FrAndroid

S'abonner à flux FrAndroid FrAndroid
Tout ce qu'il faut savoir sur Android, et pas seulement
Mis à jour : il y a 1 heure 7 min

Découvrez en vidéo la réaction des passants après la découverte du OPPO R15 Pro

ven, 17/08/2018 - 19:00

OPPO vous connaissez ? En tant que lecteurs de FrAndroid, c’est probablement le cas. Mais sachez que cette marque reste inconnue pour de nombreuses personnes. Nous l’avons donc fait découvrir à des passants : découvrez le résultat en vidéo.

Fraîchement débarquée en France, OPPO compte bien s’implanter durablement en France. La marque chinoise OPPO était classée au 4e rang mondial des marques de smartphones en 2017 selon IDC. Ainsi, c’est avec trois produits qu’OPPO fait ses débuts en France : le OPPO A3, le OPPO R15 Pro et le fameux OPPO Find X.

Dans cette vidéo, nous nous sommes concentrés sur ce deuxième produit, le OPPO R15 Pro. Nous sommes partis à la rencontre de passants dans la rue, choisis au hasard, afin de leur présenter ce téléphone. Dans un premier temps, c’est une prise en main à l’aveugle du téléphone, avec le logo de la marque caché. Vient ensuite le moment de la découverte : « Connaissez-vous OPPO ? » Comme vous vous en doutez, la réponse est non, mais cela n’empêche pas nos interviewés d’être intéressés par ce téléphone.

Le OPPO R15 Pro en chiffres

Pour rappel, ce OPPO R15 Pro est un smartphone équipé d’un écran AMOLED de 6,28 pouces, recouvrant 89 % de la face avant de l’appareil. Il est propulsé par un Snapdragon 660, épaulé par 6 Go de RAM, ainsi qu’une mémoire interne de 128 Go extensible avec une carte microSD. À noter qu’il est aussi compatible avec la norme Bluetooth 5.0 et livré avec Android 8.1. Ce OPPO R15 Pro propose aussi une étanchéité certifiée IP67, le protégeant des poussières et d’une immersion jusqu’à 1 mètre de profondeur.

Côté photos, c’est un double capteur de 16 et 20 mégapixels qui équipe cet appareil, offrant des clichés de bonne facture. Pour faire tourner le tout, le OPPO R15 Pro est alimenté par une batterie de 3 430 mAh. Outre sa taille, cette batterie profite de la technologie de charge rapide VOOC de la marque, qui offre près de 70 % d’autonomie supplémentaire en 30 minutes seulement.

Ce OPPO R15 Pro est disponible au prix de 649 euros auprès de plusieurs commerçants français, comme la FNAC ou encore Darty.

Article sponsorisé par OPPO

Cet article a été réalisé en collaboration avec OPPO. Il s'agit d'un contenu crée par des rédacteurs indépendants au sein de l'entité Humanoid Content, l'équipe éditoriale de FrAndroid n'a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Catégories: Mobile

Découvrez en vidéo la réaction des passants après la découverte du OPPO R15 Pro

ven, 17/08/2018 - 19:00

OPPO vous connaissez ? En tant que lecteurs de FrAndroid, c’est probablement le cas. Mais sachez que cette marque reste inconnue pour de nombreuses personnes. Nous l’avons donc fait découvrir à des passants : découvrez le résultat en vidéo.

Fraîchement débarquée en France, OPPO compte bien s’implanter durablement en France. La marque chinoise OPPO était classée au 4e rang mondial des marques de smartphones en 2017 selon IDC. Ainsi, c’est avec trois produits qu’OPPO fait ses débuts en France : le OPPO A3, le OPPO R15 Pro et le fameux OPPO Find X.

Dans cette vidéo, nous nous sommes concentrés sur ce deuxième produit, le OPPO R15 Pro. Nous sommes partis à la rencontre de passants dans la rue, choisis au hasard, afin de leur présenter ce téléphone. Dans un premier temps, c’est une prise en main à l’aveugle du téléphone, avec le logo de la marque caché. Vient ensuite le moment de la découverte : « Connaissez-vous OPPO ? » Comme vous vous en doutez, la réponse est non, mais cela n’empêche pas nos interviewés d’être intéressés par ce téléphone.

Le OPPO R15 Pro en chiffres

Pour rappel, ce OPPO R15 Pro est un smartphone équipé d’un écran AMOLED de 6,28 pouces, recouvrant 89 % de la face avant de l’appareil. Il est propulsé par un Snapdragon 660, épaulé par 6 Go de RAM, ainsi qu’une mémoire interne de 128 Go extensible avec une carte microSD. À noter qu’il est aussi compatible avec la norme Bluetooth 5.0 et livré avec Android 8.1. Ce OPPO R15 Pro propose aussi une étanchéité certifiée IP67, le protégeant des poussières et d’une immersion jusqu’à 1 mètre de profondeur.

Côté photos, c’est un double capteur de 16 et 20 mégapixels qui équipe cet appareil, offrant des clichés de bonne facture. Pour faire tourner le tout, le OPPO R15 Pro est alimenté par une batterie de 3 430 mAh. Outre sa taille, cette batterie profite de la technologie de charge rapide VOOC de la marque, qui offre près de 70 % d’autonomie supplémentaire en 30 minutes seulement.

Ce OPPO R15 Pro est disponible au prix de 649 euros auprès de plusieurs commerçants français, comme la FNAC ou encore Darty.

Article sponsorisé par OPPO

Cet article a été réalisé en collaboration avec OPPO. Il s'agit d'un contenu crée par des rédacteurs indépendants au sein de l'entité Humanoid Content, l'équipe éditoriale de FrAndroid n'a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Catégories: Mobile

Découvrez en vidéo la réaction des passants après la découverte du OPPO R15 Pro

ven, 17/08/2018 - 19:00

OPPO vous connaissez ? En tant que lecteurs de FrAndroid, c’est probablement le cas. Mais sachez que cette marque reste inconnue pour de nombreuses personnes. Nous l’avons donc fait découvrir à des passants : découvrez le résultat en vidéo.

Fraîchement débarquée en France, OPPO compte bien s’implanter durablement en France. La marque chinoise OPPO était classée au 4e rang mondial des marques de smartphones en 2017 selon IDC. Ainsi, c’est avec trois produits qu’OPPO fait ses débuts en France : le OPPO A3, le OPPO R15 Pro et le fameux OPPO Find X.

Dans cette vidéo, nous nous sommes concentrés sur ce deuxième produit, le OPPO R15 Pro. Nous sommes partis à la rencontre de passants dans la rue, choisis au hasard, afin de leur présenter ce téléphone. Dans un premier temps, c’est une prise en main à l’aveugle du téléphone, avec le logo de la marque caché. Vient ensuite le moment de la découverte : « Connaissez-vous OPPO ? » Comme vous vous en doutez, la réponse est non, mais cela n’empêche pas nos interviewés d’être intéressés par ce téléphone.

Le OPPO R15 Pro en chiffres

Pour rappel, ce OPPO R15 Pro est un smartphone équipé d’un écran AMOLED de 6,28 pouces, recouvrant 89 % de la face avant de l’appareil. Il est propulsé par un Snapdragon 660, épaulé par 6 Go de RAM, ainsi qu’une mémoire interne de 128 Go extensible avec une carte microSD. À noter qu’il est aussi compatible avec la norme Bluetooth 5.0 et livré avec Android 8.1. Ce OPPO R15 Pro propose aussi une étanchéité certifiée IP67, le protégeant des poussières et d’une immersion jusqu’à 1 mètre de profondeur.

Côté photos, c’est un double capteur de 16 et 20 mégapixels qui équipe cet appareil, offrant des clichés de bonne facture. Pour faire tourner le tout, le OPPO R15 Pro est alimenté par une batterie de 3 430 mAh. Outre sa taille, cette batterie profite de la technologie de charge rapide VOOC de la marque, qui offre près de 70 % d’autonomie supplémentaire en 30 minutes seulement.

Ce OPPO R15 Pro est disponible au prix de 649 euros auprès de plusieurs commerçants français, comme la FNAC ou encore Darty.

Article sponsorisé par OPPO

Cet article a été réalisé en collaboration avec OPPO. Il s'agit d'un contenu crée par des rédacteurs indépendants au sein de l'entité Humanoid Content, l'équipe éditoriale de FrAndroid n'a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Catégories: Mobile

Découvrez en vidéo la réaction des passants après la découverte du OPPO R15 Pro

ven, 17/08/2018 - 19:00

OPPO vous connaissez ? En tant que lecteurs de FrAndroid, c’est probablement le cas. Mais sachez que cette marque reste inconnue pour de nombreuses personnes. Nous l’avons donc fait découvrir à des passants : découvrez le résultat en vidéo.

Fraîchement débarquée en France, OPPO compte bien s’implanter durablement en France. La marque chinoise OPPO était classée au 4e rang mondial des marques de smartphones en 2017 selon IDC. Ainsi, c’est avec trois produits qu’OPPO fait ses débuts en France : le OPPO A3, le OPPO R15 Pro et le fameux OPPO Find X.

Dans cette vidéo, nous nous sommes concentrés sur ce deuxième produit, le OPPO R15 Pro. Nous sommes partis à la rencontre de passants dans la rue, choisis au hasard, afin de leur présenter ce téléphone. Dans un premier temps, c’est une prise en main à l’aveugle du téléphone, avec le logo de la marque caché. Vient ensuite le moment de la découverte : « Connaissez-vous OPPO ? » Comme vous vous en doutez, la réponse est non, mais cela n’empêche pas nos interviewés d’être intéressés par ce téléphone.

