fourni avec le patch de sécurité de mai 2018, un brin en retard par rapport à ses concurrents donc.

L’expérience fournie ici par Samsung est exactement la même que ses autres téléphones, à savoir une interface retouchée pour correspondre aux lignes de design du constructeur coréen, mais qui reste assez proche d’Android stock… en expérience. Les retouches effectuées ont à voir avec certains raccourcis et certains réflexes, qui disparaissent de temps à autre notamment dans la gestion des notifications.

Pour le reste, il s’agit d’une interface efficace et relativement personnalisable, dont le principal défaut est un menu des paramètres un brin trop perturbant. Elle offre sur le Galaxy J6 une reconnaissance faciale rapide (mais peu sécurisée) en prime de la reconnaissance d’empreintes.

Les applications préinstallées ne sont pas nécessairement nombreuses si l’on ne compte pas les doublons de Samsung : on notera surtout la présence de la suite Microsoft.

Performances

Pour assurer une expérience fluide, le Galaxy J6 de 2018 s’équipe avec l’Exynos 7870, la même puce que le Galaxy A6 de la même année, couplé à 3 Go de RAM. Une configuration basique, mais efficace qui couplée à la définition HD+ sait suivre les besoins basiques des utilisateurs sans le moindre souci.

 Galaxy J6 (2018)Galaxy A6 (2018)Honor 7AHonor 7C SoCExynos 7870Exynos 7870Snapdragon 430Snapdragon 450 AnTuTu 762 544 points63 105 points59 192 points71 888 points

Sur Arena of Valor, le Galaxy J6 2018 est capable d’offrir une bonne expérience stable… pour peu que vous vous contentiez des graphismes au minimum et du 30 FPS.

Mieux vaudra ne pas dépasser ces configurations pour garder une expérience correcte et se concentrer principalement sur des jeux 2D qui ne poseront aucun souci à ce téléphone. Vous l’avez compris : les joueurs mobiles devraient s’abstenir de craquer pour ce modèle.

Appareil photo Capteur photo arrière

Sur le terrain de la photographie, le Galaxy J6 de 2018 s’équipe d’un seul capteur de 13 mégapixels à l’arrière à objectif ouvrant en f/1.9. Celui-ci ne dispose pas vraiment de caractéristiques particulières.

Sous le soleil (exactement) brûlant de l’été, ce capteur arrive tout de même à fournir de très belles images dans les bonnes conditions. Attention toutefois : lorsque la dynamique de l’image est forte, on remarque que l’image s’en retrouve souvent brûlée ou les couleurs deviennent trop ternes. Le point blanc peine souvent à être trouvé, faisant que le résultat est bien souvent aléatoire.

En intérieur, le même constat se fait sur les couleurs. L’image est souvent soit trop chaude, soit trop froide, mais rarement exacte. De plus, le bruit logiciel commence à se faire présent et nuit au piqué du cliché. Si les images restent partageables, leur aspect n’est pas particulièrement agréable.

De nuit, comme il est commun sur les appareils de cette gamme, il ne faut pas s’attendre à des miracles : la scène n’est pas reconnue, les couleurs sont ternes ou bien trop chaudes, et le bruit est omniprésent.

Capteur photo avant

Pour s’occuper de vos selfies, c’est un simple capteur de 8 mégapixels à objectif ouvrant en f/1.9 qui prend le relais. À noter que malgré l’absence d’un second capteur, un mode portrait logiciel est disponible à l’avant.

Là encore, pas de miracle : les photos en extérieur sont plutôt bonnes, mais l’image peut vite être brûlée par ce soleil cuisant. Le capteur s’en tire tout de même un peu mieux qu’à l’arrière. En intérieur, les couleurs sont bien souvent trop chaudes par rapport au réel. De nuit, le bruit est omniprésent et la netteté aux abonnés absents.

Le mode portrait disponible à l’avant est intégralement logiciel, et cela se ressent : malgré la distance, il tente toujours de reconnaître un visage et d’appliquer son flou, faisant que la tête d’Omar sur ce cliché est à moitié nette, à moitié floue. La détection des contours du sujet dans un environnement plus simple reste perfectible, et mes soyeux cheveux restent compliqués à déterminer pour l’algorithme.

