Euro 2004, commentateurs

1 post / 0 new
MasterSleepy
Euro 2004, commentateurs

Thierry Adam : "Les Danois ont planté leur poignard dans le yaourt
bulgare".

Charles Biétry : "L'arbitre est en train de prendre son élan pour
siffler tout à l'heure".

Christophe Josse: "L'infatigable Cocu qui joue avec son jumeau
Seedorf.... Enfin, son jumeau dans le jeu".

Charles Biétry : "Il va avoir cinq ou six arrêts décisifs à faire. Et
je ne sais pas s'ils seront décisifs, ni si ce seront des arrêts
d'ailleurs".

Thierry Adam : "Pour les Danois maintenant c'est la passe à dix, c'est
normal ils sont onze... Alors qu'en face, ils sont dix".

Charles Biétry : "Une finale, ça ne se joue pas, ça se gagne ou ça se
perd".

David Pujadas à Patrick Vieira après France-Angleterre : "C'est un
dénouement incroyable, est-ce que vous aviez déjà vécu ça?"

Charles Biétry : "C'est toute l'efficacité de la puissance du
réalisme".

Thierry Roland : "Je ne sais pas s'il y avait penalty... mais en tout
cas il y avait faute".

Charles Biétry : "Il ne faut pas avoir la main qui tremble pour
détourner ce coup franc, mais il ne faut pas avoir non plus le bras qui
tremble, ni la tête qui tremble, pour prendre ses appuis".

Thierry Adam : "Ce soir, on peut l'affirmer, c'est une certitude, la
France rencontrera en quart ou la Grèce, ou l'Espagne, ou le Portugal".

Charles Biétry : "Baraja est plus qu'un demi défensif, d'ailleurs il
porte le n°8. En France, on dirait que c'est un 8".

Thierry Adam : "Milan Baros, qu'il ne faut pas confondre avec Rui
Barros, le Portugais".

Charles Biétry: "Si c'était qu'un but! Mais c'est vraiment un but
somptueux, c'est presque plus beau qu'un but!"

Laurent Blanc (au sujet de Thierry Henry invectivant le public du Stade
de France): "A partir de là, faut remettre le contexte à sa place".

Charles Biétry : "On le voit, que les Grecs ont plus envie de gagner
que les Tchèques. Les Tchèques ont envie, mais pas ensemble. S'ils ne
réussissent pas à marquer, c'est qu'ils ne parviennent pas à avoir tous
exactement la même envie".

Élie Baup : "Il avait trop de solutions sur ce contre de Van der
Meyde... Et il n'en a choisit aucune... Et surtout, pas la bonne !"

Charles Biétry : " Alors attention, là coup franc pour la Suisse. Alors
regardez bien, Alexander Frei. TOUS les joueurs de Rennes m'ont dit
qu'ils n'ont jamais vu quelqu'un qui les frappait aussi bien à
l'entraînement que Frei. Et d'ailleurs en championnat . Il n'en a
jamais marqué un donc c'est peut-être pour maintenant. [Voix un peu
plus basse] Ah ben non, c'est pas lui qui tire"

Christophe Josse : "Linderoth est le fils de son papa".

Charles Biétry : "Les deux arrières latéraux vont jouer comme des
milieux... Comme des milieux. Comme des milieux d'équipe. Ce ne sont
pas des milieux de terrain puisqu'ils ne jouent pas au milieu du
terrain, mais au milieu de l'équipe".

Migration writed for MasterSleepy