Le OPPO R15 Pro en chiffres

Pour rappel, ce OPPO R15 Pro est un smartphone équipé d’un écran AMOLED de 6,28 pouces, recouvrant 89 % de la face avant de l’appareil. Il est propulsé par un Snapdragon 660, épaulé par 6 Go de RAM, ainsi qu’une mémoire interne de 128 Go extensible avec une carte microSD. À noter qu’il est aussi compatible avec la norme Bluetooth 5.0 et livré avec Android 8.1. Ce OPPO R15 Pro propose aussi une étanchéité certifiée IP67, le protégeant des poussières et d’une immersion jusqu’à 1 mètre de profondeur.

Côté photos, c’est un double capteur de 16 et 20 mégapixels qui équipe cet appareil, offrant des clichés de bonne facture. Pour faire tourner le tout, le OPPO R15 Pro est alimenté par une batterie de 3 430 mAh. Outre sa taille, cette batterie profite de la technologie de charge rapide VOOC de la marque, qui offre près de 70 % d’autonomie supplémentaire en 30 minutes seulement.

Ce OPPO R15 Pro est disponible au prix de 649 euros auprès de plusieurs commerçants français, comme la FNAC ou encore Darty.

Article sponsorisé par OPPO

Cet article a été réalisé en collaboration avec OPPO. Il s'agit d'un contenu crée par des rédacteurs indépendants au sein de l'entité Humanoid Content, l'équipe éditoriale de FrAndroid n'a pas participé à sa création. Nous nous imposons les mêmes critères pour vous proposer un contenu unique et de qualité.

Catégories: Mobile

Test de la Xiaomi Mi Electric Toothbrush, la brosse à dents électrique, sonique et (presque) connectée

ven, 17/08/2018 - 18:30

Après avoir sorti des modèles sous la marque Soocas, Xiaomi lance sa première brosse à dents électrique connectée sous son nom propre. Que vaut-elle ?

Xiaomi est particulièrement connu pour ses smartphones, mais le constructeur chinois possède une très large gamme de produits qui ne s’arrête pas à la communication. Son but semble davantage de s’inviter partout dans nos habitats avec des cuiseurs à riz, des balances, des lampes, des aspirateurs ou encore… des brosses à dents.

Pour cette dernière catégorie, la firme pékinoise reposait sur sa marque Soocas, une branche créée en 2015. Le constructeur semble néanmoins vouloir aujourd’hui regrouper tous ses produits sous sa bannière et lance une brosse à dents connectée maison, la Xiaomi Mi Electric Toothbrush.

Caractéristiques techniques
  • Type de brossage : vibrations soniques, 31 000 vibrations/min
  • Modes de brossage : 3
  • Étanchéité : IPX7
  • Batterie : Li-ion 700 mAh
  • Dimensions : 18,75 x 2,85 x 2,85 cm
  • Poids : 113 g
Une brosse discrète et bien pensée

Lorsqu’on la sort de l’emballage, la brosse à dents électrique Xiaomi ressemble à un simple cylindre blanc avec un pique métallique à son bout et un bouton sur son corps. Aucune fioriture, rien ne dépasse, les couleurs sont minimalistes… si Apple faisait une brosse à dents, elle ressemblerait certainement à cela (avec une pomme quelque part évidemment). Notons que trois petits cercles de couleur sont fournis avec la Mi Toothbrush BDE pour bien distinguer la vôtre lorsque vous en avez plusieurs dans votre foyer. À condition de ne pas être 4 (ni daltonien pour reconnaître le bleu turquoise du bleu ciel).

Le boitier est plutôt long, mais pas excessivement, et l’épaisseur est parfaite pour s’en saisir sans pour autant être trop importante comme c’est le cas avec certaines brosses. Pour améliorer la prise en main même lorsque la brosse est mouillée (avouons que les occasions sont nombreuses dans une salle de bain), des petits grips antidérapants sont situés à l’arrière du cylindre. La Mi Electric Toothbrush ne devrait donc logiquement pas vous glisser des mains pendant le brossage pour aller chatouiller vos amygdales ou nettoyer votre carrelage.

La tête se change le plus simplement du monde, sans appuyer sur le moindre bouton ni forcer. Déclipsez, clipsez et vous voilà avec une brosse toute neuve ! Malgré la simplicité de son mécanisme, la brosse est bien fixée et ne se décroche jamais par inadvertance. Rien à redire là dessus.

Enfin, notons la présence de quatre petites diodes, l’une pour indiquer le niveau de batterie et les trois autres pour chaque mode de brossage. Ces dernières sont finalement assez peu utiles puisque la brosse est généralement dans la bouche lorsqu’elle est allumée, ce qui rend difficile la vision des diodes, d’autant qu’elles sont difficiles à distinguer l’une de l’autre.

À l’utilisation : c’est bizarre, mais agréable

La Xiaomi Mi Electric Toothbrush est une brosse sonique, une technologie réputée plus efficace que la technologie oscille rotative. En bref, elle simule un mouvement manuel, mais à 31 000 vibrations par minute. Non seulement cela permet d’éliminer bien plus de plaques qu’avec un brossage manuel, mais ce type de BDE permet un brossage efficace même sur des zones difficiles d’accès comme les molaires du fond.

L’usage est simple : appliquez le dentifrice, appuyez sur le bouton et déplacez la brosse sur vos quenottes à 45° en essayant de passer partout. Vous pouvez à nouveau appuyer sur le bouton pour passer à la vitesse supérieure, et une troisième fois pour passer au brossage prédéfini par l’application. Nativement, le brossage est réglé sur 2 minutes (durée recommandée par les dentistes), mais il est possible de la faire passer à 2 min 30 s depuis l’application. Une rapide pause est marquée toutes les 30 secondes pour signaler à l’utiliser de changer de zone.

Si vous n’êtes pas habitués à une brosse à dents électrique sonique, le premier brossage peut paraître un peu étrange, avec une sensation qui peut même s’avérer désagréable pour certains. Dans mon cas, je m’y suis habitué dès le 2e ou 3e brossage, mais le temps d’adaptation peut aller jusqu’à 2 semaines.

Est-ce que j’ai les dents plus blanches après 10 jours d’utilisation ? Non, je ne crois pas. Est-ce j’ai la bouche plus propre ? Certainement.

Dans les très bons points, on peut noter que la brosse est relativement peu bruyante et qu’il est possible de l’allumer avec du dentifrice encore bien pâteux sans repeindre sa salle de bain. Dans les mauvais points, on notera toutefois qu’il est difficile de savoir sur quel programme on se trouve, et il m’est arrivé plusieurs fois d’appuyer sur le bouton en pensant éteindre la brosse tout en la ressortant de ma bouche. Malheureusement, je n’ai fait qu’accélérer le mouvement et redécorer mon T-shirt d’un beau motif moucheté blanc.

Une brosse à dents connectée, ou pas

Mais la Mi Electric Toothbrush n’est pas SEULEMENT une brosse à dents électrique, c’est également une brosse à dents connectée (d’où sa présence ici). Le but est de la personnaliser simplement depuis son smartphone et de récolter des données sur le brossage. Simplement ? Pas vraiment !

Après avoir déballé la brosse à dents, j’ai tout de suite tenté de la connecter à mon smartphone (un OnePlus 6, si ce détail peut avoir une quelconque importance). Après avoir téléchargé l’application sur le Google Play Store et tenté quelques manipulations, j’arrive finalement à voir la SMI-M1 dans les périphériques Bluetooth à portée. Je m’y connecte, ouvre Mi Home et… dois retrouver mon compte Xiaomi. Car oui, vous ne ferez rien sans cela.

Je retrouve donc mon compte, vois qu’il reconnait la brosse à dents à distance, clique dessus et… rien. Encore ? Toujours rien. Encore ? Ah, c’est bon ! Ne me demandez pas pourquoi. Il se connecte à la brosse à dents, j’effectue mon premier brossage et… aucune donnée n’est collectée. J’essaye plusieurs brossages avant d’abandonner.

Après cela je tente donc de réappairer la brosse à dents à mon téléphone, sans succès. Impossible à partir de ce moment de faire quoi que ce soit. La brosse était toujours « non connectée » et toute tentative se soldait par le message d’erreur « impossible de connecter à la borne du réseau ».

Bien des brossages plus tard, j’ai finalement eu l’idée de tenter de connecter la brosse à une tablette (une Samsung Galaxy Tab, toujours si cela peut avoir une quelconque importance) avec un autre compte. Nouvelle création de compte, reconnexion et… ça marche (OK, du 2e coup, mais ça marche !).

Bref, une fois la Mi Toothbrush connectée, vous pouvez choisir la durée du brossage (120 ou 150 secondes), le mode de brossage, l’activation du mode anti-éclaboussures (10s avant le démarrage) et enfin la fonctionnalité supplémentaire (3e mode, ajouté à la fin du brossage traditionnel) parmi 30 s de blanchiment (brossage plus intense), 30 s de nettoyage de gencives ou 10 s de nettoyage de langue.

Le suivi quant à lui permet de savoir si vous avez bien brossé vos dents pendant 2 min (ou 2 min 30 s), si vous avez atteint toutes les zones (donnée récupérée grâce aux différents capteurs) et si vous avez passé un temps uniforme sur toutes vos dents. Le tout sous forme de barres peu précises qui n’indiquent finalement pas grand-chose.

Autant dire que les possibilités offertes par l’appairage de la brosse à dents à un smartphone ne valent pas l’embêtement que cela requiert.

Autonomie

Xiaomi affirme que sa brosse à dents peut tenir 18 jours sur une seule charge avant de vider totalement sa batterie (à hauteur de 2 brossages de 2 minutes par jour en mode standard). Dans les faits, nous avons tenu les 12 jours qu’a duré ce test sans problème et sans atteindre la diode rouge. En effet, un indicateur de batterie permet de savoir plus ou moins où en est la charge de la brosse. Bleue, elle est complètement chargée. Orange, elle est tombée en dessous de 60 % et rouge lorsqu’elle est à moins de 20 %.