Autonomie

Le Samsung Galaxy J6 (2018) s’équipe d’une batterie de 3000 mAh. Sur le papier, ça ne paraît pas énorme pour sûr, mais la configuration allégée du téléphone et son écran Super AMOLED en définition HD contrebalance pour sûr ce fait.

Nos tests montrent en vérité que le téléphone est extrêmement endurant, pouvant même tenir deux jours d’utilisation relativement intensive (toute proportion gardée bien sûr) sans trop en baver. Sur notre test de lecture YouTube, il n’aura perdu que 4 % de batterie sur une heure de visionnage avec écran réglé à 200 cd/m² : c’est la meilleure performance que j’ai jamais pu observer sur ce test.

À l’utilisation, le constat reste le même. Qu’il s’agisse de jouer ou de naviguer sur le web, on peine à voir les pourcentages de batterie tomber. Je n’ai jamais eu la peur que le téléphone me laisse tomber dans un moment important, un sentiment plus que réjouissant.

La recharge est son gros point faible. Le Galaxy J6 ne dispose pas d’une technologie de recharge rapide et met environ 3 heures à se charger pleinement une fois à plat. C’est long, très long en 2018 et particulièrement sur cette tranche de prix toujours plus compétitive.

Galerie photo Prix et date de sortie

Le Samsung Galaxy J6 2018 est d’ores et déjà disponible en France. Il est trouvable en 3 coloris : noir, bleu et or. Son prix de vente conseillé est de 269 euros.

Comparatif de prix du Samsung Galaxy J6

Ebay Découvrir l'offre 156€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 151€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 198€ Amazon Découvrir l'offre 199€ Fnac Découvrir l'offre 242€
Catégories: Mobile

Test du Samsung Galaxy J6 : l’autonomie ne fait pas tout

FrAndroid - dim, 05/08/2018 - 18:00

Samsung lance sur l’entrée de gamme le Galaxy J6 (2018). Mais est-ce vraiment une proposition intéressant sur un segment de prix toujours plus concurrentiel ?

Fiche technique Modèle Samsung Galaxy J6 Version de l'OS Android 8.0 Interface Samsung Experience Taille d'écran 5,6 pouces Définition 1480 x 720 pixels Densité de pixels 293 ppp SoC Exynos 7870 à 1,6GHz Processeur (CPU) ARMv8 Puce Graphique (GPU) Mali T830 MP2 Mémoire vive (RAM) 3 Go Mémoire interne (flash) 32 Go MicroSD Oui Appareil photo (dorsal) 13 Mégapixels Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels Enregistrement vidéo 1080p Wi-Fi Oui Bluetooth 4.2 + LE + EDR Réseaux LTE, HSPA, GSM Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7) SIM 2x nano SIM NFC Oui Ports (entrées/sorties) microUSB Batterie 3000 mAh Dimensions 149,3 x 70,2 x 8,2 mm Poids 154 grammes Couleurs Bleu, Noir, Or Prix 151€ Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design

En termes de design, le Galaxy J6 suit les grandes lignes des modèles d’entrée de gamme de Samsung que l’on connaît déjà, avec un passage au ratio 18,5:9 du même temps bien sûr. Sans vouloir vous faire voyager dans le temps, la structure de son dos et sa coque en plastique font qu’on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi il n’est pas possible de retirer la batterie sur ce modèle.

En dehors de cette observation, nous avons tout de même le droit à un téléphone bien construit malgré ses modestes matériaux. La face avant sait par exemple ne pas abuser des bordures et reste relativement bien optimisée sur le ratio corps/écran, bien que les bordures latérales auraient gagné à être un peu plus maigres encore.

Au dos, les éléments sont placés à la manière du haut de gamme Samsung, à savoir le capteur photo centré sur le haut de l’appareil avec le flash déporté sur la droite et le petit scanner d’empreintes très fin et longiligne placé en dessous de celui-ci. Comme pour le haut de gamme, l’index vient souvent effleurer (et donc salir) le capteur photo, ce qui est un brin ironique, mais on s’y habituera vite.