Le socle USB sert bien sûr de chargeur à induction. Elle nécessite une douzaine d’heures pour être chargée au maximum, mais elle a l’avantage de pouvoir être chargée en USB sur une batterie externe. Pratique si comme moi vous n’avez pas de prise dans votre salle de bain (merci les appartements parisiens…).

Catégories: Mobile

Test de la Xiaomi Mi Electric Toothbrush, la brosse à dents électrique, sonique et (presque) connectée

ven, 17/08/2018 - 18:30

Après avoir sorti des modèles sous la marque Soocas, Xiaomi lance sa première brosse à dents électrique connectée sous son nom propre. Que vaut-elle ?

Xiaomi est particulièrement connu pour ses smartphones, mais le constructeur chinois possède une très large gamme de produits qui ne s’arrête pas à la communication. Son but semble davantage de s’inviter partout dans nos habitats avec des cuiseurs à riz, des balances, des lampes, des aspirateurs ou encore… des brosses à dents.

Pour cette dernière catégorie, la firme pékinoise reposait sur sa marque Soocas, une branche créée en 2015. Le constructeur semble néanmoins vouloir aujourd’hui regrouper tous ses produits sous sa bannière et lance une brosse à dents connectée maison, la Xiaomi Mi Electric Toothbrush.

Caractéristiques techniques
  • Type de brossage : vibrations soniques, 31 000 vibrations/min
  • Modes de brossage : 3
  • Étanchéité : IPX7
  • Batterie : Li-ion 700 mAh
  • Dimensions : 18,75 x 2,85 x 2,85 cm
  • Poids : 113 g
Une brosse discrète et bien pensée

Lorsqu’on la sort de l’emballage, la brosse à dents électrique Xiaomi ressemble à un simple cylindre blanc avec un pique métallique à son bout et un bouton sur son corps. Aucune fioriture, rien ne dépasse, les couleurs sont minimalistes… si Apple faisait une brosse à dents, elle ressemblerait certainement à cela (avec une pomme quelque part évidemment). Notons que trois petits cercles de couleur sont fournis avec la Mi Toothbrush BDE pour bien distinguer la vôtre lorsque vous en avez plusieurs dans votre foyer. À condition de ne pas être 4 (ni daltonien pour reconnaître le bleu turquoise du bleu ciel).

Le boitier est plutôt long, mais pas excessivement, et l’épaisseur est parfaite pour s’en saisir sans pour autant être trop importante comme c’est le cas avec certaines brosses. Pour améliorer la prise en main même lorsque la brosse est mouillée (avouons que les occasions sont nombreuses dans une salle de bain), des petits grips antidérapants sont situés à l’arrière du cylindre. La Mi Electric Toothbrush ne devrait donc logiquement pas vous glisser des mains pendant le brossage pour aller chatouiller vos amygdales ou nettoyer votre carrelage.

La tête se change le plus simplement du monde, sans appuyer sur le moindre bouton ni forcer. Déclipsez, clipsez et vous voilà avec une brosse toute neuve ! Malgré la simplicité de son mécanisme, la brosse est bien fixée et ne se décroche jamais par inadvertance. Rien à redire là dessus.

Enfin, notons la présence de quatre petites diodes, l’une pour indiquer le niveau de batterie et les trois autres pour chaque mode de brossage. Ces dernières sont finalement assez peu utiles puisque la brosse est généralement dans la bouche lorsqu’elle est allumée, ce qui rend difficile la vision des diodes, d’autant qu’elles sont difficiles à distinguer l’une de l’autre.

À l’utilisation : c’est bizarre, mais agréable

La Xiaomi Mi Electric Toothbrush est une brosse sonique, une technologie réputée plus efficace que la technologie oscille rotative. En bref, elle simule un mouvement manuel, mais à 31 000 vibrations par minute. Non seulement cela permet d’éliminer bien plus de plaques qu’avec un brossage manuel, mais ce type de BDE permet un brossage efficace même sur des zones difficiles d’accès comme les molaires du fond.

L’usage est simple : appliquez le dentifrice, appuyez sur le bouton et déplacez la brosse sur vos quenottes à 45° en essayant de passer partout. Vous pouvez à nouveau appuyer sur le bouton pour passer à la vitesse supérieure, et une troisième fois pour passer au brossage prédéfini par l’application. Nativement, le brossage est réglé sur 2 minutes (durée recommandée par les dentistes), mais il est possible de la faire passer à 2 min 30 s depuis l’application. Une rapide pause est marquée toutes les 30 secondes pour signaler à l’utiliser de changer de zone.

Si vous n’êtes pas habitués à une brosse à dents électrique sonique, le premier brossage peut paraître un peu étrange, avec une sensation qui peut même s’avérer désagréable pour certains. Dans mon cas, je m’y suis habitué dès le 2e ou 3e brossage, mais le temps d’adaptation peut aller jusqu’à 2 semaines.

Est-ce que j’ai les dents plus blanches après 10 jours d’utilisation ? Non, je ne crois pas. Est-ce j’ai la bouche plus propre ? Certainement.

Dans les très bons points, on peut noter que la brosse est relativement peu bruyante et qu’il est possible de l’allumer avec du dentifrice encore bien pâteux sans repeindre sa salle de bain. Dans les mauvais points, on notera toutefois qu’il est difficile de savoir sur quel programme on se trouve, et il m’est arrivé plusieurs fois d’appuyer sur le bouton en pensant éteindre la brosse tout en la ressortant de ma bouche. Malheureusement, je n’ai fait qu’accélérer le mouvement et redécorer mon T-shirt d’un beau motif moucheté blanc.

Une brosse à dents connectée, ou pas

Mais la Mi Electric Toothbrush n’est pas SEULEMENT une brosse à dents électrique, c’est également une brosse à dents connectée (d’où sa présence ici). Le but est de la personnaliser simplement depuis son smartphone et de récolter des données sur le brossage. Simplement ? Pas vraiment !

Après avoir déballé la brosse à dents, j’ai tout de suite tenté de la connecter à mon smartphone (un OnePlus 6, si ce détail peut avoir une quelconque importance). Après avoir téléchargé l’application sur le Google Play Store et tenté quelques manipulations, j’arrive finalement à voir la SMI-M1 dans les périphériques Bluetooth à portée. Je m’y connecte, ouvre Mi Home et… dois retrouver mon compte Xiaomi. Car oui, vous ne ferez rien sans cela.

Je retrouve donc mon compte, vois qu’il reconnait la brosse à dents à distance, clique dessus et… rien. Encore ? Toujours rien. Encore ? Ah, c’est bon ! Ne me demandez pas pourquoi. Il se connecte à la brosse à dents, j’effectue mon premier brossage et… aucune donnée n’est collectée. J’essaye plusieurs brossages avant d’abandonner.

Après cela je tente donc de réappairer la brosse à dents à mon téléphone, sans succès. Impossible à partir de ce moment de faire quoi que ce soit. La brosse était toujours « non connectée » et toute tentative se soldait par le message d’erreur « impossible de connecter à la borne du réseau ».

Bien des brossages plus tard, j’ai finalement eu l’idée de tenter de connecter la brosse à une tablette (une Samsung Galaxy Tab, toujours si cela peut avoir une quelconque importance) avec un autre compte. Nouvelle création de compte, reconnexion et… ça marche (OK, du 2e coup, mais ça marche !).

Bref, une fois la Mi Toothbrush connectée, vous pouvez choisir la durée du brossage (120 ou 150 secondes), le mode de brossage, l’activation du mode anti-éclaboussures (10s avant le démarrage) et enfin la fonctionnalité supplémentaire (3e mode, ajouté à la fin du brossage traditionnel) parmi 30 s de blanchiment (brossage plus intense), 30 s de nettoyage de gencives ou 10 s de nettoyage de langue.

Le suivi quant à lui permet de savoir si vous avez bien brossé vos dents pendant 2 min (ou 2 min 30 s), si vous avez atteint toutes les zones (donnée récupérée grâce aux différents capteurs) et si vous avez passé un temps uniforme sur toutes vos dents. Le tout sous forme de barres peu précises qui n’indiquent finalement pas grand-chose.

Autant dire que les possibilités offertes par l’appairage de la brosse à dents à un smartphone ne valent pas l’embêtement que cela requiert.

Autonomie

Xiaomi affirme que sa brosse à dents peut tenir 18 jours sur une seule charge avant de vider totalement sa batterie (à hauteur de 2 brossages de 2 minutes par jour en mode standard). Dans les faits, nous avons tenu les 12 jours qu’a duré ce test sans problème et sans atteindre la diode rouge. En effet, un indicateur de batterie permet de savoir plus ou moins où en est la charge de la brosse. Bleue, elle est complètement chargée. Orange, elle est tombée en dessous de 60 % et rouge lorsqu’elle est à moins de 20 %.

Le socle USB sert bien sûr de chargeur à induction. Elle nécessite une douzaine d’heures pour être chargée au maximum, mais elle a l’avantage de pouvoir être chargée en USB sur une batterie externe. Pratique si comme moi vous n’avez pas de prise dans votre salle de bain (merci les appartements parisiens…).

Catégories: Mobile

Test de la Xiaomi Mi Electric Toothbrush, la brosse à dents électrique, sonique et (presque) connectée

ven, 17/08/2018 - 18:30

Après avoir sorti des modèles sous la marque Soocas, Xiaomi lance sa première brosse à dents électrique connectée sous son nom propre. Que vaut-elle ?

Xiaomi est particulièrement connu pour ses smartphones, mais le constructeur chinois possède une très large gamme de produits qui ne s’arrête pas à la communication. Son but semble davantage de s’inviter partout dans nos habitats avec des cuiseurs à riz, des balances, des lampes, des aspirateurs ou encore… des brosses à dents.