Le côté droit accueille le bouton de verrouillage et une fente servant de haut-parleur. À gauche, on retrouve les boutons de volume ainsi que deux trappes : la SIM 1 et une seconde accueillant la SIM 2 et la carte micro SD. En bas du téléphone ne se logent que le port de charge en micro USB et la prise jack à sa droite.

Aussi arrondi que ses frères, le Galaxy J6 ne dénote pas dans la gamme de Samsung et est agréable à l’œil. Il paraît cependant un peu léger et frêle, sa coque en plastique ne donnant pas une impression de solidité rassurante. Au moins, nous n’avons pas la moindre peur de le faire tomber.

Écran

Samsung continue de faire profiter de son savoir-faire en matière de dalles OLED à toutes ses gammes, Galaxy J compris. Le Galaxy J6 s’équipe d’une dalle Super AMOLED de 5,6 pouces au ratio 18,5 : 9. Tristement, celle-ci ne supporte qu’une définition maximale HD+ en 720p, alors que tout le monde est enfin passé au 1080p sur ces tarifs. C’est fort dommage.

Celle-ci n’est pas mauvaise pour autant. À l’œil, on remarque à quel point les couleurs sont vibrantes et très marquées. Peut-être même un peu trop : le réglage initial est très surcontrasté, ce qui a toujours été une tendance chez Samsung. De fait, les rouges particulièrement sont un peu trop agressifs et manquent de sobriété, ce que l’on peut rattraper dans les réglages très complets de l’interface Samsung Experience. On vous conseillera plutôt le mode Cinema.

La dalle est qui plus est très lumineuse et a de très bons angles de vision. On est bien en présence d’une dalle Samsung, il n’y a pas photo sur ce point.

Logiciel

Le Samsung Galaxy J6 profite d’Android 8.0 Oreo et de Samsung Experience en version 9.0. Il est également fourni avec le patch de sécurité de mai 2018, un brin en retard par rapport à ses concurrents donc.

L’expérience fournie ici par Samsung est exactement la même que ses autres téléphones, à savoir une interface retouchée pour correspondre aux lignes de design du constructeur coréen, mais qui reste assez proche d’Android stock… en expérience. Les retouches effectuées ont à voir avec certains raccourcis et certains réflexes, qui disparaissent de temps à autre notamment dans la gestion des notifications.

Pour le reste, il s’agit d’une interface efficace et relativement personnalisable, dont le principal défaut est un menu des paramètres un brin trop perturbant. Elle offre sur le Galaxy J6 une reconnaissance faciale rapide (mais peu sécurisée) en prime de la reconnaissance d’empreintes.

Les applications préinstallées ne sont pas nécessairement nombreuses si l’on ne compte pas les doublons de Samsung : on notera surtout la présence de la suite Microsoft.

Performances

Pour assurer une expérience fluide, le Galaxy J6 de 2018 s’équipe avec l’Exynos 7870, la même puce que le Galaxy A6 de la même année, couplé à 3 Go de RAM. Une configuration basique, mais efficace qui couplée à la définition HD+ sait suivre les besoins basiques des utilisateurs sans le moindre souci.

 Galaxy J6 (2018)Galaxy A6 (2018)Honor 7AHonor 7C SoCExynos 7870Exynos 7870Snapdragon 430Snapdragon 450 AnTuTu 762 544 points63 105 points59 192 points71 888 points

Sur Arena of Valor, le Galaxy J6 2018 est capable d’offrir une bonne expérience stable… pour peu que vous vous contentiez des graphismes au minimum et du 30 FPS.

Mieux vaudra ne pas dépasser ces configurations pour garder une expérience correcte et se concentrer principalement sur des jeux 2D qui ne poseront aucun souci à ce téléphone. Vous l’avez compris : les joueurs mobiles devraient s’abstenir de craquer pour ce modèle.

Appareil photo Capteur photo arrière

Sur le terrain de la photographie, le Galaxy J6 de 2018 s’équipe d’un seul capteur de 13 mégapixels à l’arrière à objectif ouvrant en f/1.9. Celui-ci ne dispose pas vraiment de caractéristiques particulières.