Pour cette dernière catégorie, la firme pékinoise reposait sur sa marque Soocas, une branche créée en 2015. Le constructeur semble néanmoins vouloir aujourd’hui regrouper tous ses produits sous sa bannière et lance une brosse à dents connectée maison, la Xiaomi Mi Electric Toothbrush.

Caractéristiques techniques
  • Type de brossage : vibrations soniques, 31 000 vibrations/min
  • Modes de brossage : 3
  • Étanchéité : IPX7
  • Batterie : Li-ion 700 mAh
  • Dimensions : 18,75 x 2,85 x 2,85 cm
  • Poids : 113 g
Une brosse discrète et bien pensée

Lorsqu’on la sort de l’emballage, la brosse à dents électrique Xiaomi ressemble à un simple cylindre blanc avec un pique métallique à son bout et un bouton sur son corps. Aucune fioriture, rien ne dépasse, les couleurs sont minimalistes… si Apple faisait une brosse à dents, elle ressemblerait certainement à cela (avec une pomme quelque part évidemment). Notons que trois petits cercles de couleur sont fournis avec la Mi Toothbrush BDE pour bien distinguer la vôtre lorsque vous en avez plusieurs dans votre foyer. À condition de ne pas être 4 (ni daltonien pour reconnaître le bleu turquoise du bleu ciel).

Le boitier est plutôt long, mais pas excessivement, et l’épaisseur est parfaite pour s’en saisir sans pour autant être trop importante comme c’est le cas avec certaines brosses. Pour améliorer la prise en main même lorsque la brosse est mouillée (avouons que les occasions sont nombreuses dans une salle de bain), des petits grips antidérapants sont situés à l’arrière du cylindre. La Mi Electric Toothbrush ne devrait donc logiquement pas vous glisser des mains pendant le brossage pour aller chatouiller vos amygdales ou nettoyer votre carrelage.

La tête se change le plus simplement du monde, sans appuyer sur le moindre bouton ni forcer. Déclipsez, clipsez et vous voilà avec une brosse toute neuve ! Malgré la simplicité de son mécanisme, la brosse est bien fixée et ne se décroche jamais par inadvertance. Rien à redire là dessus.

Enfin, notons la présence de quatre petites diodes, l’une pour indiquer le niveau de batterie et les trois autres pour chaque mode de brossage. Ces dernières sont finalement assez peu utiles puisque la brosse est généralement dans la bouche lorsqu’elle est allumée, ce qui rend difficile la vision des diodes, d’autant qu’elles sont difficiles à distinguer l’une de l’autre.

À l’utilisation : c’est bizarre, mais agréable

La Xiaomi Mi Electric Toothbrush est une brosse sonique, une technologie réputée plus efficace que la technologie oscille rotative. En bref, elle simule un mouvement manuel, mais à 31 000 vibrations par minute. Non seulement cela permet d’éliminer bien plus de plaques qu’avec un brossage manuel, mais ce type de BDE permet un brossage efficace même sur des zones difficiles d’accès comme les molaires du fond.

L’usage est simple : appliquez le dentifrice, appuyez sur le bouton et déplacez la brosse sur vos quenottes à 45° en essayant de passer partout. Vous pouvez à nouveau appuyer sur le bouton pour passer à la vitesse supérieure, et une troisième fois pour passer au brossage prédéfini par l’application. Nativement, le brossage est réglé sur 2 minutes (durée recommandée par les dentistes), mais il est possible de la faire passer à 2 min 30 s depuis l’application. Une rapide pause est marquée toutes les 30 secondes pour signaler à l’utiliser de changer de zone.

Si vous n’êtes pas habitués à une brosse à dents électrique sonique, le premier brossage peut paraître un peu étrange, avec une sensation qui peut même s’avérer désagréable pour certains. Dans mon cas, je m’y suis habitué dès le 2e ou 3e brossage, mais le temps d’adaptation peut aller jusqu’à 2 semaines.

Est-ce que j’ai les dents plus blanches après 10 jours d’utilisation ? Non, je ne crois pas. Est-ce j’ai la bouche plus propre ? Certainement.

Dans les très bons points, on peut noter que la brosse est relativement peu bruyante et qu’il est possible de l’allumer avec du dentifrice encore bien pâteux sans repeindre sa salle de bain. Dans les mauvais points, on notera toutefois qu’il est difficile de savoir sur quel programme on se trouve, et il m’est arrivé plusieurs fois d’appuyer sur le bouton en pensant éteindre la brosse tout en la ressortant de ma bouche. Malheureusement, je n’ai fait qu’accélérer le mouvement et redécorer mon T-shirt d’un beau motif moucheté blanc.

Une brosse à dents connectée, ou pas

Mais la Mi Electric Toothbrush n’est pas SEULEMENT une brosse à dents électrique, c’est également une brosse à dents connectée (d’où sa présence ici). Le but est de la personnaliser simplement depuis son smartphone et de récolter des données sur le brossage. Simplement ? Pas vraiment !

Après avoir déballé la brosse à dents, j’ai tout de suite tenté de la connecter à mon smartphone (un OnePlus 6, si ce détail peut avoir une quelconque importance). Après avoir téléchargé l’application sur le Google Play Store et tenté quelques manipulations, j’arrive finalement à voir la SMI-M1 dans les périphériques Bluetooth à portée. Je m’y connecte, ouvre Mi Home et… dois retrouver mon compte Xiaomi. Car oui, vous ne ferez rien sans cela.

Je retrouve donc mon compte, vois qu’il reconnait la brosse à dents à distance, clique dessus et… rien. Encore ? Toujours rien. Encore ? Ah, c’est bon ! Ne me demandez pas pourquoi. Il se connecte à la brosse à dents, j’effectue mon premier brossage et… aucune donnée n’est collectée. J’essaye plusieurs brossages avant d’abandonner.

Après cela je tente donc de réappairer la brosse à dents à mon téléphone, sans succès. Impossible à partir de ce moment de faire quoi que ce soit. La brosse était toujours « non connectée » et toute tentative se soldait par le message d’erreur « impossible de connecter à la borne du réseau ».

Bien des brossages plus tard, j’ai finalement eu l’idée de tenter de connecter la brosse à une tablette (une Samsung Galaxy Tab, toujours si cela peut avoir une quelconque importance) avec un autre compte. Nouvelle création de compte, reconnexion et… ça marche (OK, du 2e coup, mais ça marche !).

Bref, une fois la Mi Toothbrush connectée, vous pouvez choisir la durée du brossage (120 ou 150 secondes), le mode de brossage, l’activation du mode anti-éclaboussures (10s avant le démarrage) et enfin la fonctionnalité supplémentaire (3e mode, ajouté à la fin du brossage traditionnel) parmi 30 s de blanchiment (brossage plus intense), 30 s de nettoyage de gencives ou 10 s de nettoyage de langue.

Le suivi quant à lui permet de savoir si vous avez bien brossé vos dents pendant 2 min (ou 2 min 30 s), si vous avez atteint toutes les zones (donnée récupérée grâce aux différents capteurs) et si vous avez passé un temps uniforme sur toutes vos dents. Le tout sous forme de barres peu précises qui n’indiquent finalement pas grand-chose.

Autant dire que les possibilités offertes par l’appairage de la brosse à dents à un smartphone ne valent pas l’embêtement que cela requiert.

Autonomie

Xiaomi affirme que sa brosse à dents peut tenir 18 jours sur une seule charge avant de vider totalement sa batterie (à hauteur de 2 brossages de 2 minutes par jour en mode standard). Dans les faits, nous avons tenu les 12 jours qu’a duré ce test sans problème et sans atteindre la diode rouge. En effet, un indicateur de batterie permet de savoir plus ou moins où en est la charge de la brosse. Bleue, elle est complètement chargée. Orange, elle est tombée en dessous de 60 % et rouge lorsqu’elle est à moins de 20 %.

Le socle USB sert bien sûr de chargeur à induction. Elle nécessite une douzaine d’heures pour être chargée au maximum, mais elle a l’avantage de pouvoir être chargée en USB sur une batterie externe. Pratique si comme moi vous n’avez pas de prise dans votre salle de bain (merci les appartements parisiens…).

Catégories: Mobile

Test de la Xiaomi Mi Electric Toothbrush, la brosse à dents électrique, sonique et (presque) connectée

ven, 17/08/2018 - 18:30

Après avoir sorti des modèles sous la marque Soocas, Xiaomi lance sa première brosse à dents électrique connectée sous son nom propre. Que vaut-elle ?

Xiaomi est particulièrement connu pour ses smartphones, mais le constructeur chinois possède une très large gamme de produits qui ne s’arrête pas à la communication. Son but semble davantage de s’inviter partout dans nos habitats avec des cuiseurs à riz, des balances, des lampes, des aspirateurs ou encore… des brosses à dents.

Pour cette dernière catégorie, la firme pékinoise reposait sur sa marque Soocas, une branche créée en 2015. Le constructeur semble néanmoins vouloir aujourd’hui regrouper tous ses produits sous sa bannière et lance une brosse à dents connectée maison, la Xiaomi Mi Electric Toothbrush.

Caractéristiques techniques
  • Type de brossage : vibrations soniques, 31 000 vibrations/min
  • Modes de brossage : 3
  • Étanchéité : IPX7
  • Batterie : Li-ion 700 mAh
  • Dimensions : 18,75 x 2,85 x 2,85 cm
  • Poids : 113 g
Une brosse discrète et bien pensée

Lorsqu’on la sort de l’emballage, la brosse à dents électrique Xiaomi ressemble à un simple cylindre blanc avec un pique métallique à son bout et un bouton sur son corps. Aucune fioriture, rien ne dépasse, les couleurs sont minimalistes… si Apple faisait une brosse à dents, elle ressemblerait certainement à cela (avec une pomme quelque part évidemment). Notons que trois petits cercles de couleur sont fournis avec la Mi Toothbrush BDE pour bien distinguer la vôtre lorsque vous en avez plusieurs dans votre foyer. À condition de ne pas être 4 (ni daltonien pour reconnaître le bleu turquoise du bleu ciel).

Le boitier est plutôt long, mais pas excessivement, et l’épaisseur est parfaite pour s’en saisir sans pour autant être trop importante comme c’est le cas avec certaines brosses. Pour améliorer la prise en main même lorsque la brosse est mouillée (avouons que les occasions sont nombreuses dans une salle de bain), des petits grips antidérapants sont situés à l’arrière du cylindre. La Mi Electric Toothbrush ne devrait donc logiquement pas vous glisser des mains pendant le brossage pour aller chatouiller vos amygdales ou nettoyer votre carrelage.

La tête se change le plus simplement du monde, sans appuyer sur le moindre bouton ni forcer. Déclipsez, clipsez et vous voilà avec une brosse toute neuve ! Malgré la simplicité de son mécanisme, la brosse est bien fixée et ne se décroche jamais par inadvertance. Rien à redire là dessus.

Enfin, notons la présence de quatre petites diodes, l’une pour indiquer le niveau de batterie et les trois autres pour chaque mode de brossage. Ces dernières sont finalement assez peu utiles puisque la brosse est généralement dans la bouche lorsqu’elle est allumée, ce qui rend difficile la vision des diodes, d’autant qu’elles sont difficiles à distinguer l’une de l’autre.

À l’utilisation : c’est bizarre, mais agréable

La Xiaomi Mi Electric Toothbrush est une brosse sonique, une technologie réputée plus efficace que la technologie oscille rotative. En bref, elle simule un mouvement manuel, mais à 31 000 vibrations par minute. Non seulement cela permet d’éliminer bien plus de plaques qu’avec un brossage manuel, mais ce type de BDE permet un brossage efficace même sur des zones difficiles d’accès comme les molaires du fond.

L’usage est simple : appliquez le dentifrice, appuyez sur le bouton et déplacez la brosse sur vos quenottes à 45° en essayant de passer partout. Vous pouvez à nouveau appuyer sur le bouton pour passer à la vitesse supérieure, et une troisième fois pour passer au brossage prédéfini par l’application. Nativement, le brossage est réglé sur 2 minutes (durée recommandée par les dentistes), mais il est possible de la faire passer à 2 min 30 s depuis l’application. Une rapide pause est marquée toutes les 30 secondes pour signaler à l’utiliser de changer de zone.

Si vous n’êtes pas habitués à une brosse à dents électrique sonique, le premier brossage peut paraître un peu étrange, avec une sensation qui peut même s’avérer désagréable pour certains. Dans mon cas, je m’y suis habitué dès le 2e ou 3e brossage, mais le temps d’adaptation peut aller jusqu’à 2 semaines.

Est-ce que j’ai les dents plus blanches après 10 jours d’utilisation ? Non, je ne crois pas. Est-ce j’ai la bouche plus propre ? Certainement.

Dans les très bons points, on peut noter que la brosse est relativement peu bruyante et qu’il est possible de l’allumer avec du dentifrice encore bien pâteux sans repeindre sa salle de bain. Dans les mauvais points, on notera toutefois qu’il est difficile de savoir sur quel programme on se trouve, et il m’est arrivé plusieurs fois d’appuyer sur le bouton en pensant éteindre la brosse tout en la ressortant de ma bouche. Malheureusement, je n’ai fait qu’accélérer le mouvement et redécorer mon T-shirt d’un beau motif moucheté blanc.

Une brosse à dents connectée, ou pas

Mais la Mi Electric Toothbrush n’est pas SEULEMENT une brosse à dents électrique, c’est également une brosse à dents connectée (d’où sa présence ici). Le but est de la personnaliser simplement depuis son smartphone et de récolter des données sur le brossage. Simplement ? Pas vraiment !

Après avoir déballé la brosse à dents, j’ai tout de suite tenté de la connecter à mon smartphone (un OnePlus 6, si ce détail peut avoir une quelconque importance). Après avoir téléchargé l’application sur le Google Play Store et tenté quelques manipulations, j’arrive finalement à voir la SMI-M1 dans les périphériques Bluetooth à portée. Je m’y connecte, ouvre Mi Home et… dois retrouver mon compte Xiaomi. Car oui, vous ne ferez rien sans cela.

Je retrouve donc mon compte, vois qu’il reconnait la brosse à dents à distance, clique dessus et… rien. Encore ? Toujours rien. Encore ? Ah, c’est bon ! Ne me demandez pas pourquoi. Il se connecte à la brosse à dents, j’effectue mon premier brossage et… aucune donnée n’est collectée. J’essaye plusieurs brossages avant d’abandonner.

Après cela je tente donc de réappairer la brosse à dents à mon téléphone, sans succès. Impossible à partir de ce moment de faire quoi que ce soit. La brosse était toujours « non connectée » et toute tentative se soldait par le message d’erreur « impossible de connecter à la borne du réseau ».

Bien des brossages plus tard, j’ai finalement eu l’idée de tenter de connecter la brosse à une tablette (une Samsung Galaxy Tab, toujours si cela peut avoir une quelconque importance) avec un autre compte. Nouvelle création de compte, reconnexion et… ça marche (OK, du 2e coup, mais ça marche !).

Bref, une fois la Mi Toothbrush connectée, vous pouvez choisir la durée du brossage (120 ou 150 secondes), le mode de brossage, l’activation du mode anti-éclaboussures (10s avant le démarrage) et enfin la fonctionnalité supplémentaire (3e mode, ajouté à la fin du brossage traditionnel) parmi 30 s de blanchiment (brossage plus intense), 30 s de nettoyage de gencives ou 10 s de nettoyage de langue.

Le suivi quant à lui permet de savoir si vous avez bien brossé vos dents pendant 2 min (ou 2 min 30 s), si vous avez atteint toutes les zones (donnée récupérée grâce aux différents capteurs) et si vous avez passé un temps uniforme sur toutes vos dents. Le tout sous forme de barres peu précises qui n’indiquent finalement pas grand-chose.

Autant dire que les possibilités offertes par l’appairage de la brosse à dents à un smartphone ne valent pas l’embêtement que cela requiert.

Autonomie

Xiaomi affirme que sa brosse à dents peut tenir 18 jours sur une seule charge avant de vider totalement sa batterie (à hauteur de 2 brossages de 2 minutes par jour en mode standard). Dans les faits, nous avons tenu les 12 jours qu’a duré ce test sans problème et sans atteindre la diode rouge. En effet, un indicateur de batterie permet de savoir plus ou moins où en est la charge de la brosse. Bleue, elle est complètement chargée. Orange, elle est tombée en dessous de 60 % et rouge lorsqu’elle est à moins de 20 %.

Le socle USB sert bien sûr de chargeur à induction. Elle nécessite une douzaine d’heures pour être chargée au maximum, mais elle a l’avantage de pouvoir être chargée en USB sur une batterie externe. Pratique si comme moi vous n’avez pas de prise dans votre salle de bain (merci les appartements parisiens…).

Catégories: Mobile

Comment passer le bracelet Xiaomi Mi Band 3 en français ?

ven, 17/08/2018 - 17:35

Si vous avez opté pour le Mi Band 3, sachez qu’il s’agit d’un produit avec un excellent rapport qualité-prix. Malheureusement, les premières versions de ce produit étaient des exemplaires prévus pour le marché chinois. Il est donc nécessaire de changer le firmware du bracelet.

Comme beaucoup d’entre vous, nous avons reçu notre Mi Band 3. Cette version améliorée du bracelet connecté de Xiaomi est toujours aussi intéressante avec un excellent rapport qualité-prix. Malheureusement, les premières versions vendues étaient des produits réservées au marché chinois. Résultat : le firmware installé dessus est exclusivement en chinois. Il faut donc le réinstaller.

Comment modifier le firmware du Xiaomi Mi Band 3 ?

L’installation d’un nouveau firmware est très simple, comptez une bonne dizaine de minutes. Vous devez être équipé d’un smartphone Android et du bracelet Mi Band 3 avec au moins 50 % d’autonomie.

La première étape est d’installer l’application Gadget-bridge, que vous retrouverez sur le Play Store.

Gadgetbridge - Unofficial
Taavi E

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Vous devez ensuite appareiller votre Mi Band 3 à votre smartphone en utilisant l’application que vous venez d’installer.

Une fois les deux appareils connectés ensemble, vous allez devoir télécharger le firmware du Mi Band 3 sur votre appareil. Tous les firmware officiels et non officiels du bracelet se trouvent sur ce site. Nous vous conseillons de télécharger le firmware le plus récent. Vous pouvez également opter pour un firmware modifié, certains fonctionnent avec des langues précises. Nous avons utilisé le firmware global dans sa version stable « 1.3.0.4 ». Une fois décidé, il vous suffit de télécharger le fichier (qui se termine par l’extension .fw).

Maintenant que vous avez téléchargé le firmware, utilisez ce gestionnaire de fichiers pour le lancer. C’est relativement simple : le fichier .fw devrait se trouver dans le répertoire « Téléchargements », vous cliquez dessus et vous sélectionnez « Autres ».

Gestionnaire de fichiers
Flashlight + Clock

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Vous n’avez plus qu’à choisir Gadget-Bridge pour ouvrir le firmware : « Installateur d’applications/…« .

L’installation du firmware prendra environ 3 minutes, vous pouvez suivre l’évolution directement depuis le bracelet. Ne touchez à rien et n’éloignez pas le bracelet du smartphone.

Vous êtes à « 100 % », vous venez d’installer le nouveau firmware, bravo ! Il ne vous reste plus qu’à utiliser l’application Mi Fit sur votre Android ou votre iPhone pour lancer la configuration de votre bracelet.

Mi Fit
Anhui Huami Information Technology Co.,Ltd.

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Évidemment, le plus simple est d’acheter une variante internationale du bracelet, vous n’aurez pas à suivre toutes ces étapes.