Sous le soleil (exactement) brûlant de l’été, ce capteur arrive tout de même à fournir de très belles images dans les bonnes conditions. Attention toutefois : lorsque la dynamique de l’image est forte, on remarque que l’image s’en retrouve souvent brûlée ou les couleurs deviennent trop ternes. Le point blanc peine souvent à être trouvé, faisant que le résultat est bien souvent aléatoire.

En intérieur, le même constat se fait sur les couleurs. L’image est souvent soit trop chaude, soit trop froide, mais rarement exacte. De plus, le bruit logiciel commence à se faire présent et nuit au piqué du cliché. Si les images restent partageables, leur aspect n’est pas particulièrement agréable.

De nuit, comme il est commun sur les appareils de cette gamme, il ne faut pas s’attendre à des miracles : la scène n’est pas reconnue, les couleurs sont ternes ou bien trop chaudes, et le bruit est omniprésent.

Capteur photo avant

Pour s’occuper de vos selfies, c’est un simple capteur de 8 mégapixels à objectif ouvrant en f/1.9 qui prend le relais. À noter que malgré l’absence d’un second capteur, un mode portrait logiciel est disponible à l’avant.

Là encore, pas de miracle : les photos en extérieur sont plutôt bonnes, mais l’image peut vite être brûlée par ce soleil cuisant. Le capteur s’en tire tout de même un peu mieux qu’à l’arrière. En intérieur, les couleurs sont bien souvent trop chaudes par rapport au réel. De nuit, le bruit est omniprésent et la netteté aux abonnés absents.

Le mode portrait disponible à l’avant est intégralement logiciel, et cela se ressent : malgré la distance, il tente toujours de reconnaître un visage et d’appliquer son flou, faisant que la tête d’Omar sur ce cliché est à moitié nette, à moitié floue. La détection des contours du sujet dans un environnement plus simple reste perfectible, et mes soyeux cheveux restent compliqués à déterminer pour l’algorithme.

Autonomie

Le Samsung Galaxy J6 (2018) s’équipe d’une batterie de 3000 mAh. Sur le papier, ça ne paraît pas énorme pour sûr, mais la configuration allégée du téléphone et son écran Super AMOLED en définition HD contrebalance pour sûr ce fait.

Nos tests montrent en vérité que le téléphone est extrêmement endurant, pouvant même tenir deux jours d’utilisation relativement intensive (toute proportion gardée bien sûr) sans trop en baver. Sur notre test de lecture YouTube, il n’aura perdu que 4 % de batterie sur une heure de visionnage avec écran réglé à 200 cd/m² : c’est la meilleure performance que j’ai jamais pu observer sur ce test.

À l’utilisation, le constat reste le même. Qu’il s’agisse de jouer ou de naviguer sur le web, on peine à voir les pourcentages de batterie tomber. Je n’ai jamais eu la peur que le téléphone me laisse tomber dans un moment important, un sentiment plus que réjouissant.

La recharge est son gros point faible. Le Galaxy J6 ne dispose pas d’une technologie de recharge rapide et met environ 3 heures à se charger pleinement une fois à plat. C’est long, très long en 2018 et particulièrement sur cette tranche de prix toujours plus compétitive.

Galerie photo Prix et date de sortie

Le Samsung Galaxy J6 2018 est d’ores et déjà disponible en France. Il est trouvable en 3 coloris : noir, bleu et or. Son prix de vente conseillé est de 269 euros.

Comparatif de prix du Samsung Galaxy J6

Ebay Découvrir l'offre 156€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 151€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 198€ Amazon Découvrir l'offre 199€ Fnac Découvrir l'offre 242€
Catégories: Mobile

Samsung Gear VR : la liste des smartphones compatibles

FrAndroid - dim, 05/08/2018 - 16:00

Officiellement sortie le 15 novembre 2015, la version commerciale du casque de réalité virtuelle Samsung Gear VR n’a cessé d’étoffer sa liste de smartphones compatibles au fil des années. Quels sont-ils ? FrAndroid fait le point.