Xiaomi Mi Band Fiche produit Forum Voir le test 8/10

Où acheter le Xiaomi Mi Band au meilleur prix ?

Amazon Découvrir l'offre 32€
Catégories: Mobile

Comment passer le bracelet Xiaomi Mi Band 3 en français ?

ven, 17/08/2018 - 17:35

Si vous avez opté pour le Mi Band 3, sachez qu’il s’agit d’un produit avec un excellent rapport qualité-prix. Malheureusement, les premières versions de ce produit étaient des exemplaires prévus pour le marché chinois. Il est donc nécessaire de changer le firmware du bracelet.

Comme beaucoup d’entre vous, nous avons reçu notre Mi Band 3. Cette version améliorée du bracelet connecté de Xiaomi est toujours aussi intéressante avec un excellent rapport qualité-prix. Malheureusement, les premières versions vendues étaient des produits réservées au marché chinois. Résultat : le firmware installé dessus est exclusivement en chinois. Il faut donc le réinstaller.

Comment modifier le firmware du Xiaomi Mi Band 3 ?

L’installation d’un nouveau firmware est très simple, comptez une bonne dizaine de minutes. Vous devez être équipé d’un smartphone Android et du bracelet Mi Band 3 avec au moins 50 % d’autonomie.

La première étape est d’installer l’application Gadget-bridge, que vous retrouverez sur le Play Store.

Gadgetbridge - Unofficial
Taavi E

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Vous devez ensuite appareiller votre Mi Band 3 à votre smartphone en utilisant l’application que vous venez d’installer.

Une fois les deux appareils connectés ensemble, vous allez devoir télécharger le firmware du Mi Band 3 sur votre appareil. Tous les firmware officiels et non officiels du bracelet se trouvent sur ce site. Nous vous conseillons de télécharger le firmware le plus récent. Vous pouvez également opter pour un firmware modifié, certains fonctionnent avec des langues précises. Nous avons utilisé le firmware global dans sa version stable « 1.3.0.4 ». Une fois décidé, il vous suffit de télécharger le fichier (qui se termine par l’extension .fw).

Maintenant que vous avez téléchargé le firmware, utilisez ce gestionnaire de fichiers pour le lancer. C’est relativement simple : le fichier .fw devrait se trouver dans le répertoire « Téléchargements », vous cliquez dessus et vous sélectionnez « Autres ».

Gestionnaire de fichiers
Flashlight + Clock

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Vous n’avez plus qu’à choisir Gadget-Bridge pour ouvrir le firmware : « Installateur d’applications/…« .

L’installation du firmware prendra environ 3 minutes, vous pouvez suivre l’évolution directement depuis le bracelet. Ne touchez à rien et n’éloignez pas le bracelet du smartphone.

Vous êtes à « 100 % », vous venez d’installer le nouveau firmware, bravo ! Il ne vous reste plus qu’à utiliser l’application Mi Fit sur votre Android ou votre iPhone pour lancer la configuration de votre bracelet.

Mi Fit
Anhui Huami Information Technology Co.,Ltd.

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Évidemment, le plus simple est d’acheter une variante internationale du bracelet, vous n’aurez pas à suivre toutes ces étapes.

Xiaomi Mi Band Fiche produit Forum Voir le test 8/10

Où acheter le Xiaomi Mi Band au meilleur prix ?

Amazon Découvrir l'offre 32€
Catégories: Mobile

Comment passer le bracelet Xiaomi Mi Band 3 en français ?

ven, 17/08/2018 - 17:35

Si vous avez opté pour le Mi Band 3, sachez qu’il s’agit d’un produit avec un excellent rapport qualité-prix. Malheureusement, les premières versions de ce produit étaient des exemplaires prévus pour le marché chinois. Il est donc nécessaire de changer le firmware du bracelet.

Comme beaucoup d’entre vous, nous avons reçu notre Mi Band 3. Cette version améliorée du bracelet connecté de Xiaomi est toujours aussi intéressante avec un excellent rapport qualité-prix. Malheureusement, les premières versions vendues étaient des produits réservées au marché chinois. Résultat : le firmware installé dessus est exclusivement en chinois. Il faut donc le réinstaller.

Comment modifier le firmware du Xiaomi Mi Band 3 ?

L’installation d’un nouveau firmware est très simple, comptez une bonne dizaine de minutes. Vous devez être équipé d’un smartphone Android et du bracelet Mi Band 3 avec au moins 50 % d’autonomie.

La première étape est d’installer l’application Gadget-bridge, que vous retrouverez sur le Play Store.

Gadgetbridge - Unofficial
Taavi E

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Vous devez ensuite appareiller votre Mi Band 3 à votre smartphone en utilisant l’application que vous venez d’installer.

Une fois les deux appareils connectés ensemble, vous allez devoir télécharger le firmware du Mi Band 3 sur votre appareil. Tous les firmware officiels et non officiels du bracelet se trouvent sur ce site. Nous vous conseillons de télécharger le firmware le plus récent. Vous pouvez également opter pour un firmware modifié, certains fonctionnent avec des langues précises. Nous avons utilisé le firmware global dans sa version stable « 1.3.0.4 ». Une fois décidé, il vous suffit de télécharger le fichier (qui se termine par l’extension .fw).

Maintenant que vous avez téléchargé le firmware, utilisez ce gestionnaire de fichiers pour le lancer. C’est relativement simple : le fichier .fw devrait se trouver dans le répertoire « Téléchargements », vous cliquez dessus et vous sélectionnez « Autres ».

Gestionnaire de fichiers
Flashlight + Clock

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Vous n’avez plus qu’à choisir Gadget-Bridge pour ouvrir le firmware : « Installateur d’applications/…« .

L’installation du firmware prendra environ 3 minutes, vous pouvez suivre l’évolution directement depuis le bracelet. Ne touchez à rien et n’éloignez pas le bracelet du smartphone.

Vous êtes à « 100 % », vous venez d’installer le nouveau firmware, bravo ! Il ne vous reste plus qu’à utiliser l’application Mi Fit sur votre Android ou votre iPhone pour lancer la configuration de votre bracelet.

Mi Fit
Anhui Huami Information Technology Co.,Ltd.

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Évidemment, le plus simple est d’acheter une variante internationale du bracelet, vous n’aurez pas à suivre toutes ces étapes.

Xiaomi Mi Band Fiche produit Forum Voir le test 8/10

Où acheter le Xiaomi Mi Band au meilleur prix ?

Amazon Découvrir l'offre 32€
Catégories: Mobile

Comment passer le bracelet Xiaomi Mi Band 3 en français ?

ven, 17/08/2018 - 17:35

Si vous avez opté pour le Mi Band 3, sachez qu’il s’agit d’un produit avec un excellent rapport qualité-prix. Malheureusement, les premières versions de ce produit étaient des exemplaires prévus pour le marché chinois. Il est donc nécessaire de changer le firmware du bracelet.

Comme beaucoup d’entre vous, nous avons reçu notre Mi Band 3. Cette version améliorée du bracelet connecté de Xiaomi est toujours aussi intéressante avec un excellent rapport qualité-prix. Malheureusement, les premières versions vendues étaient des produits réservées au marché chinois. Résultat : le firmware installé dessus est exclusivement en chinois. Il faut donc le réinstaller.

Comment modifier le firmware du Xiaomi Mi Band 3 ?

L’installation d’un nouveau firmware est très simple, comptez une bonne dizaine de minutes. Vous devez être équipé d’un smartphone Android et du bracelet Mi Band 3 avec au moins 50 % d’autonomie.

La première étape est d’installer l’application Gadget-bridge, que vous retrouverez sur le Play Store.

Gadgetbridge - Unofficial
Taavi E

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Vous devez ensuite appareiller votre Mi Band 3 à votre smartphone en utilisant l’application que vous venez d’installer.

Une fois les deux appareils connectés ensemble, vous allez devoir télécharger le firmware du Mi Band 3 sur votre appareil. Tous les firmware officiels et non officiels du bracelet se trouvent sur ce site. Nous vous conseillons de télécharger le firmware le plus récent. Vous pouvez également opter pour un firmware modifié, certains fonctionnent avec des langues précises. Nous avons utilisé le firmware global dans sa version stable « 1.3.0.4 ». Une fois décidé, il vous suffit de télécharger le fichier (qui se termine par l’extension .fw).

Maintenant que vous avez téléchargé le firmware, utilisez ce gestionnaire de fichiers pour le lancer. C’est relativement simple : le fichier .fw devrait se trouver dans le répertoire « Téléchargements », vous cliquez dessus et vous sélectionnez « Autres ».

Gestionnaire de fichiers
Flashlight + Clock

Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Vous n’avez plus qu’à choisir Gadget-Bridge pour ouvrir le firmware : « Installateur d’applications/…« .

L’installation du firmware prendra environ 3 minutes, vous pouvez suivre l’évolution directement depuis le bracelet. Ne touchez à rien et n’éloignez pas le bracelet du smartphone.

Vous êtes à « 100 % », vous venez d’installer le nouveau firmware, bravo ! Il ne vous reste plus qu’à utiliser l’application Mi Fit sur votre Android ou votre iPhone pour lancer la configuration de votre bracelet.

Mi Fit
Anhui Huami Information Technology Co.,Ltd.

sur l'App Store | Télécharger Télécharger gratuitement sur Google Play | Télécharger

Évidemment, le plus simple est d’acheter une variante internationale du bracelet, vous n’aurez pas à suivre toutes ces étapes.

Xiaomi Mi Band Fiche produit Forum Voir le test 8/10

Où acheter le Xiaomi Mi Band au meilleur prix ?

Amazon Découvrir l'offre 32€
Catégories: Mobile

Avec son Exynos Modem 5100, Samsung dépasse Qualcomm sur la 5G complète et multimode

ven, 17/08/2018 - 16:42

Samsung a dévoilé son premier modem 5G, l’Exynos Modem 5100. Il s’agit de la première puce à être compatible avec toutes les générations de réseaux mobiles.