On ne compte plus les casques de réalité virtuelle vendus sur internet ou dans les grandes surfaces. Qu’ils soient autonomes, uniquement compatibles avec des ordinateurs VR Ready ou dépendants des téléphones mobiles, les dispositifs immersifs cherchent à quadriller le marché et assouvir les envies de chacun. Parmi eux, un pionnier en la matière : le Samsung Gear VR, construit par le célèbre chaebol coréen en collaboration avec Oculus, rachetée deux milliards de dollars par Facebook en 2014.

Samsung Gear VR : toujours plus de téléphones compatibles

Le Samsung Gear VR s’est rapidement imposé comme l’un des modèles incontournables du marché, en partie grâce à son prix abordable, mais surtout par sa capacité à fonctionner avec un unique et simple appareil mobile Samsung. La multinationale asiatique a également multiplié les coups marketing en commercialisant par exemple son casque aux côtés du Galaxy S7. Un bundle qui avait fait son effet. Et pour toucher un plus large public, le groupe n’a pas hésité à élargir le parc des téléphones compatibles. Ci-dessous, la liste exhaustive :

Attention, certains appareils comme le Galaxy Note 8 disposent d’une connectivité USB Type-C, contre une majorité de Micro USB. Sachez qu’un embout spécial USB Type-C ou Micro USB, fourni par Samsung, se clipse et se déclipse directement sur le casque. Pensez à vérifier préalablement quelle connectivité est installée, ce pour éviter de forcer si l’embout et votre téléphone ne sont pas compatibles. Cela pourrait les abîmer.

Catégories: Mobile

Quel smartphone Sony Xperia choisir en 2018 ? Notre sélection

FrAndroid - dim, 05/08/2018 - 15:00

Sony propose des smartphones qui tranchent avec la concurrence et ne suit pas le même rythme que le reste de l’industrie. Ces différences peuvent rendre très confus le catalogue du constructeur japonais et ce dossier propose de l’analyser pour y voir un peu plus clair.

Nous vous proposons désormais des guides marque par marque afin d’y voir plus clair dans la forêt que représentent certains catalogues de constructeurs. Nous parlerons dans ce dossier de Sony qui produit beaucoup de smartphones différents dont les dénominations peuvent facilement prêter à confusion. Sony Xperia M, L, X, XA, Z ou encore XZ, vous saurez quels produits du fabricant japonais sont conseillés ou à éviter.

Beaucoup d’anciens Sony Xperia restent au catalogue

Avant de nous concentrer vraiment sur la gamme de smartphones commercialisés par Sony en 2018, précisons que Sony ne semble pas pressé de stopper la commercialisation de ses anciens terminaux. Là où chez Samsung on a parfois du mal à trouver de vieux Galaxy encore en vente dans le circuit officiel (hors occasion et marketplace), chez Sony on trouve encore des smartphones de 2016 !

Le maintien de ces téléphones à la vente complexifie d’autant la lisibilité du catalogue.

Xperia XA : le milieu de gamme à moins de 400 euros

Commençons par l’entrée de gamme de Sony qui compte déjà plusieurs familles de smartphones. La gamme L de Sony ne permet pas de profiter d’une expérience fluide que l’on peut retrouver sur d’autres produits sur cette gamme de prix, c’est pour cela que nous vous conseillons de vous tourner vers d’autres solutions.

Le Xperia XA2, à moins de 350 euros, représente le milieu de gamme de Sony. Il se démarque notamment avec le design typique des smartphones Sony, tout en proposant une expérience fluide et globalement bien réussie. Ses points forts sont son autonomie qui se situe dans la moyenne haute des smartphones que nous avons testés, un bon appareil photo et un écran bien calibré.

Sony Xperia XA2 Fiche produit Disponible sur Rakuten-PriceMinister à 252€ Voir le test 7/10

Comparatif de prix du Sony Xperia XA2

Ebay Découvrir l'offre 248€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 252€ Amazon Découvrir l'offre 280€ Cdiscount Découvrir l'offre 280€ Fnac Découvrir l'offre 298€

Le Xperia XA2 Ultra est l’évolution du XA1 Ultra sorti en 2017 et aussi une version plus grande et costaude du XA2. Il propose en effet un format phablette avec un écran de 6 pouces. C’est un bon téléphone, qui est capable de faire de jolies photos quand les conditions sont optimales, avec un service multimédia bien pensé et un écran de bonne qualité. L’appareil est vendu au prix conseillé de 399 euros et conviendra notamment aux fans de la marque pour son design si particulier.