Si le Samsung Galaxy S10 n’est pas son premier smartphone 5G, la marque coréenne travaille bien sûr à l’arrivée de la nouvelle génération de réseau mobile. Samsung a dévoilé le 15 août son premier modem 5G Release 15, l’Exynos Modem 5100.

Il s’agit du premier modem de l’industrie compatible 5G et multimode. Cela signifie que la puce, gravée en 10 nm, gère à la fois les connexions 5G, mais aussi la 2G, la 3G et la 4G (GSM, CDMA, WCDMA, HSPA et LTE). Le modem Snapdragon X50 de Qualcomm ne prend en charge que la 5G, et doit donc être associé au modem 2G/3G/4G intégré aux processeurs Snapdragon, ce qui complexifie le design des appareils. En revanche, Qualcomm reste le seul à avoir annoncé des antennes 5G prêtes pour être intégrées.

Samsung annonce que le modem est capable d’atteindre 2 Gb/s sur les fréquences sous les 6 GHz, et 6 Gb/s sur les ondes millimétriques. Comme avec la 4G, la 5G est répartie sur deux spectres de fréquence bien distincts, l’un optimisé pour la portée permettant de couvrir rapidement des zones larges, et l’autre plutôt pensée pour les milieux denses avec des débits bien plus élevés.

Ce modem sera disponible pour les autres fabricants dès la fin de l’année 2018, ce qui inclut la branche Samsung Mobile. Cela semble donc bien parti pour voir débarquer les premiers smartphones compatibles dès 2019.

Retrouvez l'actualité de 5G

Samsung

Catégories: Mobile

L’abonnement Shadow évolue avec une nouvelle option de stockage

ven, 17/08/2018 - 16:17

La solution de cloud gaming Shadow vient de lancer une nouvelle option qui permet de bénéficier de 1 To pour 2,95 euros par mois.

L’une des critiques qui revenaient souvent concernant l’abonnement Shadow concernait le manque d’espace de stockage dans l’offre de base. Par défaut, les utilisateurs ont seulement accès à 256 Go en SSD, ce qui est insuffisant dans un environnement où les jeux PC pèsent parfois plus de 100 Go.

L’entreprise Blade, éditrice de Shadow, vient donc de déployer une option qui permet d’ajouter 1 To d’espace de stockage à sa machine. Cette option est facturée 2,95 euros par mois, soit 35,4 euros par an. C’est un tarif très agressif pour ce type de stockage.

Les services comme Google Drive ou Dropbox proposent du stockage à froid, beaucoup plus économique à mettre en place. Ce n’est pas le cas de l’espace de stockage proposé par Shadow qui permet d’installer vos jeux et autres logiciels avec des temps d’écriture et de lecture très importants.

De nouveaux CPU et une migration vers la GTX 1080

En juin dernier, Shadow avait déjà fait évoluer les CPU de ses instances avec de nouveaux Xeon E5-2667 v3, contre des E5-2620 v4 auparavant. Enfin, depuis le début de l’année la très grande majorité des clients ont migré vers des GTX 1080, contre des GTX 1070 lors du lancement de l’offre.

Pour rappel, l’abonnement Shadow donne accès à un PC dans le cloud. C’est ce que l’on appelle le cloud computing, la puissance de calcul est déportée dans un centre de données.

Lien YouTube

À partir de 30 euros par mois, vous allez pouvoir lancer tous les jeux PC sur la machine de votre choix et d’où vous le souhaitez. Vous pouvez y accéder à partir d’un client (macOS, Windows 10, Linux, Android et iOS), mais aussi depuis une box Shadow. Notez que cette technologie nécessite une connexion haut débit, voire très haut débit, pour garantir une bonne expérience sans latence.

Si Shadow vous intéresse, nous vous encourageons à lire le dossier de Numerama qui est consacré à cette offre.

À lire sur FrAndroid : Nous avons testé Shadow sur Android, la puissance d’une GeForce 1070 sur mon smartphone

Ulrich Rozier, co-fondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow)

Retrouvez tous nos Top des jeux

Catégories: Mobile

L’abonnement Shadow évolue avec une nouvelle option de stockage

ven, 17/08/2018 - 16:17

La solution de cloud gaming Shadow vient de lancer une nouvelle option qui permet de bénéficier de 1 To pour 2,95 euros par mois.

L’une des critiques qui revenaient souvent concernant l’abonnement Shadow concernait le manque d’espace de stockage dans l’offre de base. Par défaut, les utilisateurs ont seulement accès à 256 Go en SSD, ce qui est insuffisant dans un environnement où les jeux PC pèsent parfois plus de 100 Go.

L’entreprise Blade, éditrice de Shadow, vient donc de déployer une option qui permet d’ajouter 1 To d’espace de stockage à sa machine. Cette option est facturée 2,95 euros par mois, soit 35,4 euros par an. C’est un tarif très agressif pour ce type de stockage.

Les services comme Google Drive ou Dropbox proposent du stockage à froid, beaucoup plus économique à mettre en place. Ce n’est pas le cas de l’espace de stockage proposé par Shadow qui permet d’installer vos jeux et autres logiciels avec des temps d’écriture et de lecture très importants.

De nouveaux CPU et une migration vers la GTX 1080

En juin dernier, Shadow avait déjà fait évoluer les CPU de ses instances avec de nouveaux Xeon E5-2667 v3, contre des E5-2620 v4 auparavant. Enfin, depuis le début de l’année la très grande majorité des clients ont migré vers des GTX 1080, contre des GTX 1070 lors du lancement de l’offre.

Pour rappel, l’abonnement Shadow donne accès à un PC dans le cloud. C’est ce que l’on appelle le cloud computing, la puissance de calcul est déportée dans un centre de données.

Lien YouTube

À partir de 30 euros par mois, vous allez pouvoir lancer tous les jeux PC sur la machine de votre choix et d’où vous le souhaitez. Vous pouvez y accéder à partir d’un client (macOS, Windows 10, Linux, Android et iOS), mais aussi depuis une box Shadow. Notez que cette technologie nécessite une connexion haut débit, voire très haut débit, pour garantir une bonne expérience sans latence.

Si Shadow vous intéresse, nous vous encourageons à lire le dossier de Numerama qui est consacré à cette offre.

À lire sur FrAndroid : Nous avons testé Shadow sur Android, la puissance d’une GeForce 1070 sur mon smartphone

Ulrich Rozier, co-fondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow)

Retrouvez tous nos Top des jeux

Catégories: Mobile

L’abonnement Shadow évolue avec une nouvelle option de stockage

ven, 17/08/2018 - 16:17

La solution de cloud gaming Shadow vient de lancer une nouvelle option qui permet de bénéficier de 1 To pour 2,95 euros par mois.

L’une des critiques qui revenaient souvent concernant l’abonnement Shadow concernait le manque d’espace de stockage dans l’offre de base. Par défaut, les utilisateurs ont seulement accès à 256 Go en SSD, ce qui est insuffisant dans un environnement où les jeux PC pèsent parfois plus de 100 Go.

L’entreprise Blade, éditrice de Shadow, vient donc de déployer une option qui permet d’ajouter 1 To d’espace de stockage à sa machine. Cette option est facturée 2,95 euros par mois, soit 35,4 euros par an. C’est un tarif très agressif pour ce type de stockage.

Les services comme Google Drive ou Dropbox proposent du stockage à froid, beaucoup plus économique à mettre en place. Ce n’est pas le cas de l’espace de stockage proposé par Shadow qui permet d’installer vos jeux et autres logiciels avec des temps d’écriture et de lecture très importants.

De nouveaux CPU et une migration vers la GTX 1080

En juin dernier, Shadow avait déjà fait évoluer les CPU de ses instances avec de nouveaux Xeon E5-2667 v3, contre des E5-2620 v4 auparavant. Enfin, depuis le début de l’année la très grande majorité des clients ont migré vers des GTX 1080, contre des GTX 1070 lors du lancement de l’offre.

Pour rappel, l’abonnement Shadow donne accès à un PC dans le cloud. C’est ce que l’on appelle le cloud computing, la puissance de calcul est déportée dans un centre de données.

Lien YouTube

À partir de 30 euros par mois, vous allez pouvoir lancer tous les jeux PC sur la machine de votre choix et d’où vous le souhaitez. Vous pouvez y accéder à partir d’un client (macOS, Windows 10, Linux, Android et iOS), mais aussi depuis une box Shadow. Notez que cette technologie nécessite une connexion haut débit, voire très haut débit, pour garantir une bonne expérience sans latence.

Si Shadow vous intéresse, nous vous encourageons à lire le dossier de Numerama qui est consacré à cette offre.

À lire sur FrAndroid : Nous avons testé Shadow sur Android, la puissance d’une GeForce 1070 sur mon smartphone

Ulrich Rozier, co-fondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow)

Retrouvez tous nos Top des jeux

Catégories: Mobile

L’abonnement Shadow évolue avec une nouvelle option de stockage

ven, 17/08/2018 - 16:17

La solution de cloud gaming Shadow vient de lancer une nouvelle option qui permet de bénéficier de 1 To pour 2,95 euros par mois.

L’une des critiques qui revenaient souvent concernant l’abonnement Shadow concernait le manque d’espace de stockage dans l’offre de base. Par défaut, les utilisateurs ont seulement accès à 256 Go en SSD, ce qui est insuffisant dans un environnement où les jeux PC pèsent parfois plus de 100 Go.

L’entreprise Blade, éditrice de Shadow, vient donc de déployer une option qui permet d’ajouter 1 To d’espace de stockage à sa machine. Cette option est facturée 2,95 euros par mois, soit 35,4 euros par an. C’est un tarif très agressif pour ce type de stockage.