Sony Xperia XA2 Ultra Fiche produit Disponible sur Amazon à 379€ Voir le test 7/10

Comparatif de prix du Sony Xperia XA2 Ultra

Amazon Découvrir l'offre 379€ Ebay Découvrir l'offre 329€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 345€ Rue du Commerce Découvrir l'offre 379€ Cdiscount Découvrir l'offre 389€

Un haut de gamme complexe

Le catalogue de Sony se complexifie sur le haut de gamme, la faute à un renouvellement effréné de plusieurs modèles tous les 6 mois, alors que les anciennes générations restent au catalogue. Ici, nous ne parlerons que du Sony Xperia XZ2 disponible depuis avril 2018 sur le marché, reprenant le flambeau du haut de gamme de Sony.

Le Sony Xperia XZ2 embarque un écran de 5,7 pouces avec une définition Full HD+ et un ratio 18:9, un SoC Snapdragon 845 épaulé par 4 Go de mémoire vive dont on loue les performances, 64 Go de stockage, un capteur dorsal de 19 mégapixels qui lui permet de filmer en 4K HDR (une première sur le marché), un capteur frontal de 5 mégapixels et une batterie de 3180 mAh. Petit bonus, le smartphone est étanche (certifié IP68) et est compatible avec la recharge sans fil Qi. Pour en savoir plus sur le dernier flagship de Sony, n’hésitez pas à consulter notre test où il a obtenu la note de 7/10.

Sony Xperia XZ2 Fiche produit Forum Disponible sur Rakuten-PriceMinister à 449€ Voir le test 7/10

Comparatif de prix du Sony Xperia XZ2

Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 449€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 498€ Ebay Découvrir l'offre 508€ TopAchat.com Découvrir l'offre 559€ Amazon Découvrir l'offre 569€

 

La série Compact : haut de gamme à petite taille

Il est un marché où Sony est jusqu’à présent seul avec Apple : il s’agit de celui des smartphones haut de gamme à petite taille, c’est à dire avec une diagonale d’écran inférieure à 5 pouces. Tous les autres fabricants l’ont abandonné depuis plusieurs années.

Sony est seul avec Apple sur le marché du smartphone haut de gamme à petite diagonale

Bien que l’on puisse toujours trouver le Xperia XZ1 Compact, le modèle actuel est le Xperia XZ2 Compact.

Il intègre un Snapdragon 845, un écran de 5 pouces 18:9 avec une définition de 2160 x 1080 pixels, 64 Go de stockage, 4 Go de RAM et le même appareil photo que le Xperia XZ2. Sa batterie de 2870 mAh et les optimisations logicielles basées sur Android 8.0 Oreo lui permettent de tenir deux jours, voire plus, d’après notre test. Sa petite taille fait qu’il est vendu moins cher que le Xperia XZ2, bien que ses composants soient les mêmes. Il ne lui manque que les vibrations dynamiques. On le trouve autour des 600 euros.

Sony Xperia XZ2 Compact Fiche produit Forum Disponible sur Cdiscount à 458€ Voir le test 8/10

Comparatif de prix du Sony Xperia XZ2 Compact

Cdiscount Découvrir l'offre 458€ Rakuten-PriceMinister Découvrir l'offre 440€ eGlobal Central France Découvrir l'offre 465€ Ebay Découvrir l'offre 473€ Amazon Découvrir l'offre 549€

Pour quelqu’un cherchant un petit smartphone sous Android, mais tout de même assez puissant, la gamme Xperia Compact est incontournable. Ce modèle est sans aucun doute le meilleur atout de Sony sur le marché des smartphones.

Tous les Guide par marque

Catégories: Mobile

Pages

S'abonner à Sleepy SME agrégateur