Les services comme Google Drive ou Dropbox proposent du stockage à froid, beaucoup plus économique à mettre en place. Ce n’est pas le cas de l’espace de stockage proposé par Shadow qui permet d’installer vos jeux et autres logiciels avec des temps d’écriture et de lecture très importants.

De nouveaux CPU et une migration vers la GTX 1080

En juin dernier, Shadow avait déjà fait évoluer les CPU de ses instances avec de nouveaux Xeon E5-2667 v3, contre des E5-2620 v4 auparavant. Enfin, depuis le début de l’année la très grande majorité des clients ont migré vers des GTX 1080, contre des GTX 1070 lors du lancement de l’offre.

Pour rappel, l’abonnement Shadow donne accès à un PC dans le cloud. C’est ce que l’on appelle le cloud computing, la puissance de calcul est déportée dans un centre de données.

Lien YouTube

À partir de 30 euros par mois, vous allez pouvoir lancer tous les jeux PC sur la machine de votre choix et d’où vous le souhaitez. Vous pouvez y accéder à partir d’un client (macOS, Windows 10, Linux, Android et iOS), mais aussi depuis une box Shadow. Notez que cette technologie nécessite une connexion haut débit, voire très haut débit, pour garantir une bonne expérience sans latence.

Si Shadow vous intéresse, nous vous encourageons à lire le dossier de Numerama qui est consacré à cette offre.

À lire sur FrAndroid : Nous avons testé Shadow sur Android, la puissance d’une GeForce 1070 sur mon smartphone

Ulrich Rozier, co-fondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow)

Retrouvez tous nos Top des jeux

Catégories: Mobile

L’abonnement Shadow évolue avec une nouvelle option de stockage

ven, 17/08/2018 - 16:17

La solution de cloud gaming Shadow vient de lancer une nouvelle option qui permet de bénéficier de 1 To pour 2,95 euros par mois.

L’une des critiques qui revenaient souvent concernant l’abonnement Shadow concernait le manque d’espace de stockage dans l’offre de base. Par défaut, les utilisateurs ont seulement accès à 256 Go en SSD, ce qui est insuffisant dans un environnement où les jeux PC pèsent parfois plus de 100 Go.

L’entreprise Blade, éditrice de Shadow, vient donc de déployer une option qui permet d’ajouter 1 To d’espace de stockage à sa machine. Cette option est facturée 2,95 euros par mois, soit 35,4 euros par an. C’est un tarif très agressif pour ce type de stockage.

Les services comme Google Drive ou Dropbox proposent du stockage à froid, beaucoup plus économique à mettre en place. Ce n’est pas le cas de l’espace de stockage proposé par Shadow qui permet d’installer vos jeux et autres logiciels avec des temps d’écriture et de lecture très importants.

De nouveaux CPU et une migration vers la GTX 1080

En juin dernier, Shadow avait déjà fait évoluer les CPU de ses instances avec de nouveaux Xeon E5-2667 v3, contre des E5-2620 v4 auparavant. Enfin, depuis le début de l’année la très grande majorité des clients ont migré vers des GTX 1080, contre des GTX 1070 lors du lancement de l’offre.

Pour rappel, l’abonnement Shadow donne accès à un PC dans le cloud. C’est ce que l’on appelle le cloud computing, la puissance de calcul est déportée dans un centre de données.

Lien YouTube

À partir de 30 euros par mois, vous allez pouvoir lancer tous les jeux PC sur la machine de votre choix et d’où vous le souhaitez. Vous pouvez y accéder à partir d’un client (macOS, Windows 10, Linux, Android et iOS), mais aussi depuis une box Shadow. Notez que cette technologie nécessite une connexion haut débit, voire très haut débit, pour garantir une bonne expérience sans latence.

Si Shadow vous intéresse, nous vous encourageons à lire le dossier de Numerama qui est consacré à cette offre.

À lire sur FrAndroid : Nous avons testé Shadow sur Android, la puissance d’une GeForce 1070 sur mon smartphone

Ulrich Rozier, co-fondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow)

Retrouvez tous nos Top des jeux

Catégories: Mobile

ARM veut dépasser les performances d’un Intel Core i5 et révolutionner les ordinateurs avec la 5G d’ici 2020

ven, 17/08/2018 - 14:20

ARM veut attaquer de plein fouet le marché de l’ordinateur avec ses prochains processeurs, en profitant de l’arrivée de la 5G.

Que ce soit avec Microsoft avec Windows 10 ou Google avec Chrome OS, ou même chez Apple, tous les acteurs semblent penser que les prochaines générations d’ordinateurs devraient de plus en plus utiliser des processeurs ARM. Le premier à y croire, c’est ARM elle-même, la firme responsable de l’architecture que les constructeurs comme Qualcomm, MediaTek, Apple, Huawei ou Samsung personnalisent puis utilisent dans leurs puces. ARM a dévoilé sa feuille de route pour les années à venir et Intel se trouve au cœur du viseur.

ARM s’attaque à l’Intel Core i5

Depuis plusieurs années, les processeurs ARM ont la réputation de consommer très peu d’énergie, mais d’être très peu performants, ce qui leur a valu d’être intégrés dans des appareils mobiles comme nos smartphones, mais qui leur rendaient inaccessibles les ordinateurs où Intel règne en maître. D’après ARM, ce serait aujourd’hui une idée reçue et un cœur Cortex-A76, celui que l’on retrouvera dans le Kirin 980, cadencé à 3 GHz serait tout aussi performant qu’un Intel Core i5-7300U à 3,5 GHz sur une tache monocœur. La firme fait également une comparaison un peu plus hasardeuse sur la consommation des deux processeurs, indiquant que le Core i5 consomme 15 watts contre moins de 5 watts pour le Cortex-A76. Or, les 15 watts représentent la consommation de l’ensemble de l’Intel Core i5 (ses deux cœurs, sa puce graphique, son contrôleur mémoire, etc.) et non la consommation d’un seul cœur comme pour le Cortex-A76.

Quoi qu’il en soit, ARM promet de faire encore mieux dans les années à venir avec les architectures Deimos et Hercules, avec des bons en performances annoncés de 10 à 15 % à chaque saut d’architecture, tout en passant progressivement du 10 nm au 5 nm, qui apportera également des gains sur le rapport performance/consommation. Ces annonces font directement écho à la conclusion de mon test d’une semaine avec mon premier PC ARM équipé d’un Snapdragon 835. Si ARM parvient à rattraper les performances des puces Intel tout en conservant les avantages inhérents à son écosystème comme la sortie de veille instantanée ou la connexion mobile permanente, alors la firme proposera une meilleure expérience utilisateur.

Profiter de la 5G pour s’imposer dans les ordinateurs

L’arrivée de ces nouvelles puces ARM coïncide bien avec les efforts de Microsoft et Google pour adapter leurs ordinateurs à cet écosystème. Elle coïncide également avec un autre chamboulement de l’industrie, l’arrivée de la 5G. ARM entend bien profiter de l’arrivée de la 5G, et la demande qui devrait être croissante d’ordinateurs « always connected » pour s’imposer sur le marché des ultraportables haut de gamme. Une sorte d’alignement des planètes en la faveur des processeurs ARM à l’horizon 2020. Intel n’est donc pas au bout de ses peines.

ARM donnera plus de détails sur sa feuille de route en octobre, lors de sa conférence TechCon.

À lire sur FrAndroid : Une semaine avec un PC Windows 10 toujours connecté en 4G et équipé d’un Snapdragon 835

ARM

Catégories: Mobile

Android Messages accueille un thème sombre et une nouvelle interface Material Theming

ven, 17/08/2018 - 14:20

Une mise à jour d’Android Messages est en cours de déploiement. Elle apporte non seulement une interface Material Theming, mais aussi, et surtout, un thème sombre.

La version 3.5 d’Android Messages — le célèbre client SMS — commence à se déployer. Et elle amène dans son sillon une nouvelle interface Material Theming. Repérée 9to5Google, celle-ci se démarque notamment par un fond blanc au sein des conversations, alors qu’il était gris clair jusqu’ici.

La barre bleue au sommet de l’écran devient blanche également et même les bulles de texte changent de couleurs. Le nom de l’application rangé en haut à gauche devient plus centré et le bouton + en bas devient ovale et affiche la phrase « Démarrer une discussion ». Dans la version anglaise, il est écrit « Start a chat », ce qui n’est pas sans rappeler la fonctionnalité « Chat » que veut lancer Google sur son application pour favoriser l’essor de son protocole RCS en remplaçant du SMS.

Thème sombre

La nouveauté qui devrait rencontrer le plus de succès est sans doute l’apparition d’un thème sombre sur Android Messages, que l’on savait en approche depuis quelques semaines. D’aucuns, comme moi, trouvent cette interface plus jolie que les fonds blancs et en plus elle permet de moins fatiguer les yeux.

Comment en profiter

La version 3.5 du client SMS est déjà en cours de déploiement aux États-Unis. En France, il faut attendre un peu avant de voir cette mise à jour arriver sur le Play Store. Néanmoins, pour les plus impatients, le fichier APK est disponible sur APK Mirror. Une fois l’installation terminée, vous devrez forcer l’arrêt d’Android Messages puis vider le cache avant de relancer l’application. Vous devriez alors avoir droit aux nouveautés citées plus haut. Pour activer le thème sombre, il vous faudra appuyer sur les trois points en haut à droite de l’écran principal et sélectionner l’option dans la liste qui s’offre à vous.

Soyez prudents tout de même, si je n’ai personnellement rencontré aucun souci avec cette mise à jour, un lecteur m’a signalé que l’envoi de messages et le bouton Appeler ne fonctionnaient pas chez lui.

À lire sur FrAndroid : Comment installer un fichier APK sur un smartphone ou une tablette Android ? – Tutoriel

9to5Google

Catégories: Mobile

Pages